L’UMP dans un corner

par · 15 janvier 2014

copé droit du solL’accélération sociale démocrate a visiblement fait éclater l’opposition et mis dans le vent l’UMP. Jean-Louis Borloo a répondu qu’il voterait le pacte de responsabilité s’il y avait des mesures concrètes. Guillaume Pelletier a fait de même sur BFM TV et Eric Ciotti a dit « chiche ».

Pendant ce temps Jean-François Copé visiblement pris de court, a laborieusement expliqué que certaines mesures avaient été avancées depuis longtemps par l’UMP mais comme c’était François Hollande qui les reprenait, il les condamnait. C’est dire l’embarras de la droite en générale et de l’UMP en particulier. Jean-François Copé va devoir prier le MEDEF de ne pas les abandonner.

Dans le même temps François Hollande a pris soin de ne pas transférer l’allègement des charges sur les familles, coupant l’herbe sous le pied du fameux : « François Hollande n’a pas les moyens politiques de son tournant ».

Jean-François Copé et l’UMP radicalisés dit-on par Nicolas Sarkozy, espéraient ainsi prendre en tenaille. Certes Jean-Luc Mélenchon appelle à rompre les rangs et la CGT et le PCF sont service « critique minimum » mais on est loin de la colère à gauche et du tollé à droite.

Donc la modernisation française est en marche et l’UMP va devoir s’y associer ou la refuser. Cette accélération sans inflexion contestable dans ce qui fut dit, prive l’UMP d’air. Elle qui est sans tête ni stratégie se trouve tout à coup sur la défensive. Ceci même sur le plan européen où les renforts pour la Centrafrique arrivent et les propositions à Angela Merkel vont bon train.

Ce n’était pas l’objet de la conférence de presse du Président mais la ligne de partage entre ceux qui se rassemblent pour le pacte de responsabilité pour accélérer le redressement de la France, et ceux qui le refusent va être un marqueur politique inattendu mais bienvenu dans ce moment de disette sondagière.