Juncker sera le candidat conservateur: Schulz est le candidat du changement

par · 7 mars 2014

jean claude junckerL’élection de Jean-Claude Juncker comme candidat du PPE n’est pas une surprise.

Désavoué dans son propre pays après les élections luxembourgeoises de 2013, l’ancien président de l’Eurogroupe devra assumer le programme austéritaire et conservateur de la CDU et le bilan de quinze ans de majorité conservatrice dans toutes les instances de l’Union européenne.

Avant la crise et depuis qu’elle se déroule, le PPE a fait le contraire de ce qu’il promet aujourd’hui.

L’accouchement de « Juncker candidat » n’aura pas été sans douleur. Juncker est le candidat dont Angela Merkel ne voulait pas car elle ne voulait pas de candidat du tout. Juncker est le candidat qui ne voulait pas lui-même être président car il déclarait lui-même que le poste de Président de la Commission est « trop fatigant, trop contraint« .

Juncker est un candidat malgré lui avec un programme qui le lie, déjà plombé par un bilan que personne n’oublie.

Face au candidat conservateur qui a été pendant 20 ans le chef de gouvernement d’un paradis fiscal et qui doit assumer la démocratie bafouée d’Orban, la négation des droits des femmes par Rajoy ainsi que l’hystérie de l’austérité de toute la droite européenne, l’alternative existe. C’est le candidat de la social-démocratie européenne, Martin Schulz qui est le seul capable de rassembler une majorité nouvelle pour bâtir une Europe qui protège, une Europe performante et une Europe qui progresse.

L’Europe ne peut avoir comme président un homme qui symbolise l’évasion fiscale l’austérité et le conservatisme.