Vous êtes dans: Actualité

01 Mar

0 Comments

Réaction du Premier secrétaire du Parti socialiste Jean Christophe Cambadélis après la conférence de presse de François Fillon

par

 
Avec la décision de François Fillon de s’en prendre à la justice, comme le fit hier Marine Le Pen, nous assistons à une situation grave.
Ces actes marquent, après bien d’autres, la décomposition de la droite. Ceci sur fond de ce qu’il faut bien appeler maintenant une crise politique. Elle ne profite paradoxalement qu’à Marine Le Pen. Chaque jour, la candidate du Front national s’avance un peu plus vers le pouvoir.
Chacun, à ce moment de notre histoire, est comptable de ses gestes et de ses paroles. Chacun aura à s’exprimer – le Président de la République aussi je suppose.
Chacun doit retrouver le chemin de l’État de droit et la sérénité des débats pour éviter que la crise politique débouche sur une crise de régime permettant à l’extrême-droite de s’emparer du pouvoir.
J’appelle à la responsabilité de tous et pour ce qui est de la gauche, à son rassemblement.

27 Fév

0 Comments

L’édito politique de Jean-Christophe Cambadélis

par

2016-11-14-edito-jcc-22016-11-14-edito-jcc-32016-11-14-edito-jcc2016-11-14-edito-jcc-6

Chaque lundi, Jean-Christophe Cambadélis dans une vidéo dresse une analyse de la situation politique actuelle.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des épisodes de son #EditoHebdo :


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #28… par PartiSocialiste

L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #27… par PartiSocialiste

L’Edito de Jean-Christophe Cambadélis #26… par PartiSocialiste

L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #25 – « La… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #24… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – #22… par PartiSocialiste


L’Edito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode 11 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode 10 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 9 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 8 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 7 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 6 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 5 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 4 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 3 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 2 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 1 par PartiSocialiste


Crédit photos : Mathieu Delmestre

26 Fév

0 Comments

L’invité de Francis Letellier dans Dimanche en politique sur France 3

par

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce dimanche 26 février 2017, aux questions de Francis Letellier dans « Dimanche en politique » sur France 3.

 

Pour visionner le replay de l’émission:


Jean-Christophe Cambadélis : « Emmanuel Macron pense que Fillon a perdu »

20 Fév

0 Comments

L’invité de Caroline Roux dans « Les 4 vérités » sur France 2

par

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce matin aux questions de Caroline Roux dans « Les 4 vérités » sur France 2.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:


4 Vérités – Présidentielle : Hamon et Mélenchon… par francetvinfo

 

Gauche

Face à la droite et à l’extrême-droite, nous sommes condamnés à nous entendre, d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon. Tout le monde sait très bien et tout le monde comprend très bien que dans les conditions actuelles, nous sommes éliminés du second tour. Donc il faut que le mouvement se fasse autour d’un candidat.

Le problème n’est pas ce que pense Jean-Luc Mélenchon mais la nécessité de réconcilier la gauche sur un axe un peu plus à gauche, sur la réhabilitation du bilan et une crédibilité assumée.

Quand vous ne pouvez pas vous mettre d’accord au sommet, quand vous ne pouvez pas vous mettre d’accord entre les appareils, il faut créer de la dynamique pour que ce soit les électeurs qui tranchent. Par exemple aujourd’hui, les électeurs qui sont autour de Jean-Luc Mélenchon voient bien que l’efficacité commande de se rassembler autour de Benoît Hamon; et faire en sorte que celui-ci puisse engager sa dynamique. Quels sont les désaccords avec Jean-Luc Mélenchon ? Ils sont minimes au regard de l’enjeu de la présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon n’avait pas prévu l’arrivée de Benoît Hamon. Il est gêné par cette nouvelle donne, d’autant que Benoît Hamon peut tout à fait s’entendre avec Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

La dynamique est en place autour de Benoît Hamon. Les discussions se poursuivront.

Si Benoît Hamon gagne l’élection présidentielle, toutes les gauches seraient représentées dans son gouvernement. Ça vaut le coup de discuter !

Sur Emmanuel Macron

Emmanuel Macron va parfois plus vite que la musique et ne prend pas en compte la situation, les difficultés.  À force d’être ni de gauche ni de droite il est nulle part.

Sur François Fillon

Les Français hésiteraient à voter pour François Fillon s’il était face à Marine Le Pen au 2e tour de l’élection présidentielle. Il prend une grande responsabilité pour la droite et pour la France en se maintenant candidat à la présidentielle.

Je pense que Marine Le Pen est en dynamique et je crois qu’on aurait tort de ne pas penser qu’elle puisse gagner l’élection présidentielle. Je dis cela depuis des mois et des mois, mais aujourd’hui on commence à s’en apercevoir. Et je pense qu’il faut des candidats qui soient capables de créer une dynamique face à elle. C’est pour ça que je pense que quelqu’un comme Benoît Hamon est plus à même de rassembler le pays que beaucoup d’autres.

14 Fév

0 Comments

L’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info:

 


Pour Jean-Christophe Cambadélis, « l’inventivité… par franceinfo

 

Depuis 2005 la situation est très difficile car une stigmatisation des banlieues s’est développée. Vous ne pouvez pas prendre la manière dont on regarde les banlieues indépendamment de la situation politique, de la montée de l’identitaire dans la vie politique et quelque part de cette stigmatisation des banlieues.

On est dans le vieux monde. On ne comprend pas ce que veulent les jeunes dans les banlieues. L’erreur de tout le monde, c’est de proposer aux banlieues les services publics, alors que les jeunes veulent innover par eux-mêmes

On est dans la nécessité que les services publics soient présents évidemment. On est dans « il faut que ce ne soient pas des zones de non-droit » : absolument. Mais ce n’est pas ça, le fond. Le fond, c’est qu’ils se sentent totalement exclus et ils ne peuvent pas accéder à la société telle qu’elle est aujourd’hui.

Dans les banlieues il y a une inventivité, une énergie considérable qui n’est pas prise en compte.

J’appelle tous les responsables politiques à ne pas instrumentaliser la situation. Ils auraient tort.

Marine Le Pen stigmatise. Elle crée une situation de grand désordre. (…) Il y a un vrai malaise qui n’est pas que sécuritaire.

Election présidentielle de 2017 / gauche

Jean-Luc Mélenchon a tort. Si la gauche est fragmentée, c’est Marine Le Pen qui gagne. (…)

Jean-Luc Mélenchon a son 1/4 d’heure chasseur de têtes. Jean-Luc Mélenchon dit que Benoît Hamon a été porté par une vague qui venait de lui. Mais je constate qu’il ne veut pas la prendre et qu’il reste sur son rocher. Il ne peut pas rester sur l’Aventin en disant il y a quelques têtes qui ne me plaisent pas. C’est de quel niveau politique ça ?

Il faut avoir un petit peu le sens unitaire de la gauche vue la situation.

Je ne dis pas « dégage » comme Jean-Luc Mélenchon mais « discutons ».

Benoît Hamon a été élu contrairement à Jean-Luc Mélenchon. La primaire a eu lieu et a été un succès.

Affaire Fillon

Il va falloir que le parti Les Républicains tranche vite parce qu’aujourd’hui il n’y a pas de débat possible, parce que tout le monde ne parle que de l’affaire Fillon. Soit il reste, soit ils le changent mais c’est terminé.

Je dis: le feuilleton Fillon ça suffit ! Il y a une présidentielle ! Et pendant ce temps-là tranquillement, tout doucement, dans le silence le plus absolu, le Front national progresse. Personne ne peut installer un vrai débat donc il faut lever l’hypothèque Fillon : il reste ou il s’en va, mais ça ne dure pas.

Sur Emmanuel Macron

Nous avons un désaccord avec Gérard Collomb sur le candidat à la présidentielle. S’il parraine Emmanuel Macron il sera en dehors du PS. Gérard Collomb est un ami, on pourra toujours de retrouver plus tard. Tout le monde comprend qu’on ne peut pas être joueur du PSG et jouer pour Monaco.

Gérard Collomb a été cohérent: il est parti avant la primaire.

Je voudrai éclairer le tapis. Je veux dire où il est ? A un moment donné c’est quand même difficile de poser un débat politique sur les uns qui obscurcissent le débat, les autres qui se dérobent du débat.

08 Fév

0 Comments

L’invité de « Questions d’info » sur LCP en partenariat avec AFP, Le Monde et France Info

par

 

qdi-08022017

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Questions d’info sur LCP en partenariat avec AFP, Le Monde et France Info.

Il répondait aux questions de Frédéric Haziza, Frédéric Dumoulin, Françoise Fressoz et Yaël Goosz.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

 

 

Agression de Théo à Aulnay

« Le président de la République a eu parfaitement raison de se rendre à son chevet, c’est un acte fort ».

Affaire François Fillon

« Quand on s’excuse, c’est qu’on a commis une faute. Donc il a commis une faute. (…) Je ne voudrais pas être cruel, mais imagine-t-on le Général de Gaulle conseiller rémunéré de multinationales ?

Il faut voir quand même que le candidat à l’élection présidentielle doit incarner l’intérêt général et qu’à partir du moment où vous avez cet intérêt particulier et cette liaison avec de nombreuses multinationales, vous allez avoir du mal à incarner l’intérêt national.

Fillon a un rapport assez bizarre à l’argent. Les questions d’argent sont des questions importantes pour lui. (…) Je pense que l’attaque de M. Bayrou est juste.

Nous sommes dans un climat qui ressemble à ce qui s’est passé aux Etats-Unis. On n’a pas vu la personnalité de Donald Trump, on a vu le rejet d’une représentation politique qui semblait éloignée des intérêts des Américains liée à la finance. Tout ça crée un climat de suspicion dans lequel le Front national se propulse et se construit. (…) Je n’annonce pas la victoire de Marine Le Pen, je crois qu’on peut se rassembler pour la battre. »

Election présidentielle

« L’équation de Benoît Hamon, à savoir un avenir pour tous et une préoccupation du quotidien, est une équation gagnante.

Cécile Duflot revient sur ses errements, c’est une bonne chose. Elle revient à l’unité. Toute personne qui revient à l’unité, pour moi, c’est positif.

Emmanuel Macron profite d’une situation incertaine et pour bien en profiter il ne veut pas se définir. Emmanuel Macron ne dit rien. Cette absence de définition cache telle quelque chose?

Notre stratégie est très simple : c’est mettre Hamon au deuxième tour.

Si les parlementaires signent le parrainage à Emmanuel Macron ils ne seront plus socialistes.

Avec Gérard Collomb nous ne partageons pas le même choix à la présidentielle, ce qui ne veut pas dire qu’on ne se retrouvera pas. »

Front national

«Le Front national est facteur de désordre : désordre avec nos partenaires en Europe, désordre dans le pays. (…) Le point de faiblesse de Marine Le Pen c’est qu’elle insécurise la France, et qu’elle ne protège pas les Français.

Le parti du désordre, parfois même de l’affrontement social dans notre pays, c’est le Front national.»

07 Fév

0 Comments

L’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV et RMC

par

img_7232

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin dans « Bourdin Direct » sur BFM TV et RMC.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que  ses principales déclarations:

 

Sur François Fillon

« François Fillon a dit à son camp, la droite, j’ai  commis une faute mais vous n’avez pas le choix. À partir du moment où Alain Juppé a dit qu’il n’irait pas, François Fillon a pris en otage son propre camp. (…) Je ne veux pas l’abattre mais le combattre car son programme est épouvantable pour les salariés.

François Fillon s’est présenté comme l’homme honnête dans sa campagne. Quand je vois son rapport à l’argent je suis un peu dubitatif. Il a décidé de rester mais nous verrons dans quelques semaines s’il a eu raison ou pas. »
Les Français jugeront

Sur Emmanuel Macron
«  Emmanuel Macron n’est pas un gourou  mais je suis inquiet car il ne veut pas dévoiler son programme. Qu’est-ce qu’il cache? Depuis juillet, on nous dit que c’est la ‘semaine prochaine’. Est-ce qu’il y a quelque chose qui n’est pas avouable? Emmanuel Macron ne veut pas se définir et ça commence à poser problème. En attendant c’est un peu creux. (…) Je ne peux pas discuter avec Emmanuel Macron, je ne sais pas ce qu’il veut ! ‘La présidentielle c’est moi’ c’est un peu court quand même !

Ceux qui mandateront Macron ne seront plus au Parti socialiste. Comme ceux qui auraient voté la motion de censure ne pouvaient plus l’être. »

Sur Benoît Hamon

« Le bilan du quinquennat est globalement positif. (…) Benoit Hamon doit défendre ce qu’il estime bon dans le bilan de François Hollande.
Benoit Hamon n’est pas candidat sur un bilan mais pour un avenir. Nous avons un candidat qui rassemble. Il n’y a pas d’explosion du Parti socialiste.

Jean-Luc Mélenchon veut-il rester à 10% dans son splendide isolement ou participer à une action de redressement ?

Benoît Hamon a une personnalité solide et incarne le renouveau. (…) Il fait revenir à la politique une génération. Les jeunes. Et cela est très important. (…) Il y a un intérêt pour la vie quotidienne des Français chez Benoît Hamon qu’on ne voit pas chez les autres candidats.

Les Français se diront : avec Benoît Hamon on a du renouveau et en même temps on a la solidité du Parti socialiste. »

05 Fév

0 Comments

Discours de Jean-Christophe Cambadélis lors de la convention d’investiture de Benoît Hamon – dimanche 5 février 2017

par

img_5284

Retrouvez le discours de Jean-Christophe Cambadélis lors de la Convention nationale d’investiture du candidat à l’élection pésidentielle: Benoît Hamon :


Discours de Jean-Christophe Cambadélis à la… par PartiSocialiste


Crédit photos: Mathieu Delmestre

29 Jan

Commentaires fermés sur Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

par

 

logo ps twitter
Dans la campagne de François Fillon, le meeting d’aujourd’hui devait être un temps fort : ce fut un temps mort.
La droite rêvait de ce jour comme d’une démonstration de force : elle devait propulser son candidat, montrer qu’il était le seul légitime à gouverner la France.
Las : face à la tourmente, c’est à sa famille politique qu’il a dû prouver qu’il était encore capable de la représenter à l’élection présidentielle.
L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a donc repris tous les mantras de la droite : une fois encore, les plus vulnérables ont vu leur dignité bafouée au nom du combat contre « l’assistanat », celle des fonctionnaires au nom de la lutte contre la « bureaucratie », le travail de la communauté éducative et des enseignants réduit à des « activités périphériques », les immigrés à des profiteurs qu’on tolère sous conditions. Rien de nouveau sous le soleil, donc.
Pire encore : pour retrouver de l’espace à droite, François Fillon raconte désormais que tous ses adversaires sont à gauche, y compris le Front national. Le candidat « les Républicains » ne prend même plus la peine de distinguer ceux qui portent les valeurs de la République de ceux qui les rejettent et les bafouent. Etre de gauche, c’est croire en l’action de l’Etat mais c’est aussi partager une éthique et des principes. Le succès des primaires citoyennes démontre que le peuple de gauche est bel et bien vivant, prêt à les défendre, contre la droite et l’extrême-droite.

27 Jan

Commentaires fermés sur Le Parti socialiste s’indigne du retour des discours et des actes climato-sceptiques, de Washington à Paris

Le Parti socialiste s’indigne du retour des discours et des actes climato-sceptiques, de Washington à Paris

par

Après le succès de la COP21, on était en droit d’espérer un recul du discours climato-sceptique. Las, force est de constater qu’il revient en force en ce début 2017. Le Parti socialiste non seulement s’en inquiète, mais s’en indigne.

Aux États-Unis, le Président Donald Trump a lancé la charge dès son intronisation, le 20 janvier, en faisant disparaître immédiatement la rubrique « changement climatique » du site officiel de la Maison Blanche. L’une de ses premières décisions aura consisté à relancer l’exploitation des pétroles et gaz de schiste, une énergie fossile dont l’extraction par fracturation hydraulique cause de profonds dommages à l’environnement et provoque des fuites du méthane, un gaz à effet de serre 23 fois plus puissant que le CO2.

Avec cette décision, Donald Trump remet en cause les engagements internationaux des Etats-Unis pour le climat, en particulier l’Accord de Paris. Face à l’urgence climatique, il méprise les 195 signataires, tourne le dos au monde, à la coopération internationale et prend des décisions qui s’annoncent catastrophiques pour notre avenir commun. America first, Climate least.

En France, Marine Le Pen a indiqué hier que le climat n’était pas une religion, comme pour mieux relativiser et remettre en cause les travaux des scientifiques du GIEC qui alertent depuis des années, à l’appui de travaux solides, sur l’importance de la crise climatique et l’urgence d’y remédier. Sous l’effet de la victoire de sa nouvelle idole américaine, Marine Le Pen renoue même avec son discours de 2012 quand elle affirmait douter que l’homme soit responsable du dérèglement climatique.

La trumpisation des esprits s’empare aussi des députés de droite. Lors de l’examen de la proposition de loi relative à la réforme du code minier, ils ont refusé de voter avec les députés socialistes pour interdire définitivement l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste, et faire référence à la loi autorisant la ratification de l’Accord de Paris. Ils préparent ainsi le terrain aux renoncements et régressions contenus dans le programme de leur candidat en matière climatique et environnementale.