Quand l’UMP veut cacher sa lutte à mort

par · 10 novembre 2014

 

Monsieur Fillon a demandé, via un intermédiaire, un rendez-vous au Secrétaire général de l’Elysée. Ce simple fait est déjà étonnant.

Monsieur Jouyet, après avoir protégé la confidentialité de l’échange, a indiqué que Monsieur Fillon était outré par l’affaire Bygmalion. Qui ne l’est pas ? Qui peut penser que Monsieur Fillon n’ait pas abordé ce sujet ? Pourquoi Monsieur Fillon le nie-t-il ?

Les règlements de compte à droite sont légion, aujourd’hui comme hier : Souvenons-nous de l’affaire Clearstream !

Que Monsieur Fillon ne souhaite pas finir à un croc de boucher, on le comprend ! Mais on ne peut accuser les autres de ses propres turpitudes.

La droite fait bloc, insinuant que la gauche instrumentaliserait la justice.
Non seulement la gauche a rompu avec ces méthodes, on se souviendra que les enregistrements de Monsieur Buisson suggéraient que Monsieur Guéant  n’était pas étranger à ces pratiques, mais c’est la droite qui règle ses comptes ainsi. C’est l’UMP qui s’est  auto-écoutée. C’est l’UMP qui a jeté sur la place publique les tricheries Copé / Fillon. C’est l’UMP encore qui a fait démissionner Monsieur Copé suite à l’affaire Bygmalion.

Et aujourd’hui dans une querelle qui ne regarde que la droite, l’UMP tente de camoufler une lutte à mort en jetant la suspicion sur le Secrétaire général de l’Elysée.

Cette manoeuvre grotesque ne trompe personne. Même pas Nicolas Sarkozy.