Plus de 40% de pauvres dans certaines rues du 19e

par · 30 janvier 2014

arrdt_1912Le Compas a publié il y a deux jours avec la Gazette des communes, des données sur les taux de pauvreté des 100 plus grandes communes de France.

Cette année, sont publiés les taux de pauvreté des arrondissements des trois plus grandes villes de France (Paris, Lyon et Marseille). Là aussi, les taux moyens masquent des inégalités considérables, avec des taux pouvant dépasser 40 % dans certains territoires. Voilà qui contraste sérieusement avec l’habituel discours sur la gentrification…

Ainsi, dans certaines rues de l’Est parisien, plus de 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Au total, selon l’étude, ce sont près d’1/4 des habitants du 19e qui vivent aujourd’hui sous ce seuil.

Au-delà de ces chiffres inquiétants, on pourra noter que nous sommes loin de la vision de certains de Paris, peuplée uniquement de catégories aisées !

Personnes isolées, familles monoparentales, démunies, habitant très souvent des logements insalubres, dégradés ou trop petits, l’élu parisien que je suis est familier des difficultés et de la détresse qui existent au cœur d’un arrondissement comme le 19e qui compte plus de 200 000 habitants. Ainsi une très forte densité peut faire disparaître ou tout du moins cacher des taux de pauvreté très forts.

Le règlement de la cantine des enfants, le paiement du loyer, l’accès aux soins ou à un logement digne, la recherche d’un emploi stable sont tout autant d’inquiétudes pour ces foyers en difficulté.

Ces chiffres rappellent donc une nouvelle fois la nécessité pour les pouvoirs publics d’avoir une approche détaillée du territoire, des trajectoires personnelles et des choix individuels pour répondre au mieux aux besoins d’une population trop souvent mise à l’écart.

Parmi les réponses apportées par l’équipe de Bertrand Delanoë, on peut notamment saluer que pour mettre fin aux disparités entre arrondissements et dans un souci de justice sociale, il a été adopté depuis la rentrée scolaire 2010 une grille tarifaire unique pour la restauration scolaire. Ce qui n’a pas été sans difficulté avec les mairies d’arrondissement dirigées par l’UMP.

Roger Madec s’était donné comme priorité dès son premier mandat la lutte contre l’habitat indigne dans le 19e arrondissement.

Anne Hidalgo a élaboré des propositions concrètes en direction des familles qui tendent réellement vers l’égalité réelle.

François Dagnaud fait de l’accès aux soins pour tous un enjeu pour notre arrondissement.

Enfin, nous sommes mobilisés sur la sécurité qui est un droit dans nos quartiers et nous pouvons nous féliciter de l’arrivée de 45 policiers supplémentaires alors que 1500 postes de policiers avaient été supprimés entre 2010 et 2012.

L’urgence est en effet de gagner en efficacité et donc de concentrer la redistribution sur les plus faibles. Pour tendre vers l’égalité réelle, c’est vers eux qu’il faut se tourner en priorité !

Les commentaires1 Commentaire

  1. Pope-Francois dit :

    Un gouvernement de gauche peut aussi revenir sur les mesures réactionnaires prises par Sarkozy-Fillon, par exemple les franchises médicales que les socialistes avaient critiquées lors du vote par la droite mais qui restent en vigueur.
    Ce serait juste et honnête et les nouveaux pauvres apprécieraient largement.