Vous êtes dans: Dans les médias

14 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde

L’invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde

par

JCC TV5 Monde 14122015 bis

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 

Elections régionales

Nous rentrons dans la tripartition c’est-à-dire qu’il y a trois pôles aujourd’hui ce qui n’était pas le cas auparavant. Le Front national s’est implanté nationalement et aurait pu obtenir des régions si nous n’avions pas fait bloc contre lui.

C’est la victoire du barrage républicain contre le Front national.

Cinq régions c’est un bon résultat mais on ne peut pas être totalement satisfaits car il nous manque la Normandie et l’IDF ce qui aurait été parfait.

Nous avons une bonne politique économique, nous avons une bonne politique du point de vue de la refondation de l’école, une bonne politique régionale. Aujourd’hui il nous faut une politique dirigée vers les plus précaires pour assécher l’une des raisons de l’abstention et du vote FN. Il faut être plus parfaits dans notre offre politique.
Il faut s’attaquer à la situation de relégation de beaucoup de nos compatriotes.
Changer le PS ?
Il faut se dépasser, il faut reprendre tout à zéro. Nous sommes dans une nouvelle époque, nous ne sommes plus dans la social-démocratie de papa, aujourd’hui nous sommes dans la social-écologie. Le PS doit être le parti de l’intérêt général et doit lutter principalement contre le précariat. Il faut que les « professionnels de la politique » soient moins nombreux par rapport aux citoyens qui rentrent dans une organisation qui se constitue.

Gauche

Il faut que nous soyons plus rassemblés dès le 1er tour car dans le tripartisme il faut être présent au second tour et donc être en tête au premier.

Il faut l’union de la gauche. Si nous avions été unis au premier tour, nous aurions été en tête partout dans toutes les régions et cela aurait modifié un pu le paysage de l’élection. Autant que possible s’unir, en tout état de cause que le Parti socialiste se dépasse.
Le Président de la République est concentré sur ce qu’il fait: la protection des Français, la lutte contre Daesh, le défi climatique, les dispositifs internationaux de constitution d’une coalition…

Les Républicains
Je crois que les Républicains sont en voie de fragmentation.

Il y a la fois, vous l’avez vu dimanche soir, les nouveaux barons, ceux qui ont conquis – grâce à la gauche pour certains, tout seuls pour d’autres, – des régions et qui ont parfaitement indiqué qu’ils ne se sentaient plus représentés par leur formation politique (…) Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Pierre Raffarin, Xavier Bertrand, Alain Juppé, François Fillon… ça fait beaucoup de dissidences !

Renvoyer son numéro 2 manu militari je n’ai jamais vu ça !
Nathalie Kosciusko-Morizet ne fait que dire la vérité : à savoir qu’il faut que Les Républicains doivent sortir de l’ambiguïté sur le FN. Il y a une clarification à faire que ne veut pas Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy a une politique qui se veut en résonnance avec le Front national ce qui l’amène a mettre sur le même plan le PS et le FN ce qui est insupportable.

Alliance populaire

Je crois qu’il faut construire une formation qui, avec le PS mais pas simplement, soit capable de répondre à gauche et aux intérêts des Français.

 

14 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

par

JCC Europe 1 14122015

Jean-Christophe Cambadélis était ce lundi 14 décembre l’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:


Régionales, Front national et front républicain… par Europe1fr

 

Sur la demande au gouvernement d’une inflexion contre la précarité

« L’inflexion est dans la lutte contre le précariat.

Il ne s’agit pas de changer de politique économique, il s’agit de concentrer nos efforts sur la précarité telle qu’elle se développe dans les quartiers, dans les banlieues, dans des zones de désindustrialisation ou chez les paysans. (…)  Si nous le faisons, c’est-à-dire la sécurité sociale professionnelle, un apprentissage plus développé et des choses aussi simples que le haut débit et le numérique partout en France, bref si nous travaillons vraiment sur la précarité, je pense que nous assécherons l’abstention et par ailleurs le vote Front national.

Ce n’est pas l’exécutif qui décide de la politique du Parti socialiste mais le Parti socialiste lui-même. Toutes les décisions ont été prises rue de Solférino.

Front national
« Je pense que Manuel Valls a totalement raison, le Front national n’est pas écarté, il est en situation, il est en dynamique …La politique proposée par le Front national (souverainisme xénophobe, chasse aux musulmans…) conduit à une guerre des mots, à une guerre civique et donc à une guerre demain civile parce que le FN au pouvoir ce serait la fragmentation de la société française, ce serait l’insécurité nationale.

L’augmentation de la participation ne profite pas totalement au FN.

Je pense qu’hier il s’est passé quelque chose qui n’a pas été assez souligné: le fait que le Front national a devant lui 60% à 70% des Français qui refusent sa victoire. Il faut regarder cette France multiple qui ne veut pas du Front national. (…)

Ceci se terminera par un bipartisme au deuxième tour de la présidentielle, j’espère entre un candidat socialiste et un candidat des Républicains.

Parti socialiste

Je ne suis pas le numéro 1 des frondeurs mais le numéro 1 du Parti socialiste. Dans le PS, il y a des militants majoritaires pour le soutien au Gouvernement, d’autres plus ou moins critiques. Moi je rassemble tout le monde. »

PACA / Nord – Pas-de-Calais – Picardie
« Xavier Bertrand et Christian Estrosi : “Leur victoire, grâce à la gauche, les engage. Nous ne voulons plus entendre des discours de proximité avec le Front national. J’espère que nous n’entendrons plus ce que nous avons entendu avant l’élection régionale et que maintenant Monsieur Estrosi comme Monsieur Bertrand prendront leurs réelles avec le Front national. »

Victoire de Valérie Pécresse en Ile-de-France

« Mme Pécresse gagne car le FN s’effondre et c’est le vieux Front national, celui qui vote pour la droite au deuxième tour. S’il n’y avait pas eu ce mouvement là, Claude Bartolone avec la dynamique de la gauche gagnait.

Je souhaite que Claude Bartolone reste président de l’assemblée nationale et je le dirai mardi lors de la réunion du groupe. »

13 Déc

Commentaires fermés sur “Mettons toutes les énergies du pays, toute notre efficacité, toute notre volonté pour faire barrage aux inégalités. C’est une grande cause nationale” déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 13 décembre 2015

“Mettons toutes les énergies du pays, toute notre efficacité, toute notre volonté pour faire barrage aux inégalités. C’est une grande cause nationale” déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 13 décembre 2015

par

2015-12-13 - 2ème tour régionales-12

Retrouvez la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis en cette soirée de deuxième tour des élections régionales:


2nd tour des élections régionales – Conférence… par PartiSocialiste

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis

Premier secrétaire du Parti Socialiste

Dimanche 13 décembre 2015

(seul le prononcé fait foi)

 

 

Françaises, Français,

Les résultats en terme de régions – à l’heure où je m’exprime – démontrent une bonne résistance pour la gauche et le Parti socialiste, une contre-performance pour la droite et un échec pour le Front national sur fond d’un net regain pour la participation.

Pour le Parti socialiste, ces résultats constituent un succès sans joie.

Notre pays est en état d’urgence, nous portons encore le deuil de 130 de nos compatriotes assassinés par les terroristes.

Sans joie aussi, parce que l’abstention est encore trop forte.

Sans joie parce que l’extrême droite est décidemment trop haut.

Sans joie enfin, parce que des candidats de gauche ont dû se retirer en vue du second tour. Pour la République, ils ont fait preuve d’un immense sens du devoir. C’est notre fierté et c’est leur honneur.

L’honneur de celles et ceux qui combattent pour des convictions plus que pour des fonctions.

Pour autant, les conditions qui conduisent à ce sacrifice que j’ai demandé ne doivent pas se rééditer.

Les résultats de ce soir, surtout ceux du premier tour, – je ne les oublie pas ! – sonnent l’heure du sursaut.  On ne peut plus accepter le retrait civique, l’adhésion au souverainisme xénophobe, la division de la gauche, l’ambiguïté de la droite et le renoncement du patronat.

Le désenchantement civique est dû à la relégation sans espoir, à l’écart trop marqué entre les revenus, à la pauvreté, à l’isolement, au chômage et notamment à celui des jeunes. L’exaspération silencieuse n’est pas la manifestation hideuse de la xénophobie, mais pourrait le devenir.

Je m’adresse au Gouvernement. Nous ne pouvons plus continuer comme cela. Il faut agir contre la précarité et pour l’activité comme nous nous sommes attaqués à la compétitivité et à la refondation de l’école. C’est l’inflexion qui doit intervenir durant les 18 mois à venir.

Mettons toutes les énergies du pays, toute notre efficacité, toute notre volonté pour faire barrage aux inégalités. C’est une grande cause nationale.

Je m’adresse à la gauche. Nous ne pouvons plus continuer comme cela. Nous devons retrouver le chemin de l’union.

Ensemble, nous avons fait bloc avec succès au deuxième tour, n’en restons pas là.

Ensemble, nous devons forger l’espoir d’une société meilleure où se conjuguent croissance durable, justice sociale et territoriale, action écologique, priorité éducative, autorité de l’Etat, innovation démocratique.

Oui, il faut se rassembler et se dépasser comme nous savons le faire pour les grandes causes, en particulier le pas pour l’humanité que représente l’accord sur le climat de Paris. Demain lundi, je présenterai au Bureau national du Parti socialiste des propositions en ce sens.

Premier secrétaire du Parti socialiste, ce soir, je m’adresse à la droite qui n’a pas fait le grand chelem souhaité. La droite républicaine ne peut plus rester dans cette brume des mots et ce brouillard des idées, rester dans cet entre-deux ambigu qui veut le soutien à la fois des républicains « et » du Front national.

Enfin je veux m’adresser à tous nos compatriotes. Chaque vote est responsable, chaque vote est respectable, chaque voix compte. Il ne s’agit pas aujourd’hui de culpabiliser le vote Front national. Mais, il n’est pas question non plus de l’héroïser. Pourquoi les électeurs frontistes mériteraient-ils plus d’attention que les abstentionnistes ou que le peuple de gauche ?

Le Front national veut la guerre des civilisations, la sortie de l’Europe et de la zone euro, l’affrontement entre Français, la stigmatisation des musulmans. C’est le chemin de l’insécurité nationale, de la guerre civique et de la discorde civile. C’est le danger intérieur d’une France en danger. Il ne faut pas avoir l’anti-lepénisme honteux. Il faut faire converger les résistances à la lepénisation de la République. Ce soir c’est clair, une majorité des Français ne veut pas du Front national.

La France doit se ressaisir. La République doit donc se redresser. Car, sans la République, la France n’est plus la France.

 

Vive la République, vive la France !

 

Crédits photos Mathieu Delmestre

 

10 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Julien Arnaud sur LCI

L’invité de Julien Arnaud sur LCI

par

JCC LCI 10122015

Jean-Christophe Cambadélis était ce jeudi 10 décembre l’invité de la Newsroom sur LCI.

Il a répondu aux questions de Julien Arnaud.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que des extraits vidéos de l’interview:

 

Élections régionales

 

Ile de France

« Mme Pécresse à court d’arguments, surjoue la responsable politique bafouée
Claude Bartolone dit simplement que cette formation politique (LR) voit en son sein des personnes qui parlent de « race blanche ».

Claude Bartolone répondait à la campagne de Mme Pécresse indiquant que Claude Bartolone était le candidat de la Seine Saint-Denis et qu’on ne pouvait poser la Seine Saint-Denis comme modèle à l’ensemble de l’Ile-de-France.
Il y a un peu d’énervement en cette fin de campagne, c’est moins simple que le pensait Mme Pécresse. »

Union de la Gauche
“On peut être en désaccord sur la politique gouvernementale et être d’accord sur la politique régionales.
Claude Bartolone, Emmanuelle cosse et Pierre Laurent hier convergeaient sur la politique régionales. Ils se reconnaissent dans le bilan de M. Huchon et dans programme de Claude Bartolone.”

Entre-deux tours
“Dans cet entre deux tours il y a une répartition des tâches: à l’exécutif les médias et aux candidats les meetings.
Quant à moi je fais les deux. J’étais en meeting mardi pour défendre MarieGuiteDufay. Elle va l’emporter face au FN.”

Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes
“Il n’y a pas de problème d’autorité au Parti socialiste puisque dans deux grandes régions nous nous sommes retirés. Il y a un entêtement  de notre ami Jean-Pierre Masseret . Quelqu’un qui a lutté toute sa vie pour la gauche et qui décide de laisser élire Monsieur Philippot est plus à plaindre qu’autre chose.

Je crois que parfois il vaut mieux défendre ses convictions plutôt que d’avoir des postes mais ce n’est pas la position de Monsieur Masseret qui préfère des postes plutôt que défendre ses convictions.

Il se retrouve dans une situation où la majorité de ses colistiers sont des “malgré nous” c’est-à-dire qu’ils sont embarqués dans son aventure et ne peuvent sortir de la liste”

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy ne pense qu’à une seule chose c’est sa primaire. Il fait un appel, une OPA sur les électeurs du Front national. Il leur dit : ce n’est pas immoral de séparer les Français. Il a entièrement tord. Le FN n’est pas un parti républicain car il défend la préférence nationale et ce n’est pas républicain. C’est un parti légal mais qui n’est pas républicain.

Monsieur Sarkozy le sait parfaitement, son problème ce n’est pas l’élection de ses amis, son problème c’est la primaire et comment capter les voix du FN.

Débat
La lutte contre la précarité doit continuer pour assécher une des raison du vote FN.
Je trouve étonnant que l’on mette au centre du débat les électeurs du FN et non pas les abstentionnistes ou les électeurs de gauche .
La vie politique française ne tourne pas autour des électeurs du FN

Parti démocrate? Pour l’instant personne n’en a parlé

07 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

par

JCC BFM TV 07122015

Jean-Christophe Cambadélis a répondu aux questions de Ruth Elkrief ce lundi 7 décembre 2015 sur BFM TV.

 

Retrouvez ci-dessous un extrait de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Régionales dans le Grand Est: Cambadelis… par BFMTV

Elections régionales :

Nous aurons des listes fusionnées à gauche dans toutes les régions où nous sommes représentés.

A gauche nous aurons l’union souhaitée, l’union désirée, l’union nécessaire pour le deuxième tour des élections régionales.

Si nous ne nous étions pas retirés dans certaines régions c’était la victoire du Front national. Qui à gauche peut souhaiter cela?

Il ne s’agit pas de sauver des postes mais de sauver l’égalité que la droite et l’extrême droite veulent abîmer.

2ème tour des élections régionales :

« Tout va se jouer en 1 ou 2 points.

Aujourd’hui, la gauche unie est en tête dans l’ensemble des régions. Je veux écouter cela.
On va essayer de défendre les acquis de la gauche dimanche prochain.

Il faut assécher les raisons qui font la montée du FN qui ne sont pas simplement franco-françaises et mobiliser les nôtres.

La droite ne veut faire aucun geste face au FN. C’est donc au Parti socialiste de prendre ses responsabilités. La position de “ni-ni” de M. Sarkozy est un appel aux électeurs du Front national. Nicolas Sarkozy a en tête une seule chose  sa désignation comme candidat à la présidentielle et il pense qu’en se maintenant dans cette équidistance tout en dialoguant positivement avec le FN, le FN viendra voter à la primaire. Faut pas sortir de Science Po pour comprendre la stratégie de Nicolas Sarkozy ! C’est la première fois qu’un responsable d’un parti de la droite classique s’adresse de cette manière à l’électorat frontiste. J’ai eu l’impression en écoutant M. Sarkozy que l’arc républicain était avec le Front national et que l’arc anti-républicain, c’était la gauche

Nous sommes dans le tripartisme. Si nous sommes devant c’est tant mieux »

Alsace- Champagne-Ardenne-Lorraine :

« Je suis d’accord avec tous les élus et militants qui disent de ne pas se maintenir.

Je dis à Jean-Pierre Masseret que les républicains de l’Est sont terrorisés par la pression de Nicolas Sarkozy, ils n’accepteront aucun accord. Je ne suis pas sûr qu’à 71 ans, qu’après une vie consacrée à la gauche, Jean-Pierre Masseret souhaite terminer sa carrière sur une victoire de M.Philippot »

 

07 Déc

Commentaires fermés sur L’invité d’Olivier Mazerolle et d’Yves Calvi sur RTL

L’invité d’Olivier Mazerolle et d’Yves Calvi sur RTL

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de la matinale de RTL.

Il a répondu aux questions d’Olivier Mazerolle et Yves Calvi.

Retrouvez ci-dessous un extrait vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Résultats élections régionales 2015 : “Nicolas… par rtl-fr

 

Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne : « Nous ne sommes pas à la recherche d’une fusion. Il aurait été nécessaire que dans ces trois régions, le parti dit « Républicain », fasse bloc contre l’extrême droite, mais visiblement, Monsieur Sarkozy et l’ensemble des responsables du Parti Républicain préfèrent l’extrême droite à la gauche.
Quand on se retire ce n’est pas pour bouder, c’est pour gagner. Donc nous appelons l’ensemble de nos électeurs à faire barrage au Front national

Je ne polémique pas avec Monsieur Masseret. Le BN a pris position à l’unanimité. Il devra la respecter. Point.»

Résultats 1er tour : « Nous avons subi des défaites, ce ne sont pas les premières. Le Parti socialiste a fait un score non négligeable, plus de 24%. Si la gauche avait été unie, nous serions en tête dans la quasi totalité des régions.
Tristesse de voir que dans cette période difficile pour le pays, l’extrême droite profite de la situation »

Front national : « Nous, nous pensons que la France doit être unie, une et indivisible, dit la devise, le Front national pense qu’elle doit être séparée. C’est l’avenir de la France qui est en jeu.
Il n’y a pas de magouilles, puisqu’il n’y a pas de fusions, et on ne cherche pas à défendre nos postes, on cherche à défendre des principes, et nos principes sont républicains, et donc je ne crois pas qu’on puisse proposer cela au Parti socialiste.

Tout le monde a des responsabilités, mais il ne faut pas exonérer les électeurs des raisons pour lesquelles ils votent Front national. »

Les Républicains : « Aujourd’hui, Les Républicains n’ont pas été à la hauteur de leur slogan, ils n’ont pas été républicains. Nicolas Sarkozy ne pense qu’à lui. Il s’est hier adressé principalement aux électeurs frontistes. (…) Visiblement Nicolas Sarkozy et Les Républicains préfèrent l’extrême droite à la gauche »

Chômage : « Ce n’est pas le Front national qui porte la colère vis-à-vis du chômage, ceci est valable dans tous les électorats. Vous croyez que les électeurs de gauche sont heureux de la situation du chômage ? Non, mais il y a des réponses qui sont apportées aujourd’hui et qui doivent faire face. Il n’y a aucune solution du Front national sur cette question. A aucun moment Marine Le Pen n’en a parlé. »

 

 

 

06 Déc

Commentaires fermés sur “Peuple de gauche une fois de plus la République dépend de vous ! Partout, mobilisons nous!”, déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 6 décembre 2015

“Peuple de gauche une fois de plus la République dépend de vous ! Partout, mobilisons nous!”, déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 6 décembre 2015

par

2015-12-06 - Conférence de presse 1er tour régionales-2

A l’occasion du premier tour des élections régionales, Jean-Christophe Cambadélis s’est exprimé à l’issue d’un bureau national extraordinaire.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de sa déclaration:


« Peuple de gauche, une fois de plus la… par PartiSocialiste

 

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis,
Premier secrétaire du Parti Socialiste
Dimanche 6 décembre 2015
(seul le prononcé fait foi)

Françaises, Français,
Les Français se sont exprimés.
Ils l’ont fait dans une France profondément marquée par le drame des assassinats de masse perpétrés par les terroristes, l’état d’urgence et la guerre contre Daesh. Les enjeux régionaux ont pâti de cette situation à nulle autre pareille.

Les résultats appellent plusieurs constats :

– La participation : au-dessus de 50 %
– Le total gauche : entre 35% et 37% dont 23,5% pour le PS
– Le total droite : entre 30% et 32%
– Le FN : entre 28% et 30%

• L’abstention reste le premier parti de France malgré une baisse notable. Cette abstention élevée doit faire réfléchir les partis. Elle doit aussi interroger les citoyens : le vote est une liberté pour laquelle nos aînés ont combattu et qu’il faut préserver.

• Le total gauche laisse espérer de nombreuses victoires et nous nous félicitons des appels au rassemblement du PCF, d’Europe Ecologie- Les Verts, des radicaux de gauche, des progressistes, de l’UDE et d’autres mouvements encore. C’est un acte fort. La gauche, quand elle est unie, est la première force du pays.

• La droite n’est sûre de l’emporter dans aucune région.

• Le Front national nationalise son implantation. Il est en tête dans de nombreux départements. Ce soir le parti d’extrême droite menace de très nombreuses régions.

Le Parti Socialiste et la gauche seront présents là où le total gauche permet de l’emporter et ainsi de barrer la route au Front national.

Le parti qui s’est pourtant nommé « Les Républicains » dit son refus de pratiquer le désistement républicain, l’accord technique ou le simple retrait. L’histoire sera sévère pour ceux qui, dans le moment traversé par la France, disent « plutôt l’extrême droite que la gauche ! »

La gauche est donc le dernier rempart de la France républicaine contre l’extrême droite xénophobe.

Le Parti socialiste décide ce soir d’appeler à l’union des forces de gauche et des écologistes, de tous les progressistes, de tous les humanistes, partout en France pour défendre les acquis de la gauche dans les régions, pour ouvrir de nouveaux chantiers de justice sociale, pour défendre la République et ses valeurs du vivre ensemble dans la concorde civique et la sécurité sociale.

Dans les régions à risque Front national où la gauche ne devance pas la droite, le Parti socialiste décide de faire le barrage républicain au FN en particulier dans le Nord – Pas-de-Calais – Picardie et en Provence – Alpes – Côte d’Azur. Nicolas Sarkozy et ses têtes de listes ont décidé de fermer la porte à ce barrage alors qu’ils ne peuvent gagner seuls…

Pendant six ans, les socialistes ne siègeront pas dans ces régions. Nous mesurons la tristesse de nos militants et de nos élus qui ont vaillamment mené campagne, celle des citoyens qui leur ont apporté aujourd’hui leurs suffrages.

Ils entrent en résistance. Ce sacrifice pour notre idéal démocratique ne sera pas vain. Il démontre à la France que les socialistes savent être au rendez-vous de la République, quelles que soient les circonstances. Il démontre notre attachement à une certaine idée de la France.

Nul doute que l’exemple de la rectitude dans la conviction mobilisera la gauche et les écologistes.

Peuple de gauche, une fois de plus la République dépend de vous ! Partout mobilisons-nous ! Groupons-nous ! Battons-nous ! Unissons-nous ! Le combat sera long, difficile, d’autant que ce qui nourrit la peur et la haine de l’autre a des sources qui sont lointaines de la France.

Quelles que soient vos opinions, vos positions, je vous appelle à vous rassembler et unir autour de vous tous les partisans d’une France républicaine une et indivisible.

Crédits photo: Mathieu Delmestre

04 Déc

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV

L’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV

par

JCC bourdin 04122015 bis

 

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce vendredi 4 décembre aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

<

 

Élections régionales

Sur les sondages : « L’ensemble de la gauche a été divisé. Si vous prenez le total gauche nous serions devant. »

Participation : “Voter dimanche c’est montrer que l’on a pas peur. Que veulent les terroristes ? C’est que l’on soit planqué et qu’on ose plus sortir. Il faut aller voter dimanche pour montrer que la France est debout.

S’abstenir c’est voter Front national. L’électorat ne vote pas majoritairement pour le Front national, c’est l’abstention qui est majoritaire. Le premier parti de France ce n’est pas le FN, c’est l’abstention.

Dimanche, c’est une élection régionale vue au niveau national et mondial.

Front républicain ? Après les résultats du premier tour, « c’est le total gauche qui comptera. Si nous sommes en position de l’emporter, pourquoi voulez-vous qu’on se retire ? (…) Nous nous réunirons dimanche soir et nous donnerons ses consignes.

La droite ne veut pas prendre de mesures exceptionnelles face au FN. Les seuls qui peuvent faire face au FN c’est la gauche unie. Je dis aux Français ayez confiance, le PS a toujours été présent face au FN. Plus nous serons hauts, moins le FN pourra l’emporter .

Je n’ai pas l’anti-lepénisme honteux. Aujourd’hui on ne peut plus rien dire. Si le FN n’est ni d’extrême droite, ni xénophobe, ni vichyste pourquoi serait-ce un danger dans la France en danger ? Pourquoi nous posez-vous alors la question du désistement ? Il faut caractériser le FN. Leur idéologie est une idéologie vichyste, dangereuse pour la France.

Je suis pour un anti-lepénisme décomplexé. Il faut nommer les choses et je les nomme.

Marine le Pen et Marion Marechal Le Pen sont dans une course au discours le plus identitaire. On se demande bien pourquoi.
Déchéance de nationalité

« La déchéance de nationalité n’est pas une idée de gauche. C’est une idée de droite que le Président a repris dans son discours au congrès. Le Conseil d’État statuera sur le sujet. »
Renouvellement

« Le Parti socialiste doit se modifier de fond en comble comme toutes les autres formations républicaines. Il faut se dépasser, il faut changer tout. Aujourd’hui nous sommes loin des citoyens. Nous sommes divisés sur des queues de cerises alors qu’il faudrait s’unir. Il faut répondre aux défis du temps. Je crois que nous devons à la France un nouveau départ, une nouvelle offre politique. Et je crois que je peux aider à cette mutation »

04 Déc

Commentaires fermés sur “Le FN est le parti de la peur”, interview au Télégramme

“Le FN est le parti de la peur”, interview au Télégramme

par

le télégramme

 

Le Télégramme publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou bien lire ci-dessous:

 

François Hollande bénéficie d’une très forte progression de bonnes opinions. Comment expliquez-vous que les socialistes ne profitent pas de cette embellie dans la perspective des élections régionales ?

D’abord, nous n’en savons rien. Nous verrons cela dimanche. Je pense par ailleurs que le président de la République se préoccupe de l’état de la France et du combat que celle-ci doit mener contre le terrorisme et pas des élections régionales.

A vos yeux, quel sera l’impact du massacre du 13 novembre sur les élections régionales ?

J’appelle l’ensemble de nos concitoyens à manifester dimanche leur esprit civique. Il faut qu’ils aillent voter pour montrer que la France est debout. Nous serons regardés. Voter massivement c’est l’occasion de faire l’admiration du monde.

Qu’est-ce qui vous amène à affirmer que vous ne croyez pas à une très forte poussée du Front national ?

Je ne crois pas aux sondages sur le Front national. Nous savons que le Front national est haut, mais il peut être beaucoup plus bas en fonction de la participation. Le FN est aujourd’hui le parti de la peur. L’élection régionale est à la fois une élection autour de la sécurité et du vivre ensemble, c’est ce que les socialistes défendent dans cette région de Bretagne.

Passée l’émotion et le vote quasi unanime de l’état d’urgence, des voix de gauche, y compris au PS, critiquent l’utilisation de moyens sécuritaires exceptionnels. Cela ne risque-t-il pas de gêner le rapprochement des listes socialistes avec les autres forces de gauche, dans la perspective du second tour des régionales ?

Je ne le pense pas, car il s’agit d’une élection régionale. Il ne s’agit pas de législatives fixant la politique nationale. Mais enfin ! Nous sommes un curieux pays. Il y a quelques jours, il s’interrogeait sur le fait qu’on n’ait pas déclenché l’état d’urgence en janvier, et maintenant 15 jours après les événements tragiques, il se demande pourquoi on ‘a pas levé le dispositif sécuritaire.

Si le PS permettait au FN de gagner une ou plusieurs régions, ne craignez-vous pas d’être stigmatisé dans l’avenir ?

Le PS ne permettra rien du tout. Plus la gauche, en particulier le Parti socialiste, seront hauts au premier tour, plus elle aura des chances de l’emporter au second tour, car je crois que le total gauche sera devant la droite républicaine.

Finalement, ne regrettez-vous pas le temps béni de la gauche plurielle ?

J’ai été un passionné de l’union des forces de gauche et des écologistes, et je me dit que si nous étions unis nous serions devant, et, Monsieur Sarkozy ne pourrait pas dire qu’il refuse de se désister pour la gauche.

42 000 chômeurs en plus le mois dernier, n’est-ce pas décourageant ?

C’est la politique de croissance qui permettra de réduire le chômage. Or, dans ce domaine, nous sommes en bonne voie. Il ne faut pas se déterminer par rapport à un résultat ponctuel. Il était excellent le mois précédent, il est mauvais ce mois-ci. Il faut faire en sorte que la politique de croissance continue ; j’ai confiance dans la politique gouvernementale pour y parvenir.

 

Propos recueillis par Philippe Reinhard

 

03 Déc

Commentaires fermés sur Marine Le Pen tombe le masque ! Réaction aux propos de Marine Le Pen hier en meeting à Nîmes.

Marine Le Pen tombe le masque ! Réaction aux propos de Marine Le Pen hier en meeting à Nîmes.

par

JCC Itele 03122015

Jean-Christophe Cambadélis a réagi en duplex sur I Télé sur les propos tenus par Marine Le Pen la veille en meeting à Nîmes.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi qu’un extrait de l’interview:

Pour Cambadélis, “la chasse aux musulmans est… par LeLab_E1

Front national / déclarations de Marine Le Pen

Marine Le Pen tombe le masque, elle dit ce qu’elle pense c’est-à-dire que la chasse aux musulmans est ouverte

Marine Le Pen est survoltée par les sondages et ça lui permet d’avancer sur son orientation.

Marion Maréchal Le Pen a dit la même chose: les musulmans peuvent être français à condition d’être chrétiens.

La position du FN est un danger dans une France en danger.

Le discours du FN c’est la séparation des Français, le ferment de la division nationale dans un moment où il faut se rassembler

Marine Le Pen a déployé a certainement nombre d’items : il ne s’agit pas d’une guerre contre Daesh mais contre l’islam. C’est la théorie de la guerre de civilisations qui nous affaiblit dans le combat pour isoler Daesh.

Les propos et les projets de Marine Le Pen seraient dramatiques pour l’ensemble des Français.

Elections régionales

Front républicain ?
Il faut prendre les choses dans l’ordre. D’abord le vote.
J’appelle l’ensemble des Français à transformer dimanche en une grande manifestation civique.

Il faut que les Français soient débout, qu’il n’aient pas peur.

Le soir des élections nous ferons le bilan et je crois que le total gauche sera très haut.

S’il y a des ajustements nous le ferons lors du BN de dimanche soir.