Le combat continue !

par · 21 novembre 2016

2016-10-22-visite-j2p-20

Retrouvez la lettre de candidature de Jean-Christophe Cambadélis adressée aux militants de la section Jean Jaurès de Paris dans le cadre de l’investiture socialiste pour les élections législatives dans la 16e circonscription de Paris:

 

Le combat continue !

 

Cher-e-s ami-e-s,

Je sollicite auprès de vous l’honneur de défendre les valeurs et les réalisations de la gauche dans la 16ème circonscription de Paris, avec François Dagnaud, Maire du XIXème arrondissement, arrondissement en mouvement dont nous sommes si fiers.

Depuis juin 2012, mon engagement fut à l’image de cette mandature, dense et intense. Je fus de tous les débats et de tous les combats. Certes, beaucoup reste à faire, mais beaucoup a été fait et le bilan me semble positif : retraite à 60 ans, création d’une banque publique d’investissement, Garantie jeunes, hausse du RSA de 10%, création de la Prime d’activité, instauration du Tiers Payant, Loi sur le vieillissement, Loi sur la fin de vie, Loi de transition énergétique, soutien à la compétitivité avec le pacte de responsabilité, réduction des impôts pour les ménages modestes, fin du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et créations de postes dans l’Éducation, la Justice et la Police, premier accord universel sur le climat avec la COP 21, création du contrat de génération ou encore création des emplois d’avenir…

« Création », le mot revient souvent dans ce bilan, tout autant en fait que le mot de « suppression » dans la bouche de nos opposants. Oui, nous avons créé beaucoup de dispositifs nouveaux pour faire reculer les précarités, pour renforcer les solidarités. La droite s’y est fortement opposée, s’appuyant parfois sur la rue, comme au moment de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, avec des relents nauséabonds. En fait, la droite n’a pas cessé de s’extrémiser depuis 2012, d’empêcher la modernisation de notre modèle social, voulant remettre en cause notre socle républicain et l’état de droit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Depuis 2012, j’ai défendu nos valeurs face aux droites, en redoublant d’efforts depuis que je suis devenu Premier secrétaire en avril 2014. Sur les deux grands sujets de controverse du quinquennat, j’ai porté des positions équilibrées : Je me suis opposé à la notion de « binationaux » dans la déchéance de nationalité et j’ai refusé la première version de la Loi Travail, car je la trouvais déséquilibrée. Et au final, si j’ai soutenu la nouvelle version de la Loi c’est parce qu’elle permettait la grande avancée du compte personnel d’activité et parce qu’elle avait été le fruit d’un compromis positif trouvé par le gouvernement de Manuel Valls et les syndicats réformistes.

J’ai défendu la politique menée car elle allait dans le sens de nos valeurs et dans celui des intérêts de notre arrondissement et de ses habitants. Depuis 2012, grâce à notre engagement, le XIXème arrondissement a continué sa mutation avec le nouveau quartier Rosa Parks, avec le développement des infrastructures d’accueil pour la petite enfance, à soutenir les associations culturelles et de jeunesse. Enfin, j’ai traité des centaines de dossiers individuels et interpellé à des dizaines de reprises le gouvernement pour défendre la solidarité en actes. Je me suis engagé pour l’accueil des réfugiés et, avec le Sénateur Roger Madec et la majorité municipale emmenée par François Dagnaud, nous avons mis en œuvre des solutions viables et solidaires.

Oui, notre action s’est faite dans un contexte politique national tendu mais aussi dans un contexte mondial plein d’inconnues, lourd de défis inédits et de potentialités dangereuses. Ainsi, à la Commission des Affaires Étrangères, j’ai défendu les interventions de la France au Mali, en Syrie et en Irak, défendu au fond le rôle de la France sur des questions qui impactent notre pays et interrogent ses fondements mêmes.

Aujourd’hui, je suis à nouveau candidat parce que le combat continue. Parce que la droite s’extrémise et que l’extrême droite se banalise. Parce que personne ne comprendrait que le Premier secrétaire, premier des militants, renonce dans le moment présent, avec le danger d’une droite qui revient pour tout défaire et le péril d’une extrême droite qui vient, pas à pas, aux portes du pouvoir.

On entend les pronostiques hors-sol, hors candidats et hors programmes. Les experts en commentaires nous disent ce qui va sortir des urnes en mai et en juin alors même que nos concitoyens ne sont pas encore entrés dans la campagne. Je vous le dis : Rien n’est joué !

L’élection présidentielle commencera véritablement en février, après nos primaires et au moment où nous serons rassemblés. Puis viendront les élections législatives qui dépendront largement de l’élection présidentielle. Je mènerai ces deux combats sans ménager mes efforts et mes attaques contre les droites, car la France et la République sont en jeu. Dans un monde qui déplace la démocratie vers les régimes autoritaires, dans une Europe qui doit rester notre avenir face à la montée des populismes.

C’est pourquoi mon mandat pour le prochain quinquennat sera placé sous le triple signe de l’Égalité réelle, de la lutte contre le précariat et du nouvel âge de la décentralisation, pour donner plus de pouvoirs à nos quartiers et à leurs habitants.

Pour mener ce combat, j’ai besoin de vous, de votre énergie, de vos idées et de votre engagement. Car je ne peux rien faire sans vous. Vous le savez, vous le sentez, vous êtes le cœur et l’âme de cette gauche qui transforme le pays pour le rendre plus juste, plus efficace, plus viable et plus écologiste. En somme, toujours plus fidèle à lui-même.

Cette France, je veux continuer à la représenter à l’Assemblée nationale. Je sais pouvoir compter sur chacun-e d’entre vous pour défendre cette France qui unit, qui protège et que nous aimons.

 

En toute amitié,

Jean-Christophe Cambadélis

 

Lettre candidature lég 2017 - 1Lettre candidature lég 2017 - 2Lettre candidature lég 2017 - 3