Bibliographie

brissy-sous-bois-ou-les-oublies-de-la-republiqueBrissy-sous-Bois ou les oubliés de la République – décembre 2016

Présentation de l’éditeur

« Les précarités, il ne suffit pas de les ignorer pour les faire disparaître« . Elles sont là – à Brissy-sous-Bois, ville imaginaire que Jean-Christophe Cambadélis a choisie pour illustrer tous ces destins brisés dont on ne parle jamais, et partout ailleurs – mais on peut les combattre, et c’est à la gauche de s’engager aux avant-postes de ce combat, en étant aux côtés de ceux qui n’ont pas.

Jean-Christophe Cambadélis fait des propositions, et plaide pour que la question du précariat soit au cœur du prochain quinquennat.

Cambadélis-C

A gauche, les valeurs décident de tout – Août 2015

Présentation de l’éditeur

Au moment ou la gauche se divise entre frondeurs et tenants d’une politique plus libérale, le Premier secrétaire du Parti socialiste tire la sonnette d’alarme pour que la Gauche revienne à ses fondamentaux, son seul gage de survie pour demain.

« La gauche a laissé ses valeurs au bord du chemin. Tout à sa volonté du redressement économique du pays. Tout à sa démonstration que le procès de la droite en incompétence est infondé. Elle a oublié l’essentiel : à gauche les valeurs décident de tout.
La politique a horreur du vide. Lorsqu’on ne travaille pas ses valeurs, ce sont celles des autres qui s’imposent. Depuis vingt ans, l’identité, l’insécurité, l’immigration ont pris la place de l’égalité, la liberté, la solidarité etc.

Ce livre est une tentative de reprendre pied dans ce combat culturel, indispensable, au rapport de force idéologique, lui-même préalable au combat politique et électoral. »

 

  L'Europe sous la menace national populisteL’Europe sous la menace nationale-populiste – Avril 2014

 Présentation de l’éditeur
De la Hongrie à la Suisse, l’Europe communautaire est de plus en plus tentée par les solutions populistes.

La déconstruction des États-nations, l’émergence d’une droite xénophobe, d’un national-populisme est dangereuse : elle mène à terme à la guerre civile ou au recours à un état autoritaire.

Jean-Christophe Cambadélis analyse les métamorphoses de ce phénomène en Europe et expose la défaite de la pensée progressiste au détriment d’un nouveau « politiquement correct » : l’identité nationale, voire régionale, qui favorise les tendances centripètes à l’œuvre en Europe.

À la veille des élections européennes, un pavé dans la mare quand on sait que les partis populistes devraient compter près de cent eurodéputés sur les 754 siégeant au Parlement européen.

La Troisième GaucheLa Troisième Gauche – Octobre 2012

Présentation de l’éditeur
Ce livre ne fait pas dans la dentelle ! Jean-Christophe Cambadélis revisite, tranche, ordonne la pensée socialiste.

Prenant le meilleur de la première et de la deuxième gauche, il nous propose une Troisième Gauche avec, pour objectif, « la société décente », à la fois fiable, juste et durable.

Et pour moyens d’y accéder : l’égalité réelle, la liberté ordonnée et la fraternité laïque.
Désordre du monde, crises économiques, écologique, sanitaire, l’auteur sort du flou ambiant pour nous donner des réponses claires.

Europe, sécurité, identité nationale, il présente de vraies solutions de gauche au moment où celle-ci détient tous les leviers du pouvoir, où le risque est grand de la voir sombrer dans l’immobilisme et se désagréger dans la pratique gouvernementale.

Ce livre propose une reformulation idéologique. Un socialisme nouveau pour une époque nouvelle, celle de la mondialisation, qui ne soit pas seulement l’expression de la nostalgie d’une vieille République et d’un PS de jours de fête.

Préconisant l’alliance des progressistes et des productifs, le leader socialiste bouscule les tabous et les conformismes. Il n’hésite pas à réinventer la gauche plurielle, en tendant la main au Front de gauche mais aussi aux centristes, tout en défendant farouchement l’avenir d’une véritable identité socialiste.

 

Dis moi ou sont les fleurs

Dis moi où sont les fleurs ?

Essai sur la politique étrangère de Nicolas Sarkozy – Octobre 2010

 


 

La politique étrangère est sans doute ce qui permet le mieux au président de la République d’exprimer sa personnalité et ses idées. Dans le style comme sur le fond, la politique étrangère est une expression « pure » de ce que veut et de ce que vaut la présidence.

Porter un jugement sur la politique étrangère de Sarkozy,c’est se prononcer à la fois sur le style présidentiel et sur l’instrumentalisation intérieure d’une politique. C’est surtout s’interroger sur l’absence de politique claire, de sens, de cohérence de la politique étrangère de Nicolas Sarkozy.

Aux enjeux classiques de la politique internationale s’ajoutent désormais de nouveaux sujets qui ne peuvent être ni pensés, ni défendus à l’échelle nationale, ou même continentale. C’est au regard de ces enjeux qu’il faut mesurer l’action diplomatique de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy a trouvé dans la politique étrangère une sorte de prolongement de sa politique intérieure, fondé sur le primat de la « famille occidentale » et du maintien de l’ordre légitimé par les « valeurs ». Il a pris ainsi le contre-pied de toute une tradition française.

Mais si Nicolas Sarkozy est partout, la France n’est nulle part. Et l’essai démontre qu’à trop vouloir se substituer au Premier ministre, on en oublie le monde.

Les socialistes européens et les temps nouveauxcouvjccfjj 2009

Je publie aujourd’hui un essai en collaboration avec Laurent Baumel dans la collection de la Fondation Jean Jaurès.

La parenthèse sociale-libérale se referme, un nouveau cours de la social-démocratie se dessine, telle est la thèse que je défends. Ce nouveau cours ne suit pas la voie du « néogauchisme conservateur », il vise à renouveler la social-démocratie en l’ancrant dans ses valeurs traditionnelles. Il s’incarne dans l’adoption, par le Parti socialiste européen, de son Manifeste électoral. Il place les socialistes français, qui ont assumé leur réformisme, dans une position centrale. Il ouvre la possibilité, par cette convergence nouvelle entre socialistes européens, de la construction effective d’une Europe politique et sociale.

Vous pouvez vous procurer cet essai ici et connaître la liste des autres essais ici.

couvgenie.jpg

Le génie du socialisme, un siècle d’avancées et de division – 2008

Présentation de l’éditeur
Comment la gauche a-t-elle pu en arriver là ? L’histoire du PS s’arrête-t-elle à la guerre des présidentiables ?

François Mitterrand a certes fait un immense cadeau à son parti en l’inscrivant dans la durée via son double septennat, mais depuis, la gauche semble n’avoir qu’une chose en tête : trouver son chef.

Pourtant, il faut rompre avec cette idée et renouer avec l’histoire de la gauche, celle des temps héroïques : 1848, la Commune, Jaurès, Blum et le Front populaire, les luttes anticoloniales, celles contre la guerre du Viêtnam, 1981… Il est nécessaire de se souvenir du temps où la gauche changeait la France. Il faut refaire du socialisme une idée neuve pour retrouver son génie qui reste et restera sa capacité à transformer le monde.

Plongeant dans l’histoire de la gauche, ce livre entend souligner que le PS doit garder au cœur de son nouveau projet ce qui lui est essentiel : la question sociale sans se laisser bousculer par François Bayrou ou Olivier Besancenot…

Couv Parti pris

Parti pris: Chroniques de la présidentielle chez les socialistes – Plon – 2007

Présentation de l’éditeur
 » Le PS battu.  »  » La gauche à terre.  »  » Le PS à refonder.  » Autant de titres sur la crise majeure que traverse le Parti socialiste.

Jean-Christophe Cambadélis, l’un des acteurs de la campagne présidentielle au PS, décrit les dessous d’une débâcle. Comment Ségolène Royal s’est imposée comme candidate ; les coulisses de cette désignation sans pareille; le déroulement de cette ascension ; les clans; les guerres ; les stratégies ; le rôle plus que déroutant du premier secrétaire. Tout cela, l’auteur le raconte dans ses moindres détails.

Le lecteur va plonger au cœur de ces intrigues, de ces querelles, jusqu’à la campagne proprement dite, avec ses rebonds, ses errements, ses incohérences ; jusqu’à la tentation centriste et jusqu’à la… défaite finale. Hollande, Fabius, DSK et les autres… Une pièce de théâtre d’un nouveau genre. Et demain ?

Que faire au Parti socialiste ? ou l’éternel commencement (1905-2005) – 2004

Présentation de l’éditeur
Après les régionales et les européennes qui ont vu le succès du Parti socialiste, la gauche est-elle remise en selle ?

Jean-Christophe Cambadélis répond par la négative.

Pour lui, le Parti socialiste connaît trois crises : celle du leadership, celle du programme, celle de la possibilité d’une nouvelle alliance de gauche. Sur ces trois questions, Jean-Christophe Cambadélis affirme d’une plume brillante que, pour changer la France, il faut changer la gauche. Avec des formules percutantes, il n’hésite pas à défendre ses thèses sans se soucier du  » qu’en-dira-t-on  » socialiste.

Ce livre est une contribution décisive aux réflexions en cours pour le socialisme et pour la gauche française.

Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès N° 33 Novembre 2002 : L’étrange échec – 2002

Présentation de l’éditeur
Une défaite vous tire par la manche. Elle vous oblige à vous retourner pour mieux la contempler dans toute son étendue. Elle vous hante. Faute de pouvoir la nier, vous voudriez au moins la dépasser, tourner la page, pour vous consacrer tout entier à l’invention de lendemains meilleurs. Peine perdue !

La défaite est la plus forte, précisément parce qu’elle est l’une des clefs d’un possible avenir. Son dépassement ne peut être que dialectique, renoncer à la penser conduisant immanquablement à obérer toute chance de reconstruire un ailleurs. C’est cet échec qu’il nous faut désormais nous approprier intellectuellement pour mieux le dépasser politiquement.

chuchotement

Le chuchotement de la vérité – Plon – 2000

De nos jours, l’accusation se crie, la vérité se chuchote. L’ancien président de l’UNEF-ID et fondateur du Manifeste contre le Front National démonte l’accusation qui l’a conduit à une mise en examen, et aborde les ressorts de l’affaire MNEF.

Dans son livre, Jean-Christophe Cambadélis, aujourd’hui député de Paris, se raconte et explique l’itinéraire d’une génération, celle des années 70, coincée entre Mai 68 et, plus tard, la génération Mitterrand. On y croise les trotskystes, l’énigmatique Pierre Lambert, mais aussi toute une galerie de portraits des acteurs de ces années politiques et…François Mitterrand.

Pourquoi ces révolutionnaires ont-ils rejoint le trotskisme ? Pourquoi l’ont-ils quitté ? Qu’est-ce que l’entrisme des trotskistes ? Pourquoi et comment sont-ils passés au Parti Socialiste ? Jean-Christophe Cambadélis n’esquive aucune question.

avgcheplur

L’avenir de la gauche plurielle – Plon – 1999

La gauche plurielle est-elle un slogan publicitaire ou une réalité ? Où en sont les divergences entre les partenaires de la gauche ?

Le grand débat entre les communistes et les socialistes sur la réforme et la révolution a-t-il été définitivement surmonté ? Les écologistes peuvent-ils prétendre à être membres de la gauche plurielle ?

L’Europe reste-t-elle un élément de désordre ? Et revenir sur la scission entre communiste et socialiste à Tours en 1920, est-ce un mythe, une réalité ? Quant à la nouvelle synthèse défendue par la gauche plurielle, est-elle soluble dans le blairisme ? Est-elle menacée par l’émergence de l’extrême gauche sur le plan électoral ?

Autant de questions auxquelles répond Jean-Christophe Cambadélis dans cet essai qui traite du pluralisme en général et de la gauche plurielle en particulier.

franceblafardeLa France blafarde – Plon – 1998 – Avec Eric Osmond

Trop connu, le Front national est méconnu, de même que l’histoire de l’extrême droite qui sous-tend les actions du mouvement frontiste rapportées dans la presse.

Mais connait-on le parti de Jean-Marie Le Pen ? Quelles sont ses racines depuis ma Seconde Guerre Mondiale, les clubs qui l’ont influencé, les réseaux qui s’étendent dans la société française ? Comment le Front a-t-il surgi, qui est responsable: une droite déboussolée en 1981 ? Les gaullistes incapables de répondre ? Les notables caressant l’extrémisme depuis l’OAS ? La gauche utilisant le Front National ? quels sont les ressorts de l’extrême droite française ? Le racisme, l’Europe, la société post-moderne ? Quelle est la stratégie du FN ? l’OPA sur la droite, l’alliance avec celle-ci, la combinaison des deux ? Qui sont-ils, d’où viennent-ils, les successeurs potentiels de Jean-Marie Le Pen ? Le Front national veut-il ou peut-il prendre le pouvoir ? Quelle est la signification réelle des élections régionales ?

Après des années d’études et d’enquêtes, ce livre tente de répondre à toutes ces questions. Il s’agit ici moins de révélations, bien que l’ouvrage en fourmille, que de comprendre le phénomène frontiste. Une synthèse remarquable d’un demi-siècle de l’extrémisme et le suivi pas à pas du parti de Jean-Marie Le Pen.

Pour une nouvelle gauche – Stock – 1996

Confronté à la révolution de l’immatériel qui dévore le travail et la culture, à la nouvelle donne géopolitique et la guerre en Europe, à la mondialisation, voire à la crise de l’État providence; bousculé par la fin des régimes totalitaires staliniens; affronté aux désillusions de la gestion sociale-libérale de la crise, ou aux limites du « socialisme conservateur »; interpellé par l’effacement des valeurs, des idées qui furent celles de tout un siècle, angoissé par la montée des nationalismes, de l’intégrisme, du lepénisme, le mouvement socialiste, devenu un fait majeur du XXème siècle, s’interroge: Survivra-t-il au XXIème Siècle ? Comment répondre à gauche aux défis de la société actuelle ?

Peut-on travailler à recomposer la gauche sur de nouveaux axes: La perspective d’une Europe républicaine, la domestication écologique et sociale le l’économie de marché, la fondation d’un nouvel universalisme – la justice, la construction d’une nouvelle alliance, voire d’un mouvement de toute la gauche ? Tel est l’espoir de ce livre: Celui d’une renaissance, et en quelque sorte une nouvelle gauche.

Quelle transformation de la société ? – 1995 – avec Yves Cochet et Gilbert Wasserman

Après quatorze ans de présidence socialiste, après la chute du mur de Berlin et la domination internationale de l’économie de marché, peut-on encore transformer la société ? Trois acteurs politiques, socialiste, communiste critique et écologiste, tentent de donner une réponse.

Ils confrontent leurs arguments et ouvrent un dialogue à travers un débat d’idées stimulant. Les auteurs, initiateurs des Assises de la transformation sociale, sont également les directeurs de la collection Perspectives.

Peut-on se résigner à la perte de la crédibilité de la politique, au désarroi de la gauche et de l’écologie politique ? Plutôt que de s’empêtrer dans les querelles d’appareils et la succession des petites phrases, la nouvelle collection Perspectives offre aux responsables de la gauche et du courant écologiste de débattre en profondeur de leurs idées.

En prolongeant la recherche engagée par les Assises de la transformation sociale, chacun des auteurs intervient à titre personnel. Chaque ouvrage de la collection n’est pas une simple juxtaposition des points de vue : il donne, dans une première partie, des Arguments permettant de croiser les réponses dans le Débat de la seconde partie. La transformation de la société, l’emploi, la citoyenneté et l’Europe sont les premiers thèmes abordés dans cette collection. Avec le souci d’élargir la discussion, au-delà des spécialistes et des seuls militants, à tous les citoyens.

Pour une nouvelle stratégie démocratique – L’Harmattan – 1987

La jeunesse de 1986 annonce une volonté d’intégration directe à la société qui lui barre son accès par le chômage. Elle revendique l’égalité des droits. Détonateur pour une période à venir, cette revendication est théorisée dans le présent ouvrage. « Père fondateur » selon la presse de l’UNEF-ID et d’une génération, Jean-Christophe Cambadélis présente ici trois études sur l’égalité et la démocratie, exposées dans le cadre du Cercle d’études contemporaines, entre juin et décembre 1986. La plupart des leaders du mouvement étudiant de décembre 1986 sont issus de cette « mouvance » d’inspiration marxiste.

L’auteur nous propose moins en fait de revenir à Marx que de tenter plus modestement mais plus efficacement d’aller à lui. Pour ce faire, il lui paraît nécessaire de dépouiller le marxisme de son déterminisme stalinien et poser à nouveau, au travers de l’individu personnel et l’individu convergent, la problématique de l’égalité des droits.

Dans la deuxième partie, Jean-Christophe Cambadélis tente de définir le contenu social et politique de la démocratie et défendant la Révolution française. Enfin, il cherche à cerner les problèmes actuels de la démocratie et de l’égalité des droits en cette fin de XXème siècle.