«Il n’échappera pas à son bilan. Ce sera son boulet.», déclaration de Jean-Christophe Cambadélis suite à l’annonce du retour de Nicolas Sarkozy

par · 19 septembre 2014

L’UMP incapable de s’unir, incapable d’inventer, a laissé le temps au Président éconduit par les Français, d’organiser son opération résurrection.

L’étonnant n’est pas le retour de Nicolas Sarkozy. Il n’est jamais parti.

L’étonnant réside dans l’incapacité de la droite à se passer du président battu.

Nicolas Sarkozy estime que la conjoncture lui permettra de faire oublier son passé et son passif.
Nul doute que l’ex président voit dans sa candidature à la tête de l’UMP, qu’il va reformer à sa main, le moyen de s’éloigner des affaires.

Nicolas Sarkozy nous refait le coup de la rupture. La rupture cette fois-ci avec son bilan. Il n’échappera pas à son bilan. Ce sera son boulet.

Il n’échappera pas à la compétition dans son camp et au-delà.
Il n’échappera pas à la question : Que propose t-il ? Et pourquoi ne l’a t-il pas fait en son temps ? A t-il changé ? Nous en doutons. Son texte ponctué de vingt « je » démontre une belle continuité.

Voilà pourquoi le retour à la réalité va être plus difficile que le retour sur Facebook.


Conférence de presse exceptionnelle de J-C… par PartiSocialiste

Les commentaires1 Commentaire

  1. moyano dit :

    cet homme est un cauchemard
    bougez vous au ps pour le battre