Vous êtes dans: Expressions

17 mai

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

par

Capture d’écran 2015-05-17 à 16.44.25

Jean-Christophe Cambadélis était ce dimanche l’invité du Forum de Radio J .

Vous pouvez réécouter l’émission en cliquant sur le lien ci-dessous:

16 mai

Commentaires fermés sur L’invité de Bureau Politique sur TF1 et LCI

L’invité de Bureau Politique sur TF1 et LCI

par

Bureau Pol

Jean-Christophe Cambadélis est l’invité de Christophe Jakubyszyn dans l’émission « Bureau Politique » sur TF1 et LCI.

Retrouvez l’intégralité de l’émission ci-dessous:

13 mai

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL

L’invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 13 mai au micro de Jean-Michel Aphatie dans la matinale de RTL.

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous:


Cambadélis juge "xénophobe" l'attaque de… par rtl-fr

11 mai

Commentaires fermés sur L’invité de Renaud Blanc sur Radio Classique en partenariat avec LCI

L’invité de Renaud Blanc sur Radio Classique en partenariat avec LCI

par

11 mai

Commentaires fermés sur Lettre ouverte à Bruno Le Maire

Lettre ouverte à Bruno Le Maire

par

 

 

 

Jean-Christophe Cambadélis a adressé ce matin une lettre ouverte à Bruno Le Maire concernant la réforme des collèges que vous pouvez retrouver ci-dessous :

 

Monsieur le Ministre,

 

Vous avez pris la plume, enrôlant au passage une centaine de parlementaires, pour enjoindre le Président de la République de retirer un texte: La réforme des collèges, que vous n’avez pas traité de scélérat, mais c’est tout comme.

Plutôt adepte du conservatisme bon teint, que de l’agitation gauchiste, on s’interroge d’emblée sur les motivations profondes de votre « coup », que vous espérez d’éclat !

Comment un ancien directeur de cabinet de Monsieur Villepin, Ministre de Messieurs Fillon et Sarkozy, n’ayant pour seul titre de gloire, lors d’une primaire interne, d’avoir perturbé le retour de l’ex-président à l’UMP, en est-il arrivé là ?

Comment un ministre, jugé conformiste de droite, a t-il pu être saisi par la « radicalité » contestataire ?

Comment peut-il rejoindre un syndicat, « corps intermédiaire », tant vilipendé hier, au milieu d’une manifestation ? Pour tenter de la récupérer sans doute. Mais dans quel but réel ?

Nous scrutons avec attention la lettre ouverte, qui à défaut de contenu, présente un contenant. Vous en appelez à l’Histoire ! L’Histoire « retiendra » ! L’Histoire « retiendra » ! On se dit que c’est redondant, mais signifiant. On se dit aussi que le défilé du langage, ou plutôt de la plume, démontre que vous voulez être reconnu dans cette histoire.

Mais oui ! Sommes-nous bêtes ! Et nous qui croyons benoitement qu’il s’agissait de l’avenir de nos enfants. Vous vous êtes mobilisé avant tout pour la primaire de l’UMP ! Il s’agissait de démontrer que vous pouviez être soutenu par quelques parlementaires. Vous avez constaté que Nicolas Sarkozy se propose de régner sur la droite, l’extrême droite jusqu’à la République… Cherchez l’erreur !

Devant tant d’appétit, il fallait vous faire remarquer. Il vous fallait, somme toute, un peu d’oxygène, c’est ainsi. Et en appeler au Président, ça pose son homme dans une pré-présidentielle. Si on veut être remarqué dans notre système médiatique, il faut provoquer. Et puis, vous vous êtes dit : « Pas de grands hommes sans une grande cause » disait l’autre ». La votre sera… le latin

Pas sûr que cela touche tout à fait la majorité de nos concitoyens, mais cela résume toute votre croisade.

Elle fait sens par son drapeau. Il ne s’agit pas de l’élitisme républicain, mais du conservatisme des élites. Une primaire, surtout à l’UMP, vaut bien une messe, elle sera chez vous en latin.

« Toucher au latin c’est toucher à notre identité française », dira l’un des signataires, Monsieur Ciotti, qui vous traduit en bon français. Il est vrai qu’avec Monsieur Estrosi il a décidé de s’attaquer à la montagne du Front national par la face extrême droite.

Mais Monsieur le Ministre, je vous en prie, sapere aude , osez étudier la réforme en détail et vous verrez que votre attaque est un couteau sans lame.

Dans le nouveau collège, comme actuellement, les élèves qui en font le choix, pourront apprendre le latin de la cinquième à la troisième, et le grec en troisième avec le même nombre d’heures qu’aujourd’hui.

Pour vous, peu importe que les bruits de la ville soient faux, le recul du nombre d’heures de français, de mathématiques ou d’histoire-géo ; faux la valorisation de l’apprentissage d’une religion par rapport à une autre ; faux la réforme mettant fin à l’égalité, ou à la disparition de l’apprentissage de l’allemand.

Mais là où le brulot rejoint l’imposture, c’est l’accusation de vouloir faire des économies. Franchement ! Venant d’une formation qui a pilonné la volonté qui est la nôtre, de donner des moyens budgétaires à l’Education nationale, là où le gouvernement et le chef de l’Etat, François Hollande, ont porté l’effort de la nation à 65,02 milliards d’euros, là où vous vous proposez de réduire les postes et le budget, vous vous moquez du monde !

Reste le nivellement par le bas ! Ah ! Le vieux mot d’ordre de l’extrême droite contre l’égalité ! Et bien souffrez, Monsieur le Ministre, que ceci nous sépare. Comme la République sépare toujours les progressistes des conservateurs. Vous voulez protéger les privilèges des dominants dans la reproduction des élites.

Votre cri de guerre résume donc votre entreprise et votre camp. Ce que vous détestez dans cette réforme, qui n’est pas achevée et soutenue par des syndicats étudiants et enseignants. Ce que vous ne supportez pas, c’est que nous nous attaquions à la ségrégation scolaire, aux inégalités.

Alors maintenant c’est clair, et au bout, votre lettre aura été salutaire, elle permet de « dévoiler » le sens de votre poulet : Lutter pour l’immobilisme et le conservatisme.

Et bien pour nous, la République, c’est donner les moyens de l’émancipation. Elle rime chez nous avec progrès et égalité.

Voilà pourquoi nous allons vous combattre, nous dirons aux Français : Non au « non à l’égalité au collège ».

Nous sommes sûrs dans ce combat d’être entendus par une majorité de parents et de Français.

Recevez, Monsieur le Ministre, mes salutations républicaines.

 

Jean-Christophe Cambadélis

Député de la 16e circonscription de Paris

Premier secrétaire du Parti Socialiste

07 mai

Commentaires fermés sur L’invité de Face aux chrétiens sur KTO, RCF, Radio Notre-Dame et La Croix

L’invité de Face aux chrétiens sur KTO, RCF, Radio Notre-Dame et La Croix

par

Capture d’écran 2015-05-07 à 22.40.17

Jean-Christophe Cambadélis était aujourd’hui l’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO, RCF, Radio Notre-Dame et La Croix.

Retrouvez la vidéo de l’émission ci-dessous:

06 mai

Commentaires fermés sur L’invité de « Questions d’info » sur LCP avec AFP, Le Monde et France Info

L’invité de « Questions d’info » sur LCP avec AFP, Le Monde et France Info

par

Capture d’écran 2015-05-06 à 19.20.29

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 6 mai l’invité de « Questions d’info » sur LCP en partenariat avec AFP, Le Monde et France Info.

 

Retrouvez la  vidéo de l’émission ci-dessous:

06 mai

Commentaires fermés sur AFP: Cambadélis : Hollande est « le bouclier », Valls « le glaive »

AFP: Cambadélis : Hollande est « le bouclier », Valls « le glaive »

par

 

Paris, France | AFP | mercredi 6 mai 2015

Jean-Christophe Cambadélis, numéro un socialiste, a jugé mercredi que le côté protecteur de François Hollande serait reconnu in fine, assurant que le président est « le bouclier » et son Premier ministre « le glaive »

Interrogé, lors de l’émission Questions d’Info (LCP, France Info, AFP, Le Monde) sur les trois premières années du quinquennat, le Premier secrétaire a déclaré : François Hollande « a voulu une France unie pour aborder le redressement de la France sans crise sociale et sans sanction de marché. Cela nécessitait beaucoup de courage parce qu’on voulait le tirer à hue et à dia » (ndlr : à droite et à gauche).

« On s’apercevra à la fin du quinquennat que c’est un homme qui a protégé les Français, y compris d’eux-mêmes », selon le député de Paris.

Comme on lui opposait la une popularité du Premier ministre plus forte que celle du chef de l’Etat, il a répondu « c’est le glaive et le bouclier ».

« François Hollande est un bouclier pour les Français et Manuel valls est un glaive dans les réformes. Il coupe, il avance ». Or « les Français veulent être protégés, mais en même temps, ils veulent que ça bouge », selon l’élu socialiste.

Or « à la présidentielle, tous les candidats qui ont voulu être le glaive ont été battus. Tous les candidats qui ont voulu être protecteurs, bouclier, ont été élus », a argumenté Jean-Christophe Cambadélis.

 

cgd-frd/glr/it

05 mai

Commentaires fermés sur Cambadélis : « Chez Todd, l’aigreur a pris le dessus », interview dans Le Point

Cambadélis : « Chez Todd, l’aigreur a pris le dessus », interview dans Le Point

par

Le Point publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

Le Point : À l’occasion de la sortie de son livre, Qui est Charlie ? (Seuil), Emmanuel Todd revient sur la manifestation du 11 janvier et considère, dans une interview donnée à L’Obs, que le Parti socialiste est la « force politique principale » qui condamne « à la mort sociale » les fils d’immigrés… Comment le premier secrétaire du PS que vous êtes prend-il cette charge ?

Jean-Christophe Cambadélis : Ce sont des mots malheureux d’un homme malheureux qui a mal à sa République. Emmanuel Todd, souvenez-vous, était l’homme de « la fracture sociale » de Jacques Chirac. Avec le temps, l’aigreur a pris le dessus et s’exprime par des mots qui ne visent qu’à mordre, pas à débattre.

Sa thèse consiste à dénoncer l’unanimisme fallacieux de la manifestation Charlie

Oui, mais ce n’est pas nouveau. Toutefois, ce n’est pas la sociologie des manifestations qui en donnent le sens. En 1789, ce n’est pas l’ensemble du peuple français qui a fait la Révolution. En 1848, encore moins. La Commune de 1871 n’a concerné que Paris, même si elle a pu exprimer des aspirations d’une partie des Français. En 1945, à la Libération, tout le peuple français ne défilait pas non plus derrière le général de Gaulle. Pareil pour les grèves de 1963 dans le bassin minier ou la grève générale de 1968. Il n’y a pas d’unanimité dans le peuple. Sinon, cela serait une vision totalisante, un peu effrayante. Dans chaque manifestation d’ampleur, il y a des secteurs différents de la population qui se mettent en mouvement. Et, pour en revenir à la manifestation du 11 janvier, ce qui était important, ce n’était pas la sociologie du cortège mais le message : la défense de la liberté d’expression.

Todd va plus loin. Il considère que le 11 janvier a mobilisé beaucoup plus les régions traditionnellement les plus réfractaires à la République, à forte imprégnation catholique comme l’Ouest, la Lorraine, la Franche-Comté, la région lyonnaise… Ce faisant, il y voit une sorte d’inconscient xénophobe contre l’islam. Qu’est-ce ce que cela vous inspire ?

Je conteste sa vision mécanique de « l’ADN régional ». Comment peut-on penser que, trois siècles plus tard, rien n’est changé dans la cartographie française ? Ça n’a pas de sens. Cela voudrait dire qu’il n’y aurait eu aucun brassage social en France. Que l’on puisse, à partir de cartes anciennes, utiliser des indicateurs, peut-être, mais de là à en faire un déterminisme socio-historique, sûrement pas. Cette thèse questionne la démocratie. On n’aurait donc plus le choix. Mais alors, c’était quoi le 11 janvier ? Todd ne veut pas ou ne peut pas répondre. Qu’il se soit senti mal à l’aise, c’est une chose, mais quel est le sens du 11 janvier ? Une manifestation xénophobe ? Philosémite ? Totalitaire ? Il faudrait, pour la pertinence de sa thèse, qu’il réponde à cette question. Je prétends que cette manifestation était progressiste, car elle défendait la liberté.

Emmanuel Todd en vient même à considérer le catholicisme familial de François Hollande et de Manuel Valls comme une donnée expliquant qu’ils soient, l’un et l’autre, conciliants avec « les structures inégalitaires » de la France…

Todd est dans sa logique. Son interprétation est totalement déterministe. Comme si chacun était uniquement le fruit de ses origines, de sa religion. C’est une logique dont on ne peut pas s’échapper et qui nie le libre arbitre des individus. Ce qui est curieux, c’est que cette pensée-là va à l’inverse de tout ce qu’Emmanuel Todd a écrit avant, de tout ce qu’il a mis en lumière. Il se fait soudain le défenseur d’une thèse pour un livre d’humeur parce qu’il s’est senti mal à l’aise vis-à-vis du 11 janvier, et s’enfonce dans son présupposé sociologique, géographique, voire culturel.

Enfin, le sociologue présente les musulmans de France comme une minorité opprimée, « un groupe faible et discriminé ». Est-ce qu’on peut réduire les musulmans français à cette définition, au fond, marxiste ?

Non, ce n’est pas marxiste. La substitution des classes sociales par l’appartenance religieuse ne pose pas la bonne problématique. Qu’il y ait de la discrimination, de l’exclusion, c’est une réalité. Mais est-ce le fait qu’ils sont musulmans ou issus d’un milieu pauvre ? La relégation dans notre société existe, mais elle n’est pas nécessairement la conséquence d’une stigmatisation religieuse. D’autant plus que la proportion de croyants chez les individus issus des pays musulmans n’est pas plus grande que dans le reste de la population française. C’était en tout cas ce qu’avait établi un certain Emmanuel Todd dans un ouvrage publié avec Hervé Le Bras (*).

(*) Dans le « Mystère français » (Seuil), ces deux chercheurs avaient établi que moins de 15 % des immigrés musulmans pratiquent leur religion.

 

Propos recueillis par Emmanuel Berretta

 

05 mai

Commentaires fermés sur Monsieur Ménard ce n’est plus Reporters sans frontières, c’est raciste sans limite !

Monsieur Ménard ce n’est plus Reporters sans frontières, c’est raciste sans limite !

par

logops160

Monsieur Robert Ménard a donc décidé de ficher les enfants musulmans de sa ville. Cette pratique totalement illégale s’apparente à une discrimination raciale.

J’appelle le Gouvernement à réagir vivement et sans délai à cette décision soutenue par le Front national.

Le concours Lépine de la phrase ou de l’action la plus stigmatisante contre nos compatriotes musulmans ou issus de l’immigration devient insupportable dans la République française.

Ce climat de guerre civile verbale doit cesser car il mine notre cohésion nationale et porte atteinte au message d’égalité de la France.