La voie tunisienne

par · 24 janvier 2014

constituante tunisie janvier 2014C’est quasiment fait, la Tunisie va se doter d’une constitution.

C’est la voie tunisienne dans les révolutions arabes. Là où la Libye et la Syrie sombrent dans la guerre civile ou les seigneurs de la guerre. Là où l’Egypte voit un « thermidor » de l’armée attendant son général aux accents nassériens Abdel Fattah al-Sissi.

La Tunisie au bord du gouffre a accouché d’une constitution qui garantie les libertés publiques et les droits des hommes et femmes de ce pays. Les tenants d’une liberté de croire ou ne pas croire ont obtenu gain de cause. Les tenants de la prise en compte de l’Islam n’ont pas perdu la face.

Les événements en Égypte et en Libye ont joué leur rôle. Ennahdha a compris que pousser dans le moment son avantage ruinerait son propre pouvoir. Le camp laïc a compris que la réalité tunisienne était plus complexe qu’il le pensait. Et Mustapha Ben jaafar, Président de l’assemblée constituante est récompensé de son intuition « d’abord la constitution » et de son coup de force suspendant les travaux de cette dernière, obligeant au débat national et mettant UGTT au centre de la sortie de crise.

Avec la constitution une partie du débat sur la nature de la société tunisienne est close. D’autres controverses vont s’ouvrir particulièrement dans le domaine économique et social, l’aménagement du territoire et bien sur l’apaisement du pays. Mais la voie tunisienne est là !

Ceci n’est pas sans importance pour la Tunisie qui peut espérer maintenant un développement dans et par la stabilité. Mais aussi pour tout le monde arabo-musulman. La Tunisie offre l’autre image de la révolution. Et ceci aura un impact y compris en Europe en proie à l’islamophobie rampante.