Après le 1er tour des élections municipales

par · 24 mars 2014

mariannebusteAu-delà des discours convenus et attendus, il y a 4 enseignements à tirer : D’abord l’abstentionnisme s’installe, il y a une fracture civique qui s’accroit et une bouderie vis-à-vis de la gauche.

Ensuite, pour le Parti Socialiste, les résultats sont parfois maussades. On s’y attendait, les résultats du redressement sont moins rapides que le mécontentement.

Le Front National s’installe. Nous vivons un tripartisme où l’un des partis est d’extrême droite.

L’UMP stagne et il n’y a même pas une vaguelette bleue. L’UMP ne capitalise pas car elle n’est pas une alternative.

Alors, j’appelle les électeurs de gauche à se rassembler. La gauche « d’en bas » fait un excellent travail, inventant chaque jour un modèle efficace, inclusif et écologiste. Perdre un maire de gauche c’est au choix : Faire gagner un conservateur en terme de société et ultra libéral dans le domaine économique, ou un Front National dont le programme s’arrête à la xénophobie.

Le Parti Socialiste a été clair, dimanche pas un maire FN de plus. L’UMP ne l’a pas été.  Je ne peux pas croire qu’il laissera dimanche un maire frontiste s’installer à la mairie d’Avignon, symbole du rayonnement de la culture. Je me félicite que l’UDI ait été très claire sur cet enjeu.

Enfin, j’appelle toutes les forces de gauche à s’unir pour faire des barrages locaux à la droite, ou à l’extrême-droite. Nul ne comprendrait qu’après s’être exprimée, la gauche soit divisée dans des élections locales. Aux élections locales le 1er tour pèse sur la politique nationale, le second sur la politique locale.  Car c’est au second tour que l’on élit le Maire.