Vous êtes dans: Expressions

13 mar

3 Comments

Une hirondelle ne fait pas le printemps !

par

Et quand bien même Nicolas Sarkozy arriverait en tête du premier tour cela ne change pas la donne.

Souvenons-nous de 1974 et de 1981 (en 1974: François Mitterrand obtient 43. 25% au premier tour et Valéry Giscard d’Estaing 32. 60%, en 1981: Valéry Giscard d’Estaing obtient 28. 31% au premier tour et François Mitterrand 25. 84%) cela n’a pas pesé sur le deuxième tour.

Alors arrêtons ce concours du premier tour. Celui qui est en tête à moins de réserve au second tour, c’est tout. Il faut être au plus haut au 1er tour pour gagner au second, mais la place est secondaire. Notons au passage qu’avec ce sondage Nicolas Sarkozy subirait la plus grosse défaite de la 5ème République. Les Français ne veulent ni d’un match, ni d’un référendum pour ou contre l’immigration. Ils veulent des solutions sur le chômage, l’école, la santé, le logement, la sécurité. Ils veulent un dessein sûr pour une France juste. Nicolas Sarkozy veut lui continuer son bilan calamiteux.

11 mar

3 Comments

Discours de Villepinte: avec Sarkozy, ce n’est pas la France unie, c’est la France punie

par

Le discours de Villepinte de Nicolas Sarkozy ne fut qu’un enchaînement de mots pour cacher les maux et les méfaits que la France subit depuis 5 ans.

Sarkozy s’est laissé griser par le lyrisme pour faire oublier l’ivresse du pouvoir.

Sarkozy a osé emprunter à Mitterrand la formule de « la France unie », mais avec lui, c’est plutôt la France punie et les Français meurtries.

Il avait commencé son quinquennat en promettant que tout deviendrait possible, il a dit à la tribune que « la volonté ne peut pas tout ».

Comme depuis le début de sa campagne, Sarkozy ne pouvant effacer son bilan dans la mémoire et le quotidien des Français, parle comme s’il n’était pas le président sortant. Les seuls propositions ne sont plus nationales, mais européennes.

En parlant de renégocier Schengen – une mesure appliquée au Danemark par la droite soutenue par l’extrême droite avant qu’elle soit balayée par la gauche, Sarkozy donne raison à François Hollande : les traités européens peuvent être renégociés.

S’agissant de l’European buy act, il reprend une proposition des socialistes de 2009.

En voulant faire en Europe ce qu’il prétend faire en France, Sarkozy a-t-il envoyé un signal pour l’après 2012 en cas de défaite ?

On ne fait pas la France unie en pratiquant la division systématique.

Le bilan de Nicolas Sarkozy est le premier argument contre son projet. Le changement c’est maintenant.

 

07 mar

2 Comments

Nicolas Sarkozy veut continuer son bilan

par

Dans l’émission « Des paroles et des actes » dont Nicolas Sarkozy était l’invité sur France 2, on avait tous les éléments d’une contre offensive, mais pas les raisons d’un deuxième mandat. A moins de considérer que l’immigration justifie à elle seule un deuxième quinquennat. C’est un peu court. Il n’y a pas de cap pour son quinquennat, si ce n’est lui ! Il reste donc l’idée que Sarkozy veut… continuer son bilan. Évidemment ce n’est pas le plus porteur vu son caractère calamiteux. Le rejet du sortant est enkysté. Alors Nicolas Sarkozy tente un vote utile de droite pour créer la surprise quitte à abimer la France. Il continu encore et encore à recycler les thèmes du Front National. Il se veut en résonnance avec l’islamophobie de Marine Le Pen. Il délaisse l’économie et le social – et pour cause – et c’est là sa faiblesse car c’est la préoccupation des francais. Réduit à son bilan comme projet, agrémenté d’un trait d’union avec le Front National, il pense remonter la pente quitte à démonter la France. Sarkozy espère que l’abstention fera le reste. A nous de déjouer la manoeuvre.

06 mar

1 Comment

François Hollande fait bouger les lignes en Europe.

par

Après le gouvernement Rutte des Pays-Bas et la coalition libéraux-chrétiens-démocrates soutenue par les populistes de Wilders qui rechignent à appliquer les mesures d’austérité sans croissance. Après les mêmes remontrances du très libéral Monti, et l’aveu de Rajoy en Espagne de ne pas être dans les clous, c’est le chancelier autrichien social-démocrate Werner Faymann qui envisage : « une nouvelle approche » du pacte budgétaire européen, si des élections dans l’union européenne devaient aboutir à un changement de gouvernement.

Le président du parlement européen Martin Schultz a été dans le même sens. C’est parce qu’en bas on manifeste de plus en plus fort, Grèce, Espagne, Portugal et cela s’accompagne d’une fronde des syndicats Européens, et qu’en haut le scepticisme s’installe contre le bien fondé de la ligne suivie par Madame Merkel et acceptée par Nicolas Sarkozy, que la chancelière allemande s’inquiète.

Au fond c’est la raison - complot ou pas – de l’attitude de Mme Merkel. La victoire de François Hollande serait le point d’appui d’un « bougé » européen. Non seulement le rééquilibrage de la politique européenne voulu par François Hollande contredit ses thèses, mais cela sonnerait comme l’ouverture d’une séquence qui minerait sa position de surplomb de la politique européenne. Et par voie de conséquence affaiblirait sa domination en Allemagne même. La possible élection de François Hollande, ce qui n’est pas fait, représente donc un espoir pour l’Europe et fait déjà bouger les lignes.

05 mar

Commentaires fermés

Poutine l’a emporté au premier tour

par

Vladimir Poutine a remporté au premier tour la présidentielle de dimanche avec 63,42 % des voix a annoncé la commission électorale russe. « Cette victoire au premier tour était évidente », a déclaré le chef de campagne de M. Poutine, Sergueï Govoroukhine. « Il n’y aura pas de deuxième tour », a-t-il ajouté.
Vladimir Poutine est resté l’homme fort du pays malgré la baisse nette de sa popularité et va donc entamer un nouveau mandat, cette fois porté à 6 ans.

Le communiste Guennadi Ziouganov arrive en deuxième position avec 17,82 % des voix. Il a aussitôt dénoncé un scrutin « de voleurs, absolument malhonnête ». L’opposant libéral Vladimir Rijkov a quant à lui jugé le vote illégitime : « Pas un paramètre ne permet de considérer cette élection comme légitime », a estimé celui qui demeure l’un des leaders des manifestations d’opposition de ces derniers mois.
 En troisième position, le libéral Mikhaïl Prokhorov (7,5 %), révélation de cette élection devance le populiste Vladimir Jirinovski (6 %) et le social-démocrate proche du Kremlin Sergueï Mironov (3,67 %) qui a complètement raté sa campagne…

En réponse a cette victoire de Poutine, l’opposition a appelé à un grand rassemblement Place Pouchkine, dans le centre-ville ce lundi soir, qui devrait faire de cette journée une étape cruciale pour l’avenir du mouvement de contestation. Maintenant si la protestation restera forte, la plate-forme pour en faire un mouvement politique reste impossible en raison des grandes disparités entre les organisateurs.
 Des partis d’opposition et une ONG russe dénoncent les fraudes dans de nombreux bureaux à travers le pays. Un site a été mis en place pour comptabiliser les infractions constatées par la Ligue des électeurs, le parti démocrate Iabloko et les partisans de Mikhaïl Prokhorov, ont comptabilisé plus de 4 500 cas de violation de la législation électorale.
 « Transport massif d’électeurs », cas de bourrage d’urnes. Devant certaines évidences la commission électorale centrale a promis d’annuler le résultat d’un bureau au Daghestan. Le parti communiste dénonce lui aussi toute une série de fraudes, comme celles commises selon ses observateurs dans un bureau de vote de la région de Kirov, où une liasse de bulletins a été jetée dans l’urne… 
L’ONG Golos, qui a réalisé une carte des fraudes interactive en ligne en coopération avec l’édition russe du magazine américain Forbes, a recensé de son côté plusieurs centaines de violations.


Malgré cette victoire, Poutine fait face à une vague inédite de contestation depuis les élections législatives de décembre, entachées par des fraudes massives selon l’opposition. 
La Russie vit en ce moment la révolution de l’Internet. Le développement de l’Internet et des réseaux sociaux, ces dernières années, a atteint une masse critique. Certes celle ci ne touche pas l’immense masse populaire Russe qui ne connaît que des régimes forts et se méfie du caractère dispersif de la démocratie. Russie profonde qui a été échaudé par la fin des années Eltsine. Au sommet il semble que l’oligarchie soit entrée en tension. Car il est peu probable que le mouvement que nous constatons fut possible dans ces conditions sans « désaccord « au sommet. Mais entre une Russie qui regarde les démocraties occidentales, des failles au sommet et un pays profond qui souffre de la crise. L’instabilité est là.

04 mar

Commentaires fermés

Etrange Carl Lang !

par

L’ancien secrétaire général du Front National, responsable des parrainages de maires pour Jean-Marie Le Pen à l’occasion des élections présidentielles déclare avoir 360 signatures.

Nul n’ignore que ce dernier s’est fâché avec Le Pen. Il a crée un groupuscule le « parti de la france ». Il était candidat à la présidentielle, honnêtement cela avait échappé à beaucoup de monde. Mais il a donc démarché avec succès de très nombreux maires. Il n’est pas impossible de penser qu’il a tapé dans le réservoir – Si ses déclarations sont véridiques – de ceux qui s’étaient prononcés pour Jean-Marie Le Pen.

Alors ? Vengeance pour interdire à la fille de se présenter ? Ou tentative d’être réintégré comme sauveur ? En tous cas, si Marine Le Pen n’a pas ses signatures – ce qui semble peu vraisemblable – Carl Lang aura joué un rôle au delà de la réticence justifiée des élus républicains. Il aura entravé son action, paralysé son financement ou même empêché. Pour lui ? Ou pour d’autres ? Dans le front ou à l’extérieur ? Voilà une intéressante question qu’il faut garder dans un coin de sa tête.

 

04 mar

2 Comments

Angela Merkel en fait trop !

par

Madame Merkel aurait selon Der Spiegel demandé aux conservateurs européens de ne pas recevoir François hollande. Il est peu probable que ce dernier le demande. Mais là n’est pas le sujet. Ce boycott est à la fois peu amical, peu acceptable et peu rentable sur le plan électoral. Car l’hostilité de la chancellerie a peu de chance de trouver un écho positif chez nos compatriotes. Elle prend d’ailleurs un risque inconsidéré.

Alors pourquoi cette campagne de Angela Merkel qui au passage n’a pas eu la même humeur pour monsieur Orban. Aurait elle peur que l’élection de François hollande perturbe son obsession austéritaire ? S’inquiéterait elle que la France devienne le point d’appui de tous ces dirigeants européens qui râlent en sourdine ? Les Pays-Bas eux mêmes trouvent que cette austérité sans croissance est impossible à supporter dans leur pays.

L’Espagne conservatrice s’enfonce dans la récession. Et partout l’Europe suffoque sous le poids de la récession en marche. Et ce n’est pas le traité européen qui va arranger les choses. En tous cas madame Merkel en fait trop en voulant dresser un mur contre le leader de la gauche française, car il sera demain peut être le Président de la France.

03 mar

2 Comments

Discours de François Hollande à Dijon

par

Nul territoire en dehors de la république, nul citoyen au dessus de la république. C’est un discours républicain que François Hollande a prononcé devant les élus. Évoquant une présidence en tout point opposé à la pratique de Nicolas Sarkozy. François hollande a rassuré les élus sur le nouvel acte de la décentralisation. Il leur a donné les clés d’une cogestion des territoires, plaidant pour une république dont nul territoire n’est exclu. Mais aussi en revenant sur la taxation des très riches dont aucun citoyen ne pourrait être exclu. Pas de bouclier fiscal, pas de connivence avec le CAC 40 au delà de l’intérêt général. Évidemment ce discours clive avec le quinquennat Sarkozy.