Vers la fin du secret bancaire en Europe : une transparence accrue pour lutter contre les paradis fiscaux

par · 21 mars 2014

logops160Alors que le coût de l’évasion fiscale dans l’Union Européenne est estimé à mille milliards d’euros par an, l’Autriche et le Luxembourg ont adopté hier au Conseil européen la directive sur la fiscalité de l’épargne, prévoyant la mise en place d’un système d’échanges de données entre les administrations fiscales de tous les pays de l’UE dès 2015.

Demain, grâce à la levée du secret bancaire, tous les pays-membres seront automatiquement informés des transactions financières effectuées dans un autre pays de l’UE. C’est une avancée clé pour lutter contre les trafics et la fraude fiscale des particuliers et des entreprises.

Supprimer le secret bancaire est depuis longtemps une revendication du Parti socialiste.

Cette première étape doit maintenant se concrétiser par les négociations engagées entre la Commission Européenne et les autres paradis fiscaux européens non-membres de l’Union Européenne : Suisse, Andorre, Liechtenstein, Monaco et Saint-Marin.

Cette directive renforcera la transparence et la justice sociale en Europe. Elle contribuera à consolider les finances publiques pour une Europe sociale fermement défendue par les socialistes dans laquelle la fiscalité et l’économie sont au service de l’emploi et des citoyens et non du monde de la finance.