Vous êtes dans: Expressions

14 mai

1 Comment

MERKEL / HOLLANDE: l’inévitable compromis

par

Il n’y a pas de place pour l’affrontement en Europe. Mme Merkel isolée sur la scène internationale après les déclarations de Barack Obama, contestée sur sa ligne de l’austérité renforcée en Europe, battue dans les élections régionales. La chancelière ne peut pas faire comme si de rien n’était comme M. Jens Weidmann, patron de la banque d’Allemagne, le dit. D’abord la volonté du banquier de dicter sa loi à l’Europe outrepasse ses prérogatives, ensuite poursuivre une politique déséquilibrée ne la transforme pas en politique juste. Enfin le désaccord franco allemand porte en germe l’accord.

La rigueur sans croissance c’est la récession. la croissance sans rigueur c’est l’inflation. Angela Merkel ne peut se déjuger mais François Hollande ne peut se parjurer, surtout dans la phase des élections législatives qui débute. Alors le compromis est inéluctable. Il y aura fin juin des mesures de croissance dans le sommet européen. Maintenant l’urgence reste la situation en Europe du sud, particulièrement en Grèce. Et là le pragmatisme va être de rigueur.

11 mai

3 Comments

L’invité de LCI: « personne ne peut mettre en cause l’intégrité de Jean-Marc Ayrault »

par

 Jean-Christophe Cambadélis était l’invité politique de la matinale de LCI. Retrouvez ici ses principales déclarations:

Affaire Ayrault: « un peu de pudeur, l’UMP a oublié Juppé condamné à de l’inéligibilité et pourtant ministre (…) personne ne peut mettre en cause l’intégrité de Jean-Marc Ayrault »

« il y aura un Etat d’exigence tout en ayant un Etat de grâce »

« DSK ne fera pas de politique de sitôt »

« C’est à Jean-Luc Mélenchon de se demander s’il se lance dans cette bataille de Hénin-Beaumont, cette galère, le voir errer de circonscription en circonscription, ça me parait bizarre, je ne comprends pas pourquoi le PCF ne donne pas à Jean-Luc Mélenchon une circonscription ? »

« J’ai vu beaucoup de drapeaux de toutes les couleurs à la Bastille, Jean-François Copé y était présent ? »

« François Hollande veut se donner le temps, une autre manière de gouverner que Nicolas Sarkozy »

Jean-Christophe Cambadélis Ministre ?  « Je ne crois pas que je serai dans la liste des ministres »

Candidat au poste de 1er Secrétaire ? « Ce n’est pas le sujet du jour, je veux rester concentré sur les législatives »

« Nous allons trouver une solution avec l’Allemagne et la France et les autres pays européens, chacun prend ses marques,  Angela Merkel se trompe, elle a en tête Nicolas Sarkozy et les déficits publics »

09 mai

2 Comments

Grèce: la cote d’alerte

par

Que faut-il de plus à l’Europe pour comprendre que les conditions imposées au peuple par le pacte de stabilité financière conduisent l’économie à la récession et les peuples à la sécession ? L’entrée de Syriza au Parlement avec 52 députés est l’expression radicale de l’exaspération. A l’autre bout de l’échiquier, 21 députés de l’Aube dorée, une formation aux accents fascisant. Le PASOK, balayé, et la Nouvelle Démocratie défaite. C’est aujourd’hui Alexis Tsipras de Syriza qui doit composer le gouvernement. Il annonce la couleur, la renégociation et le refus des engagements.

Si la Grèce sort de l’Euro, les marchés enregistreront ceci comme un signe clair que l’Europe ne soutiendra ni le Portugal ni l’Espagne ou, qu’elle n’en a pas les moyens. La lente décomposition se mettra en marche. Si on continue a étrangler les peuples, la colère grecque fera tâche d’huile. Alors, il est urgent de changer de cap. Il est nécessaire de rebâtir un pacte de croissance. La côte d’alerte est atteinte, la contestation galope pendant que l’Euro poursuit sa chute. La crise historique est à nos portes.

06 mai

4 Comments

Ce soir la gauche renoue avec l’Histoire de la France !

par

Elle donne un successeur à François Mitterrand: François Hollande. La victoire des forces du changement est une bonne nouvelle pour l’Europe qui ploie sous l’austérité. Comment ne pas penser en cet instant à toutes ces femmes et tous ces hommes qui espèrent un redressement de la France dans la justice.

Il y a en France un état d’exigence de changement. Il devra se confirmer aux élections législatives.  J’appelle tous les socialistes, au delà de la joie et du bonheur à ne pas relâcher les efforts.

Il faut maintenant la majorité à l’Assemblée Nationale pour réussir le changement  !

04 mai

2 Comments

François Bayrou avait déjà brûlé ses…

par

François Bayrou avait déjà brûlé ses vaisseaux en publiant en 2009 « Abus de pouvoir ».

Le leader du Modem avait fermé la porte au vote Sarkozy. Et ce dernier, en se ruant sur les électeurs de Marine Lepen, compliqua la tâche du béarnais.

Nicolas Sarkozy lors du débat avec François Hollande, le démontra: il ne s’est occupé que du vote frontiste espérant monter à 70% dans les reports. Le vote Bayrou, pour le candidat sortant, étant résiduel voire acquis.

François Bayrou n’avait pas d’autre choix que s’abstenir ou voter pour François Hollande. Une grande partie de son parti filant vers François Hollande, il choisit donc une formule alambiquée : Le Modem ne donne pas de consignes mais lui, vote François Hollande.

Évidemment, on ne retiendra que son soutien au candidat de gauche. Un coup décisif au moment ou Nicolas Sarkozy opérait une timide remontée.

François Bayrou ne pouvait pas ou plus être neutre. Il ne lui restait que la cohérence avec ses convictions centristes et républicaines. Il les a choisies. Tant mieux !

Le voilà dans la futur majorité présidentielle si François Hollande est élu. Sa déclaration pour l’union nationale a pour but de prendre date: ne pas être dans le camp du battu qui, en plus, a ouvert la porte républicaine à Marine Le Pen. Ceci pour être un éventuel recourt pour les uns ou pour les autres.

Un choix pour tenter de rester au centre en quelque sorte.

02 mai

Commentaires fermés

Zone euro: nouveau record du taux de chômage à 10,9% en mars – L’échec du directoire Merkel/Sarkozy

par

Le taux de chômage dans la zone euro a atteint en mars son plus haut niveau, à 10,9% de la population active, égalant le record d’avril 1997, a indiqué aujourd’hui Eurostat. Selon l’office des statistiques européen, 17, 36 millions de personnes étaient au chômage en mars dans la zone euro, soit 169 000 de plus que le mois précédent. Qui peut croire que cette situation peut continuer durablement sans monter des tensions sociales et électorales du national populisme ? La stratégie codifiée dans le traité de stabilité budgétaire de Mme Merkel et Nicolas Sarkozy est un échec sur toute la ligne, il n’y a ni croissance ni confiance.

01 mai

Commentaires fermés

1er mai, la fête internationale des travailleurs

par

En ce 1er mai 2012, je veux saluer le monde des travailleurs et tous les travailleurs du monde.

Cette belle journée internationale a un sens qui ne doit pas se perdre dans les détournements et les falsifications auxquelles nous assistons, notamment durant cette campagne présidentielle.

D’abord le 1er mai fut « souillé » par le Front national et son défilé en marge duquel un jeune marocain fut jeté à la Seine en 1995 par des skinheads qui faisaient partie du cortège lepéniste. Nous nous en souvenons encore. François Mitterrand était venu en personne rendre hommage à la victime. C’était la veille du grand meeting d’entre deux tours de Lionel Jospin qui s’était lui aussi tenu à Bercy. Depuis, chaque année, un hommage est rendu à Brahim Bourram, la victime, pont du Carrousel pour rappeler à ceux qui oublient que les idées du Front national peuvent tuer.

Le 1er mai 2002 fut d’ailleurs un défilé massif, avec plusieurs millions de citoyens dans la rue pour dire « non » au Front national.

Dix ans plus tard, ce 1er mai est sous le coup d’un autre dévoiement, cette fois par les conservateurs et leur candidat Nicolas Sarkozy. Non content d’avoir attaqué de front les syndicats, Nicolas Sarkozy prétend fustiger les oisifs et les gens qui ne veulent pas travailler alors qu’il a passé son temps à protéger ceux qui, comme disait François Mitterrand « s’enrichissent en dormant ».

Si le 1er mai est à ce point convoité, c’est qu’il est fondamental. Dans toute l’Europe, la social-démocratie est fidèle au rendez-vous de cette journée internationale des travailleurs.

Un acquis historique du mouvement ouvrier qui, grâce ou à cause des attaques de la droite contre le monde et le droit du travail, conserve toute son actualité.

En effet, le 1er mai était pour les syndicalistes américains un moment de revendication pour la réduction du temps de travail.

Puis les socialistes de la IIe Internationale, sur proposition du syndicaliste Raymond Lavigne en firent une journée de grève et de lutte. Bien souvent, la police chargea et tira sur les foules rassemblées ce jour là comme à Fourmies dans le Nord de la France en 1891.

C’est la droite qui a instauré l’expression « fête du travail », mais pour nous, il s’agit de la journée internationale des travailleurs.

Il y a quelque chose d’indécent et d’indigne à voir celui qui a démantelé le droit du travail comme jamais auparavant s’approprier ainsi une journée de lutte pour l’égalité des droits et la dignité du travail. Ce n’est pas une récupération, c’est une provocation.

Nous rendrons le 1er mai à ceux qui travaillent et qui ne peuvent être défendus que par le camp qui a fait voter les grandes lois sociales de ce pays et qui continuera à lutter pour le travail décent pour tous.