Mois mars 2015

31 Mar

Commentaires fermés sur « La guerre des trois aura bien lieu », édito de Jean-Christophe Cambadélis dans Communes de France

« La guerre des trois aura bien lieu », édito de Jean-Christophe Cambadélis dans Communes de France

par

EditoJCCcommunesdeFrance
Retrouvez l’édito de Jean-Christophe Cambadélis publié ce jour dans Communes de France en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

« La guerre des trois aura bien lieu »

Les élections départementales de 2015 viennent de nous faire définitivement entrer dans le tripartisme.
 Le Front national poursuit son implantation territoriale, même s’il ne remporte aucun département et reste loin derrière les partis républicains en nombre d’élus. Le second tour a vu l’UMP-UDI l’emporter, mais sans “effet Sarkozy”.

Les candidats socialistes se sont battus avec un engagement sans faille que je tiens ici à saluer, emportant de belles victoires, défendant toujours vaillamment leur projet et un bon bilan trop souvent injustement sanctionné. Toutes et tous ont ma reconnaissance et mon amitié. Au final, le Parti socialiste voit son implantation départementale reculer nettement mais sans connaître la débâcle que certains pronostiquaient, voire espéraient.

Les leçons politiques de cette arithmétique sont limpides. L’UMP vient de remporter une victoire, grâce à une alliance avec le centre mais sur des idées et avec les renforts en voix de l’extrême droite. Cette jonction entre droite extrême et extrême droite constitue un danger redoutable pour notre pays.

Face à cette menace inédite, la Gauche n’a pas d’alternative que de faire le choix de l’union. En effet, dans le tripartisme, le risque de se voir éliminer électoralement et donc à terme politiquement est considérable.

Le premier tour des élections départementales a démontré sans ambiguïté que la désunion est le plus court chemin vers la défaite. Le second a montré que l’union de la Gauche est possible. Pour les prochaines échéances, à commencer par les régionales, cette union est indispensable, surtout là où le Front national menace.

Le Parti socialiste doit être le cœur et le moteur de cette union, son histoire et son poids l’y obligent. C’est ce que j’ai fait dès le lendemain du second tour en recevant nos amis d’EELV et, les jours suivants, nos amis du PRG, du PCF, du FD et les écologistes.

L’union, elle se construit aussi au sein du parti que je dirige. C’est pourquoi, dans le cadre du prochain congrès, je travaille au rassemblement le plus large possible. L’union doit se faire sur le fond et permettre d’orienter la fin du quinquennat. La ligne est claire : le cœur et le sens de notre action, c’est l’investissement. Investissement privé et investissement dans les collectivités locales.

Il faut à tout prix soutenir le contexte économique encourageant dans lequel les élections départementales se sont déroulées. Cette nouvelle donne est l’occasion de bâtir une France nouvelle. Pas une France qui regarde l’Autre comme une menace mais une France qui regarde l’avenir avec confiance. Pas une France divisée mais une France solide et solidaire. Une France unie.

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste

29 Mar

Commentaires fermés sur Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – Dimanche 29 mars 2015

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – Dimanche 29 mars 2015

par


29 mars 2015 – Conférence de presse de Jean… by PartiSocialiste

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis,

Premier secrétaire du Parti socialiste

Dimanche 29 mars 2015

Seul le prononcé fait foi

 

 

Françaises, Français,

Vous avez rendu votre verdict pour les élections départementales 2015.

Le premier tour a vu l’affirmation du tripartisme. Le Front National s’implante sans triompher. L’UMP-UDI gagne sans « effet Sarkozy ». Le Parti socialiste recule sans dévisser, le tout sur fond d’une participation nationale en hausse.

Le deuxième tour est marqué par la victoire et la progression de l’UMP-UDI, au-delà de l’effet mécanique du premier tour, c’est-à-dire grâce à l’apport et aux voix du Front National là où il y avait duel. L’extrême droite rejoint la droite extrême dans un programme redoutable pour la France, qui sort progressivement du chaos dans lequel Nicolas Sarkozy l’avait plongée.

Le parti de Madame Le Pen emporte des gains sans pour autant devenir le premier parti de France puisque, en terme de présidents de conseils départementaux comme en nombre d’élus, il est très loin derrière les partis républicains.

La menace est là. Qu’elle soit contenue ne veut pas dire qu’elle soit réduite. La bataille pour la défense de la République continue.

Le Parti socialiste recule nettement dans son implantation départementale. Il serait inconcevable de ne pas le noter. Ce recul n’est pas à la hauteur des prévisions voire des espoirs de certains. Je tiens à remercier les socialistes qui, de la base au sommet, se sont battus avec détermination dans un climat de sombres pronostics où ils furent la cible de toutes les critiques avec un acharnement peu commun ! J’ai une pensée amicale vis-à-vis de tous nos candidats malheureux, battus ce soir.

Le premier tour des élections départementales a marqué un niveau électoral intéressant sans être satisfaisant pour le Parti socialiste.

Le deuxième tour marque un recul d’implantation sans être une débâcle.

Les électeurs socialistes se sont mieux mobilisés sans avoir été tous au rendez-vous. Ils ne se sont pas portés sur une autre offre politique.

La gauche s’est divisée au premier tour ce qui fut l’origine de bien des défaites. Elle s’est remarquablement rassemblée au deuxième tour face à la droite et l’extrême droite qui ont souvent fait bloc.

Ce qui a été possible au deuxième tour des élections départementales doit l’être dans ces prochaines élections régionales.

Dans le tripartisme, il faut que l’union soit au rendez-vous et d’abord là où le Front National menace.

Le Parti socialiste tirera toutes les leçons de ce scrutin.

D’ores et déjà, j’appelle les formations de gauche au dialogue, à la mise à plat des divergences, à la construction d’une alliance de gauche et des écologistes pour les prochaines élections. Le rassemblement est essentiel : nous y travaillerons sans relâche. D’ores et déjà nous rencontrerons demain Europe-Ecologie-les Verts puis toutes les organisations de gauche qui l’accepteront.

Le Parti socialiste constate que cette élection s’est déroulée dans un climat économique qui sans être encore totalement perceptible par les Français, s’améliore nettement dans les chiffres.

Il faut maintenant bonifier l’effort des Français. Nous sommes à l’aube d’une nouvelle donne. La conjoncture française et européenne est plus favorable. Croissance, déficit, euro, ce sont des signaux encourageants. Il faut maintenant les conforter et les utiliser au mieux, pour les Français, pour l’emploi.

S’il ne s’agit pas de changer de cap, il faut utiliser le moment et les résultats pour soutenir l’investissement privé comme dans les collectivités locales.

L’investissement dans l’éducation qu’il faut rendre plus performante, la sécurité sociale du 21ème siècle sera la formation. L’investissement dans le développement durable à travers le logement, le transport et les véhicules du futur, l’investissement numérique, l’investissement dans la recherche… Par l’investissement et la baisse des impôts, nous rendons aux Français les efforts consentis.

Le second maître mot de cette élection, c’est la lutte contre les inégalités, l’exclusion, la relégation, sur les territoires, dans les villes et dans les campagnes, dans l’accès à l’emploi et pour l’amélioration des conditions de travail, dans la vie de tous les jours.

Une partie importante des Français se sent abandonnée. Il s’agit de ne laisser personne sur le bord du chemin de la nouvelle donne économique, sociale, éducative et écologique.

Le Parti socialiste fera de l’investissement, de l’environnement, de l’égalité, ses objectifs dans les mois à venir. L’unité du Parti socialiste est indispensable à l’unité de la gauche et des écologistes. Le Parti socialiste va accentuer sa lutte contre l’extrême droite et la droite pour l’avènement d’une France nouvelle.

Merci !

 

JCC conf 29032015

 

Crédits photos Mathieu Delmestre

27 Mar

Commentaires fermés sur Unité de la gauche : le PS propose à ses partenaires des rencontres dès lundi

Unité de la gauche : le PS propose à ses partenaires des rencontres dès lundi

par

logops160
En vue du second tour des élections départementales, le rassemblement de la gauche et des écologistes a su se faire. Le Parti socialiste ne se résout pas à l’idée que lundi la division puisse recommencer. La montée frontiste contenue, à un haut niveau, mais contenue, peut reprendre sur des thèmes et des propositions qui menacent la République.

De son côté, la droite est partie contaminée par ce courant anti-républicain, malgré le refus de l’UDI et d’une partie de l’UMP. Cette droite, aujourd’hui erratique sur la République, est ultra-libérale sur l’économie. La gauche est prévenue. La droite prépare une alternative idéologique et sociale extrêmement droitière.

La gauche unie a dénoncé, durant toute la campagne pour le second tour, ces dangers. Chacun a pu constater que la gauche divisée, c’était la gauche éliminée ou handicapée. Et ce sont les plus défavorisés, les plus modestes et les électeurs de gauche qui se retrouvent alors sans représentation. A contrario, la gauche unie est devant la droite et l’extrême droite. Nous avons donc une responsabilité historique de ne pas laisser le bloc réactionnaire s’installer en France à cause de nos divisions.

Chacun constate que sans être encore totalement bons, les résultats économiques s’améliorent. Le temps d’une mise à plat des convergences et des divergences est arrivé. Le temps de la réflexion ensemble sur les échéances à venir est advenu.

Le Parti socialiste propose donc des réunions au sommet à partir de lundi 30 mars. Le PS débutera ces rencontres lundi avec les écologistes, Emmanuelle Cosse ayant accepté cette proposition.

26 Mar

Commentaires fermés sur Cambadélis sur le FN : « Aucun département n’aura envie d’être le mouton noir de la République », interview au JDD

Cambadélis sur le FN : « Aucun département n’aura envie d’être le mouton noir de la République », interview au JDD

par

jdd

 

Le JDD publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

Manuel Valls a ciblé le FN durant toute la campagne. Le parti de Marine Le Pen réalise son meilleur score pour cette élection. Est-ce là un échec de la stratégie du Premier ministre?
Sans notre intervention collective, il est probable que le Front national aurait été plus haut. Il suffit de voir la déconvenue de Marine le Pen au soir du premier tour pour constater qu’elle s’envisageait premier parti de France, ce qui n’est pas le cas. Le FN se voit dans la difficulté lorsqu’il est ramené à ses tourments, c’est-à-dire aux déclarations xénophobes voire homophobes dans 60 départements. Mais il ne fait pas les scores qui étaient les siens lors des élections européennes. Et notre électorat, voyant ces enjeux et ce danger, est venu d’une manière beaucoup plus importante que lors des élections européennes ou municipales. Le Front national a touché le plafond de verre.

Vous avez affirmé que le FN n’aurait pas plus de 100 conseillers départementaux à l’issue du second tour. Qu’est-ce qui vous permet d’établir un tel pronostic?
Là où l’UMP est confrontée au Front national, le Parti socialiste a appelé au désistement républicain et notre électorat le suivra. Là où l’UMP a été éliminée et le PS est face au FN, je crois que le cynisme de Nicolas Sarkozy – « ni FN ni PS » – sera battu en brèche. Les électeurs républicains se porteront sur le PS.

«L’UMP souhaite voir triompher Marion Maréchal-Le Pen»

Le FN peut-il, selon vous, gagner le Vaucluse et l’Aisne?
Je ne souhaite pas que le FN emporte un département et je pense qu’aucun département n’aura envie d’être le mouton noir de la République. Même si l’UMP, dans des calculs compliqués, souhaite plutôt voir triompher Marion Marcéchal-Le Pen dans le Vaucluse pour mettre le bazar dans la famille Le Pen.

Le PS a été éliminé dans 524 des 2.054 cantons et Manuel Valls parle de « scores honorables »…
On ne dit rien des 900 candidats frontistes éliminés au premier tour. Pourquoi personne n’est capable d’affirmer qu’il y a une contre-performance du Front national? Pourquoi est-ce si difficile? Le PS, à 22%, est somme toutes à 3 points du Front national. Ces résultats rouvrent un chemin de l’espoir qu’il va falloir faire fructifier. Même si du point de vue de notre implantation, ça va poser évidemment quelques soucis.

Comment envisagez-vous les élections régionales qui auront lieu fin 2015?
J’espère que l’ensemble des partis tireront le bilan de ce premier tour des départementales. A la fois de leur score et aussi de celui du Parti socialiste. Et donc du score global de la gauche. Dans une élection, le problème n’est pas de battre le candidat de gauche de proximité mais de battre la droite et l’extrême droite. S’il y a une part à imputer aux socialistes, il y a une part non négligeable à imputer à la division de la gauche.

Quelle réponse doit apporter l’exécutif au lendemain du second tour? Quelle doit être la tonalité du discours?
Nous verrons en fonction du résultat même si nous avons déjà une indication avec le premier tour. Nous avons aussi des indicateurs économiques qui ne sont pas négligeables. Il faudra, en fonction de ces deux déterminants, faire la part des choses et fixer notre stratégie.

François Hollande et Manuel Valls affirment avoir entendu le message des Français mais ne semblent pas prêts à changer de ligne…
Ce que dit le président de la République est assez clair. On a entendu les Français lors des élections municipales et européennes. Ces derniers voulaient des résultats. Ils commencent à venir. On peut apercevoir que les premiers éléments sont là pour une situation qui s’améliore en France. Donc il est nécessaire de faire en sorte que ces résultats puissent fructifier. Comment? Nous aurons le temps d’en discuter au lendemain du second tour.

 

Propos recueillis par Caroline Vigoureux

 

26 Mar

Commentaires fermés sur S’attaquer à une femme, enceinte de 8 mois, pour un foulard est inacceptable et inadmissible !

S’attaquer à une femme, enceinte de 8 mois, pour un foulard est inacceptable et inadmissible !

par

 

logops160

Mardi à Toulouse, une jeune femme venait de déposer ses enfants à l’école, lorsqu’elle a été violemment agressée par un individu.

Kedidja, Française de confession musulmane, 29 ans, portait un foulard traditionnel. Enceinte de huit mois, elle a été rouée de coups par un individu qui, tirant sur son foulard, lui a hurlé « pas de ça chez nous ! ».

Les policiers qui ont entendu la victime ne doutent pas du caractère raciste et islamophobe, de cette agression.

Le Parti socialiste condamne de façon très ferme cette agression raciste, inadmissible dans une grande démocratie comme la France et réaffirme qu’aucun comportement raciste et islamophobe ne doit être toléré dans notre République.

26 Mar

Commentaires fermés sur Le Figaro: Cambadélis dénonce le « cy-ni-nisme » de Sarkozy

Le Figaro: Cambadélis dénonce le « cy-ni-nisme » de Sarkozy

par

Le Figaro

Retrouvez ci-dessous l’article « Cambadélis dénonce le « cy-ni-nisme » de Sarkozy » dans Le Figaro du jour ou en cliquant sur le lien ci-après: Le Figaro- Cambadélis dénonce le « cy-ni-nisme » de Sarkozy – 26032015

 

La stratégie de Nicolas Sarkozy vis-à-vis du Front national ne passe pas au PS. Invité du « Talk – Le Figaro » mercredi, Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé le « cy-ni-nisme » du président de l’UMP. « Dire on va jouer avec les socialistes pour battre le FN et jouer avec le FN pour battre les socialistes, cette orientation ne passe pas et elle est contestée à l’intérieur de l’UMP et de l’UDI » a estimé le premier secrétaire du PS. « Le matin il est pour le « ni-ni », le midi il est pour frapper brutalement le FN et le soir il attaque Manuel Valls. Ses électeurs ne savent plus où est son orientation » a accusé le député PS de Paris. Il ajoute : « Quand on a été président de la République, on doit toujours être présidé par la République et j’ai l’impression que Nicolas Sarkozy est présidé par la tactique ».

Interrogé sur la stratégie de Manuel Valls de nationaliser la campagne des départementales et de cibler prioritairement le FN, Jean-Christophe Cambadélis a défendu le premier ministre. « Cette stratégie est payante et c’est une question de principe : si vous pensez que le FN est dangereux pour la République, la démocratie et pour le pays, il faut le dire brutalement », a déclaré un patron du PS par ailleurs « optimiste ».

 

« Le chemin de l’espoir »

« Quand je vois les résultats du premier tour, je me dis que tout est jouable », veut-il croire. Il énumère les raisons qui pourraient, selon lui, permettre au PS de limiter la casse dimanche au second tour : « Il n’y a pas d’effet Sarkozy. Le FN a atteint un niveau qui ne disqualifie pas le PS, qui lui fait 22% quasiment sans les Verts et sans le Front de gauche. C’est intéressant, et cela ouvre le chemin de l’espoir », estime « Camba ». Après les divisions du premier tour à gauche, notamment dans le Nord, le premier secrétaire est catégorique : « Nous sommes plus unis au second tour face à l’UMP et l’UDI dont nous regardons les débats internes avec ravissement ».

Interpellé sur les propos de Malek Boutih à propos de la perte du vote des banlieues pour le PS, dont le député PS de l’Essonne estime qu’il est notamment dû à un problème de communication, Jean-Christophe Cambadélis considère que « ce n’est pas un problème de discours mais d’action, un problème de capacité à intervenir dans la banlieue ». « Les résultats économiques arrivent pas trop tard pour cette élection départementale », a-t-il lancé à ce sujet, se réjouissant des résultats au premier tour en Ile-de-France, qui pourraient laisser à la gauche l’espoir de conserver la région aux prochaines élections régionales. « Vous verre qu’en Ile-de-France, nous aurons beaucoup plus de conseillers départementaux que le FN » a-t-il dit.

 

Julien Chabrout

 

 

 

25 Mar

Commentaires fermés sur L’invité du Talk Orange / Le Figaro

L’invité du Talk Orange / Le Figaro

par

 

Talk 25032015

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 25 mars l’invité d’Yves Thréard dans le Talk Orange / Le Figaro.

 

Vous pouvez retrouver la vidéo de l’interview ci-dessous:

25 Mar

Commentaires fermés sur L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI

L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI

par

RAdio Classique 25032015

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité politique de Guillaume Durand dans la matinale de Radio Classique et LCI.

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous:


Jean-Christophe Cambadélis, invité de Guillaume… by radioclassique

24 Mar

Commentaires fermés sur Lionnel Luca doit s’excuser !

Lionnel Luca doit s’excuser !

par

logops160

 

Monsieur Lionnel Luca a le tweet compulsif surtout lorsqu’il s’agit du Président de la République. Mais pour se moquer du Président, le député de l’UMP a osé instrumentaliser les morts de l’A320.

Le procédé est odieux, la méthode minable et la désinvolture insupportable.

L’UMP et Nicolas Sarkozy doivent lui demander de présenter ses excuses aux familles des victimes, à défaut de le faire au Président de la République.

24 Mar

Commentaires fermés sur Crash de l’A320: un drame humain effroyable

Crash de l’A320: un drame humain effroyable

par

logops160

Le crash de l’airbus A320 assurant la liaison Barcelone-Düsseldorf est un drame humain effroyable. Mes premières pensées vont aux victimes et à leurs familles. Je les assure de tout mon soutien. Je remercie d’ores et déjà l’ensemble des secours et souhaite que puissent être établies rapidement les circonstances de cette tragédie.