Vous êtes dans: Dans les médias

22 Juin

Commentaires fermés sur « La primaire remettra les compteurs à zéro! », interview au groupe Ebra

« La primaire remettra les compteurs à zéro! », interview au groupe Ebra

par

PQR groupe EBRA

Vous pouvez retrouver ci-dessous une interview de Jean-Christophe Cambadélis publiée ce jour dans les journaux du groupe Ebra (Le Progrès, Le Dauphiné Libéré, Vaucluse Matin, Le Journal de Saône et Loire, Le Bien Public, L’Est Républicain, Vosges Matin, Le Républicain Lorrain, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’Alsace).

 

Dans le Grand Est, la défaite de la gauche aux Régionales s’est doublée d’un déchirement sur la conduite à tenir face au Front national. La plaie est-elle refermée ?

Pour moi, la division face au FN, dans le Grand Est où Jean-Pierre Masseret s’est maintenu au risque de faire élire M. Philippot, a été un moment épouvantable. La gauche s’en est remise. Elle a gagné la récente législative partielle de Strasbourg, ce qui prouve bien que notre électorat répond présent dans les grands moments.

Y aura-t-il des sanctions contre Jean-Pierre Masseret ?

Une procédure est en cours, qui prendra un peu de temps. A la fin il y aura une décision, mais sur le plan politique, l’affaire est réglée. Ceux qui se sont maintenus au mépris de leurs engagements contre l’extrême droite sont marginalisés. C’est une branche morte.

Pourquoi une primaire de la « Belle alliance populaire » qui rassemble les socialistes, certains écologistes et les radicaux de gauche ?

D’abord parce que le peuple de gauche a besoin d’un vrai débat sur les raisons de nos choix. Ensuite, parce que c’est le seul moyen de tenir uni le PS. Nous évitons une scission. Et médiatiquement, la primaire prend un peu de lumière à celle de la droite et au cavalier seul de Mélenchon.

Ce scrutin ne risque-t-il pas de déchirer la gauche ?

Il faut trois conditions pour réussir la primaire : qu’il y ait suffisamment de points de vote, qu’il n’y ait pas trop de candidats pour avoir une certaine clarification dans les choix, et que la campagne soit loyale et amicale. Et je pense qu’elle le sera, puisque l’exercice a une vertu pédagogique : la primaire départage, dans une obligation de réunifier à son issue. La désignation d’un candidat à la présidentielle oblige tout le monde à une certaine modération. La primaire, c’est l’occasion de remettre les compteurs à zéro et de repartir sur des bases claires.

La primaire de 2011 qui a désigné François Hollande n’a pas permis de « réunifier » le parti. La preuve, ce sont les frondeurs.

Il est vrai que le 2e tour de la primaire de 2011 a été marqué par une ambiguïté : François Hollande, qui était sur un axe social-démocrate et européiste, avait besoin des voix d’Arnaud Montebourg, qui est au contraire démondialiste. Il y a eu d’emblée une ambivalence entre deux lignes qui a perduré ensuite au sein du gouvernement. La primaire à venir sera différente : il s’agira de choisir entre François Hollande, s’il se représente, une ligne portée par les frondeurs et même des écologistes ou des radicaux qui seront présents.

On vous sent confiant.

Même si les Français ne le ressentent pas encore, l’économie va mieux. Mi-juillet, nous serons sortis de ce semestre calamiteux qui a commencé avec la réforme constitutionnelle et qui s’est poursuivi avec la contestation de la loi Travail. L’opinion sera de moins en moins dans le jugement de ce qui est, et de plus en plus dans l’interrogation de ce qui sera. Plus on s’approchera de la présidentielle, plus le regard sur François Hollande va changer.

Jean-Luc Mélenchon taquine François Hollande dans les sondages.

Ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon qui est haut, c’est nous qui sommes bas. Soit on reste les deux pieds dans le même sabot, et on aura du souci à se faire. Soit le PS se dépasse, se ressaisit et arrive à se reformuler, et je suis sûr qu’il sera possible de viser 23 à 24%. C’est tout l’enjeu de la Belle Alliance populaire. Jean-Luc Mélenchon pense que l’opinion de gauche est sur une option punitive envers le PS. Moi je pense qu’elle est critique, mais unitaire.

 

Propos recueillis par Patrick Fluckiger

 

21 Juin

Commentaires fermés sur L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

par

19HRuthElkrief 21062016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’émission ainsi que ses principales déclarations:

 

Manifestation/ Loi Travail
La position de Bernard Cazeneuve est raisonnable. Il faut un lieu qui soit plus facile à sécuriser.

La question est comment sécuriser la manifestation? Il faut une solution qui protège les manifestants.

Ce serait sympa de la part de la CGT de soulager un peu les forces de police. Cela ne remettrait pas en cause leur combat.

Il existe chez la CGT un forcing qui me semble un peu hors de propos

Primaire
Nous avons voté par deux fois au Conseil national du PS pour une primaire de toute la gauche. Nous avons constaté que les Verts et le PCF nous avaient claqué la porte au nez.

La primaire dans la Belle Alliance populaire  est plébiscitée par les Français. Tout le monde a compris qu’il fallait une explication à gauche avant 2017.

Le Président de la République et les réformistes sont bien plus majoritaires à gauche que ce que l’on dit.

La gauche du PS à un problème: il y a 4 candidats qui n’arrivent pas à se mettre d’accord.
Gérard Filoche fait tout pour se faire virer du Parti socialiste. La dernière déclaration de Gérard Filoche est inadmissible et je lui demande de revenir solennellement sur ses propos.
Il s’agira d’une primaire citoyenne ouverte aux personnes qui partagent nos positions.
Emmanuel Macron a indiqué que si François Hollande était candidat, il ne le serait pas.


Primaire LR

Ils sont d’accord sur tout sauf sur la République: Nicolas Sarkozy a décidé de braconner sur les terres du FN.

Nicolas Sarkozy n’a décidément rien appris de son passage à la Présidence de la République

18 Juin

Commentaires fermés sur L’invité d’Anne-Claire Coudray sur TF1

L’invité d’Anne-Claire Coudray sur TF1

par

JCC JT 13h 18062016

 

Jean-Christophe Cambadélis était samedi 18h juin l’invité d’Anne-Claire Coudray dans le JT de 13h de TF1.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview (à partir de la 12’48 minutes):

 

15 Juin

Commentaires fermés sur L’invité de Questions d’info sur LCP avec AFP, France Info et Le Monde

L’invité de Questions d’info sur LCP avec AFP, France Info et Le Monde

par

QDI 15062016

 

Jean-Christophe Cambadélis était mercredi l’invité de Questions d’Info sur LCP, en partenariat avec AFP, France Info et Le Monde.

Il a répondu aux questions de Frédéric Haziza, François Fressoz, Frédéric Dumoulin et Yael Goosz.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

 

Magnanville / Terrorisme
Il ne faut pas instrumentaliser ce drame à des fins politiques. Le moment est gravissime.
Nous menons la bataille dans une coalition internationale pour en finir avec l’EI qui recule en Irak, en Syrie et en Libye.
La coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme porte ses fruits comme à Düsseldorf.
Ce recul sur le terrain, cette pression sur les terroristes conduit à d’autres formes d’attentats.
Ce qui est fait par le gouvernement en terme de sécurité est efficace. Mais la sécurité absolue est impossible.
Bernard Cazeneuve a les choses en main ce qui n’empêche pas des individus isolés de passer entre les mailles.
Si à chaque fois qu’il y a un attentat, il faut rajouter une mesure pour satisfaire lopinion je ne sais pas où l’on s’arrêtera.
Adapter, corriger, analyser des mesures oui. être dans le concours Lépine de mesures pour la sécurité non.
La principale qualité dans les moments que nous vivons c’est la compassion pour les victimes, le sang froid et la détermination.

Manifestation

Il y a beaucoup de violences dans notre pays. Mais je ne mets pas tout sur le même plan. Il y a la violence terroriste, la violence des hooligans et la violence à la fin des manifestations.

Je suis pour qu’il y ait une pause dans ces manifestations. Chaque manifestation s’est terminée dans la violence. Je suis pour que la CGT prenne ses responsabilités.
Je ne dis pas que la CGT est responsable de la violence. Je demande à la CGT une pause car ce n’est pas les manifestations qui changeront la loi travail.
Tout le monde a compris que la CGT était contre l’article 2 de la Loi travail et la CFDT pour.
Les militants de la CGT condamnent ces violences
La CGT s’enferme dans une position de refus.
Plus on arrive à la fin d’un mouvement, plus il y a de la violence et moins il y a de participants
Il faut que la CGT comprenne que des casseurs instrumentalisent ces manifestations.
Le projet de loi peut toujours évoluer mais ne doit pas être dénaturé. Il y a des avancées dans ce texte
La CGT est enfermée dans le retrait et ne veut pas d’un texte amélioré mais gagner sur le retrait ou dénaturer le texte
J’appelle tout le monde à comparer le texte de Mme El Khomri et le texte du Sénat.
Il faut respecter le calendrier et le compromis passé entre le Gouvernement et les syndicats réformistes.
La CGT demande à ne pas respecter ce compromis et ce n’est pas acceptable.

Ça va mieux ?
Tous les experts le reconnaissent : ça va mieux. Tous les indicateurs sont au vert. Les Français ne voient pas ou ne croient pas à ces résultats
Nous allons réussir économiquement et socialement mais la réussite ne conduit pas à l’adhésion.
Il faut continuer sur la politique économique, faire comprendre aux Français que la situation s’améliore, traiter les autres problèmes et juguler la violence

Primaire des Républicains
Nicolas Sarkozy se critique lui-même : il a été aux responsabilités (à l’Intérieur sous Jacques Chirac puis Président) pourquoi n’a t-il pas réussi?
Dans le débat face à Alain Juppé, Sarkozy emprunte les thèses du Front national: tu aimes la France où tu t’en vas.
Deux conceptions s’affrontent: celle du FN  sur l’assimilation et celle du PS et de la gauche sur l’intégration. La droite ne sait pas comment se situer.
Cette primaire est la manifestation de la crise de la droite. La droite ne sait pas au fond comment résoudre l’équation politique.
Il y a une crise durable de la droite: crise stratégique et crise d’identité.
Alain Juppé n’a pas tué le match. Il se balladurise. Il n’est pas l’expression de son camp mais de ce qu’il estime être la France
Nicolas Sarkozy se réinstalle dans le match.
J’attends avec impatience le centre de gravité du candidat: sera t-il dans la temporalité du FN ou celle du centre ?

Mauvais sondages pour François Hollande ?

Ces sondages manifestent une exaspération plurielle et contradictoire. Mais cette pluralité ne s’exprimera pas dans la présidentielle car ce sera le temps du choix.

Gauche / Primaires
Aujourd’hui la gauche se comporte comme si elle avait fait une croix sur la présidentielle. La présidentielle servirait à savoir qui de la gauche réformiste ou radicale serait majoritaire dans la gauche.
J’observe que tous les électeurs de gauche sont unitaires.
Je ne fais pas l’impasse sur l’élection présidentielle. Il y va de la nature de la France dans les années à venir.
J’appelle les communistes, les écologistes les socialistes à se rassembler, à faire en sorte de trouver un chemin ensemble.
La primaire, ce n’est pas pour départager la nature de la gauche ou pour sanctionner une loi ou pour avoir une attitude punitive par rapport à tel ou tel parti de la gauche, c’est pour faire en sorte qu’il y ait une offre politique globale à gauche, et qu’on reprenne l’espoir. Ce qui me frappe, c’est que l’éclatement du front de gauche, la scission de fait à l’intérieur des écologistes, la crise à l’intérieur du Parti socialiste, la violence d’un Jean-Luc Mélenchon, verbale, ou les cris sinistres à l’extrême gauche ont conduit le peuple de gauche à regarder sans espoir. Eh bien moi je veux faire renaître la flemme de l’espoir.

Nous discuterons des primaires samedi lors de notre conseil national.
Il y aura plusieurs possibilités: Soit une primaire de toute la gauche. Je suis pour. Je ne me résous pas à une réponse dilatoire du PCF ou des Verts.
Soit un changement de statut via un congrès extraordinaire.
Soit une primaire du seul PS. Soit aussi une désignation interne au PS. Tout est sur la table. Je ferais une proposition le 18 juin.

Ecologistes
Nicolas Hulot comme Jean-Vincent Placé, François de Rugy ou Emmanuelle Cosse sont pour moi des écologistes réalistes. Les autres sont gauchistes et sectaires. Ils sont complètement mélenchonisés

Déplacement de François Hollande à Colombey-les-Deux-Eglises

Quand on est Président, on n’est pas président de la gauche, on est président de tous les Français. Donc il faut respecter tous les Français et leurs symboles, ce qui crée d’ailleurs une contradiction, parce que le camp de gauche dit : « On n’est pas représenté » (…) Je pense que François Hollande est moins sectaire que Nicolas Sarkozy, il a été sur la tombe du Général de Gaulle, Nicolas Sarkozy n’a pas été sur la tombe de François Mitterrand.

 

12 Juin

Commentaires fermés sur L’invité du Grand RDV d’Europe 1 / I Télé / Le Monde

L’invité du Grand RDV d’Europe 1 / I Télé / Le Monde

par

Le Grand RDV 12062016

Jean-Christophe était ce dimanche l’invité du Grand Rendez-Vous d’Europe 1/ I Télé / Le Monde. Il a répondu aux questions de Jean-Pierre Elkabbach, Arnaud Leparmentier et Michael Darmon.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations et la vidéo de l’émission:


Le Grand Rendez-Vous avec Jean-Christophe… par Europe1fr

 

Euro 2016 / Violences aux abords des stades

Arrêtons de nous sous-estimer. Je dis mon soutien à l’ensemble des forces de sécurité et au Ministre de l’Intérieur qui maîtrisent la situation.

Le plan de sécurité est efficace. Ce n’est pas parce qu’on a des violences regrettables qu’il faut paniquer. (…) On essaie de réduire les risques, mais la sécurité absolue est un fantasme.

Il y a un engouement pour le football et pour d’autres sports, on le verra dans le Tour de France, pour nos champions. Pour la très grande majorité des Français, ça ne va pas au-delà. (…) C’est une fête, il faut le prendre comme cela, et dans cette fête, il y a des crétins alcoolisés qui veulent perturber non pas le déroulement du match mais les alentours du match.

 

Brexit / Europe 

Si l’Angleterre sort de l’Europe c’est le projet européen qui sera touché.

Le Brexit accélérera la désintégration de l’Europe. Si l’Angleterre sort de l’Europe, les nationalistes en seront renforcés.

Il faut répondre à l’ensemble des demandes des européens: sécurité et accueil des réfugiés. J’ai fait une proposition lors du Congrès du Parti socialiste d’une conférence mondiale sur les réfugiés.

Il est nécessaire que l’Europe soit à la hauteur de ce défi. Il faut être capable d’accueillir mais il faut aussi être capable de retenir.

Je soutiens la position d’Anne Hidalgo sur la création d’un camp d’accueil pour les réfugiés à Paris.

Je ne veux pas plaisanter avec ça, c’est un problème extrêmement important parce que là, vous avez des situations sauvages avec des hommes et des femmes qui sont dans le plus grand dénuement et, comme ils sont dans le plus grand dénuement, ils sont obligés de trouver les moyens pour faire face à leur propre situation.

Dans quelques mois, on va nous dire « mais qu’est-ce que vous avez fait, pourquoi vous n’avez rien fait ? » et bien, je dis qu’Anne Hidalgo a raison d’anticiper. C’est une position humanitaire et réaliste.

 

Loi Travail 

Il faut être ferme sans fermeture, maintenir les acquis de cette loi. Il ne faut pas céder aux injonctions d’une centrale syndicale.

Un compromis, qui peut-être amélioré, a été trouvé, il faut le respecter.

 

Les salariés vont vers les syndicats qui obtiennent quelque chose. Qu’a obtenu la CGT? Rien.

Les grèves tournantes mettent le pays dans la tourmente.

Une organisation syndicale doit défendre des salariés, chercher et trouver des compromis.

 

Grève des éboueurs 

« La mairie de Paris a pris des dispositions pour faire face à la situation. Vous devriez vous féliciter de la réactivité de la Maire de Paris ».

 

Gauche 

Une partie de la gauche militante s’enferme dans un sectarisme politique. Ce n’est pas le cas des électeurs de gauche.

Ceux qui déposeront une motion de censure « de gauche », se mettront en dehors du Parti socialiste. Je l’ai dit au Bureau national : la logique dans laquelle ils étaient, qui n’était pas une logique d’amélioration mais une logique de retrait, conduirait aux mêmes effets. Et que s’ils déposaient une motion de censure, eh bien ils se mettraient en dehors du Parti socialiste.

On peut toujours améliorer une loi. Mais on ne peut pas décider de renverser son propre gouvernement.

Je crois que le Congrès des Verts a matérialisé la rupture avec l’écologie.

Il y a des écologistes gauchistes et des écologistes réalistes avec nous. Les écologistes gauchistes sont sur une orientation punitive envers le PS mais nos électeurs ne sont pas sur cette orientation. (…) Tous les écologistes réalistes sont venus travailler avec le Parti socialiste.

Nous sommes en train de préparer la primaire de toute la gauche. Je continue à me battre pour que l’ensemble de la gauche se retrouve.

Notre proposition était de faire des primaires en décembre. Cette plage est praticable par tout le monde.

Les congrès des Verts et des communistes passés, on va pouvoir revenir à une discussion normale.

 

Primaires des Républicains

Bruno Le Maire est le seul qui combine les 2 courants au sein de la droite.

Alain Juppé est un OVNI. Il est non déterminé. Il ne veut pas dire ce qu’il pense au risque de se couper de son électorat.

Je n’ai pas à choisir le candidat LR.On prendra celui qui vient. Mais ils doivent avant tout se définir devant les électeurs.

 

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s’est plus exprimé ces derniers temps en tant que constructeur de son mouvement qu’en tant que ministre.

 

 

 

 

04 Juin

Commentaires fermés sur « Cambadélis appelle au rassemblement », interview dans l’Yonne Républicaine

« Cambadélis appelle au rassemblement », interview dans l’Yonne Républicaine

par

ITW Cambadélis - Yonne Républicaine

 

L’Yonne Républicaine publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou bien lire ci-dessous:

 

 

Ces dernières semaines, vous avez parfois parlé du « désamour socialiste ». Comment susciter de nouveau l’adhésion de l’ensemble de votre famille politique ?

Tout d’abord, j’ai une pensée pour les personnes en grande difficulté en raison des intempéries. Il faut relativiser nos problèmes politiques. Mais oui, nous sommes devant un étrange paradoxe. Tous les indicateurs sont passés au vert, le redressement du chômage, les capacités des entreprises, la consommation des ménages… Il y a là des faits qui marquent un mieux pour la France. Mais de l’autre côté, nous ressentons une amertume, une colère, une incompréhension. Nous sommes dans cette situation entre réussite et contestation.

D’ici à la présidentielle, il vous reste un an pour souligner la réussite et apaiser la contestation, qui émane aussi de votre propre camp…

Oui, il faut le dire et l’indiquer. Il faut démontrer que le pays se redresse tout en écoutant ce que les Français nous disent.

La difficulté de ce quinquennat ne tient-elle pas dans un manque d’explications, de pédagogie ? Le gouvernement a-t-il vraiment su construire son propre récit ?

Effectivement. Le problème n’est pas le déficit d’explications mais le déficit de récit. Nous n’avons pas expliqué où nous en étions en arrivant et nous n’avons pas suffisamment souligné nos priorités. Cela a pu donner l’image d’un coup par coup. S’il y a un taux de satisfaction sur les actions du gouvernement, c’est le sens de l’ensemble qui pêche.

Mais comment mettre ce sens en lumière ?

En se déployant, y compris dans des territoires où les socialistes ne sont pas en situation dominante. La bonne parole doit être portée partout.

François Hollande est-il le candidat naturel de la gauche pour 2017 ?

Chacun sait que si François Hollande n’était pas candidat, la gauche se heurterait au trop­plein de candidatures. Et dans ce moment difficile, cela risquerait d’achever la gauche pour la présidentielle. Je travaille au rassemblement de l’ensemble de la gauche par une primaire de toute la gauche ou par une belle alliance pour essayer de faire le meilleur score possible au premier tour. Hier, il fallait se ras­ sembler au deuxième tour, aujourd’hui, il faut y être.

L’idée d’une primaire PS n’est pas abandonnée ?

Non. Nous en discutons. Les congrès Verts et PCF passés, on se rendra peut­ être compte de la nécessaire unité.

Que dites-vous aux députés frondeurs, qui considèrent précisément que l’esprit de la gauche a été bafoué ?

Je n’ai jamais considéré que le désaccord économique était un désaccord essentiel. Oui, il y a des désaccords, mais il y en a eu d’autres.

L’un des points de tension du moment est la loi Travail. Faut-il négocier sur l’article2?

Si on regarde ce que propose la droite sénatoriale, on mesure que la loi Travail numéro deux, c’est du pur socialisme. Il faut écouter les préventions. Il y aura le débat à l’Assemblée nationale mais la philosophie et l’architecture de la loi n’ont pas vocation à être modifiées.

 

Propos recueillis par Stéphane Vergeade

 

29 Mai

Commentaires fermés sur L’invité du Grand Jury RTL / Le Figaro/ LCI

L’invité du Grand Jury RTL / Le Figaro/ LCI

par

IMG_2426

Jean-Christophe Cambadélis était ce dimanche 29 mai l’invité du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Sur la Loi Travail:

Dans le moment présent il faut de la fermeté mais pas de fermeture.

Éclairer sans dénaturer c’est-à-dire respecter l’accord obtenu avec les syndicats réformistes. Il faut respecter l’accord que nous avons conclu, respecter l’esprit de cette réforme.

On ne peut pas être pour le retrait du texte et son amélioration.

Lorsque les journaux ne peuvent pas être publiés je pense que c’est du chantage. Je le regrette.

Il y a des avancées majeures dans ce texte auxquelles je tiens, comme la sécurisation des parcours professionnels par exemple.

Une organisation syndicale ne doit pas nier mais négocier. Si M. Martinez était pour une amélioration il ne parlerait pas de « retrait »

Ce n’est pas parce que M. Martinez se frise les moustaches qu’on va courir comme des lapins !

Les Français ont encore en tête la première version de la Loi Travail.

Le premier texte a été présenté de façon abrupte et sous un angle non opportun ! Quand le 1er texte est arrivé, le Medef a dit « c’est Noël! »

Si Manuel Valls n’était pas ferme, on aurait un tollé.

La négociation a abouti à un texte plus équilibré mais qui n’a pas été expliqué à l’ensemble du pays.

Le Parti socialiste ne va pas dire aujourd’hui « Il faut défaire ce qu’on a fait avec les syndicats réformistes ». On a négocié le juste équilibre pendant 15 jours. Je respecte la CGT et FO mais je respecte aussi les autres.
Il ne s’agit pas d’être dans le face à face avec la CGT. Il s’agit de dialoguer avec les syndicats.

Bruno Le Roux et Christophe Sirugue ont fait de nombreuses propositions qui ont toutes été refusées au nom du retrait.

On peut éclairer mais on ne peut pas dénaturer le texte.

Sur les primaires, la gauche, Emmanuel Macron:

Emmanuel Macron et moi sommes complémentaires. Je cherche à rassembler la gauche et les socialistes autour de François Hollande. Emmanuel Macro. cherche à parler à ceux qui ne votent plus pour François Hollande.

Emmanuel Macron son avis, il le dit parfois. Mais c’est le Premier ministre qui fait l’arbitrage avec le Président.

Emmanuel participe, il ne dit pas qu’il se substitue.

Au Parti socialiste nous ne sommes pas dans la cacophonie mais dans la polyphonie: nous avons des positions complémentaires.

Je suis favorable à une primaire et je veux que celle-ci puisse s’organiser avec toutes les forces de gauche. J’ai fait deux votes au CN, mis en place une commission interne, je redis que je veux être pour une primaire. S’il n’y a pas de primaire, mon plan B c’est la Belle Alliance Populaire.

Saisine de la Haute autorité éthique

J’ai demandé à la HAE de nous éclairer sur le sujet: nous devons avoir une éthique de responsabilité entre nous. Je ne crains pas le scénario d’une nouvelle motion de censure. Ce serait dépasser la ligne rouge.

Violences contre les permanences PS

On ne tire pas avec un fusil d’assaut sur une permanence comme ça ! Le manque de réflexe démocratique sur cette question me navre. C’est un climat volontairement construit contre une formation reconnue. Le parti radical, le PCF et Nicolas Sarkozy ont condamné ces attaques. Le reste walou. Cela me navre.

Réforme des institutions

Il y a une crise de la représentativité en politique, la 5ème république est à bout de souffle. On ne peut plus fonctionner avec une concentration des pouvoirs. Nos institutions ne sont pas adaptées. Il faut trouver le chemin d’une démocratie plus fluide, où les citoyens puissent peser sur les évènements.

Blocages

Je ne crois, je n’espère et je ne comprendrais pas que la CGT perturbe l’Euro.

25 Mai

Commentaires fermés sur L’invité d’Hélène Risser sur Public Sénat

L’invité d’Hélène Risser sur Public Sénat

par

public sénat bis 25052016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité du magazine « Déshabillons-les » présenté par Hélène Risser sur Public Sénat.

Retrouvez la vidéo de l’émission ci-dessous:

 


Cambadélis : le PS à tout prix – Déshabillons-les par publicsenat

24 Mai

Commentaires fermés sur Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis, Laurent Dutheil et Nicolas Sfez – Mardi 24 mai 2016

Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis, Laurent Dutheil et Nicolas Sfez – Mardi 24 mai 2016

par

Jean-Christophe Cambadélis, Laurent Dutheil et Nicolas Sfez ont tenu une conférence de presse commune ce mardi 24 mai pour présenter le rapport « 50 recommandations pour nos institutions« .

 

Retrouvez la vidéo de la conférence de presse ci-dessous:


50 recommandations pour nos institutions… par PartiSocialiste

26 Avr

Commentaires fermés sur Présentation du premier cahier de la présidentielle – Conférence de presse du 26 avril 2016

Présentation du premier cahier de la présidentielle – Conférence de presse du 26 avril 2016

par

2016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle

Jean-Christophe Cambadélis, Guillaume Bachelay, Gabrielle Siry et Fabien Verdier ont présenté le premier Cahier de la présidentielle intitulé « Entreprendre, Travailler, S’accomplir » lors d’une conférence de presse que vous pouvez retrouver en vidéo ci-dessous:

 


Présentation du premier Cahier de la… par PartiSocialiste

 

Retrouvez la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis:

La présidentielle c’est un candidat, une stratégie, un projet.

Le candidat : François Hollande : Une majorité y seront favorables s’il le décide.

La stratégie : c’est le rassemblement dès le 1er tour. Le Gouvernement s’occupe du bilan, le Parti socialiste s’occupe du dépassement.

Le projet c’est le renouveau français, c’est le sens des cahiers de la présidentielle.

Cinq arêtes majeures dans le texte :

  • Entreprendre est une valeur de gauche
  • L’innovation est la nouvelle frontière de la France
  • L’économie subventionnée n’est pas la solution, l’investissement dans la recherche doit l’être
  • Les salariés ont leur place dans la décision
  • Le revenu d’existence va avoir sa lecture socialiste

 

2016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-32016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-192016-04-26 - Conférence de presse présentation du 1er des cahiers de la présidentielle-12

 

Crédits photo: Mathieu Delmestre