Vous êtes dans: Dans les médias

03 Déc

Commentaires fermés sur Marine Le Pen tombe le masque ! Réaction aux propos de Marine Le Pen hier en meeting à Nîmes.

Marine Le Pen tombe le masque ! Réaction aux propos de Marine Le Pen hier en meeting à Nîmes.

par

JCC Itele 03122015

Jean-Christophe Cambadélis a réagi en duplex sur I Télé sur les propos tenus par Marine Le Pen la veille en meeting à Nîmes.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi qu’un extrait de l’interview:

Pour Cambadélis, « la chasse aux musulmans est… par LeLab_E1

Front national / déclarations de Marine Le Pen

Marine Le Pen tombe le masque, elle dit ce qu’elle pense c’est-à-dire que la chasse aux musulmans est ouverte

Marine Le Pen est survoltée par les sondages et ça lui permet d’avancer sur son orientation.

Marion Maréchal Le Pen a dit la même chose: les musulmans peuvent être français à condition d’être chrétiens.

La position du FN est un danger dans une France en danger.

Le discours du FN c’est la séparation des Français, le ferment de la division nationale dans un moment où il faut se rassembler

Marine Le Pen a déployé a certainement nombre d’items : il ne s’agit pas d’une guerre contre Daesh mais contre l’islam. C’est la théorie de la guerre de civilisations qui nous affaiblit dans le combat pour isoler Daesh.

Les propos et les projets de Marine Le Pen seraient dramatiques pour l’ensemble des Français.

Elections régionales

Front républicain ?
Il faut prendre les choses dans l’ordre. D’abord le vote.
J’appelle l’ensemble des Français à transformer dimanche en une grande manifestation civique.

Il faut que les Français soient débout, qu’il n’aient pas peur.

Le soir des élections nous ferons le bilan et je crois que le total gauche sera très haut.

S’il y a des ajustements nous le ferons lors du BN de dimanche soir.

01 Déc

Commentaires fermés sur L’invité d’Yves Thréard dans Le Talk du Figaro

L’invité d’Yves Thréard dans Le Talk du Figaro

par

JCC Talk 01122015

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce lundi 1er décembre l’invité d’Yves Thréard dans Le Talk du Figaro.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

Sondages
« Les sondages ne sont pas un vote. (…) Je crois que l’objet de l’action du Président de la République ce n’est pas de faire monter le Parti socialiste dans les sondages mais de répondre aux évènements auxquels la France est confrontée.
Je suis satisfait que les Français soient satisfaits de l’action du Président de la République. »

Élections régionales

« La montée du FN ne mesure pas le vote frontiste mais la peur de Français. Le parti Front national est devenu le parti de la peur.

Sur le Front républicain : Je trouve toujours étonnant qu’on interpelle systématiquement le Parti socialiste alors que c’est la droite qui refuse toute alliance possible.

Le total gauche nous permettra de voir ce que nous devrons faire au soir du 1er tour

Je suis persuadé qu’au soir du 1er tour, on constatera que le total gauche met la gauche en tête devant la droite quasiment partout. A partir de là les uns et les autres se détermineront.

C’est pour cela que je continue de demander à nos électeurs de voter massivement. Ce serait une faute de ne pas voter. Il ne faut pas se laisser terroriser par les terroristes.

J’appelle les Français à aller voter. J’appelle à un réflexe citoyen. J’appelle à faire de dimanche la grande manifestation de la démocratie contre la terrorisme.

Maintien ? Fusion ? Retrait ? « Je vous donne rendez vous dimanche soir à 21 h 30 lors du Bureau national du PS »

Recomposition du paysage politique ?

« Il y a une volonté de redéfinir le paysage politique, d’avoir une nouvelle lecture : celle de faire en sorte qu’il y ait un tête à tête FN / Les Républicains et que la gauche et le Parti socialiste soient des forces adjacentes. Il y a une volonté de mettre hors jeu la gauche et particulièrement le PS. Je le vois dans les commentaires, dans les analyses et dans l’interpellation du Parti socialiste. »

La Voix du Nord / FN

«Il a bien longtemps que la presse n’a pas indiqué la dangerosité du FN. Je pense que
le FN est un danger dans une France en danger. C’est un parti qui veut séparer les Français, qui prône aujourd’hui la xénophobie ».

Pierre Gattaz / FN / Front de gauche

« Je pense qu’il marque la dangerosité du FN et par un artifice d’équilibre, il veut démontrer qu’il est contre tous les extrêmes. C’est son argumentation, ce n’est pas la mienne ».

État d’urgence

« Si l’état d’urgence est prorogé, sous contrôle du Parlement, c’est que les conditions le nécessiteront.

C’est une dérogation à l’État de droit et non pas une abrogation de l’État de droit

Je n’ai pas peur des abus, le Parlement est la vigie de l’état d’urgence »

30 Nov

Commentaires fermés sur Combattre le changement climatique, combattre l’injustice : notre cause commune

Combattre le changement climatique, combattre l’injustice : notre cause commune

par

À l’occasion du lancement de la COP21, Jean-Christophe Cambadélis, Gianni Pittella, président du groupe des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen, Sergeï Stanishev, président du Parti socialiste européen, Elio di Rupo, président du PS belge, et John Crombez, président du SPA. A ont publié  une tribune que vous pouvez retrouver dans le Huffington Post ou bien ci-dessous:

 

Combattre le changement climatique,

combattre l’injustice : notre cause commune

 

Les leaders sociaux-démocrates pour un accord sur le climat ambitieux

 

Si la social-démocratie représente la solidarité et la réduction des inégalités, alors la lutte contre le changement climatique doit désormais être au cœur de notre agenda politique pour les années à venir. Les plus fragiles d’entre nous – tels que les enfants, les précaires, les personnes porteuses de handicap et les personnes âgées – sont ceux qui souffrent le plus des effets du changement climatique. Ces changements mettent leurs logements, leur santé, les moyens de subsistance et leur alimentation en danger. Les personnes vulnérables et les communautés de tous les pays et de tous les niveaux de développement paient le prix fort de ces risques climatiques. Et les populations des pays en voie de développement, encore plus.

En tant que socialistes et démocrates européens, la solidarité est pour nous un élément vital. Nous luttons pour l’égalité entre les nations, entre les peuples, entre les sexes et entre les générations. Rien ne remet plus cet engagement en cause que le changement climatique. En tant que dirigeants socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes européens, nous avons fait et nous continuerons de faire de la politique climatique, une partie intégrante de notre lutte contre les injustices sociales en Europe et dans le monde entier. Nous croyons sincèrement que cela peut constituer un objectif ambitieux et une forte incitation à innover dans le domaine des politiques publiques. Il n’y a qu’à regarder les nombreuses initiatives prises sur le terrain à tous les niveaux qui montrent que nos citoyens sont prêts à relever le défi. Il ne faut pas les décevoir !

En décembre, tous les yeux du monde seront tournés vers Paris. Diplomates, dirigeants politiques, ONG, institutions internationales, industries, citoyens engagés et beaucoup d’autres arriveront pour la réunion «COP 21» où les grands de ce monde devraient aboutir à un accord pour lutter contre le changement climatique mondial. Le sommet est organisé par le Président français, François Hollande. A Paris, à l’invitation du Premier ministre français, Manuel Valls, nous avons montré notre volonté de parvenir à un accord universel, juridiquement contraignant, ambitieux et dynamique, qui limite le réchauffement climatique à deux degrés au maximum. Nous croyons fermement que cette rencontre des chefs d’Etats et de gouvernements verra l’adoption de mesures appropriés et applicables à tous les pays.

Seul un accord solide montrera l’urgence de la crise climatique et pourra avoir un impact sur nos populations. Notre combat politique veut privilégier des emplois tout en assurant des systèmes de protection sociale solides.

Dans la transition vers une économie pauvre en carbone, la plupart des nouveaux emplois seront créés dans le secteur du bâtiment – pour ne citer qu’un exemple – un des secteurs les plus touchés par la crise économique. La rénovation de l’ensemble des bâtiments en Europe s’étendrait sur au moins trente ans et créerait des emplois, principalement pour les PME. Ils permettraient de rendre les bâtiments, notamment les écoles et les hôpitaux, plus économes en énergie et, ce faisant, réduiraient la consommation d’énergie des citoyens et allégeraient les factures de courant et les émissions de CO2 dans le secteur public. Il existe de nombreux autres secteurs d’activité pouvant bénéficier de cette transition si nous sommes assez courageux pour surmonter les considérations à court terme et pour miser sur une approche globale.

Les retombées seront positives: une meilleure santé pour tous et particulièrement pour les personnes âgées et les enfants souvent plus exposés aux difficultés respiratoires et aux températures extrêmes ; une amélioration de l’environnement, des possibilités de progrès social et réduction des inégalités.

Nous avons profité de l’industrialisation et du développement intensif en carbone. Mais cela n’a pas été sans conséquence pour la planète. Nous n’avons qu’une seule planète et nous ne pouvons pas nous permettre de la dégrader en continuant sur la même voie. Pendant que nous étions les premiers à bénéficier des progrès technologiques, les effets se faisaient sentir pour les pays en voie de développement. En conséquence, il est maintenant temps que nous reconnaissions ce déséquilibre et que nous offrions les capacités technologiques et financières pour leur permettre de s’adapter au changement climatique et de poursuivre sur la voie des faibles émissions de carbone.

Partout dans le monde, nous devons investir dans les technologies vertes, éliminer progressivement les subventions aux combustibles fossiles et mettre un prix approprié sur le carbone. En échelonnant et de manière prévisible de nouveaux financements internationaux sur le climat, c’est-à-dire en mettant la main au portefeuille, nous pourrons joindre le geste à la parole. Des progrès tangibles en vue des négociations de Paris COP21 restent à faire sur ce plan du financement. Nous savons tous que cela constituera une condition sine qua non pour parvenir à un accord. Comme les outils, la volonté politique pour y arriver est toute aussi importe. L’Europe doit rester un leader mondial pour assurer la conclusion d’un accord et elle doit pousser ses partenaires à prendre des mesures ambitieuses sur le climat. Les récents pourparlers entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que les programmes présentés par plus de 150 pays montrent jusqu’à présent une dynamique grandissante dans ce sens. Mais il reste beaucoup à faire si nous voulons maintenir la hausse de la température moyenne mondiale en dessous de deux degrés au-dessus des niveaux préindustriels.

Le 21 octobre 2015, nous, dirigeants socialistes et démocrates européens avons fait 21 propositions pour réussir la COP21, pour que l’action internationale pour le climat soit sur la bonne voie et pour faire de l’Europe un acteur majeur en la matière. Cette volonté accompagne notre combat permanent contre les inégalités sociales. Nous invitons chacun à venir nous rejoindre, pour stopper le réchauffement climatique et éliminer les injustices qu’il provoque.

 

 

29 Nov

Commentaires fermés sur L’invité du Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI

L’invité du Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI

par

Le Grand Jury RTL Figaro LCI

 

Jean-Christophe Cambadélis était dimanche 29 novembre 2015 l’invité du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI.

Il a répondu aux questions d’Elizabeth Martichoux, Alexis Brézet et Christophe Jakubyszyn.

Retrouvez la vidéo de l’émission ainsi que les principales déclarations de Jean-Christophe Cambadélis ci-dessous:


Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand… par rtl-fr


Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand… par rtl-fr

 

COP 21

« On est pas obligé de critiquer tout le temps ce que fait le gouvernement

Il y aura 150 Chefs d’Etats présents, il faut prendre des précautions. (…) Il faut les moyens pour aider les pays émergents. Il faut arriver à un compromis. Si nous n’arrivons pas à réduire le réchauffement au niveau de 2 degrés, nous aurons des conséquences dramatiques. »

Etat d’urgence, mesures de sécurité

« Au lendemain des attentats de janvier, personne n’a réclamé l’état d’urgence. (…)En janvier nous n’étions pas dans une situation de guerre avec Daesh. Je pense dérisoire d’avoir un débat sur hier alors que nous sommes dans l’action aujourd’hui.

La déchéance de la nationalité est un faux débat. Ça n’arrêtera pas les terroristes. Je sais que c’était une condition fixée par Les Républicains pour qu’il y ait l’union nationale (…) C’est une inflexion importante dont je pense qu’elle ne répond pas obligatoirement au problème.
Les éléments essentiels sont l’état d’urgence, le contrôle aux frontières et la coalition. Il ne s’agit pas de se distinguer mais de rassembler.

Nous ne sommes pas dans une guerre de civilisation. Daesh est une armée terroriste que nous voulons détruire. »

Loi de 1905, prêches radicaux

« Je pense que la loi 1905 peut être utilisée. Dans des lieux de cultes on ne peut faire des prêches contre la République. Je suis pour être intraitable avec ceux qui en appellent au combat contre la République.

Je ne veux pas que l’on rentre d’une manière ou d’une autre dans la stigmatisation de nos compatriotes musulmans parce que c’est très exactement ce que veulent les terroristes. Comme le dit François Hollande, « Nous resterons ensemble ».

Je ne suis pas un papillon dans une bouteille qui s’agite dans tous les sens pour donner du sens »

Chiffres du chômage

« Les chiffres sont décevants mais je les accueille avec prudence car rien n’est stabilisé. J’ai confiance dans la politique menée par Manuel Valls pour que la croissance soit au rendez-vous. La politique menée par le gouvernement est juste et portera ses fruits. »

Élections régionales

« Quand la France est en danger il faut savoir se rassembler. Nous sommes d’accord sur cela avec Nicolas Sarkozy, sur le reste nous avons des désaccords.

Les sondages actuellement ne mesurent pas le vote frontiste, ils mesurent la peur que structure le FN. Je dis aux Français : « Ayez confiance dans la République, dans nos valeurs ». Ce n’est pas au second tour qu’on combat le FN, c’est dès le premier tour !
Je pense que les Français vont refuser de se laisser terroriser par les terroristes et vont se mobiliser. Si les Français ne sont pas terrorisés et vont voter, les pronostics seront invalidés.

Les sondeurs nous disaient que lors des départementales, le FN serait à 33%. Il a été à 7 points en dessous. Dire que le FN sera en position haute ou forte, tout le monde peut le concevoir, mais dire qu’il va remporter des régions, personne ne le sait.

Je ne crois pas qu’il y aura de front républicain, ni de conciliabule entre Nicolas Sarkozy et moi-même au soir du 1er tour.

C’est insulter les hommes et femmes de gauche que de dire « le FN sera en tête dans certaines régions ». Nos électeurs ont envie de voter à gauche, de se rassembler. Il ne faut pas baisser les bras dans le combat. Si vous voulez combattre le FN, votez massivement pour le PS.

Je ne crois pas qu’il y aura au soir du premier tour, de front républicain ou un conciliabule avec Nicolas Sarkozy. Chacun prendra ses responsabilités. Je ne demanderai rien du tout à la droite. Je m’occuperai de l’alliance à gauche.

Il y a une fascination face à la victoire possible du FN. »

Mesures de sécurité

« Le Président de la République a répondu a un défi. Il faut arrêter de tout idéologiser.

Le ministre de l’Intérieur a pris la mesure des dérapages possibles. Il a écrit à l’ensemble des préfets. »

Syrie

« Ce n’est pas parce que Daesh est notre ennemi que Bachar el-Assad est devenu notre ami. »

26 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate

L’invité de Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate

par

JCC France 24 26112015

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité ce jeudi 26 novembre 2015 de Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani dans « Politique » sur France 24 en partenariat avec Slate.

Retrouvez la vidéo de l’émission ainsi que ses principales déclarations ci-dessous:

Jean-Christophe Cambadélis : « Je n’ai pas été… par france24

 

Attentats de Paris

Comme tout le monde, j’ai été saisi d’effroi. (…) Je ne pensais pas que les événements de janvier seraient un point final à cette folie. (…)Oui nous rentrons dans des années de sang.

Coalition internationale

Je crois que tout le monde a bougé. C’est une coordination où nous fixons les buts de guerre: isoler et détruire Daesh. Il faut la destruction de Daesh mais il faut aussi une paix durable.

Union nationale

Je constate qu’il y a des avancées vers l’union nationale et je m’en félicite.
Il a fallut attendre le discours de Nicolas Sarkozy d’hier pour savoir qu’il appelait à participer à l’union nationale.

Elections régionales
Je suis frappé par la dimension pas maladroite mais xénophobe de la campagne de Marine Le Pen. Il n’y a qu’un seul mot d’ordre: les étrangers.

Nous aurons des surprises dans ces élections. Le FN ne sera pas si haut que le disent les sondages.

Contrairement à ce que disent les sondages, je pense qu’il y aura plus de votes en direction des socialistes. Cela ne veut pas dire que l’on sera gagnants, mais je pense que le premier tour sera une vraie tripolarisation de la vie politique française.

Attendons de voir le résultat électoral parce que j’ai l’impression que la France est suspendue en ce moment, que les Français ne sont pas encore dans l’élection.

26 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Bruce Toussaint sur I Télé

L’invité de Bruce Toussaint sur I Télé

par

JCC Itele 26112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce jeudi 26 novembre l’invité de Bruce Toussaint dans la matinale de Bruce Toussaint:

 

Retrouvez la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations ci-dessous:


L’invité de Bruce Toussaint du 26/11/2015 par ITELE

Hommage national aux victimes / Union nationale

« Je pense que c’est une très bonne chose que l’ensemble des Français marque dans ce moment d’hommage leur solidarité.

L’union nationale ce n’est pas un piège politique mais une nécessité pour combattre Daesh.

J’observe que Nicolas Sarkozy a l’air de critiquer les positions qu’il développait aux lendemains des évènements. Un jour c’est la critique absolue, la différenciation maximale, la nécessité de ne pas laisser d’espace au Président de la République, des séances de QAG épouvantables menées par les amis de Nicolas Sarkozy et un autre jour c’est des leçons de l’autre côté. Comme nous sommes dans l’union nationale, nous tendrions des pièges à l’opposition ? Déterminons-nous par rapport au combat de la France et pas par rapport à l’espace politique et politicien.

Nous sommes dans l’union nationale, tout le monde est là, même Marine Le Pen, même si on connait notre position par rapport au Front national et que nous estimons que les positions développées par Marine Le Pen sont irresponsables.

Nous ne sommes pas dans la xénophobie comme Marine Le Pen mais dans la sécurité. (…) Les socialistes ont raison, c’est  la guerre des civilisation défendue par Marine Le Pen qui conduit là où nous sommes.

Sécurité / Renseignements
Nous assumons de prendre toutes les mesures qui permettent une sécurité maximale des Français.

Les fiches S ont un statut de renseignement, elles n’ont pas vocation à être transmises aux maires.

Les décisions prises récemment par l’ensemble des ministres de l’Intérieur vont dans le bon sens d’une meilleure coopération. Le problème ce n’est pas l’information mais comment on la traite, comment on découvre les éléments extrêmement dangereux et comment il faut intervenir.


Action du Président de la République / Coalition

Vu l’action du Président de la République, les Français lui sont gré et sont satisfaits de ce qu’il fait.

Le Président de la République fait des efforts pour essayer de rassembler autour d’une question très simple : la destruction de Daesh et une paix durable.
Je trouve que cela avance. Chacun a fait un pas. L’ensemble des positions prises va dans le sens de la coordination.

Le gouvernement de transition syrien prévu à Vienne ne se fait pas sous l’égide de Bachar el-Assad, donc dans la négociation aujourd’hui Monsieur Bachar El-Assad est déjà éliminé.

Elargissement du gouvernement à l’issue des élections régionales ?
Claude Bartolone est un homme de rassemblement. Maintenant nous tirerons les enseignements au soir des élections régionales

COP21
Pour la COP21, il y aura 140 pays autour de la France pour le climat et pour la solidarité contre le terrorisme  C’est plus que prévu.
La question du climat reste un défi pour l’humanité. (…) Ce n’est pas parce que nous sommes contre le terrorisme, pour la destruction de la Daesh, que nous n’allons pas répondre à ce défi.

 

Loi sur les crèches ?
Les crèches dans les mairies, ce n’est pas le sujet du moment. Engager un débat sur ce sujet aujourd’hui est malvenu. »

 

24 Nov

Commentaires fermés sur Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l’issue de la réunion avec le Premier ministre et les têtes de liste aux élections régionales

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l’issue de la réunion avec le Premier ministre et les têtes de liste aux élections régionales

par

Jean-Christophe Cambadélis a convié ce mardi 24 novembre 2015 au siège du Parti socialiste,  les têtes de listes socialistes aux élections régionales en présence du Premier ministre, Manuel Valls, pour définir les orientations de la campagne.

Retrouvez ci-dessous  sa déclaration:


Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à l… par PartiSocialiste

« Nous avons discuté de la situation et avons convenu que nous reprendrions la campagne officielle du Parti socialiste après l’hommage de la nation à nos compatriotes qui ont été assassinés le 13 novembre dernier.

Le thème sera: « Faire vivre le pacte de sécurité pour faire vivre nos valeurs ».

C’est autour de ces questions là que les socialistes agiront en région avec dignité et respect parce que nous estimons que dans le moment présent, la concorde nationale est même plus importante que les élections ».

 

23 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI

L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI

par

 

JCC radio Classique LCI 23112015

Jean-Christophe Cambadélis était ce lundi 23 novembre l’invité de Guillaume sur Radio Classique et LCI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Jean-Christophe Cambadélis, invité politique… par radioclassique

 

A propos des déclaration de Johny Hallyday et Michel Onfray :

« Je ne choisirai pas entre prendre les armes et estimer que toute riposte est un danger.
Monsieur Onfray a son analyse qui lui est particulière. Je ne vois pas comment on pourrait avoir une diplomatie avec Daesh. »

Elections régionales
« Les Français ne sont pas dans les élections régionales.

Les sondages indiquent la satisfaction sur la politique menée, pas les intentions de vote.
Nous ne ferons pas campagne avant l’hommage national. Je crois que ça ne correspond pas à ce que veulent les Français. Ca voudrait dire se re-diviser alors qu’on milite pour l’union nationale, ce n’est pas une bonne chose. On le voit déjà d’ailleurs avec la campagne sur le terrain du Front national, qui fait campagne exclusivement contre les étrangers et particulièrement contre les musulmans.

Le Président et le PS se déterminent par rapport au défi et non pas par rapport à la politique politicienne.

Tous ceux qui font de la politique politicienne sont en difficulté. »

Enquête sur les attentats
« Il y a une forme d’impatience médiatique. Le procès en légitimité n’est pas de mise.
Il ne faut pas penser, dans ce conflit avec les terroristes, qu’on arrivera à arrêter tout le monde au bout de trois jours. »

Service national ?
« Nous avons mené une réflexion sur le service national. Laurent Azoulai était chargé pour le PS de mener ce rapport. »

Dernières déclarations d’Emmanuel Macron

« Là je ne comprends pas ce que veut dire Emmanuel Macron. Il faudra qu’il nous explique.

Mobilisation internationale / COP21
« Tout le monde a bougé sous l’effet des attentats, de cette action de guerre : Barack Obama est intervenu avant le Président de la République sur les évènements, Vladimir Poutine ne bombarde plus exclusivement l’armée syrienne libre mais commence à bombarder Daesh, David Cameron qui avait beaucoup de mal à être dans la coalition, vient à Paris pour en parler. Angela Merkel qui ne voulait pas en entendre parler vient à Paris pour en parler.

Aujourd’hui, la France est dans une situation où elle peut organiser, où elle peut rassembler l’ensemble de la coalition internationale sur un objectif qui est de détruire Daech, ce qui n’est pas le conflit des civilisations comme le voudraient certains.
Je constate l’extrême mobilisation des 138 Chefs d’Etat  qui seront présents, pour l’avenir de la planète. Pour répondre au défi climatique ensemble. »

 

 

22 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Haziza sur Radio J

L’invité de Frédéric Haziza sur Radio J

par

JCC RAdio J 22112015

Jean-Christophe Cambadélis a répondu aux questions de Frédéric Haziza dans le forum de Radio J.

 

Retrouvez ci-dessous l’émission en podcast ainsi que ses principales déclarations:

 

« La guerre est totale. C’est une guerre terroriste qui se déroule dans le monde entier avec des acteurs du monde entier.

Nous sommes concentrés contre ceux qui sont à l’origine de ces exactions : Daesh

Il ne s’agit pas d’une guerre de civilisation mais de détruire Daesh. Aucun soutien, un isolement mondial, une destruction totale.

Tout le monde doit maintenant tout faire pour détruire Daesh, c’était l’objet de la réunion du conseil de sécurité de l’ONU.

L’intervention terrestre est inéluctable mais les soldats du monde occidental n’en seront pas l’épine dorsale. C’est à ceux qui veulent libérer leur pays d’engager le fer avec ceux qui veulent détruire leur religion et asservir leur pays.

Il faut lutter contre les ghettos. A Molenbeek il y a une concentration de misère sociale. Une poche s’est constituée il faut plus de mixité sociale pour contrer cela.

Le rétablissement des frontières n’interdirait pas aux terroristes de venir frapper notre territoire. Schengen n’est pas en cause mais doit être réformé: à côté de la libre circulation il faut un volet puissant de sécurisation de nos populations. A l’extérieur il faut plus de contrôles y compris pour les ressortissants européens.

Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy ont une appréciation qui ne me paraît pas la plus efficace face à notre objet commun : la destruction de Daesh. Je ne suis pas de ceux qui, attentats passés, disent : «  la faute est aux renseignements ». Nous savons tous qu’ils ont déjà permis d’en déjouer plusieurs.

Il faut plus de coordination au niveau de l’Europe et cela a été obtenu par Bernard Cazeneuve il y a 48h.
La loi de 1905 offre une liberté de culte mais pas une possibilité de mobilisation contre l’Etat républicain.

Il y a un effort de guerre à faire, il doit être maitrisé financièrement. Il s’agit de prendre en compte la situation dans laquelle nous sommes. Une situation particulière dans un moment donné mais qui ne perdurera pas.

Les propos de Christian Estrosi, dans un autre contexte,  sur la 5e colonne était globalisant.
Il ne parlait pas de réseau dormant. Il induisait que les musulmans étaient la 5e colonne.

Nous, notre position est de rassembler. L’objectif de Daesh est de diviser.

Le rassemblement des zadistes à Paris du 28 novembre n’aura pas lieu. Il faut respecter la loi. Il n’y a pas d’autorisation de manifester.
Libre à Nicolas Sarkozy de vouloir polémiquer dans la période, nous ne sommes pas sur ce terrain là. Des mesures ont été prises et votées depuis janvier dernier, ces mesures s’appliquent, d’autres sont en discussion. Personne ne peut croire qu’en mettant un bracelet aux personnes fichées S il n’y aurait pas eu d’attentat au Bataclan. Il faut prendre toutes les mesures de sécurité pour les Français et agir au sein de la coalition pour détruire Daesh

Francois Hollande n’a pas changé, il s’est révélé.

Manuel Valls a indiqué les risques pour montrer aux Français que nous prenons toutes les précautions. Il faut nommer les risques et y faire face.

Daesh est une secte se réclamant de l’islam qui s’est emparée d’un territoire qui fait la moitié de la France et qui veut étendre le terrorisme dans toutes capitales européennes.

Le combat n’est pas contre ceux qui protègent la liberté contre les terroristes en la réduisant un moment mais contre ceux qui veulent détruire la liberté en la réduisant tout le temps.

L’ennemi n’est pas l’Etat qui protège mais Daesh qui veut détruire.

Garde nationale : il y a une réserve nationale qui n’est pas suffisamment utilisée il faut travailler vite sur ce sujet.

Les Français font bloc et ils ont envie et exigent le rassemblement

Le temps n’est pas à la polémique mais au rassemblement.  J’ai préféré la séance des questions au gouvernement de mercredi à la séance de mardi.

Le PS réunira ses têtes de liste mardi à 16h15, j’ai demandé au Premier ministre de participer à cette réunion. Nous déciderons de ce que nous ferons. (…) Nous attendrons l’hommage à la nation pour reprendre la campagne qui sera totalement différente. J’ai écrit aux adhérents pour dire que la campagne sera sur le vivre ensemble et qu’il faudra faire bloc derrière le Président et le Gouvernement. Il faut respecter les temps et le temps est aujourd’hui au recueillement et à l’action.
Marine Le Pen n’est pas sur le thème de la sécurité mais de la chasse aux étrangers. Regardez les déclarations de Nicolas Bays ou de M. Philippot le soir même des événements. Le Front national fait le pari que la violence de l’évènement produira dans notre pays un processus xénophobe. Cette position est irresponsable et vise à diviser la France. Les Français voient que le FN n’est pas apte à diriger la France.

Ne réduisons pas à une position électorale le combat que nous sommes en train de mener. La situation avant les événements évoluait, la droite patouillait, je ne sais pas comment les Français jugeront cette nouvelle séquence.

Il faut voter pour montrer que la démocratie est supérieure à la terreur. Aux urnes citoyens ! « 

22 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de « 30 minutes pour convaincre » sur Judaïque FM

L’invité de « 30 minutes pour convaincre » sur Judaïque FM

par

Judaique fm logo

Jean-Christophe Cambadélis était ce dimanche 22 novembre 2015 l’invité de l’émission politique « 30 minutes pour convaincre », animée par Vladimir Spiro et Gérard Akoun sur Judaïque FM.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations:

 

Nous sommes en guerre et nous avons subi un acte de guerre. Il faut y répondre.

C’était le sens de l’intervention du Président de la République devant le Congrès

Nous ne voulons pas polémiquer. Le débat doit rester libre. Nous regrettons que tel ou tel mette autre centre leurs obsessions

Les partis ne doivent pas donner dans les chamailleries alors que la France est dans la peine et dans le combat.

Nous appelons chacun à se rassembler et à surmonter des querelles subalternes.

Il faut isoler Daesh et si on veut l’isoler, il faut que le Qatar et l’Arabie Saoudite soient avec nous plutôt que contre nous

Ils connaissent la position de la France et sa détermination et ils doivent prendre position.

Il faut continuer à vivre, ne pas tomber dans la psychose mais prendre un certain nombre de précautions

Protéger les Français est l’objectif du Président.

Les Français musulmans ont fait bloc et tout ce qui viendrait à séparer ces 5 millions de Français affaiblirait la France.

Il faut prendre le moment pour ce qu’il est: l’unité de tous les Français, le rassemblement de la France: nous sommes tous Français.

A gauche les valeurs décident de tout http://bit.ly/1EFdG5u est un livre militant.

J’ai voulu donner quelques clés d’entrée avec des souvenirs personnels pour mettre en relief ce que je souhaitais développer

Le Parti socialiste avant l’élection de 2012 a beaucoup travaillé mais ce travail est tributaire de schémas forgés dans les années 1960.

Je veux en tant que Premier secrétaire une modernisation du PS. C’est pour cela que je veux que la social-écologie soit un thème central.

Je tente de théoriser dans mon livre une autre voie que la social-démocratie:
Comment faire vivre un modèle social dans la compétition mondiale ? Et comment poser la question écologique? C’est ce que j’appelle la social écologie

Aujourd’hui il faut réfléchir notre action en terme de réseau: il ne faut plus être vertical mais horizontal.

Il faut faire en sorte que le PS soit en capacité d’animer divers réseaux en gardant sa structuration

Nous allons lancer les adhérents directs: c’est-à-dire les militant qui rejoignent le PS sur une orientation.

Ce n’est par parce que l’on appartient à un parti que l’on ne peut pas être militant sur une cause

Les experts ont tendance à stériliser la vie politique via des statistiques. On le voit aujourd’hui: on est sommé de répondre sur une politique fiction

Le débat se réduit entre les experts des sondages et de la vie politique et les Français sont en dehors de tout cela.

Il faut être dans le combat politique et pas dans la politique fiction.