« L’UMP a capitulé sur la République face au FN »

par · 15 novembre 2014


Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis par PartiSocialiste

 

Retrouvez ci-dessous les principales déclarations de Jean-Christophe Cambadélis lors de la conférence de presse qu’il a tenu suite au Conseil national du Parti socialiste.

Déroulé du débat

« J’ai introduit le Conseil national en indiquant plusieurs choses à savoir que j’étais étonné de voir que pour de nombreux observateurs et formations politiques, la clé de la situation politique française était l’éclatement du PS »

« J’ai demandé aux socialistes de conduire leur débat en ayant en tête tout à la fois, la radicalisation de la droite qui a capitulé sur la République quand on voit les déclarations de Monsieur Fillon ou de Monsieur Sarkozy sur l’immigration, et l’extrême droite qui jour après jour affine son modèle d’apartheid. J’ai dit qu’il était nécessaire que les socialistes prennent ceci en compte mais en même temps qu’ils prennent en compte la volonté des uns et des autres de voir notre formation politique éclatée voir concurrencée ou marginalisée à la veille des élections départementales et régionales. »

« Les débats ont porté moins sur l’analyse de la situation politique que sur les Etats généraux et le Congrès ».

« Je pense que ce Conseil national a été important dans le sens où chacun a fait un effort de responsabilité et de maîtrise de son expression ».

« Le Conseil national a porté très largement sur le rapport des Etats généraux des socialistes. Nous sommes maintenant en train de discuter un texte, produit de la synthèse des 5600 contributions des militants. Le comité de suivi des Etats généraux s’est tenu hier et se tiendra cet après-midi, demain et lundi pour avoir une adoption mardi du texte qui vise à codifier ce que sera la nouvelle carte d’identité du Parti Socialiste »

« J’espère que nous pourrons déboucher sur un texte quasi unanime qui marquera alors le rassemblement des socialistes autour de leur identité nouvelle »

 

Congrès

« La date du prochain congrès a été adoptée à l’unanimité : 5-6-7 juin et nous fixerons le 13 décembre le calendrier (dépôt des contributions, vote des motions) et nous choisirons ensemble le lieu »

« Je souhaite que ce congrès soit utile à notre pays et l’axe du congrès pour moi c’est la réussite de la fin du quinquennat. Cela veut dire être capable de se rassembler sur une position qui incarne les socialistes ».

« Il faut à la fois revisiter des éléments politiques que nous allons développer depuis le début du quinquennat, en faire l’inventaire, voir ce qui a fonctionné – la preuve notre croissance est plus forte que celle de l’Allemagne – et faire des propositions pour la réussite de notre pays »

« Pour moi il ne s’agit pas d’un congrès de clarification mais d’orientation »

« Il y aura une contribution Cambadélis et une motion Cambadélis qui définira ce que j’estime nécessaire à notre formation politique dans le moment. Après vous verrez qui y participe ou pas »

« Le congrès du PS n’a jamais été et ne sera jamais un congrès à un seul thème. Il y aura des discussions sur la politique gouvernementale mais il y aura des figures imposées : la question européenne, écologique, nos institutions… »

« Le congrès c’est une espèce de grand meeting de chacune des motions. Je voudrais casser cette liturgie socialiste pour introduire la possibilité que quelque soit notre motion, nous puissions élaborer, travailler et échanger sur un, deux voire trois thèmes. »

« A terme il faudra modifier la manière dont on organise les congrès du PS : Il faudra demander aux militants les questions qu’ils veulent voir inscrites à l’ordre du jour. »

 

Elections départementales

« Nulle défaite ne sera aussi importante que celle des municipales car elle a touché les fondations du Parti Socialiste et qu’elle est inscrite dans les vies actuelles des socialiste ».

« Je pense que les élections départementales vont être particulières car ce sera le moment pour Nicolas Sarkozy de démontrer que son arrivée est un moment de résurrection de la droite et un moment de conflit avec Alain Juppé ».

« Ce seront aussi des élections importantes pour le FN car il aura besoin de démontrer qu’il a des candidats en situation »

« Les Français sont circonspects voire critique vis à vis de la politique gouvernementale. Ils apprécient différemment la gauche d’en bas. Pour le Parti Socialiste c’est un nouveau challenge ».

« Nos amis communistes trainent des pieds sur les alliances aux départementales. Attention pour nous et pour eux. La pluralité de la gauche est en jeu et moi je suis attaché à cette pluralité. »