L’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info

par · 14 février 2017

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info:

 


Pour Jean-Christophe Cambadélis, « l’inventivité… par franceinfo

 

Depuis 2005 la situation est très difficile car une stigmatisation des banlieues s’est développée. Vous ne pouvez pas prendre la manière dont on regarde les banlieues indépendamment de la situation politique, de la montée de l’identitaire dans la vie politique et quelque part de cette stigmatisation des banlieues.

On est dans le vieux monde. On ne comprend pas ce que veulent les jeunes dans les banlieues. L’erreur de tout le monde, c’est de proposer aux banlieues les services publics, alors que les jeunes veulent innover par eux-mêmes

On est dans la nécessité que les services publics soient présents évidemment. On est dans « il faut que ce ne soient pas des zones de non-droit » : absolument. Mais ce n’est pas ça, le fond. Le fond, c’est qu’ils se sentent totalement exclus et ils ne peuvent pas accéder à la société telle qu’elle est aujourd’hui.

Dans les banlieues il y a une inventivité, une énergie considérable qui n’est pas prise en compte.

J’appelle tous les responsables politiques à ne pas instrumentaliser la situation. Ils auraient tort.

Marine Le Pen stigmatise. Elle crée une situation de grand désordre. (…) Il y a un vrai malaise qui n’est pas que sécuritaire.

Election présidentielle de 2017 / gauche

Jean-Luc Mélenchon a tort. Si la gauche est fragmentée, c’est Marine Le Pen qui gagne. (…)

Jean-Luc Mélenchon a son 1/4 d’heure chasseur de têtes. Jean-Luc Mélenchon dit que Benoît Hamon a été porté par une vague qui venait de lui. Mais je constate qu’il ne veut pas la prendre et qu’il reste sur son rocher. Il ne peut pas rester sur l’Aventin en disant il y a quelques têtes qui ne me plaisent pas. C’est de quel niveau politique ça ?

Il faut avoir un petit peu le sens unitaire de la gauche vue la situation.

Je ne dis pas « dégage » comme Jean-Luc Mélenchon mais « discutons ».

Benoît Hamon a été élu contrairement à Jean-Luc Mélenchon. La primaire a eu lieu et a été un succès.

Affaire Fillon

Il va falloir que le parti Les Républicains tranche vite parce qu’aujourd’hui il n’y a pas de débat possible, parce que tout le monde ne parle que de l’affaire Fillon. Soit il reste, soit ils le changent mais c’est terminé.

Je dis: le feuilleton Fillon ça suffit ! Il y a une présidentielle ! Et pendant ce temps-là tranquillement, tout doucement, dans le silence le plus absolu, le Front national progresse. Personne ne peut installer un vrai débat donc il faut lever l’hypothèque Fillon : il reste ou il s’en va, mais ça ne dure pas.

Sur Emmanuel Macron

Nous avons un désaccord avec Gérard Collomb sur le candidat à la présidentielle. S’il parraine Emmanuel Macron il sera en dehors du PS. Gérard Collomb est un ami, on pourra toujours de retrouver plus tard. Tout le monde comprend qu’on ne peut pas être joueur du PSG et jouer pour Monaco.

Gérard Collomb a été cohérent: il est parti avant la primaire.

Je voudrai éclairer le tapis. Je veux dire où il est ? A un moment donné c’est quand même difficile de poser un débat politique sur les uns qui obscurcissent le débat, les autres qui se dérobent du débat.

Laisser un commentaire