Vous êtes dans: Expressions

26 Avr

Commentaires fermés sur Présentation du premier cahier de la présidentielle – Conférence de presse du 26 avril 2016

Présentation du premier cahier de la présidentielle – Conférence de presse du 26 avril 2016

par

2016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle

Jean-Christophe Cambadélis, Guillaume Bachelay, Gabrielle Siry et Fabien Verdier ont présenté le premier Cahier de la présidentielle intitulé “Entreprendre, Travailler, S’accomplir” lors d’une conférence de presse que vous pouvez retrouver en vidéo ci-dessous:

 


Présentation du premier Cahier de la… par PartiSocialiste

 

Retrouvez la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis:

La présidentielle c’est un candidat, une stratégie, un projet.

Le candidat : François Hollande : Une majorité y seront favorables s’il le décide.

La stratégie : c’est le rassemblement dès le 1er tour. Le Gouvernement s’occupe du bilan, le Parti socialiste s’occupe du dépassement.

Le projet c’est le renouveau français, c’est le sens des cahiers de la présidentielle.

Cinq arêtes majeures dans le texte :

  • Entreprendre est une valeur de gauche
  • L’innovation est la nouvelle frontière de la France
  • L’économie subventionnée n’est pas la solution, l’investissement dans la recherche doit l’être
  • Les salariés ont leur place dans la décision
  • Le revenu d’existence va avoir sa lecture socialiste

 

2016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-32016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-192016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-12

 

Crédits photo: Mathieu Delmestre

25 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Brigitte Boucher dans Politique Matin sur LCP

L’invité de Brigitte Boucher dans Politique Matin sur LCP

par

JCC LCP 25042016

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Brigitte Boucher dans la matinale de LCP.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que des extraits vidéos de l’interview:

 

Retour sur l’interview au JDD « J’appelle les socialistes à se retrousser les manches et, pour commencer, à arrêter de pleurer. »

J’avais déjà lancé cet appel à la mobilisation le 11 mars dernier. Il faut que les socialistes répondent coup pour coup. La critique est un peu excessive par rapport au bilan.

La Belle Alliance Populaire
Nous construisons un rassemblement de 1er tour.
La Belle Alliance Populaire ce n’est pas l’union de la gauche ou de la gauche plurielle. On construit le dépassement du Parti socialiste. Il y a à la fois des associatifs et des syndicalistes. Ce n’est pas une alliance d’appareils comme la gauche plurielle

Primaire à gauche
Pour David Cormand la primaire c’est du passé. Pas pour moi. Ce n’est pas à un responsable de parti de décider pour les citoyens de gauche ce qui est bon ou pas. Laissons les Français de gauche décider. Si on veut une primaire de toute la gauche c’est avec les socialistes tels qu’ils sont. Ce n’est pas aux Verts de choisir leur candidat.

Si le court actuel des écologistes c’est soit la gauchisation ou l’extrême gauche soit le ni droite ni gauche, ils vont quitter l’espace public ! C’est évident. Ils n’ont de choix ou de possibilité de prospérer – ça a toujours été comme ça – que dans des alliances des progressistes. (…) Plus ils sont à la gauche de Mélenchon, moins ils font de score.

Bilan du quinquennat et rassemblement de Hé oh la gauche
Il y a une désinformation sur ce que nous avons fait et il faut rétablir la vérité. Combattre le chômage est une question majeure.

Dans le moment présent si Emmanuel Macron avait été invité, la presse n’aurait parlé que de lui et pas du bilan. Il faut moderniser et protéger. Il faut qu’Emmanuel Macron s’intègre à ce dispositif. Il doit rentrer dans le collectif, je crois qu’il l’a compris.
On ne dit pas être seulement insatisfait de la gauche mais aussi de la droite et de l’extrême droite, pourquoi l’oublier ?

Aujourd’hui les représentations politiques sont en décalage par rapport aux problèmes des Français. Ils ne sont que dans la présidentielle. La peoplisation de la politique a apporté une multitude de candidatures à droite comme à gauche. Il est temps de reparler des problèmes des français et des solutions que l’on peut leur apporter.

Élection présidentielle en Autriche

Il y a la montée dans toute l’Europe d’un souverainisme xénophobe. C’est extrêmement préoccupant. L’Europe c’est la paix, le nationalisme c’est la guerre. Ne l’oublions jamais.

Il faut tout faire pour que l’Europe continue de se développer. Cela doit préoccuper tous les démocrates européens.

24 Avr

Commentaires fermés sur Élection législative partielle en Loire-Atlantique : réaction du Parti socialiste

Élection législative partielle en Loire-Atlantique : réaction du Parti socialiste

par

logo social écologie

Ce soir, la candidate socialiste Karine Daniel a remporté l’élection législative partielle de la troisième circonscription de Loire-Atlantique, succédant ainsi à Jean-Marc Ayrault.

Le Parti socialiste adresse ses vives félicitations à Karine Daniel qui a su, dans un contexte difficile, rassembler le peuple de gauche et écologiste autour de sa candidature.  Dans cette élection, la gauche retrouve son résultat des élections régionales.

La victoire de cette jeune candidate socialiste vient rappeler que les sondages nationaux et les spéculations médiatiques ne font pas les résultats des élections. Les électeurs de cette circonscription ont, ce soir, réaffirmé leur attachement aux valeurs de fraternité, de solidarité et de progrès social défendues par la gauche.

24 Avr

Commentaires fermés sur Hommage et recueillement

Hommage et recueillement

par

IMG_1593

 

J’assistais ce matin à la cérémonie commémorative qui s’est tenue à la Mairie du 19eme arrondissement à l’occasion de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation.

IMG_1592IMG_1591IMG_1590

 

 

Crédit photos: Mathieu Delmestre

24 Avr

Commentaires fermés sur “J’appelle les socialistes à se retrousser les manches et, pour commencer, à arrêter de pleurer”, interview au JDD

“J’appelle les socialistes à se retrousser les manches et, pour commencer, à arrêter de pleurer”, interview au JDD

par

JDD

 

Le JDD publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou bien lire ci-dessous:

 

Avez-vous encore le moral ?
Personnellement, oui. Mais le pays c’est autre chose. Nous vivons une situation bonapartiste sans Bonaparte. La France va économiquement mieux, socialement mal et politiquement très mal.
La fragmentation est partout, et le désir nulle part. Le pays est saisi par une frénésie de déconstruction. Nous avons une somme de revendications contradictoires, sans ligne de force sinon le refus de la mondialisation libérale dont l’ADN est contradictoire avec celui de la France. Ce qui donne une situation volatile.

Est-ce pour cela que 21 ministres se réunissent demain, ce qui est une première, à la Faculté de médecine de Paris ?
C’est un moment de la contre-offensive. Car on est dans une situation invraisemblable de bashing socialistes et d’un bashing Hollande qui confine à la névrose obsessionnelle. C’est totalement irrationnel. On peut critiquer mais, aujourd’hui, on s’acharne. Il y a une dimension de bouc-émissaire.
Il faut donc rétablir les faits, sinon, le pays va se tromper sur les solutions. Nous marchons donc d’un même pas avec Stéphane Le Foll qui organise la réunion de demain: d’un côté faire comprendre ce qu’a été réellement l’action du gouvernement depuis 2012 – avec, j’en conviens, des résultats contrastés – de l’autre rassembler dans la Belle Alliance Populaire tous ceux qui ne veulent ni du libéralisme qui veut tout défaire, ni du conservatisme qui ne veut rien faire.

Les Français semblent pourtant récuser les vieux partis…
Il y a aujourd’hui, j’insiste, une frénésie de déconstruction. Faut-il pour autant liquider les formations politiques ? Non. Je suis un partisan de la démocratie participative. Mais avec tout le respect que j’ai pour ce qui se passe place de la République, la France ne peut pas être dirigée par l’agora de Nuit Debout.

Jeudi, une partie de la gauche – dont Nuit debout – manifestera une fois de plus contre la loi Travail. François Hollande ne devrait-il pas retirer cette loi ?
Non. Pour une raison toute simple : le Parti socialiste veut la sécurisation des parcours professionnels. Cette loi, dans un équilibre nouveau, les sanctuarise avec le compte personnel d’activité. Il ne faut pas attendre de la droite qu’elle le fasse.

Etes-vous favorable à l’amendement destiné à taxer davantage le recours au CDD, ce qui serait pour le Medef un point de rupture ?
Je suis favorable à tout ce qui permet de lutter contre le précariat. Cela en fait partie.

La politique économique a-t-elle été depuis 2012 assez équilibrée ?
J’aurais préféré que l’on traite plus tôt de la sécurisation des parcours professionnels. J’aurais souhaité que l’on aille plus vite et plus fort dans le domaine de la lutte contre le précariat.
Je découvre avec joie que le Premier Ministre y vient puisqu’il se dit aujourd’hui favorable à un revenu universel. Par ailleurs, je vais vous le confesser: nous avons sous-estimé la crise industrielle sur laquelle la droite avait fait l’impasse. L’urgence était de reconstruire l’appareil productif, d’où le CICE puis le pacte de responsabilité. Mais cette politique n’a pas été expliquée aux Français.

Sur la réduction du chômage, cette politique n’obtient toujours pas de résultats…
Le chômage, c’est la plus grande des difficultés mais admettons quand même que les autres indicateurs sont bons ou meilleurs. Aujourd’hui, les entreprises ont retrouvé leurs marges. On recrute à l’école, dans la police, la sécurité sociale revient à l’équilibre avec de nouveaux droits etc etc. En focalisant sur l’inversion de la courbe du chômage, nous avons obscurci nos autres résultats.

Pour les législatives de 2017, la direction d’Europe-Ecologie-Les Verts ne veut ni accord programmatique avec le PS ni même accord électoral…
Il y a à travers cela l’idée que le ressourcement écologiste se construirait soit dans le gauchisme, soit dans une distance avec la gauche. Antoine Waechter avait en son temps emprunté ce chemin. Depuis, l’écologie politique avait surmonté ce « ni ni » par l’alliance avec les progressistes. Donc, tout cela me parait être une régression sectaire. Je ne m’y résous pas. Car je ne veux pas demain d’une Assemblée sans écologistes, sans communistes. Pour moi, nous sommes ensemble la gauche et nous devons ensemble agir face au libéralisme ambiant et au nationalisme xénophobe montant.

Faites-vous partie des socialistes qui ne comprennent pas l’indulgence dont bénéficie au sommet de l’Etat Emmanuel Macron ?
Emmanuel Macron s’imaginait en Sully, il ne faudrait pas qu’il finisse en Brutus, comme certains l’y poussent. Sa campagne lui échappe. Car la placer sous l’égide de « ni droite ni gauche » ne peut pas être un avenir pour la gauche. Le problème posé à la France, c’est une triple refondation: de la République, de la droite et de la gauche, et pas la dissolution des trois dans une soupe.

Henri Guaino juge « insupportable » l’attitude d’Emmanuel Macron et estime qu’il devrait quitter le gouvernement pour éviter « la chienlit » ?
C’est le retour du refoulé de Henri Guaino par rapport à Nicolas Sarkozy qui faisait la même chose avec Jacques Chirac! Le problème, ce n’est pas la démission d’Emmanuel Macron, mais sa position. Soit il élargit la majorité présidentielle en s’adressant à des gens qui ne nous écoutent pas et, à ce moment-là, il fait sa part de travail, soit il veut se substituer à la gauche. Mais on ne peut le faire dans le « ni ni ». Cette ligne qu’il prétend porter ne permet pas de rassembler.

La primaire de gauche, dites-le franchement, ne verra jamais le jour…
J’étais favorable à la primaire de toute la gauche. Mais à partir du moment où on dit « primaire de toute la gauche sans Hollande », on est dans une contradiction. Auquel cas, qu’on ne nous amuse pas, nous les socialistes, en disant « Vous êtes les bienvenus » !

Si Jean-Luc Mélenchon devançait Hollande dans les sondages, appelleriez-vous au « vote utile » en sa faveur ?
Le ballet des sondages fait partie des figures imposées. Il y a bien un sondage qui donnera Bruno Le Maire devant Nicolas Sarkozy et, au moins une fois, Jean-Luc Mélenchon passera devant François Hollande. Cela fera le régal des journaux qui pourront faire des titres vengeurs, mais ce sera très loin de la réalité.
Il y a des temps médiatiques et des temps politiques. Ainsi, nous vivons aujourd’hui la juppémania. Alain Juppé est devenu le candidat des élites : déjà élu, toujours mutique. Ce sera le Balladur de 2017.

François Hollande peut-il encore gagner ?
Rien n’est joué. Nous n’avons pas à rougir de notre bilan quand on se rappelle de ce que Sarkozy-Fillon-Juppé nous ont laissé en 2012. Face à une droite qui s’extrémise et une ultra gauche qui ne veut pas gouverner, il y a un espace pour le candidat socialiste. Et le pays ne veut ni de libéralisme radical ni de l’extrême droite.
François Hollande est au centre du renouveau français en protégeant les Français et en modernisant la France. La seule ligne praticable, c’est la sienne: celle d’un réformisme juste. J’appelle donc les socialistes à se retrousser les manches et, pour commencer, à arrêter de pleurer.

Propos recueillis par Arthur Nazaret et Dominique de Montvalon

19 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Laurence Ferrari sur I Télé

L’invité de Laurence Ferrari sur I Télé

par

Tirs croisés 19042016

 

Jean-Christophe a répondu aux questions de Laurence Ferrari dans Tirs Croisés sur I Télé:

 


L’invité de Laurence Ferrari du 19/04/2016 par ITELE

 

Nuit Debout
La question que je me pose, même si j’ai condamné comme tout le monde la manière dont il a été éconduit. Qu’est-ce que Finkielkraut allait faire dans cette galère? Qu’est-ce qu’il pensait trouver? C’est à l’antipode de tout ce qu’il pense. Il savait très bien comment il allait être reçu. Donc, il y a quelque chose d’un peu bizarre, d’un peu lunaire dans sa démarche

Ce n’est pas un rassemblement gauchiste (…) C’est quelque chose de très particulier. C’est une prise de parole. Petit à petit, soit ce mouvement mute, parce qu’il existe aussi dans un certain nombre de villes, et il se donne une forme organisationnelle, un objectif politique. Soit il reste un lieu, une agora de discussions. La juxtaposition des prises de position les unes après les autres, ça finira par fatiguer tout le monde et on passera du débat, de la prise de parole, à la volonté d’avoir des vraies solutions.

Affiche polémique de la CGT sur les violences policières :
L’affiche de la CGT  est irresponsable. Ils se sont aperçus qu’ils avaient fait une grosse erreur en dehors des préoccupations des Français. (…)  La CGT est une formation qui est contestée dans son hégémonie. Elle se radicalise, parce qu’elle va être devancée dans les élections professionnelles par la CFDT.

Je demande à ce qu’ils respectent les socialistes ce qu’ils n’ont pas fait hier dans leur Congrès. Je croyais qu’à la CGT on respectait tous les ouvriers quelque soient leurs obédiences politiques ou religieuses disent les statuts de la CGT.

Ultimatum de Pierre Gattaz sur la Loi Travail
Monsieur Pierre Gattaz est sous la pression de M. Roux de Bezieux, de l’aile dure du Medef. Il a du mal à tenir ses troupes. C’est du bluff je ne crois pas qu’il prenne en otage les chômeurs. Sinon on dira que le Medef se cégétise.

Hollande bashing
Je ne dis pas qu’il y a un complot. Je dis que c’est le côté moutonnier des médias: au vu des sondages il faudrait que ce soit Alain Juppé le gagnant. Les médias veulent retirer tous les candidats qui empêcheraient Alain Juppé de gagner.
Si on croit aux sondages, s’il y avait une volonté de renouvellement, Alain Juppé ne serait pas en tête !

Rôle du Parti socialiste
Durant le quinquennat le PS a accompagné le gouvernement tout disant ce qu’il pensait des réformes. Le PS a essayé de contenir les critiques quand elles existaient et faire en sorte de défendre la politique gouvernementale.

Réunion de « Eh oh la gauche » du 25 avril prochain
Oui je suis invité au rassemblement de « Eh, oh la gauche ! » mais je ne pourrai pas y participer car lundi soir nous avons un Bureau national.

Primaire à gauche
Je l’espère et je me bats pour qu’elle ait lieu mais je constate que ce n’est pas facile aujourd’hui.

Grève des permanents du PS?
La CGT Solférino vient de faire un démenti. Je ne suis pas en cause. Le journaliste a un peu sur-interprété le communiqué. (…) Je me réunis régulièrement avec les organisations syndicales, je rencontre l’ensemble des personnels de Solférino et fait en sorte qu’ils puissent travailler dans un climat confiant.

Election présidentielle de 2017
Oui, la période électorale a commencé. Je souhaite François Hollande soit candidat mais c’est à lui de le dire.

Emmanuel Macron estime qu’il a un destin même s’il n’a pas défini son dessein. (…) Sur la question européenne nous sommes complètement en phase avec Emmanuel Macron.

19 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Roland Sicard sur France 2

L’invité de Roland Sicard sur France 2

par

JCC Les 4 Vérités 19042016

Jean-Christophe Cambadélis était mardi 19 avril l’invité de Roland Sicard dans Les 4 vérités sur France 2.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Les 4 Vérités par telematin

 

Sondages
“Il y a un consensus mediatico-sondagier pour conduire le Président de la République à renoncer à sa candidature. C’est un consensus, c’est moutonnier, tout le monde est sur la même orientation. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, l’homme qui doit diriger la France pour les cinq ans à venir, c’est Alain Juppé qui doit exercer son libéralisme radical et tenter de réussir l’union nationale, c’est-à-dire d’intégrer le Parti socialiste à son dispositif. Tout le monde est sur cette orientation, tout le monde veut faire pression pour qu’il y ait place nette pour que le champion – comme autrefois Édouard Balladur – soit en situation de l’emporter.
Nous sommes dans une situation difficile, un pic critique, mais le Hollande bashing, le socialisme bashing est tellement systématique, c’est systémique même, qu’on peut s’interroger.

On ne peut plus aujourd’hui faire un diagnostic : on ne peut plus enregistrer de bons chiffres sur le commerce extérieur, sur le fait que les entreprises ont refait leurs marges, sur la situation économique de la France par rapport à d’autres pays en Europe, sur le fait que nous avons baissé les déficits. Ce n’est plus possible parce que tout est obscurci par une seule question : le Hollande bashing.

Le chômage des jeunes reste élevé mais a décru. Personne ne le souligne. On préfère dire “ça ne marche pas”

Primaires
“Rassembler la gauche, il n’y a que François Hollande qui soit en position pour y arriver.
Le PCF revient-il à ses anciens amours: la division de la gauche? Je le regrette. Il est nécessaire que la gauche face front si elle veut entamer le libéralisme ambiant et le nationalisme montant.

Il y a un risque d’absence de la gauche au 2ème tour de l’élection présidentielle. Et si c’est le cas elle sera absente longtemps de toute opposition à la droite.”

Election législative partielle à Nantes et le refus d’EELV de donner des consignes de vote :
“Il y a un fort désaccord entre les socialistes et EELV sur Notre-Dame-des-Landes. C’est une mauvaise orientation: qu’est ce qu’EELV a à gagner si la droite passe?”

Affiche polémique de la CGT sur les violences policières:
“Beaucoup de choses me choquent en ce moment à la CGT. Hier, lors de l’ouverture du congrès, les congressistes de la CGT ont crié « Les socialistes dehors ! ». Je constate donc que les socialistes n’ont plus droit de cité dans la CGT. J’en prends acte.

Il y a une gauchisation à la CGT et cette affiche fait partie de ce cours gauchiste.”

18 Avr

Commentaires fermés sur L’invité d’Arlette Chabot sur LCI

L’invité d’Arlette Chabot sur LCI

par

LCI 18042016

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce lundi l’invité politique d’Arlette Chabot dans la matinale de LCI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 

Sondages

Aujourd’hui  il n’y a de désirs pour rien et je ne pense pas qu’il y ait un désir de droite dans le pays.

Si la gauche ne se reprend pas en main, elle sera pulvérisée et marginalisée pour 20 ans.

Il y a les résultats virtuels, les sondages, et les réels: Nantes. Dans l’un la gauche est à 30%, dans l’autre à 39%.

Même avec les résultats réels, la gauche n’est pas à cette étape en capacité de l’emporter. Il faut donc l’unité.

La gauche est avertie, l’oligarchie politique et sondagière veut l’élection d’Alain Juppé. L’oligarchie ne veut ni le FN, ni le PS mais un programme libéral, radical obtenu grâce à l’union nationale. Le programme de la droite ultra libérale ne passera pas.

 

Election présidentielle de 2017

Le problème n’est pas François Hollande mais de définir ce qui est nécessaire à la France.

Il y a un espace pour une France nouvelle qui soit à la fois modernisée et protectrice.

Avec la cohérence de François Hollande on aura redressé la France: compétitivité, déficit…

Pendant le quinquennat de François Hollande on aura assaini la France, on aura redressé les comptes. Nos résultats, sauf malheureusement pour le chômage, sont bons pour la France. Nos prédécesseurs n’avaient rien réussi du tout.

Ce qui détermine une candidature aux Présidentielles, c’est de savoir si le candidat peut porter un projet et incarner l’avenir de la France.

 

Gauche / Primaires

Je constate que Jean-Luc Mélenchon qui fait une belle campagne hors primaire aujourd’hui, ne peut pas réunir l’ensemble de la gauche, Cécile Duflot encore moins. Les autres candidats PS, qui ont beaucoup de talent et qui pourront un jour ou l’autre candidater, ne peuvent pas le faire. Le seul qui peut réunir un tant soit peu la gauche, c’est François Hollande.

Je lance un appel: il faut que la gauche se reprenne sinon elle sera pulvérisée. Si la gauche ne se réunit pas, ce n’est même pas la peine d’y aller. C’est nécessaire  car je ne veux pas d’une France libérale.

Ce matin après les déclarations du PCF, la primaire de toute la gauche a du plomb dans l’aile.

On a commencé en disant c’est les primaires de toute la gauche. Puis Jean-Luc Mélenchon est parti. On nous a dit que ce n’était pas grave on va faire avec les autres. Est-ce qu’on sera tous derrière le candidat qui l’emportera ?Au PS, tout le monde était d’accord. Et à ce moment-là, le Parti communiste prend la responsabilité de la division

Je préfèrerai que le PCF et EELV soient de la primaire. De quoi ont il peur s’ils pensent avoir raison ?

La Belle Alliance Populaire est une alliance pour une alternative au libéralisme ambiant et au nationalisme montant.

Pour moi, le seul qui peut réunir la gauche c’est François Hollande.

Nuit Debout

Il y a repolitisation, il y a aussi forme de radicalisation. La repolitisation n’est pas obligatoirement social démocrate bien peignée et sage sur la place de la République. Il y a tous les sentiments et il y aussi dans ce mouvement – comme dans tous les mouvements – un sectarisme ambiant. Je trouve que le sectarisme, les prises de position expulsant l’autre sont le trait commun de tous les courants politiques aujourd’hui, moi j’appelle à la sérénité, à l’écoute, à l’échange, au rassemblement à gauche.

L’expulsion d’Alain Finkielkraut de la place de la République est condamnable mais on se demande ce qu’il est allé faire dans cette galère ?

15 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV et RMC

L’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV et RMC

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV et RMC.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 

Intervention de François Hollande dans Dialogues Citoyens: 

La France va mieux. Les résultats économiques en termes statistiques sont meilleurs que ce que nous avons trouvé en 2012. Mais les Français ne vont pas mieux, ils sont en colère, interrogatifs et en difficulté.

Vous pouvez convoquer toutes les misères de la France, nous ne sommes pas restés les bras ballants

Nous avons pris toutes les mesures pour pouvoir y remédier. Nous ne sommes pas dans le commentaire mais dans l’action.

Le Président a été bienveillant, il a montré qu’il était à l’écoute. Il a montré qu’il était le seul à moderniser et protéger.

Rallumer l’espoir c’est une nécessité aujourd’hui.

Nous avons fait une erreur, nous avons indexé la réussite du quinquennat à la seule formule sur inversion de la courbe du chômage. Cette formule a rendu peu visible les autres résultats que nous avons eu dans d’autres domaines.

Il y a ceux qui veulent liquider, et ceux qui ne veulent rien faire.

Le Président  a donné de la cohérence à son quinquennat et a posé un axe pour la prochaine présidentielle.

Pour améliorer et faire rêver, il faut avoir un cap. Ce qui a été fixé : modernisation et protection

Je ne suis pas dans l’autosatisfaction mais dans le combat pour améliorer le quotidien des Français.

Le juste équilibre ça ne se décrète pas, ça se négocie. On ne peut pas faire de loi tout pour l’entreprise ou tout pour les salariés

Si nous voulons faire une France nouvelle, il faut qu’elle soit équilibrée. Sinon c’est le déséquilibre du libéralisme portée par la droite ou le déséquilibre du conservatisme porté par d’autres.

Le Président n’est pas obsédé par la présidentielle mais concentré par sa mission du moment présent : reconstruire l’équilibre qui avait été détruit.

Nous n’avons pas réglé les problèmes permettant d’assécher le Front national mais on a assainit le pays.

Je pense que le Président de la République dira s’il est candidat fin novembre, début décembre.

Sur Emmanuel Macron: 

Emmanuel Macron n’est pas en situation de rassembler l’ensemble de la gauche. Il a dit qu’il ne se présenterait pas si le Président était candidat.

Emmanuel Macron est un excellent joueur mais il ne joue pas collectif.

Élection présidentielle de 2017:

Le président  doit rassembler son camp puis les Français.

Je n’imagine pas que la gauche soit éliminée. C’est l’avenir du pays mais aussi de la gauche en jeu.

Nomination de Thierry Lepaon:

Je vais regarder cela de près mais Je trouve qu’il n’est pas anormal que nos responsables syndicaux trouvent un débouché

 

14 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Bruce Toussaint sur I Télé

L’invité de Bruce Toussaint sur I Télé

par

JCC Itele 14042016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Bruce Toussaint dans la matinale d’I Télé.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

 


L’invité de Bruce Toussaint du 14/04/2016 par ITELE

 

Sur l’émission Dialogues Citoyens :

“Le temps de la pédagogie du quinquennat est arrivé. Il faut commencer maintenant la pédagogie du quinquennat parce que la pédagogie, c’est long à installer. Comme les médias ne le font pas, il faut bien qu’il le fasse lui-même

C’est le bon moment parce que on est déjà engagé dans beaucoup de choses, il y a des résultats, il va pouvoir les souligner. Il y a des échecs, il y a des difficultés. C’est le bon moment pour le faire. On s’est très mal expliqué. On a répondu aux événements mais on n’a pas donné la cohérence du moment.

Le dialogue avec les Français est difficile mais il faut l’engager. Les Français disent: ce n’est pas ce que vous nous aviez promis. Donc il faut leur répondre que c’était pour répondre à leurs problèmes qu’on a fait un certain nombre de choses

Le Président doit parler évidemment à tous les Français mais d’abord à la gauche

Il doit démontrer qu’il a assaini le pays pour reconstruire une France nouvelle, qu’on l’a fait tout en préservant notre modèle, il doit développer son projet.

N’achetez plus de sondages, il disent 30% FN, 30% LR, 10% extrême gauche, c’est toujours les mêmes sondages.

Tant que nous ne serons pas rentrés dans la présidentielle les sondages seront les mêmes. C’est le tripartisme.

Si on fait 29% au premier tour (en 2017), on aura gagné l’élection” présidentielle

Le sujet aujourd’hui est de faire de la pédagogie. Il faut respecter le rythme des Français, leur expliquer ce qui a été fait.

François Hollande est la meilleure chance de rassembler la gauche.

 

La Belle Alliance Populaire :

Nous avons décidé à la Belle Alliance Populaire de ne pas nous déterminer par rapport à Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a dit qu’il ne serait pas candidat face au Président de la République comme dans le Tour de France, avant les étapes de montagne, certains aiment montrer le maillot.

Ce serait très bien que le ministre de l’Economie fasse de la pédagogie sur son action.

Nous proposons La Belle Alliance Populaire qui combine des politiques minoritaires dans l’appel, des associatifs, des syndicalistes, des citoyens.

La Belle Alliance Populaire c’est une autre façon de ressembler la gauche, s’il n’y a pas la primaire.

La Belle Alliance populaire n’est pas une agrégation d’appareils. Ce type de rassemblement peut durer après la présidentielle. On peut par exemple créer une fédération.

La Belle Alliance Populaire c’est la gauche de transformation, engagée dans l’action”

Sujets sociétaux :

Je suis favorable au débat sur la dépénalisation du cannabis. Et le PS va s’emparer de ce sujet comme beaucoup d’autres : le salaire universel, une garde nationale, la laïcité ou encore la GPA sont des sujets à discuter.

Notre débat politique s’est rétracté sur l’économie. Les Français en ont assez. Il faut parler des problèmes des Français.