Vous êtes dans: Expressions

07 fév

Commentaires fermés

Discours de Jean-Christophe Cambadélis devant le Conseil national du Parti socialiste – samedi 7 février 2015

par

JCC CNPS 07022015

 

Intervention de Jean-Christophe Cambadélis devant le Conseil national du Parti socialiste – samedi 7 février 2015

Seul le prononcé fait foi

Le contexte a changé. La France a été attaquée par le terrorisme. Les Français ont remis la République au centre. L’exécutif est à la hausse et le Président incarne la nation, tant le 11 janvier dernier qu’hier à Moscou.

Les socialistes sont mieux sans être au mieux. L’austérité est battue en brèche par le vote grec tout autant que par l’action des sociaux-démocrates. Le bloc réactionnaire à colonne vertébrale frontiste est en marche, bousculant l’UMP. Sur notre gauche on veut croire qu’une nouvelle gauche passe par la disparition du Parti socialiste. Les marches républicaines ont remis à l’ordre du jour la République. Mais la dynamique frontiste est là et le fanatisme religieux aussi.

Le moment politique est donc dans cette confrontation, il nous faut être à la hauteur de l’Histoire, de cette histoire ici et maintenant. Soit nous nous réinventons, nous réussissons au gouvernement, soit nous disparaissons !

Le contexte a changé et les textes aussi.
Notre contribution dit notre double volonté : utilité et unité.
Être utile à la France et aux Français en agissant pour le redressement de notre pays, et d’abord pour créer de l’activité et des emplois, investir dans le futur ; être utile à la République en proposant 10 chantiers pour l’égalité réelle ; être utile à l’Europe en la réorientant ; être utile au Parti socialiste en poursuivant son renouveau par son dépassement.

Notre démarche se fixe pour devoir de répondre aux besoins de sens et d’engagement que chaque militant et chaque citoyen éprouve. En assignant quatre tâches d’intérêt général :

Comprendre les défis historiques qui se posent à notre pays dans le monde et en Europe. Les défis sont multiples : agir contre le terrorisme djihadiste dans un monde multipolaire désorganisé, répondre à l’urgence écologique au nom de l’éco-socialisme, mettre la finance au service de l’économie réelle et de l’emploi ; unir le Nord et le Sud de l’Europe pour la réorienter, promouvoir une nouvelle croissance, combattre la déflation, doter l’Europe d’un traité social.

Mettre en perspective le sens de notre action en disant ce qui a été fait et ce qui reste à faire, ce qui a réussi et ce qui peut être infléchi. Depuis 2012, les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, et la majorité travaillent au redressement du pays.
Dans un contexte européen et international inédit. Dans une conjoncture qui amorce un début de reprise mais reste marqué – c’est pour nous une question centrale – par l’urgence de la reconquête industrielle. Apres dix ans de politique de droite qui a plombé les comptes, abîmé les services publics, divisé les Français.

Depuis l’alternance, il a fallu s’attaquer à toutes les crises en même temps : redressement productif et compétitivité de nos entreprises, soutien à l’emploi et au pouvoir d’achat, investissement éducatif, transition écologique et numérique, nouvelle organisation territoriale, droits nouveaux pour les salariés, relance européenne, diplomatie active.

L’action dans tous ces domaines a besoin de constance, de cohérence, de persévérance. Il faut continuer sur cette lancée mais aussi pouvoir compléter, consolider, infléchir quand il le faut : qu’il s’agisse de la prise en compte plus particulière des entreprises exposées à la concurrence internationale, de la réforme de la fiscalité ou du soutien à l’investissement des collectivités territoriales.

Pour permettre la réussite de la fin du quinquennat, l’enjeu principal pour notre parti doit être d’assurer la cohésion républicaine.

Inscrire l’égalité au cœur de notre action pour concrétiser la promesse républicaine et permettre la réussite de la fin du quinquennat. L’enjeu du congrès de Poitiers est d’être à la hauteur de l’Histoire et être à la hauteur de l’histoire, c’est faire vivre la République. Nous voulons faire de l’égalité le fil d’Ariane de la fin du quinquennat et de l’action du Parti socialiste dans les prochaines années. Notre contribution propose ainsi dix chantiers pour la cohésion républicaine, déclinées en propositions pour l’égalité réelle et la citoyenneté active :

Pour le droit à un environnement préservé.
Pour l’éducation : Premier sujet, premier projet, premier budget.
Pour la sécurisation des parcours professionnels.
Pour la santé partout et pour tous.
Pour le logement de qualité, cause nationale.
Pour le droit à la mobilité et à l’accès, par les transports collectifs ou le numérique.
Pour l’égalité femmes-hommes.
Pour l’accès à la culture et aux arts.
Pour les services publics sur l’ensemble du territoire, en métropole et dans les outremers.
Pour la fiscalité au service de la croissance et de la justice.

Faire de l’unité notre méthode et notre objectif, pour renforcer notre parti, rassembler la Gauche et les écologistes, mobiliser les citoyens, mener la bataille culturelle et politique face au bloc réactionnaire. L’unité permettra au Parti socialiste d’être pleinement utile à la réussite de la fin du quinquennat et à la défense de la République.

Unité des socialistes, car tant dépend de nous. Unité, car la réussite du redressement de notre pays ne peut se faire dans la discorde et en désordre. Unité du parti aussi pour poursuivre son renouveau engagé avec nos Etats généraux et notre modernisation organisationnelle.

Unité encore, pour permettre le rassemblement de la Gauche et des écologistes. Notre unité contre la division de la gauche, condition indispensable pour casser la dynamique du bloc réactionnaire. Et Gérard, quand on aime le Parti socialiste, il ne faut pas simplement répondre aux ministres, mais aussi à Jean-Luc Mélenchon !

Unité des Français, pour mettre en échec les tentatives de déstabilisation et de division de notre pays et renforcer le vivre ensemble dans notre République.

Au final, notre texte commun, celui voulu par le Secrétariat national et les 78 premiers secrétaires fédéraux, se veut résolument utile : Pour saisir et être à la hauteur du moment historique présent, pour peser réellement et positivement sur la fin du quinquennat et, enfin, pour servir l’unité de la gauche dans son combat face au bloc réactionnaire. En somme, ce texte se veut une contribution pour faire vivre le débat, faire vivre notre République et faire vivre notre parti.

Je m’engage à rencontrer les 26 représentants des contributions pour trouver les voies d’une motion, si ce n’est unique, en tout cas essentielle pour le rassemblement.

Merci.

Jean-Christophe Cambadélis

 

 

Retrouvez également la vidéo de la conférence de presse qui a fait suite au Conseil national :

 


Conférence de presse de J-C Cambadélis… par PartiSocialiste

07 fév

Commentaires fermés

L’invité du Grand Journal sur Canal +

par

JCC LGJ 06022015

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce vendredi 6 février l’invité du Grand Journal sur Canal plus.

 

Retrouvez la vidéo de l’émission ci-dessous:

03 fév

Commentaires fermés

L’invité de Mardi Politique sur RFI avec France 24 et Libération

par

RFI 03022015

Jean-Christophe Cambadélis était mercredi 3 février l’invité de Mardi Politique sur RFI avec France 24 et Libération.

Il a répondu aux questions de Florent Guignard, Roselyne Febvre et Laure Bretton.

 

Vous pouvez réécouter l’émission ci-dessous:

 

03 fév

Commentaires fermés

L’invité de Bruce Toussaint sur I Télé

par

JCC itélé 03022015

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité politique de Bruce Toussaint dans la matinale d’I>Télé.

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous:

02 fév

Commentaires fermés

L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI

par

JCC RAdio Classique 02022015 bis

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview:


Jean-Christophe Cambadélis, invité de Guillaume… par radioclassique

02 fév

Commentaires fermés

Discours de clôture – Rassemblement des secrétaires de section – dimanche 1er février 2015

par

2015_02_01 - Rassemblement des secrétaires de section - 102-1

Le dimanche 1er février 2015, les secrétaires de section étaient réunis pour le rassemblement annuel. L’évènement avait pour thème « Faire vivre la République ».

 

Retrouvez ci-dessous le discours de clôture de Jean-Christophe Cambadélis:

 


Discours de Jean-Christophe Cambadélis lors du… par PartiSocialiste

Crédits photos Mathieu Delmestre

01 fév

Commentaires fermés

Carnet de route – troisième étape du 29 au 30 janvier 2015

par

Orléans 4

Jean-Christophe Cambadélis réalise actuellement un tour de France des fédérations socialistes. Jeudi 29 et vendredi 30 janvier il s’est déplacé dans la Vienne et le Loiret afin de soutenir les candidats aux départementales et défendre la gauche de proximité.

La journée du jeudi a débuté par une visite à Alain Claeys, député-maire de Poitiers, Benoit Tirant, premier secrétaire fédéral de la Vienne ainsi qu’aux élus socialistes de la ville. L’occasion pour le premier secrétaire de rappeler son « amitié pour Poitiers » et de rendre hommage aux socialistes de Poitiers et sa région pour le travail de modernisation urbaine et de capacité d’intégration sociale qui a été accompli : « Vous symbolisez un travail de proximité, une ville qui s’est écologisée et modernisée ».

S’en est suivie une visite à l’hôtel de région où Jean-Christophe Cambadélis a chaleureusement été accueilli par Jean-François Macaire, Président de la Région Poitou-Charentes, Jean-Daniel Blusseau, Président du groupe des élus de gauche au Conseil général de la Vienne, de conseillers régionaux et généraux, du premier secrétaire fédéral des Deux-Sèvres, Rodolphe Challet, et des candidats aux élections départementales. Le premier secrétaire a rappelé la nécessité pour les socialistes de se battre pour l’unité, de rassembler les forces de gauche et de désigner leurs adversaires : « Il faut montrer ce que la gauche peut faire. Notre main est tendue. Ensemble nous pourrons faire beaucoup ».

Après un déjeuner de presse en compagnie de Catherine Coutelle, députée de la 2e circonscription de la Vienne, Jean-François Macaire, Benoit Tirant, Jean-Daniel Blusseau et Mathias Aggoun secrétaire de section de Poitiers, Jean-Christophe Cambadélis s’est rendu au centre socioculturel Le Local où il a pu échanger avec une trentaine de jeunes en service civique sur le thème de la laïcité mais également sur la proposition de François Hollande de généraliser le service civique en permettant à tous les jeunes qui le souhaitent de le faire.

Pendant près d’une heure, le premier secrétaire toujours aux côtés de Benoît Tirant, Catherine Coutelle, Jean-François Macaire et Jean-Daniel Blusseau, s’est prêté au jeu des questions/réponses. L’occasion pour lui de rappeler que « la laïcité, élément central de notre République, c’est le droit de croire ou de ne pas croire » mais également de souligner l’engagement que ces jeunes ont pris : « Le service civique est une question essentielle. Ce que vous réalisez pour les autres est important ».

La suite de l’après-midi était consacrée à la visite du pôle mobilité de la Blaiserie où Jean-Christophe Cambadélis a retrouvé Sandrine Martin et Etienne Royer, candidats du canton. Le premier secrétaire a notamment pu se rendre compte d’une action sociale portée par le centre de la Blaiserie : Mobicité 86, dispositif de location de deux-roues facilitant la mobilité et l’insertion professionnelle. Profitant de cette visite, le directeur du centre a demandé au premier secrétaire d’intervenir sur les délais trop importants pour recevoir le permis.

Deux grands temps militants sont venus clore cette journée bien remplie.
Tout d’abord les vœux aux militants de la fédération de la Vienne à Fontaine le Comte où le premier secrétaire a appelé les militants présents dans la salle à « défendre leurs territoires ». Enfin, Jean-Christophe Cambadélis a assisté à Poitiers à la première réunion de section consacrée à la laïcité, toujours aux côtés de Benoît Tirant mais également d’Alain Claeys et de Mathias Aggoun. Le premier secrétaire a rappelé qu’il fallait profiter de ce débat sur la laïcité pour lutter contre la remise en cause du vivre ensemble : « Si les socialistes ne prennent pas la tête de ce combat en défendant le vivre ensemble, d’autres s’en empareront en feront un combat entre communautés ».

Jean-Christophe Cambadélis a débuté sa journée du vendredi dans le Loiret en allant soutenir les candidats du canton nord d’Orléans, Baptiste Chapuis et Estelle Touzin.
Aux côtés d’Olivier Frézot, premier secrétaire fédéral du Loiret, de Jean-Pierre Sueur, sénateur, de Baptiste Chapuis, de son équipe de campagne, Philippe Rabier et des jeunes socialistes du Loiret, Jean-Christophe Cambadélis est allé à la rencontre des commerçants et habitants de ce quartier populaire d’Orléans afin de mobiliser pour les élections à venir.

Après un déjeuner de presse aux côtés d’Olivier Frézot, de Jean-Pierre Sueur et de Valérie Corre, députée de la 6e circonscription du Loiret, et d’un entretien avec le premier fédéral à la fédération, Jean-Christophe Cambadélis s’est rendu au Frac-Centre (Fond région d’art contemporain) aux côtés des candidats du canton, Philippe Rabier et Sophie Lorenzi, mais également de Yann Chaillou, animateur fédéral du MJS du Loiret et Carole Canette, vice-présidente de la région Centre en charge de la culture.

Le premier secrétaire a pu parcourir ce bâtiment à l’architecture particulière et découvrir l’exposition sur les villes visionnaires en hommage à l’historien et critique Michel Ragon.

La suite de l’après-midi était consacrée à la visite du Centre d’études et de recherches sur les camps d’internement du Loiret (CERCIL) – musée mémorial des enfants du Vel d’Hiv. A la fois musée, mémorial et centre de documentation, le CERCIL a pour objectif d’expliquer le processus qui a rendu possible la Shoah.

Guidés par la passionnante Hélène Mouchard-Zay, fille de Jean Zay et présidente du CERCIL, Jean-Christophe Cambadélis notamment en compagnie d’Olivier Frézot et François Bonneau, Président de la région Centre, a parcouru les couloirs de ce musée – mémorial émouvant qui s’attache à retracer l’histoire des trois camps d’internement du Loiret – Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau – où près de 18 000 juifs ont été internés et déportés pendant la seconde guerre mondiale. Parmi eux figuraient plus de 4 400 enfants dont la plupart ont été arrêtés avec leurs parents lors de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942.

La journée s’est terminée par une réunion militante à Saint Jean de la Ruelle où le maire Christophe Chaillou sollicite un nouveau mandat de conseiller général.

Olivier Frézot, Jean-Pierre Sueur, Valérie Corre et Jean-Christophe Cambadélis ont pu intervenir et échanger avec les 250 militants présents dans la salle.
Le premier secrétaire a notamment insisté sur les dangers de la division : « Si la gauche se divise, ce seront ses adversaires ou ses ennemis qui s’imposeront ».

Prochaines étapes prévues le 11 et 12 février dans le Bas-Rhin et la Moselle

 

Crédits photos Mathieu Delmestre

 

Poitiers 1

Poitiers 2

Poitiers 3

Poitiers 4

Poitiers 5

Poitiers 6

Poitiers 7

Poitiers 8

Poitiers 9

Poitiers 10

Poitiers 11

Poitiers 12

Poitiers 13

Poitiers 14

Orléans 1

Orléans 2

Orléans 3

Orléans 4

Orléans 5

Orléans 6

Orléans 7

Orléans 8

Orléans 9

Orléans 10

Orléans 11

Orléans 12

Orléans 13

Orléans 14

Orléans 15

Orléans 16

29 jan

Commentaires fermés

La machine à diviser, ça suffit!

par

logops160

Julien Bayou propose ni plus, ni moins, une scission dans le Parti socialiste pour organiser les primaires de la radicalité. Cette attitude est irresponsable.

D’abord parce qu’elle offre le spectacle lamentable de politiques obnubilés par l’élection présidentielle.

Ensuite, au moment où le pays est uni pour la sécurité et la République, c’est réintroduire le ferment de la division.

Enfin, c’est un accroc inadmissible dans l’union de la gauche dans un moment où l’enjeu n’est pas la division, mais l’union pour faire face au danger frontiste et au retour de la droite.

La gauche divisée, c’est la gauche éliminée.