L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique avec Paris Première

par · 16 mars 2017

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec Paris Première:

 


« Nous constatons pour la première fois l… par radioclassique

 

Campagne présidentielle

Il y a eu dans ce quinquennat beaucoup de manque de respect à la parole donnée, au vote du Congrès et à la solidarité avec le Gouvernement. Je ne vais pas prendre position pour l’un par rapport à l’autre. Je rappelle au passage que Benoît Hamon a ourdi une motion de censure contre son propre gouvernement. Je ne l’ai pas condamné à l’époque. Je prends tout cela comme des analyses ou des prises de position mais j’estime nécessaire de se rassembler aujourd’hui derrière le candidat socialiste.

La convention nationale du Parti socialiste a voté à l’unanimité le soutien à Benoît Hamon.

L’élément majeur à gauche c’est le refus de Jean-Luc Mélenchon. Pourtant il est d’accord avec Benoît Hamon sur beaucoup de points. Pour la première fois depuis 1971 le Parti communiste et Jean-Luc Mélenchon ont rompu l’union de la gauche et dans le même temps, il s’est passé quelque chose de tout à fait nouveau à droite c’est que les affaires ont conduit le centre à s’autonomiser. Nous avons donc une nouvelle donne politique. Il y a au centre de la vie politique française l’émergence d’un nouveau centre autonome de la droite.

En Marche fait office d’auberge espagnole d’Alain Madelin à Robert Hue. Il n’y a pas de colonne vertébrale politique.

Si Emmanuel Macron était au 2e tour de la présidentielle il serait un président par défaut. Le barrage n’est pas un programme. Je préfère un président qui a une colonne vertébrale, une orientation – même si je peux la contester – qu’un président par défaut, voilà pourquoi le Parti socialiste est derrière Benoît Hamon.

Nous sommes dans la décomposition de la Ve République.

Nous avons avec Emmanuel Macron les ralliés qui sont à gauche et les électeurs à droite ! Est-ce que vous pensez que ceci sera solide pour affronter les problèmes auxquels les Français sont confrontés ? Je ne le crois pas ! Voilà pourquoi moi j’ai toujours été pour le rassemblement de l’ensemble de la gauche et des écologistes…

On ne parle pas des programmes. Et l’on sonde celui de Benoît Hamon avant qu’il ne soit présenté! On marche sur la tête ! On est dans une situation où l’on veut le résultat avant l’élection.

Le Front national a bousculé le bipartisme. Nous sommes dans le multipartisme aujourd’hui et personne ne peut penser qu’il a la majorité à lui tout seul, on peut crâner dans les sondages mais être cramer dans le résultat.

Elections en Allemagne

Angela Merkel est dans une situation où elle regarde à droite et à gauche qui va sortir, elle ne le sait pas. D’ailleurs elle ne sait pas elle-même si elle va être réélue parce qu’aujourd’hui elle est challengée – et plus que cela – par Martin Schulz qui a toutes les chances de l’emporter.

Elections aux Pays Bas

Je dirais deux choses : 1) ne croyez pas les sondages, Geert Wilders était en tête dans tous les sondages, ça n’a pas été le cas ; 2) on voit que les sondages conduisant à l’élection de l’extrême droite conduisent aussi au vote utile.

Laisser un commentaire