Vous êtes dans: Expressions

09 Déc

Commentaires fermés sur « Comparons ce que nous avons fait et ce qui est proposé à droite », interview à France-Antilles

« Comparons ce que nous avons fait et ce qui est proposé à droite », interview à France-Antilles

par

itw-fa-jcc

 

France-Antilles publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

Pourquoi ce déplacement maintenant ?

Je ne suis candidat à rien, si ce n’est au rassemblement de l’ensemble de la gauche. Je fais un tour de tous les territoires ultramarins parce que ce gouvernement est le plus pro-ultramarin de la Ve République, vu l’ensemble des mesures qu’il a pu prendre. Le PS, de son côté, veut donner une impulsion à ses fédérations. Je me suis rendu à Mayotte et à la Réunion, je vais aujourd’hui aux Antilles… Je vais faire des rencontres, avoir des discussions avec des militants et des sympathisants, pas de grand meeting ! Je ne viens pas donner la leçon, je viens écouter, comprendre, mesurer et ramener après ce qui est réellement, non pas des applaudissements, mais ce que pensent les gens.

Hormis Serge Létchimy et Victorin Lurel, avez-vous des amis aux Antilles ?

Louis-Joseph Manscour, le député européen est un ami personnel, mais il y a beaucoup de socialistes et de responsables sur place qui regardent d’un bon œil le courant progressiste.

Que retenez-vous de ce quinquennat pour les outre-mer ?

La loi égalité réelle Outre-mer, une très grande loi ; on n’avait jamais été jusque-là. On était dans l’égalité formelle et on voyait bien que ça ne fonctionnait pas. C’est une très grande avancée sur laquelle il sera difficile de revenir. L’effort que nous avons fait pour l’enveloppe de la mission Outre-mer, malgré un budget plutôt contraint sera poursuivi si nous sommes élus. Mais comme vous savez, nos adversaires proposent 100 milliards de réduction des dépenses publiques. Vous comprendrez qu’il va bien falloir couper dans les subventions et les services publics, les fonctionnaires, les allocations de solidarité… Les ultramarins seront les premiers touchés de cette réduction des dépenses publiques.

Manuel Valls a annoncé sa candidature à la présidentielle, pas à la primaire de la gauche. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Il y a bien une primaire. Mais, les candidats ne doivent pas s’enfermer dans le jeu des partis. Ils doivent parler à la France et aux Ultramarins même s’ils passent par la primaire. Il y a eu une ambiguïté ou une ambivalence dans les propos : ils parlent au pays et en même temps, ils passent par la primaire.

En 2012, les Antilles ont voté Hollande en masse. Depuis les régionales, la situation a changé. Qu »espérez-vous pour 2017 ?

Les Guadeloupéens, les Martiniquais s’interrogent. Mais ils vont comparer avec le programme et les propos de la droite, comme la fameuse formule de François Fillon sur la colonisation, partage des cultures (!) Je ne sais pas comment on peut recevoir cela si ce n’est la forme suprême du colonialisme… Il y a à la fois des programmes et puis le projet qu’il faut mesurer. Après avoir jugé, en bien ou en mal, la politique gouvernementale menée par Victorin Lurel, George Pau-Langevin et Ericka Bareigts. Il va falloir comparer ce qui est proposé par les uns et ce qui a été fait par les autres. Je crois que ceci devrait être facile.

Comment faire la différence avec la candidature d’Emmanuel Macron qui était dans ce gouvernement et, avant, le conseiller de Hollande à l’Elysée ?

Il faut placer ce centre gauche devant ses responsabilités, car si nous sommes divisés et coupés en trois entre Jean-Luc Mélenchon, le candidat issu de la primaire de la gauche et Emmanuel Macron, nous mènerons un combat pour savoir qui sera le troisième, mais pas qui sera au deuxième tour. Or, c’est important qu’il y ait un deuxième tour entre la droite et la gauche, parce que je vois pas M. Fillon, dans sa radicalité, lancer un appel pour le candidat de gauche s’il était qualifié. Vu le programme de la droite, on va bien être en peine de rassembler le pays autour de son candidat. Ca fait un risque vis-à-vis du Front national. Si on veut conjurer ce risque, il faut retourner à un deuxième tour droite-gauche et pour cela, il faut un candidat qui soit sélectionné par les hommes et les femmes de gauche pour être au deuxième tour. Je demande donc à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon de participer à la primaire pour que la gauche soit au 2e tour de la présidentielle.

Comment vous positionnez-vous ?

Le premier secrétaire du PS est obligatoirement impartial évidemment, mais il y a des arguments que je ne peux pas accepter. On ne peut pas dire « Manuel Valls s’est disqualifié en disant que les deux gauches étaient irréconciliables » et estimer qu’on ne pourra jamais se réconcilier avec lui. C’est la primaire qui tranchera et rassemblera. Organisons la primaire et laissons les citoyens trancher, pas seulement sur la base d’hier, mais éclairons demain. Parce que s’empailler sur le lait renversé, ça ne fait pas rentrer le lait dans la bouteille !

 

Propos recueillis par François-Xavier Guillerm

07 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

par

capture-decran-2016-12-07-a-22-19-08

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV.

 

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous ainsi que ses principales déclarations:

 

Le président de la République a pris une décision courageuse et sage.

La primaire n’est pas un congrès du Parti socialiste.

J’ai entendu Marie-Noëlle Lienemann, il y a 48 heures, dire tout le mal qu’elle pensait de Manuel Valls. Je voudrais faire une mise au point auprès de Marie-Noëlle Lienemann. On ne peut pas reprocher à Manuel Valls, et dire qu’il était disqualifié parce qu’il a dit que les deux gauches étaient irréconciliables et dire que la gauche ne peut pas se réconcilier avec Manuel Valls. Il faut choisir son discours. Soit elles sont irréconciliables, soit on peut les réconcilier et on va les réconcilier grâce à la primaire.

C’est aux Français de gauche de décider quel sera leur représentant.

Cette primaire permettra de propulser le candidat de gauche au 2e tour de la présidentielle

Vincent Peillon ne peut pas être présenté comme le représentant de l’appareil central du Parti socialiste.

Je crois qu’il faut un code de bonne conduite. Je pense que je vais travailler sur cette question de façon à ce qu’on soit plus respectueux les uns des autres. Je n’ai pas l’impression que ça peut déraper parce que je connais tous les participants et je sais qu’ils sont soucieux de la réussite de la primaire, ils y ont intérêt d’un certain point de vue. Mais quand même, ça va mieux en le disant. Ça va mieux en faisant en sorte que chacun sache où il doit aller.

Toutes les nuances de la gauche sont représentées dans cette primaire de la Belle Alliance Populaire.

Le casting de la primaire c’est une nouvelle génération qui émerge contrairement à la droite.

Demain j’écrirai à Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron pour leur proposer de rejoindre la primaire

Si nous étions tous ensemble de Macron à Mélenchon ce serait une primaire ultra massive, nous serions au 2e tour et nous gagnerions cette présidentielle !

Cette primaire commence à intéresser et une dynamique va se mettre en place.

Il y aura beaucoup de votants et ça sera une bonne chose pour le candidat qui sera désigné.

À droite il y a un désir d’alternance et à gauche un désir de résistance contre le programme de François Fillon et de Marine le Pen.

Ne le sous-estimez pas! C’est ce qui va créer de la dynamique.

Le PS n’est pas une formation à la rue! Nous avons fait 24% aux dernières régionales

François Fillon n’est pas dans une stratégie d’union nationale mais de confrontation nationale.

Si duel François Fillon vs Marine Le Pen, j’appellerai à voter Fillon, comme Sarkozy avait dit vouloir voter Hollande.

07 Déc

Commentaires fermés sur L’invité d’Antoine Mercier et Frédéric Says sur France Culture

L’invité d’Antoine Mercier et Frédéric Says sur France Culture

par

France Culture 07122016

 

Jean-Christophe Cambadélis a répondu aux questions d’Antoine Mercier et Frédéric Says sur France Culture.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview :

 

 

Montée du national populisme

Le courant progressiste est en recul dans le monde entier, le national populisme est en train d’avoir la dynamique pour lui.

Le Front national regarde le paysage politique se décomposer en espérant tirer son épingle du jeu d’autant que François Fillon aura du mal à rassembler s’il est face au FN au 2e tour. Et nous aussi. Donc c’est un danger très très fort.

Primaire de la Belle alliance populaire

Une très grosse primaire en terme de participation nous permettrait d’accéder au 2e tour de la présidentielle.

Je ne désespère pas de convaincre Emmanuel Macron de participer à la primaire de la Belle Alliance populaire d’ici le 15 décembre. Je lui dis de ne pas avoir peur de participer aux primaires, il y aura un vote, c’est la démocratie.

Le rassemblement de la gauche c’est après les primaires.

Candidature de Vincent Peillon à la primaire ? Vincent Peillon est un ami. C’est une personnalité que tout le monde connaît dans le Parti socialiste, au-delà je le pense aussi parce qu’il était ministre de l’Education nationale. Il a des choses à dire au pays et pas seulement au parti. Nous verrons bien.

Dans l’opinion y a un candidat de la radicalité qui est Jean-Luc Mélenchon. Ses électeurs ne vont pas se mobiliser dans la primaire pour lui compliquer la tâche.

Je serai impartial. Il y a une compétition. Je serai le militant de l’unité pour rassembler tout le monde  après la primaire

L’idée est que pour être au deuxième tour, il faut se rassembler avant le 1er tour.

Aujourd’hui il faut aller chercher les citoyens. En s’alliant avec des syndicalistes et des associatifs. C’est ce que nous faisons au sein de la Belle alliance populaire.

A la Belle alliance populaire fin janvier nous serons plusieurs centaines de milliers.

 

06 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Laurence Ferrari sur I Télé

L’invité de Laurence Ferrari sur I Télé

par

jcc-ferrari-06122016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Laurence Ferrari sur I Télé.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:


L’invité de Laurence Ferrari du 06/12/2016 par ITELE

 

Sur le remaniement

C’est un remaniement qui a de l’ambition.

La francophonie c’est très important et Jean-Marie Le Guen adore les relations internationales. Et le développement, qui pour un socialiste est très important

Il y a un peu d’amertume chez les proches du Président qui souhaitaient qu’il soit candidat. C’est la fin d’une histoire et le début d’une autre. Il leur faut faire le deuil de cette histoire.

Bruno Le Roux est un homme solide qui connaît parfaitement les problèmes de sécurité. Il fera du très bon travail.

Candidature de Manuel Valls

Je trouve paradoxal d’attaquer Manuel Valls sur les gauches irréconciliables et dire qu’on ne peut se réconcilier avec lui! Parfois on utilise des arguments qui ne sont pas à la hauteur de la situation.

Primaire de la Belle alliance populaire

Il faut de la clarté, de la transparence et penser à demain, au projet et aux perspectives. (…) Tous les candidats devraient avoir cette perspective de rassemblement de la gauche.

La logique pour dépasser les gauches irréconciliables c’est la primaire dans laquelle toutes les gauches seront représentées

J’encourage Sylvia Pinel à reconsidérer sa position.

Je dis à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon : « Venez participer, n’ayez pas peur! » Nous aurions une primaire à 5 millions si Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron participaient à la primaire.

Le gagnant serait en tête du 1er tour gagnerait la présidentielle. Face au programme de la

droite, ça vaut le coup d’y réfléchir.

C’est au peuple de choisir son candidat et non l’inverse. De quoi a-t-il peur ?

Au lendemain de la primaire, on aura un candidat qui sera désigné et le rassemblement aura lieu.

Je suis Premier secrétaire. Je dois faire vivre l’unité. C’est nécessaire et je fais en sorte que les primaires se passent bien.

05 Déc

Commentaires fermés sur L’invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/ LCI

L’invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/ LCI

par

grand-jury-04122016

Jean-Christophe Cambadélis était dimanche 4 décembre l’invité du Grand Jury RTL/ Le Figaro / LCI.

Retrouvez ci-dessous le replay de l’émission ainsi que ses principales déclarations:

Jean-Christophe Cambadélis, l’invité du Grand… par rtl-fr

Election présidentielle de 2017

Le Parti Socialiste n’est pas orphelin il a un premier secrétaire ! François Hollande est irremplaçable mais il y aura d’autres personnalités qui ont aussi leur force.

Tout a changé en 15 jours. La droite a désigné un candidat qui assume sa position très droitière et le président a annoncé qu’il ne se représenterait pas à un deuxième mandat.

Le président et moi partageons la même analyse: devant l’éparpillement de la gauche il fallait un levier pour la rassembler. Ce levier c’est la primaire.

Si François Hollande avait pensé que sa candidature pouvait dénouer la situation plus que la nouer, il se serait présenté.

La ligne de François Fillon c’est la confrontation nationale.

François Fillon a préféré l’intérêt national, une politique de redressement pour la France. L’impopularité du président à gauche est due à la politique de redressement qu’il a mené.

Si on voulait avoir une chance il fallait casser le Hollande-bashing: avec ce sacrifice, François Hollande casse le Hollande-bashing

Il faudrait arrêter les sondages et faire un peu de politique !

Primaire de la Belle alliance populaire

Cette primaire va dénouer quelque chose qui s’est noué dans le deuxième tour de la précédente primaire. (…) Toutes les idées de la gauche seront représentées dans la primaire !

Après la primaire nous aurons un candidat sur une ligne claire. Soutenu par les autres et qui sera propulsé au 2e tour de la présidentielle.

On ne peut pas jouer aux petits écoliers. Je rappelle que le Front national rôde. Un peu de responsabilité ! C’est une nécessité pour la gauche d’avoir un candidat au second tour, car il n’est gagné pour personne.

Je serais le militant de l’unité. Je garderai la « vieille » maison et ferais en sorte que tout le monde s’y retrouve.

Je conseille, amicalement, à Manuel Valls d’être sur une position, de renouveau et de rassemblement. Il faut être soi-même mais offrir une nouvelle perspective. Ce n’est pas la même chose, quand vous êtes candidat à une primaire, et quand vous êtes candidat à l’élection présidentielle. Quand vous êtes candidat à une primaire, l’identification est forte. Quand vous êtes candidat à une présidentielle, le rassemblement est fort.

Je comprends la situation dans laquelle sont les proches de François Hollande. Pour eux, c’est un traumatisme. Mais je leur dis: Soyez à la hauteur du geste de François Hollande. Rassemblez-vous, respectez-vous, unissez-vous

Propos de Ségolène Royal sur Fidel Castro

La révolution cubaine est défendable. Le régime castriste ne l’est pas. Ségolène Royal devait être dans l’enthousiasme cubain.

Emmanuel Macron / primaire

Emmanuel Macron a toujours été désigné. Il n’a jamais été élu. Il a peut être un peu peur de ce mode de désignation. Je lui dis « N’aie pas peur! Mène le combat! » On ne peut pas devenir président sans débat et sans combat (…) Il n’y a pas pour le moment de programme d’Emmanuel Macron. Il n’y a que de la posture.

Si on est un tant soit peu candidat de gauche, il faut participer à la primaire de sorte qu’il n’y en ait qu’un au deuxième tour de la présidentielle.

Rassemblement de la gauche

Le Parti Socialiste sera encore là demain. Je m’en porte garant. La primaire est là pour permettre le rassemblement dès le 1er tour. Il faut que le candidat désigné par la primaire soit au 2e tour de l’élection présidentielle et pour cela il faut qu’il y ait beaucoup de votants.

Je ne veux pas que notre pays tombe entre les mains du Front National. Pour cela il faut un deuxième tour gauche/droite.

On n’est plus dans la posture mais dans la bataille. La bataille de France a commencé.

Jean-Luc Mélenchon doit clarifier sa situation: soit le candidat de gauche, soit la ligne Beppe Grillo de la France insoumise

Il faut aujourd’hui s’attaquer au précariat.

Si nous quittons l’Europe nous nous retrouverons dans une situation économique catastrophique.

Retour à la conscription

Je crois que nos forces sont engagées sur plusieurs terrains d’opération et ils ne peuvent pas tout faire. Il faut créer une garde nationale civile.

 

03 Déc

Commentaires fermés sur Convention nationale de la Belle alliance populaire – Discours de Jean-Christophe Cambadélis – Samedi 3 décembre 2016

Convention nationale de la Belle alliance populaire – Discours de Jean-Christophe Cambadélis – Samedi 3 décembre 2016

par

2016-12-03-grande-convention-nationale-1242016-12-03-grande-convention-nationale-135

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’intervention de Jean-Christophe Cambadélis lors de la convention de la Belle alliance populaire :


Intervention de Jean-Christophe Cambadélis à la… par PartiSocialiste

2016-12-03-grande-convention-nationale-131

img_2741

29 Nov

Commentaires fermés sur Présentation du 7e cahier de la présidentielle – Conférence de presse – Mardi 29 novembre 2016

Présentation du 7e cahier de la présidentielle – Conférence de presse – Mardi 29 novembre 2016

par

2016-11-29-presentation-du-cahier-_les-enjeux-de-la-presidentielle_-7

Jean-Christophe Cambadélis et Guillaume Bachelay ont présenté à la presse ce mercredi 29 novembre 2016 le dernier cahier de la présidentielle intitulé « Les enjeux de la présidentielle« .

Retrouvez ci-dessous la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l’occasion de cette présentation:

Discours de Jean-Christophe Cambadélis,

Premier secrétaire du Parti socialiste

Conférence de presse de présentation du Cahier

« Un nouveau « Nous » français »

Paris, le mardi 29 novembre 2016

Seul le prononcé fait foi

 

Mesdames, Messieurs,

Françaises, Français,

 

Plusieurs destins sont possibles pour la France. Notre pays peut emprunter plusieurs chemins.

En participant à l’élection présidentielle, vous ne choisirez pas une personne, vous choisirez un destin pour la France.

Car participer à l’élection présidentielle ce n’est pas simplement répondre à la question du « qui ? ». C’est d’abord et avant tout répondre à la question du « quoi? ».

La question posée est aussi simple que cruciale : « Un quinquennat, pour quoi faire ? ». La réponse que nous proposons est claire : Après 5 ans entièrement dédiés au redressement, nous voulons un NOUVEAU « NOUS » FRANÇAIS.

Face au désarroi français qui est la marque de la situation, malgré les réussites et les potentialités de la France. Face à une France à plusieurs vitesses qui confine par la persévérance de l’exclusion à une société de castes. Nous voulons un nouveau sentiment d’appartenance, qui mette précisément l’accent sur le collectif et l’inclusif.

Oui, « NOUS ». Ce pronom personnel au pluriel est un parti-pris politique essentiel. Il résume un projet de société qui parle des Français, aux Français et pour les Français.

Il ne faut pas se tromper de diagnostic. C’est cette absence de « Nous » qui produit la crise d’identité. Dans ce monde ouvert en proie à la révolution de l’immatériel, à la disruption robotique, aux soubresauts identitaires, aux menaces terroristes, à l’interpellation écologique, la France a besoin de se construire un nouveau destin.

La droite propose la révolution conservatrice. Le Front national propose la révolution nationale, les socialistes proposent un nouveau « Nous français ». Nous proposons de construire une société neuve, permettant d’écrire un nouveau chapitre du roman français.

Il s’agit de revendiquer le progrès et de l’actualiser. La cause du progrès reste nôtre, son contenu doit être autre.

Oui, la France a besoin de tous et donc tous doivent pouvoir compter sur la France.

Dans ce nouveau monde, dans ce nouveau siècle, il faut un projet clair : des Français plus autonomes dans une France plus solidaire. Autonomie et solidarité sont les maîtres mots du nouveau « NOUS » français.

De fait, il faut à la fois renforcer l’autonomie des Français et la solidarité entre Français. Renforcer la solidarité pour rendre l’autonomie possible, renforcer l’autonomie pour rendre la solidarité acceptable : l’un ne va pas sans l’autre.

Nous pouvons réussir, si nous faisons le bon choix de société, si nous choisissons le bon projet et si nous rejetons ce qui entrave l’essor français.

Il n’y a pas de majorité politique ni sociale pour une France inégalitaire, autoritaire, centralisatrice, bridant les individus et brisant les initiatives économiques.

Un projet ultra-libéral sur le plan économique et social, ultra-conservateur sur le plan sociétal et ultra-radical sur le plan identitaire débouchera sur une France ultra-fragmentée, qui sera l’antichambre de la victoire frontiste.

Pour repartir de l’avant, nous ne pouvons plus faire comme avant, nous devons mettre l’accent sur le vrai renouveau, pas celui des personnes mais celui des idées.

Pour ce faire, je propose 5 idées fortes et 20 défis à relever :

  1. Le troisième âge de la décentralisation
  2. Casser les castes en luttant contre le précariat
  3. La République pour tous dans une France sûre
  4. La France, première puissance écologique, première puissance numérique
  5. Un nouveau patriotisme efficace : Le souverainisme européen

*          *          *

Le troisième âge de la décentralisation

Tout le monde parle de réformes. Pour y parvenir, il ne manque pas de volonté. Il manque un chemin pour aboutir. Disons le nettement : On ne réforme pas une société centralisée.

La France centralisée passe par des crises aigües pour se réformer.

La France décentralisée permet de faire ces réformes.

Il faut décentraliser le pilotage de l’économie si on veut piloter la transition du numérique et de l’écologie.

Nous proposons :

  • La régionalisation accrue de la politique industrielle
  • De régionaliser le service public de l’emploi
  • La formation professionnelle et la formation à l’apprentissage
  • Des offres d’apprentissage et d’alternance rassemblées sur une plateforme régionale unique

La décentralisation, c’est rapprocher les citoyens des lieux de décisions pour rendre la démocratie vivante, active.

Nous proposons :

  • Le non-cumul des mandats dans le temps
  • Le droit d’amendement citoyen

Casser les castes en luttant contre le précariat

Le nouveau « Nous » français ne laisse personne au bord du chemin. Le prochain quinquennat fera donc de la question du précariat la question centrale.

Nous l’avons dit, la France a besoin de tous les siens pour affronter tous ses défis. Nous voulons une société qui offre à tous les moyens de réussir leur vie, quels que soient leur origine sociale, leur niveau d’étude, leur sexe, leur lieu d’habitation et leur couleur de peau.

Une société articulée autour de compromis sociaux puissants et durables qui donnent de la sécurité aux travailleurs et de la visibilité aux investisseurs. Une société pour tous, qui mise sur l’agilité sans sacrifier l’égalité, une société qui protège mais aussi une société qui libère, qui permet aux individus de se retrouver dans ce qu’ils font.

Nous proposons :

  • Un revenu minimum décent
  • Des parcours professionnels sécurisés
  • La production de logements adaptés aux temps de la vie
  • L’offre de services publics adaptés aux rythmes de la vie
  • Un droit au voyage pour les jeunes
  • Un soutien au bénévolat et à la vie associative

 La République pour tous dans une France sûre

La République ne peut vivre et survivre sans citoyens confiants dans l’avenir, en un sens : sans vrais républicains. La République doit donc protéger tous les siens : des précarités, nous l’avons dit, mais aussi des discriminations et de l’insécurité. Voilà pourquoi nous sommes pour une charte nationale de la laïcité.

La gauche a su faire face au choc terroriste, avec sang froid, sans états d’âme, sans remettre en cause l’état de droit. Elle continuera.

Face à un monde de moins en moins sûr. Face à la nouvelle donne géopolitique : retour de la Russie, isolationnisme de l’Amérique de Donald Trump, montée du terrorisme.

Alors que la France se trouve confrontée à un défi lourd et durable, les conditions requises par la loi pour rétablir la conscription semblent pour la première fois depuis 20 ans réunies. En effet, les moyens disponibles pour assurer la protection optimale des citoyens s’avèrent notablement insuffisants, tandis que les armées peinent à dégager des effectifs pour participer aux missions de sécurité intérieure.

Nous proposons donc une véritable garde nationale par le rétablissement de la conscription.

La France, première puissance écologique, première puissance numérique

Nous continuerons de tout mettre en œuvre pour inspirer le monde, pour être en pointe dans le développement d’une croissance verte, créatrice d’emplois et préservatrice de notre bien commun.

Cela passe par le choix de l’économie circulaire, par le soutien sans failles à l’agro-écologie, par la réalisation des objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique votée en juillet 2015 : porter à 32 % la production d’énergies renouvelables en 2030. Et puis faire en sorte d’atteindre 40% d’énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030.

Nous défendons une économie ouverte et verte, une approche qui ne sépare pas crises écologiques et crises sociales et qui luttent donc aussi contre les inégalités face aux pollutions de l’air et dans l’accès aux ressources naturelles. Cela veut dire s’engager pour que le succès de la Conférence de Paris soit réellement mondial donc durable.

Il n’y aura plus d’abaissement de cotisation pour les entreprises qui ne sera pas subordonnée à l’investissement dans la croissance verte ou dans le numérique.

Nous proposons :

  • Un programme d’investissement université-recherche
  • De grands travaux de rénovation thermique et de modernisation des infrastructures de réseaux (rail, énergies, eau, très haut débit)
  • La culture du numérique diffusée dans toutes les entreprises

Pour un nouveau patriotisme : Le souverainisme européen

Dans un monde apolaire, l’Europe ne peut pas être amorphe. Le nouveau « Nous » français est aussi un nouveau « Nous » européen.

Recommencer l’Europe, c’est notre objectif. Nous savons qu’une monnaie commune ne sert à rien et nous dessert même s’il n’y a pas de politique macroéconomique commune, s’il n’y a pas d’homogénéisation des économies sur les plans budgétaire, fiscal et social.

L’Europe doit être en mesure de défendre ses valeurs, ses frontières et ses intérêts. Il faut commencer par un pacte pour la démocratie, l’état de droit et les droits fondamentaux. C’est tout l’enjeu de cette période : comment redonner de la puissance à l’Europe à l’heure des états-continents. Il faut donc réformer Schengen, un pacte de sécurité européen contre le terrorisme, promouvoir les normes de précautions sociales et écologiques dans les négociations commerciales et faire de l’Europe un acteur stratégique fort et indépendant.

Nous voulons donc une Europe différenciée pour pouvoir avancer et lancer un véritable programme d’investissement européen. Une zone euro dotée d’un gouvernement et d’un Parlement. Une Europe indépendante aussi qui défend le multilatéralisme et refuse ET l’alignement sur la politique du fait accompli en Ukraine ou ailleurs ET la subordination au nom du libre échange à des normes qui ne sont pas les nôtres.

Nous voulons donc 5 principes pour une nouvelle doctrine du commerce international :

  • Exclusion des services publics
  • Respect des préférences en matière sociale, environnementale et sanitaire
  • Le refus de la coopération réglementaire qui limite le droit à l’autodétermination des démocraties
  • L’instauration d’une Cour internationale permanente pour traiter des conflits liés à l’investissement
  • Inclusion des questions fiscales dans les accords

Nous pensons qu’il n’y a pas de juste échange sans la transparence des négociations.

*          *          *

Voilà, notre France à venir, notre France avenir sera décentralisée, inclusive, sûre, verte et européenne. Une France capable de servir et de rassembler tous les siens autour d’un nouveau sentiment d’appartenance, sur un chemin d’espérance.

Voilà les valeurs et les actions que le Parti socialiste veut défendre et incarner.

Voilà, ce que notre prochain candidat devra porter s’il veut l’emporter.

Voilà pourquoi nous voulons d’abord répondre à la demande de sens. Voilà pourquoi nous voulons nous concentrer sur le fond plutôt que sur la forme, pourquoi nous préférons le sens au sensationnel.

Car au final, si l’on veut résumer l’enjeu de l’élection Présidentielle, on doit le dire : ce qui est en jeu, c’est le sens de la France.

 

Jean-Christophe Cambadélis

Premier secrétaire du Parti socialiste

 

29 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

par

JCC europe 1 29112016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach dans la matinale d’Europe 1.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Déjeuner Valls-Hollande, primaire de la gauche… par Europe1fr

 

Primaire de la gauche

J’appelle l’ensemble des électeurs de gauche à mettre de l’ordre dans la gauche en participant à la primaire.

Le seul moyen de remettre de l’ordre dans la gauche c’est de faire les primaires.

Aujourd’hui à gauche il y a un émiettement, un fractionnement, une situation où plus personne ne se retrouve. Le seul moyen pour que la gauche soit au deuxième tour de la présidentielle, et c’est nécessaire vu le Front national et François Fillon, c’est de participer à la primaire de toute la gauche.

Il y a des candidatures personnelles (Macron, Mélenchon) et des candidatures collectives. (…) La gauche n’est pas otage de Macron ou de Mélenchon !

A chaque élection il doit y avoir une primaire. On respecte les statuts du Parti socialiste. J’affirme ce matin qu’il y aura une primaire de la Belle alliance populaire et personne ne me fera reculer là dessus.

Je souhaite qu’il n’y ait qu’un seul candidat de l’exécutif. Tout le monde a compris que la logique médiatique était plus forte que la logique politique, et qu’il était nécessaire de mettre un peu d’ordre dans ce débat-là.

La bonne nouvelle c’est qu’il  n’y aura pas de crise institutionnelle. Vu la situation du pays et ce qui vient à droite il est temps de se rassembler

Fillon vainqueur de la primaire: « Une candidature très clairement à droite. (…) François Fillon est le produit d’une radicalisation de la droite.

Candidature de François Hollande ? Le président prend son temps. Il n’est pas sous la pression des événements contrairement à d’autres. Il a du sang-froid ce qui fait le propre d’un chef d’Etat.

La Belle alliance populaire réunit des politiques, des associatifs, des syndicalistes, des citoyens qui veulent mettre de l’ordre dans la gauche.

Nous serons tous pour la défense du bilan de François Hollande. Quant aux candidats nous verrons.

 

 

28 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Caroline Roux dans « Les 4 Vérités » sur France 2

L’invité de Caroline Roux dans « Les 4 Vérités » sur France 2

par

les 4 verites 28112016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité ce lundi 28 novembre de Caroline Roux dans l’émission « Les 4 Vérités » sur France 2.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

 

Primaire de la droite

François Fillon est le candidat de la droite des gens aisés. Son projet est ultra-libéral.
Tout le monde va comprendre ce qu’est vraiment cette Droite. On a le ‘qui’, maintenant on va voir le ‘quoi’.
Le libéralisme ne passera pas en France

Je crois que la primaire de droite rebat les cartes: la droite très à droite bloque l’extrême droite. Mais rend nécessaire la présence de la Gauche. (…) Je ne rassure pas mais je combats. Il ne faut absolument pas laisser passer le projet de la droite.

Question de Caroline Roux: « Vous voulez faire naître l’antifillonisme, après l’antisarkozysme? »: « Oui ».

Primaire de la Belle alliance populaire

Je suis pour la primaire de toute la gauche, mais pas nécessairement de tout l’exécutif.
Il faut que l’ensemble des forces de gauche arrête de se diviser. Ça suffit la rage de fragmentation !

Il n’est pas anormal que les socialistes, le président de la République comme le Premier ministre, s’interrogent sur la meilleure équation pour pouvoir gagner la présidentielle. Mais ça ne peut pas être au prix d’une crise dans l’exécutif. Discussion oui, crise non.

Je vous fais le pari que nous finirons avec un seul candidat de la gauche.

Manuel Valls dans son interview au JDD a indiqué 2 choses: la première le respect de l’Etat. La seconde: que la gauche de gouvernement soit en capacité de concourir à la présidentielle.

Il n’y aura pas de crise de l’exécutif. Je rappelle que nous sommes en état de guerre

Candidature de François Hollande ? C’est au Président de se prononcer. Et c’est à partir du moment où il se sera prononcé que l’on pourra s’organiser, soit avec lui, soit avec un ou une autre candidate.

Je n’ai pas vu dans la majorité du Parti socialiste, ni entre le Président et le Premier Ministre de désaccord politique.

Mon choix à moi c’est l’unité. Il faut d’abord rassembler l’ensemble de la majorité puis la gauche écologiste et sociale puis toute la gauche.

Le seul moyen pour la gauche de s’en sortir c’est la primaire. C’est un appel à l’électorat de gauche: « Vous seuls pouvez qualifier la gauche au 2e tour de la Présidentielle »

J’avais rêvé que la primaire soit plus unitaire que cela. Je constate une rage de la fragmentation. Il faut donc une primaire massive pour surmonter cet état !

24 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

par

jcc-faces-aux-chretiens-24112016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Face aux Chrétiens sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame.

 

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

Primaire de la droite

François Fillon est un candidat très identifié et très identifiant.
François Fillon c’est « la révolution conservatrice » pour reprendre les propos de Patrick Buisson
C’est un candidat ultra: ultra conservateur, ultra libéral on ne peut pas dire que l’offre soit flou!
La position de François Fillon c’est le libéralisme à la hache.
L’intuition d’Emmanuel Macron de se placer entre les 2 blocs droite/gauche va se retrouver réduite.

François Fillon ne réduit pas le FN mais sa posture extrême droitière bloque son déploiement.
François Fillon est très à droite et bloque d’une certaine manière la dynamique du FN. Mais au 2e tour il rend compliqué le mouvement de la gauche vers la droite.

Primaire de la Belle Alliance Populaire
Sur une éventuelle candidature de François Hollande : le Président doit réfléchir à la possibilité de se représenter et de répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire » ?
Avant de dire « je suis candidat », il faut avoir quelque chose à dire au pays, un enjeu à présenter au pays.

On aura ce qu’il faut pour faire campagne.

Je voudrai lancer un appel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon pour qu’ils participent à la primaire. C’est nécessaire au regard des enjeux : la révolution conservatrice portée par Fillon et la montée du FN.
J’observe qu’Emmanuel Macron se veut un peu de gauche sans être tout à fait à droite. Par contre, tous ceux qui soutiennent Macron sont socialistes. Alors pourquoi refuser la primaire ?
Je dis la même chose à Jean-Luc Mélenchon : son seul objectif est de passer devant le PS. La belle affaire quand la révolution conservatrice est là.
Si nous continuons comme cela nous serons éliminés. Fixons le périmètre. Il n’est pas trop tard! Je lance donc un appel solennel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. C’est le destin de la France et de la République qui est en jeu. Participez à une compétition loyale!

Je suis très inquiet car avec un FN qui tutoie les 30%, même si sa dynamique peut être bloquée, s’il y avait un candidat de gauche qualifié je ne vois pas la droite appeler à voter pour. Et vu le programme de la droite, la gauche aurait du mal à soutenir le candidat de droite. La bonne solution c’est qu’il y ait un candidat de gauche et un candidat de droite qui s’affronte. C’est pour cela que j’appelle au rassemblement.
Le moteur du FN c’est la xénophobie.

Prochain quinquennat
Nous avons traité dans les cahiers de la présidentielle toutes les sujets pour répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire ? » et pour ouvrir le chemin vers une France nouvelle.

Le bilan économique et social est meilleur qu’on ne le Dit. Mais cela n’est toujours pas perçu comme positif car il y a beaucoup d’inégalités. Beaucoup d’exclusions. Le prochain quinquennat devra répondre à la question « qu’est ce qui va mieux pour moi? »

Il n’est pas question pour nous de baisser ou de recomposer les minima sociaux contrairement à nos adversaires. C’est un choix de société. Société inclusive ou relégation ?

Sur la situation des migrants
Nous avons lancé des le départ un mouvement avec des maires socialistes pour décréter l’accueil.
On a fait notre part de travail pour accueillir les réfugiés et les migrants ce qui n’est pas le cas de tout le monde

Situation internationale

François Fillon est plutôt russophile dans son analyse géopolitique. Il partage avec M. Poutine une certaine analyse du monde.
La Russie est un grand pays et M. Poutine pense que la Russie est une civilisation. Et en fonction de cela il avance ses pièces.
L’Europe aujourd’hui est dans un état politique économique et diplomatique désastreux. Poutine dans cette situation avance ses pions.
Le monde est apolaire et dans ce monde la France a une place considérable mais n’a pas de rapport de force pour maintenir seule les équilibres. Nous avons besoin de l’Europe.
Le Front national nous placerait dans une situation de quitter l’Europe et donc de nous affaiblir. François Fillon nous placerait dans l’espace de Poutine.

Il faut être ni atlantiste, ni poutinien pour rassembler l’Europe. Alain Juppé considère que François Fillon est trop dans l’espace poutinien.

La France a un rôle à jouer. Elle ne peut pas être dans l’espace politique de Poutine ou de Trump. La seule manière de parler à tous, c’est d’être indépendant.

Ce qui se passe en Turquie est inadmissible. Ce régime s’éloigne de la démocratie. C’est un Régime autoritaire, qui s’en prend aux libertés et aux individus.

Chrétiens d’orient « La coalition internationale participe dans sa lutte contre l’EI a leur protection.
C’est une bataille majeure dont personne ne parle. On pourrait plus efficacement défendre les Chrétiens d’orient si on en finissait avec l’EI. »

Changement du nom du PS?
Lors du congrès de Poitiers j’ai défendu une motion dans laquelle il y avait la thèse du dépassement du PS. Ce que nous avons fait avec la Belle Alliance populaire.