A François Hollande l’intérêt général, au Parti socialiste les contreparties

par · 16 janvier 2014

160513hollandeFrançois Hollande, Président de la République, veut être vigilant sur l’intérêt général du pays. Ce dernier est confronté à une croissance insuffisante pour sortir du marasme. La sous-industrialisation française grève ce redressement rapide et nécessaire. Car le chômage est encore là malgré d’incontestables progrès et il mine la cohésion nationale. Il tente donc de soutenir l’offre pour remuscler la France.

Il le fait en construisant une démarche sociale-démocrate du « donnant-donnant ». Il le fait en tentant par une mesure massive de redonner confiance. Bref, il place le pays et tous ses acteurs devant leurs responsabilités.

Il est étonnant de voir critiqué le compromis alors qu’il n’est pas là. Il n’est pas étonnant que d’autres veuillent plus, ou autrement avoir des garanties. Car la discussion ne fait que commencer.

Et c’est là que le PS va jouer tout son rôle : celui des contreparties. Non que les contreparties s’opposent à l’intérêt général, car pour que l’intérêt général s’impose, il faut des contreparties. Celles-ci peuvent être de l’emploi évidemment mais évitons de s’enfermer dans des seuils. Il faut de l’imagination, de la formation de jeunes en entreprises, voir de la relocalisation de sièges sociaux, de la participation à la transition écologique que sais-je…

C’est au Parti socialiste d’ouvrir des pistes, d’imaginer, de proposer pour aider à l’intérêt général du redressement du pays. Le chômage est encore haut.

Les commentaires2 Commentaires

  1. Poilàgratter dit :

    Les deux points clés :
    – Mettre les dirigeants d’entreprises devant leurs responsabilités sociales
    – Imposer des contreparties aux cadeaux de l’Etat

    Si les commissaires aux comptes de ces entreprises étaient tenus de rendre compte des résultats obtenus par ces accords devant l’assemblée des actionnaires, les résultats seraient améliorés.

  2. martel dit :

    Il faut surtout du POUVOIR D’ACHAT DONC DES SALAIRES AUGMENTES, DE L’EMPLOI REEL donc interdiction des licenciements quand profits, négociation sur le temps de travail,