Vous êtes dans: Dans les médias

16 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de la matinale de France Info

L’invité de la matinale de France Info

par

JCC France Info 16112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de la matinale de France Info.

Retrouvez ci-dessous un extrait de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Nous entrons dans des années de sang. Nous sommes en guerre. Il faut un dispositif qui réponde à l’agression de notre pays, la France.

Oui dans les années de sang, il y aura des morts. Il faut que tout le monde en soit conscient. Ce n’est pas une opérette, c’est quelque chose d’extrêmement violent avec en face de nous des gens très déterminés cherchant à faire le maximum de morts.

Il y a eu un certain nombre de mesures prises, de lois et d’actions menées cette année.

Les Français étaient conscients du danger mais pas de ce degré là. Ils savaient qu’il pouvait y avoir des actes terroristes mais l’assassinat de masse n’était encore dans les consciences de l’ensemble des Français. Aujourd’hui c’est fait.

Derrière le mot guerre, il y a trois choses : une guerre totale contre Daesh qui a attaqué par deux fois notre territoire, une sécurité maximale pour l’ensemble des Français et une concorde nationale au-delà des partis politiques.

En 1914, il y avait l’union nationale. Cela n’empêchait pas au Parlement qu’il y ait des débats extrêmement importants et avec des désaccords sur la manière dont il fallait mener le combat. Donc, on peut tout à la fois être dans la concorde nationale et avoir un débat qui maintienne les clivages tels qu’ils peuvent exister ou qui les déplace.
Je suis pour la concorde nationale mais je suis pour le maintien de la démocratie et je crois qu’en démocratie, il est toujours possible de discuter et de réfléchir.

Il est nécessaire de construire une coalition internationale pour détruire Daesh. Il faut qu’il y ait les conditions politiques d’un rassemblement international et l’Europe doit en prendre sa part.

A l’échelle internationale Il faut passer de la solidarité à l’action. (…) Daesh ne peut pas être le sauf conduit de Bachar el Assad.

Nous savons parfaitement que cette guerre doit être menée là où les attentats sont décidés.

Je suis pour qu’il y ait l’interdiction de toute propagande de Daesh en France. Je l’ai dit hier au Président de la République.

Je suis pour la sécurité maximale pour les Français.

L’exécutif n’a pas attendu le discours du Président pour agir: frappes, perquisitions, coopération avec la Belgique. Ce n’est pas parce qu’on n’entend pas parler de certaines actions qu’elles ne sont pas déjà menées

Je suis pour la concorde nationale mais je suis pour le maintien de la démocratie et je crois qu’en démocratie, il est toujours possible de discuter et de réfléchir

15 Nov

Commentaires fermés sur Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l’issue de la la rencontre entre le Président de la République et les représentants des partis politiques et du Parlement

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l’issue de la la rencontre entre le Président de la République et les représentants des partis politiques et du Parlement

par

Capture d’écran 2015-11-15 à 17.25.34

Jean-Christophe Cambadélis s’est exprimé à l’issue de la rencontre entre le Président de la République et les représentants des partis politiques et du Parlement. Retrouvez ci-dessous sa déclaration :

« Mesdames et Messieurs,

Avec le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux et avec le président du groupe socialiste au Sénat, Didier Guillaume, nous avons remercié le Président de la République d’avoir reçu l’ensemble des formations politiques représentées à l’Assemblée nationale et au-delà, dans ce moment de concorde nationale bien nécessaire.

Nous avons indiqué notre émotion qui est très grande pour les victimes et pour ceux qui se battent en ce moment pour leur vie.

Nous avons dit aussi au Président que les Français sont touchés par ce qui vient d’intervenir et qu’ils veulent des mesures fortes. Nous en avons réclamées trois.

D’abord une guerre totale contre Daesh qui a attaqué par deux fois notre territoire.

Ensuite une sécurité maximale pour l’ensemble des Français interdisant que l’on puisse faire la propagande dans notre pays pour Daesh

Enfin un concorde nationale au-delà des partis politiques, cela va de soi.

Nous voulons que notre pays reste dans ses principes républicains et nous voulons qu’il y ait une cohésion de l’ensemble de nos concitoyens quels qu’ils soient.

C’est autour de ces trois questions qu’il nous semble nécessaire de bâtir une riposte à la hauteur de l’attaque qui a endeuillée la France. « 

12 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Rivière sur RFI

L’invité de Frédéric Rivière sur RFI

par

JCC RFI 12112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Frédéric Rivière sur RFI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 


J.-C. Cambadélis: «J’appelle tous les… par rfi

 

Sommet de Malte

« Ce sommet avec l’Afrique c’est le bon sens. On ne peut pas régler le problème à coups de barbelés ou de murs. Il faut aider au développement et à la sédentarisation. (…) Le Parti socialiste avait proposé une conférence mondiale sur le sujet.

Droit de vote des étrangers 

Les socialistes et l’ensemble de la gauche doivent se battre pour cette mesure

Amendement Ayrault-Muet 

Jean-Marc Ayrault propose un pas de plus vers la grande réforme. (…) S’il s’agit d’engager le débat sur la réforme fiscale nécessaire, on ne peut être que pour.

Elections régionales / Front républicain

Je n’ai pas l’habitude de mettre mon caleçon après mon pantalon. Il faut faire les choses dans l’ordre. Il y a un premier tour et un deuxième tour. J’appelle l’ensemble des socialistes à se concentrer sur le premier tour. Je dis à tous les socialistes « Trop de confidences nuit à la cohérence ». La cohérence, c’est de battre la droite et l’extrême-droite dès le premier tour.

Je pense que dans le Nord – Pas-de-Calais – Picardie, Pierre de Saintignon sera devant Xavier Bertrand au 1er tour et que la question sera posée à la droite et pas à la gauche. En tous les cas je me bats pour ça, je ne me mets pas dans la situation où Marine Le Pen aurait gagné les élections régionales. Je ne suis pas un défaitiste, je suis un combattant
Il faut gagner et sortir le plus haut possible au 1er tour.

Il y a treize régions et nous sommes plus souvent en combat avec la droite qu’avec l’extrême droite. Donc d’abord le premier tour, il faut sortir en tête et sortir le plus haut possible pour après rassembler l’ensemble des forces de gauche.
On met le Front national trop au centre. La bataille centrale est avec la droite. Et il faut tout faire pour battre l’extrême droite.

Propos de Jean-Christophe Lagarde

Jean-Christophe Lagarde est inféodé à Nicolas Sarkozy. (…) Je suis très étonné des propos de Jean-Christophe Lagarde. Il n’a rien dit de tel quand Nicolas Sarkozy mettait sur le même plan le Parti socialiste et le Front national. Comme d’habitude avec Jean-Christophe Lagarde, il y a des vérités à géométrie variable. »

09 Nov

Commentaires fermés sur Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis et Christophe Borgel – Lundi 9 novembre 2015

Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis et Christophe Borgel – Lundi 9 novembre 2015

par

JCC conf presse 09112015

Jean-Christophe Cambadélis et Christophe Borgel ont tenu un point presse à l’issu du Bureau national de ce lundi 9 novembre 2015 afin de présenter le nouveau tract national dévoilant le programme caché de la droite aux élections régionales: logements sociaux bloqués, suppression de la gratuité des transports scolaires, baisse du budget à la formation professionnelle, subventions aux associations culturelles diminuées … Voici le « programme caché » de la droite !

 

la-droite-casse-reseau-2

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de cette conférence de presse:

9 novembre 2015 : Point presse de Christophe… par PartiSocialiste

9 novembre 2015 : Point presse de Jean… par PartiSocialiste

08 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de C Politique sur France 5

L’invité de C Politique sur France 5

par

JCC C Politique 08112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce dimanche 8 novembre l’invité de Caroline Roux dans C Politique sur France 5.

Retrouvez ci-dessous des extraits de l’émission ainsi que les principales déclarations de Jean-Christophe Cambadélis:

 




 

Unité de la gauche aux élections régionales

Je n’ai pas échoué. Cette campagne pour l’unité a amené tous nos partenaires à dire qu’ils étaient favorables à l’union au 2nd tour.
La mélenchonisation de l’écologie a échoué. Vous avez un meeting commun mais vous aurez l’unité partout.

Il n’y aura pas de désunion de la gauche au 2ème tour.
Ces élections régionales s’annoncent difficiles mais elles ne sont pas perdues. Nous pouvons gagner pas mal de régions.

La droite est divisée et n’a pas de programme, si ce n’est défaire tout ce que la gauche a réalisé. (…) Les Républicains sont ceux qui sont en difficulté. Le total des voix de la gauche est supérieur au total de la droite.

Le gouvernement nous aide car il commence à réussir, parce que la croissance revient et parce que les propositions de modernisation sont positives.

Les Français se rendent compte que l’extrême droite est dangereuse et pas qu’en France.
La droite ne va pas s’abstenir quand elle va commencer a remettre en cause les acquis mis en place par la gauche
Le problème n’est pas de faire rêver mais de transformer la réalité qui est difficile pour nos concitoyens. Oui, nous sommes critiqués, mais c’est parce qu’on attend beaucoup de nous.

COP 21
La COP21 est une chance pour l’humanité. La France s’est engagée très tôt. J’observe que c’est le seul sujet sur lequel nous ne sommes pas critiqués.

La France démontrera quelle est une grande puissance d’influence. C’est important pour le moral des Français. Le pessimisme ambiant se transformera peut être en optimisme raisonné.

Elections régionales

Je ne suis pas dans le catastrophisme. Je veux qu’on se batte. Il ne faut pas prendre les gens pour des gugusses, ils savent réfléchir. Les Français comprennent les enjeux et mesurent nos efforts.

Je ne sais pas si le pire est passé mais je sens la différence du rapport des Français au PS et à la gauche. J’ai été surpris par la grosse mobilisation lors du meeting de Claude Bartolone. Il y a l’effet Bartolone mais aussi l’effet PS

Le Parti socialiste aurait pu disparaitre, mais nous sommes dans une nouvelle phase. Et bientôt, dans une nouvelle dynamique.

Réformes
Pourquoi voulez-vous que le fait de prendre des mesures pour l’emploi chiffonne le Parti socialiste ?
Réformer est un mot-valise. Je préfère le terme : améliorer. Faire en sorte que notre société soit plus juste
On continue les réformes?  « Si on arrête de pédaler, on tombe. Si on arrête d’améliorer, la France s’effondre »

Il faut mobiliser la société pour le droit de vote des étrangers. (…) Le jour où nous serons en condition pour le droit de vote de étrangers, Manuel Valls ne s’y opposera pas.

Sur le chômage : Si Nicolas Sarkozy avait eu les solutions pour combattre le chômage, il aurait fallu qu’il le dise !

Sur le Front national : « Oui, il y aura une poussée frontiste mais il y a un plafond de verre. Les Français, à plus de 70%, ne veulent pas que le Front national gouverne leurs régions ou la France. Je ne pense pas que le FN gagnera une région.

Il existe une « pauvrophobie » au FN. Le FN chasse les pauvres. (…) M. Briois a interdit le Secours populaire de marché de Noël. C’est une chasse aux pauvres. On veut une France bien peignée au FN.

Il n’y a pas que le Front national dans cette élection. Dans la plupart des cas, le débat, il est entre le Parti socialiste et les Républicains, donc ne décentrons pas le débat. Le FN est notre ennemi. Les Républicains sont nos adversaires

Gauche
Pouria Amirshahi vise toutes les représentations politiques. Je ne suis pas pour mettre tout le monde sur le même plan. C’est la base du populisme. Je demande à ce qu’il y ait des clarifications sur ce que le Mouvement commun critique.

Je ne suis pas cool je suis clair. Quand je dis qu’on rassemble la gauche, on rassemble la gauche. (…) Je parle du rassemblement de la gauche qui veut porter des réformes et gouverner ce pays.

Après les élections régionales, je veux lancer un appel de personnalités politiques, syndicalistes, artistiques pour un rassemblement populaire

Lucette Brochet
François Hollande dialogue directement avec les Français et les médias n’aiment pas cela.

Myriam El Khomri
Myriam El Khomri, une femme, en prend plein la gueule pour un oubli. C’est de la misogynie.

Cop 21
Il ne faut pas se mettre dans la spirale de l’échec mais dans celle du succès.

 

08 Nov

Commentaires fermés sur « Je trouve la théorie d’une alliance du PS avec le centre un peu dangereuse », Interview à Atlantico

« Je trouve la théorie d’une alliance du PS avec le centre un peu dangereuse », Interview à Atlantico

par

 

AtlanticoAtlantico publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou bien lire ci-dessous:

 

Dans la tribune que vous avez publiée dans Le Monde, vous abordez la question du Front Républicain. Jusqu’alors les socialistes ne l’avaient jamais remis en question, vous le faites aujourd’hui. Est-ce à dire que le FN est moins dangereux qu’avant ? Que la démocratie n’a plus besoin de s’en prémunir en unissant ses forces ?

Non, pas du tout. Le FN est beaucoup plus dangereux qu’avant. Avant, il était dirigé par un faluchard, Jean-Marie Le Pen. Aujourd’hui, il s’est fixé comme but d’accéder au pouvoir et il s’appuie sur un mouvement qui n’est pas seulement franco-français. Dans toute l’Europe, on assiste à la montée d’un souverainisme xénophobe qui constitue un phénomène politique majeur. Dans la période qui vient il faudra donc être en capacité de le combattre et pas seulement au second tour mais au premier tour et je dirais même tous les jours.

Mais alors, si le Front national est aussi dangereux qu’avant, pourquoi ouvrir le débat sur le Front Républicain ?

C’est l’occasion de préciser quelque chose : qu’est-ce que le Front Républicain ? Le Front Républicain ce serait un accord entre la droite et la gauche, sur la base d’un programme, comme dans l’histoire de la République française cela a pu exister pour combattre un extrémisme qui menaçait la République. Aujourd’hui, il ne s’agit pas de cela. Au second tour, il y aura différentes possibilités. La première : la gauche est largement majoritaire auquel cas il n’y a aucune raison de se retirer. Il y aura d’autres scénarios bien évidement mais je crois qu’il n’y a pas de risque que le FN l’emporte. Je pense qu’il sera haut au premier tour mais ne l’emportera pas au second parce qu’il y a 70% de la population qui ne veut pas du Front national. Je m’appuie, pour dire cela, sur deux exemples : celui des législatives d’abord. Marine Le Pen a fait 40% au premier tour ce qui ne l’a pas empêchée d’être battue au second. Deuxièmement, les élections départementales : tout le monde nous annonçait la victoire des candidats du FN dans l’Aisne. Or, ils ont été battus. Le Front national a un problème, c’est l’extrême mobilisation du second tour contre lui. Au second tour, les abstentionnistes viennent car ils redoutent l’extrême droite. Je crois donc que la situation est beaucoup plus ouverte qu’on veut bien le dire. De plus, enfermer les partis républicains dans le débat : allez-vous ou non vous désister mettrait le focus sur deux ou trois régions et surtout cela ferait du FN la question centrale de l’élection régionale alors que la question centrale c’est de savoir qui, de la droite ou de la gauche, va emporter le maximum de régions.

Vous ouvrez quand même une porte au ni-ni lorsque vous mettez dans le même sac Xavier Bertrand, Christian Estrosi et le FN.

Je suis halluciné par la campagne de Monsieur Estrosi et par celle de Monsieur Bertrand. Monsieur Estrosi a quand même déclaré qu’il y avait, en France, une cinquième colonne et qu’il existait des Français « de souche » et des Français « de papier ». Il mène, en outre, une campagne pour le moins islamophobe. Ça ne le qualifie pas comme le candidat le mieux à même de combattre Madame Marion Maréchal Le Pen. Quant à Xavier Bertrand, il a fait cette déclaration hallucinante : « Marine parle, moi j’agis » comme s’ils étaient, tous deux, sur le même registre. L’extrême droitisation de la droite rend peu crédible sa prétention à combattre le Front national. Certains de ses candidats veulent siphonner les voix de l’extrême droite en étant sur les thèmes de l’extrême droite et ça c’est dommageable.

Associer FN et droite républicaine, cela ne banalise-t-il pas le Front national alors que vous le déclariez récemment en voie de débanalisation?

Moi, ma crainte c’est que se constitue, élection après élection, un bloc réactionnaire où l’extrême droite banalisée rejoindrait une droite extrémisée.

N’avez-vous pas le sentiment d’être en train de perdre la bataille des idées quand vous voyez que Philippe de Villiers ou Eric Zemmour vendent leur livre à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires ?

Le populisme est évidemment plus vendeur que le réalisme.

Ça n’a pas toujours été le cas…

La gauche a, en effet, perdu son hégémonie. La droite identitaire a pris le pas sur la gauche égalitaire, ce combat là a été perdu. Il faut lancer la reconquête. Et de ce point de vue là, il y a un débat au sein de la gauche entre ceux qui pensent que la reconquête doit se faire par la protestation et ceux qui préfèrent reconquérir par la preuve.

La montée en puissance de cette droite là vous paraît-elle dangereuse ?

Elle est inquiétante car, au fond, cette droite veut une alliance avec le FN. Qu’est-ce qu’un Zemmour, un Villiers, un Buisson regrettent ? C’est qu’il n’y ait pas un Mitterrand à droite qui fasse cette alliance pour attirer les couches populaires vers la droite classique. Or le Parti communiste ça n’est pas le FN mais surtout, ce qui est extrêmement dangereux, c’est que cette fusion se fasse sur les bases du FN. François Mitterrand avait fait cette alliance sur les bases du PS qui étaient loin de la rupture souhaitée par le PC. A droite, l’alliance s’organise sur la thématique de la préférence nationale qui est une des thématiques de l’extrême droite. Il faut faire attention à ce qui est en train de se passer dans les tréfonds de la société : il y a un doute démocratique, un doute sur le fait que le politique soit en capacité d’améliorer la vie quotidienne et enfin un doute sur le fait que nos valeurs pourraient perdurer. Si vous coagulez l’ensemble de ces doutes cela donne une offre politique qui tourne le dos à la République.

Selon vous, l’unité à gauche est le seul paravent contre le FN. Ceux qui n’ont pas voulu cette unité notamment dans le Nord – Pas-de-Calais – Picardie seront-ils tenus pour responsables si Marine Le Pen était élue ? Y aura-t-il des leçons a en tirer pour 2017 ?

L’arrivée du FN dans une région serait une blessure sur le visage de la démocratie française et tout le monde porterait une part de responsabilité. Il ne s’agit pas de décerner, ici ou là, de mauvais points. Mais, encore une fois, je n’y crois pas. Aujourd’hui, Xavier Bertrand tourne le dos à la tradition démocrate chrétienne du Nord – Pas-de-Calais – Picardie. Il est trop à droite et donc je pense que Pierre de Saintignon peut, tout à la fois, rassembler la gauche et réunir une partie des électeurs qui se reconnaissent dans cette tradition démocrate chrétienne, comme le faisait Pierre Mauroy.

Certes mais la liste EELV/Front de Gauche peut être en situation de se maintenir. Cécile Duflot a menacé de le faire pour protester contre la reprise des travaux de Notre Dame des Landes. Est-ce un risque ?

Oui, je comprends qu’ils soient mécontents mais je pense qu’ils jugeront que la victoire est possible. Ensuite, il s’agit d’une élection régionale et non du débat national. Enfin et surtout, ils ne voudront pas être ceux qui, part une bouderie, permettront à Marine Le Pen de s’installer dans le Nord- Pas-de-Calais – Picardie.

Quelles conclusions en tirez vous pour 2017 ? Pensez-vous que l’union de la gauche sera indispensable pour que le candidat du PS ait une chance d’être présent au second tour ?

L’union de la gauche est toujours nécessaire pour gagner. Mais il faut poser le problème autrement. Tout d’abord, je ne crois pas que Marine Le Pen sera à l’élection présidentielle aussi haut qu’on le prétend aujourd’hui. Deuxièmement, je ne crois pas que la primaire réglera le problème stratégique de la droite. Si Nicolas Sarkozy l’emporte, nous aurons la candidature de François Bayrou. Si Alain Juppé l’emporte, on voit bien qu’est en train de se constituer une droite dure qui pourrait s’exprimer alors. Elle s’exprime d’ailleurs déjà par la voix de Nicolas Dupont-Aignan qui est entre 7% et 10% des intentions de vote en Île-de-France. Donc, ce que nous observons actuellement dans les régions, c’est-à-dire une droite en tête devant le FN, ne se reproduira pas à la présidentielle car il y a aura un deuxième candidat de droite qui affaiblira le candidat désigné lors des primaires des Républicains. La droite est aujourd’hui confrontée à un problème stratégique: doit-elle aller à droite, courir derrière le FN, comme le font Xavier Bertrand et Christian Estrosi ou bien faut-il être plus classiquement au centre droite pour réunir la droite ? Cette question ne sera pas définitivement tranchée par la primaire. Et puis, dernier élément, la politique du gouvernement portera enfin ses fruits, les efforts commenceront à être récompensés. Une nouvelle période s’ouvre donc à partir de 2016.

Vous êtes finalement, à gauche, prisonniers de la même difficulté. Si vous vous tournez vers votre aile modérée, vous prenez le risque de voir émerger des candidatures à votre gauche et si vous tendez la main à votre aile gauche, les plus modérés du PS pourraient fuir vers le centre. N’êtes vous pas devant le même dilemme ?

Moins qu’on veut bien le dire parce que nous avons fait notre aggiornamento lors du dernier congrès. Nous sommes sur une orientation sociale et écologique. Les débats qui ont animé l’année 2014 sont en train de s’estomper. Le PS se rassemble et pas uniquement en son sein. Nous allons devoir unir autour de nous, c’est toute notre stratégie d’alliance populaire qui consiste à dépasser le PS afin de construire une nouvelle donne dans le paysage politique français qui soit à la fois sociale et écologiste et qui permette de préparer la présidentielle.

Que pensez-vous de la théorie des réformateurs qui souhaitent que, pour être cohérent avec le cap emprunté durant son quinquennat, François Hollande réfléchisse à une coalition avec le centre ?

Je reste Mitterrandien. Pour moi, le centre reste à droite, il n’a pas manifesté de volonté de s’émanciper. Je trouve même cette théorie un peu dangereuse car si le PS accréditait l’idée que le centre est fréquentable, il contribuerait à le renforcer. Or moi, je ne suis pas pour un Parti socialiste subordonné au centre mais pour un PS au centre du débat politique, rassemblant. Ce n’est pas tout à fait la même chose. Je crois donc que cette analyse est une mauvaise interprétation de la situation politique.

En affirmant, à Sciences Po, qu’il enterrait le projet de donner le droit de vote aux étrangers, Manuel Valls abandonne un des totems de la gauche. Vous vous êtes d’ailleurs opposé à lui. Est-ce que cette évolution du PS, cette vallsisation, vous inquiète ?

D’abord, je fais la différence entre ce que le gouvernement pense et ce que le PS pense. D’ailleurs, Manuel Valls le fait aussi puisqu’il dit que le sujet ne peut pas être remis à l’ordre du jour du gouvernement vu la composition des deux assemblées. Mais il a voté, comme moi, lors du congrès, un texte qui défend l’idée du droit de vote des étrangers comme perspective politique. Donc, je crois qu’il n’y a pas de vallsisation du Parti socialiste comme il n’y a pas de cambadélisation du gouvernement.

Propos recueillis par Christelle Bertrand

02 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

par

JCC BFM 02112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce lundi 2 novembre l’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV.

 

Retrouvez ci-dessous un extrait de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 

Air cocaïne

« Dans cette histoire tout est surréaliste »

Élections régionales

Dans onze régions sur treize en métropole, nous serons en face à face avec le parti Les Républicains. Dans deux régions, cela se jouera peut-être à trois.
Je ne vais pas faire comme si le FN était le juge de paix des élections !

Si le FN l’emportait dans deux régions : « Ce serait un échec collectif de toutes les formations, des Républicains jusque l’extrême gauche »

Nous allons être unis avec les écologistes au 2ème tour.

Il faut tout faire pour empêcher le FN de l’emporter et la bataille se mène au 1er tour.

Tout le monde devra faire son examen de conscience. Nous, nous avons mené la bataille contre l’extrême droite et pour l’unité de la gauche.

Dans les sondages, on confond la volonté de protester avec le FN et la volonté de voter.

C’est la haine de l’autre que cherche à instrumentaliser le FN. Il a atteint son niveau maximal et ne progresse plus aujourd’hui.

 

François Hollande

#Lucette « Quand c’est maîtrisé c’est trop maîtrisé et quand c’est pas maîtrisé c’est la cacophonie

Je préfère que François Hollande soit présent plutôt qu’absent. Il cherche à écouter, répondre, être présent

02 Nov

Commentaires fermés sur L’invité d’Olivier Mazerolle sur RTL

L’invité d’Olivier Mazerolle sur RTL

par

JCC RTL 02112015

Jean-Christophe Cambadélis a répondu ce lundi 2 novembre aux questions d’Olivier Mazerolle dans la matinale de RTL.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Hausse des impôts des retraités modestes:

« C’est une erreur qui a été promptement réparée et je m’en félicite. (…)Nos prédécesseurs avaient fait une faute. »

Élections régionales :

« Nous sommes dans le tricampisme, il y a trois grandes forces politiques : le PS et la gauche malheureusement désunie, la droite qui est unie et le FN qui est en dynamique. Il faut, si nous voulons l’emporter, combattre à la fois les uns et les autres.
Je ne suis pas comme M. Apparu ou M. Le Maire qui disent qu’il n’y a rien entre eux et le Front national

La gauche doit être plus haut possible au premier tour parce que la droite veut défaire ce que la gauche a fait dans les régions et que le FN veut défaire la République.

Ce n’est pas la gauche qui fait monter le Front national mais l’instrumentalisation des réfugiés et des migrants. C’est le seul argument du FN. Le seul.

Le FN se combat dès le premier tour. Comme la droite. Plus haut sera le PS, plus nous aurons de chance de l’emporter.

Le Parti socialiste a toujours été au rendez-vous de la lutte contre le FN et pour le front républicain, contrairement à la droite.

Dès le 1er tour votons massivement pour les listes du PS et de ses alliés. »

Syrie
« Il faut le plus rapidement possible avoir la paix en Syrie. Que pourrait faire de plus Bachar el Assad ?

Discuter avec Bachar el Assad, pour lui dire quoi? Pour qu’il fasse quoi? Qui peut croire que Monsieur Bachar el Assad serait une solution en Syrie? C’est juste un pion dans la stratégie russe. »

 

28 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

par

Europe 1 28102015

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 28 octobre 2015 l’invité de Jean-Pierre Elkabbach dans la matinale d’Europe 1.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Cambadélis : « La question essentielle est de… par Europe1fr

« C’est Pierre de Saintignon le ch’ti du Nord, celui qui est ancré dans son territoire qui a remporté hier le débat face aux deux nationaux de passage que sont Xavier Bertrand et Marine Le Pen. C’était visible.

Xavier Bertrand tourne le dos à la tradition de la droite démocrate-chrétienne dans le nord. Il veut siphonner les voix du Front national au premier tour.

L’armée en soutien des policiers à Calais, comme le propose Xavier Bertrand n’est pas une solution. Ne laissons pas dire que les forces ne peuvent pas faire face à Calais

Il est hors de question de laisser une région à la droite et encore moins à l’extrême droite. En attendant, nous menons campagne pour le premier tour et nous appelons à l’unité.

Le total gauche sera supérieur au total des Républicains qui ne font pas une bonne campagne car ils sont divisés. Regardez hier le compte twitter des Républicains n’a même pas re-tweeté Xavier Bertrand son candidat car ils sont divisés !

La droite veut défaire ce que l’ensemble de la gauche a fait dans les régions et l’extrême veut défaire la République. On ne met pas sur le même plan mais c’est notre combat. Nous avons notre « et-et » à nous face au « ni-ni » de Nicolas Sarkozy.

La bataille essentielle aujourd’hui est de faire barrage à la droite et à l’extrême droite.

Les seuls qui n’ont pas choisi, ce sont les Républicains. A chaque fois qu’il y a eu un socialiste face à un front national, ils ont fait « ni-ni ». Nous les socialistes n’avons jamais eu aucune ambiguïté!

Le « ni-ni » de Monsieur Sarkozy a fait long feu. Il se rend compte que cette stratégie ne fonctionne pas

Nous sommes dans une phase de débanalisation du Front national.

Partout en Europe émerge le souverainisme xénophobe et ceci peut percuter la France et la mettre dans les plus grandes difficultés.

La campagne des régionale doit porter sur les transports, les livres scolaires, la formation des jeunes…Sur ce qui intéresse les Français.

Je n’entends plus Alain Juppé, ni Messieurs Bayrou ou Fillon alors que nous sommes en pleine campagne électorale aux enjeux forts! On ne les voit même pas unis sur la scène. »

26 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Bruce Toussaint sur iTélé

L’invité de Bruce Toussaint sur iTélé

par

JCC Itele 26102015

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de Bruce Toussaint sur I>Télé.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que les principales déclarations de Jean-Christophe Cambadélis:

 


L’invité de Bruce Toussaint du 26/10/2015 par ITELE

 

Air France :

« Le temps a passé. On est dans le temps de la négociation. Il faut se mettre autour de la table. Il faut discuter. C’est mieux pour l’entreprise, pour les salariés, pour la direction »

Une du Monde :
« Cela fait des mois que l’on est dans une tentative de disqualification du PS et de la gauche dans ce pays. (…) On veut que les socialistes soient seulement  dans des candidatures de témoignage de premier tour.

Le paysage que l’on veut installer pour la décennie à venir c’est le FN ou Les Républicains et le PS et la gauche en soutient de ces derniers.

Je suis premier secrétaire du PS, je défends les socialistes, je défends la gauche et je dis que la gauche a encore un rôle à jouer dans ce pays, heureusement.
Nous menons une campagne « Au secours la droite revient dans les régions ». Ce n’est pas le PS qui met le FN au centre du paysage politique.

Toute la société française court après le FN. »

Elections régionales
« Christophe Castaner et Pierre de Saintignon sont compétents et responsables.
Christophe Castaner mène la lutte contre la corruption en région PACA.
Monsieur Estrosi est une trahison de l’esprit gaulliste.

Pierre de Saintignon est le régional de l’étape. Il s’occupera de la région. Marine Le Pen et Xavier Bertrand sont là pour la présidentielle.
La question n’est pas de nous retirer, la question est de s’unir à gauche !
Nous sommes dans une élection régionale à la proportionnelle. Le total gauche au premier tour sera supérieur à la droite ».

Comité interministériel aux Mureaux / Quartiers populaires

«Je pense que c’est une ratée nationale que cette question des quartiers, des banlieues. Ce n’est pas le propre de ce gouvernement, ce qui avait été fait(…) dans le gouvernement précédent par François Lamy était très astucieux et permettait de répondre à cette question. Mais nous avons tendance à nous occuper de l’économie, du social et des polémiques avec le Front national, et on ne s’occupe pas des banlieues où vivent de très nombreux Français et ceci depuis très longtemps. Il faut remettre au centre cette question. Il ne faut pas laisser ces populations, ces Français, ces citoyens au bord du chemin sinon d’autres s’occuperont d’eux.

Ce n’est pas ce que propose la droite ou l’extrême droite qui va améliorer le quotidien des habitants de ces quartiers ».

Claude Bartolone / Tariq Ramadan
« Claude Bartolone évoque une boussole qui lui permet de dire non a ce que propose Tariq Ramadan. Il est pitoyable d’utiliser une phrase coupée de son contexte pour la retourner contre lui »

Malek Boutih sur une victoire de Marine Le Pen en 2017 :
« Je suis moins sûr que lui. C’est une possibilité, même si je ne pense pas que ce soit une fatalité.
Plus on approche du pouvoir réel, plus le FN touche son plafond de verre. Mais ayons en tête que la victoire de Marine Le Pen est possible ».

Rencontre Nicolas Sarkozy/ Vladimir Poutine
« Il faut lui parler, mais ne pas être fasciné. Il y a une grande partie de la classe politique et médiatique qui est fascinée par Vladimir Poutine »