Vous êtes dans: Expressions

19 Nov

Commentaires fermés sur La France sauvée par Mamadou et Karim !

La France sauvée par Mamadou et Karim !

par

drapeaubbrflotantRegardez les tous les racistes, xénophobes de tous poils exulter ! La France au Brésil, c’est l’exploit ! Enfin ils ont mouillé, honoré notre maillot tricolore.  Ce qui était réputé impossible a été réalisé par Mamadou et Karim. Dans le climat actuel c’est pour le moins amusant !

18 Nov

2 Comments

Pourquoi tant d’impopularités ?

par

SEANCE DES QUESTIONS AU GOUVERNEMENT A L'ASSEMBLEE NATIONALE.

Ce n’est pas la première fois sous la 5ème République que le Président est impopulaire. De Gaulle, Giscard d’Estaing le furent, ou dans les mêmes eaux sondagières que François Hollande,  François Mitterrand avec Edith Cresson et Jacques Chirac avec Alain Juppé. Alors pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

D’abord une triple sous-estimation : la facture Sarkozy, le caractère illégitime de la gauche au pouvoir pour une partie de la droite et de l’extrême droite et la difficulté dans une Europe à majorité de droite de la réorienter. Si sur Nicolas Sarkozy tout a été dit, rien ne s’est vraiment imprimé. C’est comme si la gauche n’avait qu’à faire sans entrave ni contrainte. Les déficits colossaux laissés par près de 20 ans de droite sont passés au second plan tant l’envie de virer Nicolas Sarkozy était grande. Redistribuer dans ces conditions comme en 1936 ou 1981 nous précipitait sur le mur de l’argent. Quant à reformer à gauche comme avec Lionel Jospin cela passait par assainir.

Et puis cette alternance ne va pas de soi. Un bloc réactionnaire refuse toujours la gauche. Elle est jugée illégitime dans une France qui reste électoralement à droite. Et la haine de ce bloc a trouvé dans le mariage pour tous, le refus de la xénophobie et l’anti impôt, la vérification de ce ressentiment.

Reste la réorientation européenne nécessairement longue vue de la majorité de gouvernement de droite. Il faut ajouter l’absence d’opposition empêtrée dans ses crises de leadership, stratégiques et ses lâchetés, ce qui biaise le débat politique. Il s’en suit une série de polémiques hors-sol où on ne conteste pas le fond mais la forme. Car sur le fond le contre programme de la droite est inapplicable dans la France actuelle, tellement il est violent. Même Nicolas Sarkozy s’en est gaussé en privé. Celui de l’extrême-droite rayerait la France de la carte des nations qui comptent, et provoquerait une guerre civile autour de l’immigration. Quand à celui de l’extrême gauche, les Français, élections après élections, ne semble pas enclin à l’adouber.

Mais il faut aller plus loin. Il y a indubitablement une difficulté de lisibilité de l’action du pouvoir. Lorsqu’on voit comment le succès européen de François Hollande sur l’emploi des jeunes a été zappé, on se dit qu’il y a un souci.

L’information comme marchandise, son côté spectacle, sa posture interpellante et haletante, sa volonté de tout déconstruire, bouscule l’art d’exécution du politique. Mais il y a le cœur du problème. Il existe au-delà de la crise, une crise dans la crise: celle de la représentation.

L’effet 3 D, la désidéologisation, la dépolitisation et la désoccidentalisation provoquent un climat dépressif sans repères et sans temps mort. Ceci frappe tout le champ politique, mis à part le Front National qui campe sur une France d’hier, rêvant à celle d’avant hier. S’il faut faire de la politique, nommer les difficultés, donner du sens aux effort en ralentissant le pas, il faudrait surtout un effort de refondation idéologique et politique de tout l’espace public. Sinon on s’agite en tous sens, préconisant des solutions techniques qui ne règlent rien et hystérisent un paysage médiatico-politique passablement éméché.

17 Nov

2 Comments

Les petites lâchetés de l’UMP

par

logoumpUne partie des problèmes du Président Hollande réside dans l’absence d’un adversaire. Il n’y a pas de chef de l’opposition même si il y a des oppositions. Même si une partie de la droite et de l’extrême droite estime illégitime la gauche au pouvoir et un bloc réactionnaire qui voit dans le mariage pour tous, le refus de la xénophobie et la hausse des impôts, la justification de sa haine politique.

Tout cela est déterminant mais il faut ajouter d’abord que la droite n’a pas de chef et François Hollande boxe seul sur le ring. Ensuite que celle-ci n’a pas de ligne collective vis-à-vis de l’avenir du pays. Il suffit de lire le contre projet de budget ou sur les retraites. C’est tellement anti-social que l’on se demande comment dans la France actuelle, ils pourraient appliquer un tel programme.

Mais surtout la lâcheté de l’UMP est sans limite. Condamner l’écotaxe qu’ils ont votée et organisée. Faire de même sur la réforme scolaire qu’ils disaient vouloir faire appliquer. Se prononcer pour le refus du respect de la loi, alors qu’ils stigmatisent le moindre acte en banlieue qui ne la respecterait pas. Ou s’offusquer de la hausse de la TVA, alors qu’ils en avaient fait un argument électoral et prévoyaient une hausse plus forte que celle qui vient d’être votée. Cette incapacité à trouver un chef, un cap et une colonne vertébrale est une des données de la situation actuelle.

14 Nov

Commentaires fermés sur La fin de l’ère Schröder !

La fin de l’ère Schröder !

par

sigmardgabrielSigmar Gabriel dans son discours final au congrès de Leipzig, où il a été réélu avec plus de 82%, a déclaré qu’en 2017 l’alliance avec Die Linke devait être rendue possible.

C’est la fin de l’ère Schröder qui faisait du refus de cette alliance la ligne de partage à gauche. Sigmar Gabriel fait donc un double mouvement : la préparation de la grande coalition donnant des garanties au SPD et la préparation de la grande alliance à gauche pour mettre fin au règne de la CDU.

Paris osé que d’aller à droite pour s’allier à gauche. Mais pari séduisant pour obtenir une inflexion de la ligne d’Angela Merkel dans la grande coalition. Ceci est nécessaire pour gagner le référendum interne validant l’accord SPD/CDU. Mais pari aussi de capter la légitimité de bonne gestion qui a fait défaut au SPD, pour pouvoir, sans risquer de perdre le centre, s’allier avec Die Linke.

Tout dépendra donc de la nature de la grande coalition et de la pratique de celle-ci. Si ce n’est qu’un moyen de faire passer un accord maussade, il y a fort à parier que Sigmar Gabriel ne renouvellera pas l’exploit de Willy Brandt de sortir vainqueur de la grande coalition.

13 Nov

2 Comments

Délirant !

par

hollande merkel 1Le Président de la République obtient que 23 pays adoubent sa politique européenne sur l’emploi des jeunes dans un sommet à Paris et cela ne fait même pas une ligne.

On évoque le manque d’autorité. Tous les leaders européens viennent sur sa position. On raille la réorientation, c’est la première décision de redistribution européenne depuis le début de la crise. On pointe l’isolement de la France, tout le monde est présent. Et ce fut l’événement le moins médiatisé de l’année.

Alors que ceci s’accompagne d’une mise en garde de l’Allemagne par la Commission pour excédents excessifs, il y a quelques jours pour une recommandation budgétaire de Bruxelles. On a éditorialisé à n’en plus finir. Certes la communication ne fut pas – c’est un euphémisme – excessive. Mais de là à réduire cette avancée à un non événement, c’est proprement délirant de mauvaise foi médiatique.

12 Nov

2 Comments

Ils veulent briser la gauche

par

160513hollandeLes mouvements en cours ont une apparence de jacqueries antifiscales. Il y a en réalité un bloc extrême-droite, droite radicalisée pour briser la gauche de gouvernement.

Ce mouvement refuse le changement, c’est-à-dire la modernisation de la France. Utilisant la réduction des déficits qu’ils nous ont laissés, les droites se sont radicalisées dans leur combat contre le mariage pour tous. Elles ont fusionné dans le refus de l’étranger. Elles exultent dans la lutte contre l’impôt. Les événements du 11 novembre 2013 démontrent que ce bloc réactionnaire est prêt à tout pour briser la gauche de gouvernement, le mot d’ordre commun était “Hollande démission”.

La réaction de Marine Le Pen dénonçant les arrestations préventives du Ministre de l’Intérieur est un aveu au moins de présence. Tout le monde a vu dans le lancement de l’action en Bretagne l’union d’un Marc Le Fur déchaîné et radicalisé à droite du Front National, trouvant dans les professionnels de l’agroalimentaire sinistrés et des agricultures angoissés par la montée des coûts de production, l’instrumentalisation d’une angoisse. Si on peut ou on doit comprendre la colère, il ne faut pas la mettre sur le même plan que les récupérateurs qui prétendent parler au nom du peuple. Mais de grâce ne confondons pas des tentatives réactionnaires avec la grève des camionneurs chiliens qui ont contribué au renversement de l’union populaire d’Allende. Nous n’en sommes pas là.

Mais il est temps de dire que les destructions de radars n’ont rien à voir avec l’écotaxe, mais visent à créer un climat de guerre civile pour acculer le gouvernement. Il est temps que l’on mobilise la gauche qui n’est pas passée à droite mais est l’arme au pied. Il est temps que l’on nomme qui veut l’affrontement et pourquoi. Il est temps que l’on dise que rien ne saurait justifier les violences et les dégradations. Il est temps de dire la négociation OUI, le renoncement au changement NON. Et que le changement ne consiste pas à endosser l’austérité, mais au redressement dans la vraie justice. C’est ainsi que l’on ne cédera pas aux haines comme le demande le Président.

11 Nov

7 Comments

L’insulte faite aux morts !

par

champs elyséesSans être un militariste à tout crin, siffler et huer une sonnerie aux morts de 1914 et de toutes les guerres est choquant.

Ce qui s’est passé ce 11 novembre sur les Champs-Elysées ne passe pas. Le droit de contester une politique est libre en France. Mais les formes pour l’exprimer en disent long sur le niveau d’acculturation des auteurs.

Il est temps pour le coup de siffler la fin de la récréation. Il faut dire haut et fort que l’on n’accepte pas.

Les jeunes lycéens en 1940 bravaient l’occupant. Ici on ne brave rien du tout. On insulte leur mémoire. Voilà encore une occasion pour la gauche de dire ça suffit !

09 Nov

2 Comments

Nouvelle Europe : la bataille commence

par

martin schulzMercredi le Présidium du Parti Socialiste Européen dont je suis le premier Vice-Président à Bruxelles, jeudi et vendredi lors de la réunion des Secrétaires Généraux des partis sociaux-démocrates à Varsovie où je suis intervenu, la candidature de Martin Schulz a été adoubée par l’ensemble de la communauté social démocrate européenne, pourquoi ?

Dans un moment où les européens s’inquiètent d’une Europe allemande, un allemand favorable à une Allemagne européenne était le meilleur moyen de crédibiliser qu’il existait une voie nouvelle en Europe.
Maintenant on ne peut pas dire que les allemands s’opposeront à la réorientation, puisque l’un des leurs va la porter. Martin Schulz, Président du Parlement européen, polyglotte, francophile et francophone s’est déclaré volontaire pour porter l’intérêt général des européens à la tête de la Commission.

En effet le traité de Lisbonne offre la possibilité au Président de la commission d’être désigné par le Parlement européen. Le successeur de José Manuel Barroso ne sera pas désigné par l’intergouvernementale à majorité conservatrice mais d’abord par le Parlement qui va être réélu et donc possiblement avec comme groupe principal la gauche européenne. Et là il est difficile à Madame Merkel de refuser un allemand, même s’il est de gauche et l’a combattu lors de l’élection fédérale allemande.

Donc le chemin pour une alternative qui change la gouvernance, protège les européens et relance la justice est en marche. Le PSE est entré dans la phase de préparation de son Manifeste. Le Congrès de Rome, ville de la fondation de l’Europe, sera celui du 2e souffle européen. Trois jours intenses où a soufflé le renouveau européen.