Vous êtes dans: Parti Socialiste

01 Mar

0 Comments

Réaction du Premier secrétaire du Parti socialiste Jean Christophe Cambadélis après la conférence de presse de François Fillon

par

 
Avec la décision de François Fillon de s’en prendre à la justice, comme le fit hier Marine Le Pen, nous assistons à une situation grave.
Ces actes marquent, après bien d’autres, la décomposition de la droite. Ceci sur fond de ce qu’il faut bien appeler maintenant une crise politique. Elle ne profite paradoxalement qu’à Marine Le Pen. Chaque jour, la candidate du Front national s’avance un peu plus vers le pouvoir.
Chacun, à ce moment de notre histoire, est comptable de ses gestes et de ses paroles. Chacun aura à s’exprimer – le Président de la République aussi je suppose.
Chacun doit retrouver le chemin de l’État de droit et la sérénité des débats pour éviter que la crise politique débouche sur une crise de régime permettant à l’extrême-droite de s’emparer du pouvoir.
J’appelle à la responsabilité de tous et pour ce qui est de la gauche, à son rassemblement.

27 Fév

0 Comments

L’édito politique de Jean-Christophe Cambadélis

par

2016-11-14-edito-jcc-22016-11-14-edito-jcc-32016-11-14-edito-jcc2016-11-14-edito-jcc-6

Chaque lundi, Jean-Christophe Cambadélis dans une vidéo dresse une analyse de la situation politique actuelle.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des épisodes de son #EditoHebdo :


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #28… par PartiSocialiste

L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #27… par PartiSocialiste

L’Edito de Jean-Christophe Cambadélis #26… par PartiSocialiste

L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #25 – « La… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis #24… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – #22… par PartiSocialiste


L’Edito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis épisode… par PartiSocialiste


L’édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode… par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode 11 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Episode 10 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 9 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 8 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 7 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 6 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 5 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 4 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 3 par PartiSocialiste


L’Édito de Jean-Christophe Cambadélis – épisode 2 par PartiSocialiste


L’édito Jean-Christophe Cambadélis – Épisode 1 par PartiSocialiste


Crédit photos : Mathieu Delmestre

05 Fév

0 Comments

Discours de Jean-Christophe Cambadélis lors de la convention d’investiture de Benoît Hamon – dimanche 5 février 2017

par

img_5284

Retrouvez le discours de Jean-Christophe Cambadélis lors de la Convention nationale d’investiture du candidat à l’élection pésidentielle: Benoît Hamon :


Discours de Jean-Christophe Cambadélis à la… par PartiSocialiste


Crédit photos: Mathieu Delmestre

29 Jan

Commentaires fermés sur Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

par

 

logo ps twitter
Dans la campagne de François Fillon, le meeting d’aujourd’hui devait être un temps fort : ce fut un temps mort.
La droite rêvait de ce jour comme d’une démonstration de force : elle devait propulser son candidat, montrer qu’il était le seul légitime à gouverner la France.
Las : face à la tourmente, c’est à sa famille politique qu’il a dû prouver qu’il était encore capable de la représenter à l’élection présidentielle.
L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a donc repris tous les mantras de la droite : une fois encore, les plus vulnérables ont vu leur dignité bafouée au nom du combat contre « l’assistanat », celle des fonctionnaires au nom de la lutte contre la « bureaucratie », le travail de la communauté éducative et des enseignants réduit à des « activités périphériques », les immigrés à des profiteurs qu’on tolère sous conditions. Rien de nouveau sous le soleil, donc.
Pire encore : pour retrouver de l’espace à droite, François Fillon raconte désormais que tous ses adversaires sont à gauche, y compris le Front national. Le candidat « les Républicains » ne prend même plus la peine de distinguer ceux qui portent les valeurs de la République de ceux qui les rejettent et les bafouent. Etre de gauche, c’est croire en l’action de l’Etat mais c’est aussi partager une éthique et des principes. Le succès des primaires citoyennes démontre que le peuple de gauche est bel et bien vivant, prêt à les défendre, contre la droite et l’extrême-droite.

25 Jan

Commentaires fermés sur Lettre de Jean-Christophe Cambadélis aux candidats à la primaire de la Belle alliance populaire

Lettre de Jean-Christophe Cambadélis aux candidats à la primaire de la Belle alliance populaire

par

Retrouvez ci-dessous la lettre de Jean-Christophe Cambadélis envoyée ce jour aux candidats à la primaire de la Belle alliance populaire :

lettre-jcc-candidats-primaire-25012017

lettre-jcc-candidats-primaire-2-2

 

 

 

Paris, le 25 janvier 2017

 

 

 

A l’attention de Manuel Valls et Benoît Hamon

 

Mon cher Manuel, Mon cher Benoît,

Nul ne peut l’ignorer. Nous sommes confrontés à une offensive qui va au delà de l’élection présidentielle.

Ce qui est en jeu ce n’est pas seulement le Parti socialiste. C’est la gauche que l’on veut fractionner, pour mieux fracturer le modèle social. Voire pire, imposer le national populisme fort du précédent Donald Trump.

Le premier tour de la primaire fut un succès, ce qui a évidemment contrarié ceux qui s’attendaient ou attendaient une déroute en terme de participation.

Le déchaînement qui s’en est suivi, indique les difficultés qui attendent l’un d’entre vous.

Dans ce moment incertain, l’unité est notre bien. Benoît tu as déclaré que « tu ne te trompais pas d’ennemis : François Fillon et Marine Le Pen ». Manuel, tu as déclaré que « tu n’avais pas d’ennemis dans ta famille politique ».

Je n’ignore rien de ce qui se dit sur les réseaux sociaux au sujet de Manuel ou ce qui fut dit ici ou là pour Benoît. Mais je veux retenir votre double attitude qui, si elle est ferme sur les idées, n’oublie pas qu’il y aura un lendemain.

Le Parti socialiste se tiendra au côté du vainqueur qui aura la lourde charge de conduire la bataille présidentielle.

Le Parti socialiste sera facteur d’unité en toute occasion. Nous ferons tout pour rassembler. Nous ferons tout pour battre la droite et l’extrême droite.

Nous ferons tout collectivement pour que notre histoire, notre culture, nos succès gouvernementaux depuis un siècle soient source de victoires et de combats renouvelés.

Voilà pourquoi après avoir été officiellement saisi, je voulais vous présenter des mots d’apaisement. Même si je perçois un débat de fond qui est loin d’être médiocre sur l’Europe, le travail, la laïcité et bien d’autres choses.

Je n’ai jamais cru à l’impossibilité de l’unité – au regard des enjeux – dans cette élection présidentielle. La gauche est plurielle. La difficulté du redressement de la France après le bilan catastrophique de la droite a aiguisé les divergences. La dureté du monde qui vient où le national populisme a sa dynamique nécessite sang-froid et homme d’Etat. Les crises de la société où la précarité galope obligent à penser différemment. Je ne doute pas que vous serez à la hauteur de ces enjeux.

Voilà pourquoi je vous souhaite tout à la fois un bon débat et un grand rassemblement.

Amitiés socialistes,

 

Jean-Christophe Cambadélis

 

24 Jan

Commentaires fermés sur Votons dimanche prochain pour faire gagner la gauche !

Votons dimanche prochain pour faire gagner la gauche !

par

J’appelle les électeurs socialistes, écologistes, radicaux et démocrates à voter massivement dimanche prochain lors du second tour de la primaire de la Belle alliance populaire.

Le premier tour fut un succès en termes de participation. Et ce simple fait a déchaîné les passions de tous ceux qui avaient parié sur l’échec du scrutin.

Une participation massive au second tour est utile pour désigner notre candidat pour gagner l’élection présidentielle. Car c’est de cela dont il s’agit et c’est possible. Pour cela notre candidat doit être au second tour. Notre candidat doit pouvoir battre François Fillon et Marine Le Pen. Il faut donc lui donner de la force et la plus grande légitimité dimanche prochain.

22 Jan

Commentaires fermés sur Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 1er tour des primaires citoyennes

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis – 1er tour des primaires citoyennes

par


Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis par PartiSocialiste

 

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis

Dimanche 22 janvier 2017

Seul le prononcé fait foi

 

Mesdames, Messieurs, Cher-es ami-es de gauche,

 

Un grand merci !

 

Vous êtes venus par centaines de milliers participer à la primaire de la Belle Alliance Populaire.

Vous êtes venus malgré la campagne incroyable, inlassable contre le scrutin.

Vous êtes venus malgré l’idée distillée que c’était inutile.

Vous êtes venus malgré les discours des concurrents pour vous dire que la solution c’était eux, en tout cas, pas la Belle Alliance.

Vous êtes non seulement venus mais plusieurs dizaines de milliers, voire 150 000 d’entre vous non adhérents, ont décidé d’aller plus loin en se déclarant partenaires de la Belle Alliance Populaire.

 

Merci pour votre résistance à l’air du temps.

Merci pour votre enthousiasme, pour ce nouveau temps.

Merci aux bénévoles de la primaire qui non seulement ont tenu bon, mais ont tenu les bureaux de vote. Sans vous, rien n’aurait été possible.

 

Je salue tous les candidats qui ont fait honneur à la primaire en défendant leurs idées avec sincérité et respect. Nous avons réussi ce premier tour de la primaire.

Les résultats seront annoncés par la Haute Autorité mais ils sont dans l’épure que nous avons fixé.

 

Dans ce monde fait d’incertitudes et de danger, les forces de gauche démocrates, radicales, écologistes, socialistes, citoyennes, syndicales ou associatives forment un ensemble stable et durable dans une Belle Alliance. C’est le sens de ce premier tour.

 

Face à la droite de Monsieur Fillon, empêtrée dans sa révolution conservatrice qui veut mettre à terre notre modèle social.

Face à une extrême droite que la classe médiatique sous-estime et qui progresse dans l’ombre, encouragée par le Brexit et la victoire de Donald Trump.

Face à la fragmentation, aux rancœurs et à la tentation du fatalisme, ensemble, nous démontrons une voie possible pour l’avenir et réussir la France de demain.

Je suis persuadé que l’exercice démocratique de ce jour tiendra la gauche debout.

Je suis persuadé qu’un nouvel alliage est en train de naître, scellé par le vote du jour.  Et je suis persuadé que l’élection présidentielle n’est jouée pour personne.

La France doute. Les Français regardent. Ils n’ont pas encore fait leur choix.

Dans ce moment du monde, de l’Europe et de la France, la gauche est l’avenir.

Je vous invite, toutes et tous à participer massivement au deuxième tour de la primaire.

Merci.

17 Jan

Commentaires fermés sur Élection du président du Parlement européen : bravo Gianni, travaillons maintenant à une nouvelle alliance des forces de progrès

Élection du président du Parlement européen : bravo Gianni, travaillons maintenant à une nouvelle alliance des forces de progrès

par

 

Le Parti socialiste salue la belle bataille menée par Gianni Pittella pour la présidence du Parlement européen.
Pour la première fois depuis trente ans, l’issue du vote était incertaine car, prenant acte que la droite européenne avait changé, les députés du Groupe socialiste et démocrate ont mis un terme à la coalition avec le PPE.
Depuis que le Parlement européen est élu, son président conservateur, Antonio Tajani, aura été le plus mal élu à cette fonction. La droite européenne qui rassemble dans un même parti les amis de François Fillon, ceux de Viktor Orban et ceux Silvio Berlusconi, a choisi un compagnon de route de ce dernier pour présider le Parlement européen. Désormais, les conservateurs dirigent tous les organes de l’Union européenne alors qu’ils sont grandement responsables de la situation actuelle.
Ce vote marque la fin du compromis historique entre les conservateurs pro européen et les sociaux-démocrates. Cet équilibre, rompu au lendemain même du Brexit, de la déclaration de guerre de Trump à l’Europe et des pressions répétées de Poutine, est la démonstration que le PPE (conservateur) veut tous les leviers pour ne rien changer. L’Europe est en grand danger.
Maintenant, le temps est venu de travailler à la convergence des forces de progrès, comme cela existe au pouvoir au Portugal et comme cela commence à être le cas en Grèce afin de bâtir une Europe qui ne soit ni celle de la droite ni celle de l’extrême droite, mais celle de la solidarité et de la prospérité partagée.

14 Jan

Commentaires fermés sur François Fillon, l’inconstant candidat

François Fillon, l’inconstant candidat

par

logo ps twitter
Dissensions et échanges peu cordiaux étaient au programme des Républicains réunis ce matin en Conseil National pour l’investiture de François Fillon. Un reflet de la campagne erratique menée par le candidat de la droite.
Cette semaine, François Fillon aura été tour à tour sarko-estrosiste sur les immigrés, vindicatif sur sa radicalité, penaud sur son programme de santé, amateur d’autoritarisme auprès des siens. Loin de la constance dont il se targuait d’être le maître.
Face à des troupes désorganisées que ses voeux guerriers n’ont pas su réunir, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy accumule les circonvolutions pour garder le cap de cette campagne incompréhensible.
Alternant reniements et inflexibilité au gré des vents, il sème en chemin confusion et défection : délaissé par les classes populaires, ce sont désormais les centristes qui menacent de faire de même.
Son équipe, perdue, promet tout et son contraire, aux fonctionnaires sur les 39h, aux Français sur l’ouverture avec le centre.
Il ne lui reste quant à lui, que l’auto-conviction pour s’assurer de la discipline de ses rangs et des vertus de l’obstination.
Des sommets atteints pendant la primaire, François Fillon redescend « à fond » et en zigzag. Sur cette route difficile qui mène à la présidentielle, le candidat de la droite procède par à-coups et freinages forcés, et inéluctablement… dérape.

07 Jan

Commentaires fermés sur Décès de Mario Soares: un résistant face à la dictature, un promoteur de l’Europe, un acteur majeur du socialisme

Décès de Mario Soares: un résistant face à la dictature, un promoteur de l’Europe, un acteur majeur du socialisme

par

C’est avec une grande émotion que le Parti socialiste a appris la mort de Mario Soares à l’âge de 92 ans.
Aujourd’hui, c’est une des figures les plus importantes du Portugal mais aussi du socialisme européen qui s’est éteinte.
Mario Soares était un socialiste convaincu. Engagé dès ses plus jeunes années contre le régime autoritaire de « l’Estado Novo », il fonda l’action socialiste portugaise en 1964. Son engagement lui valu de nombreuses arrestations et il fut même déporté dans une colonie portugaise en 1968.
Contraint à l’exil, il s’installera alors en France où il enseignera à l’Université de la Sorbonne et de Vincennes, tout en continuant à porter l’opposition démocratique portugaise.
Il participera ainsi à la création du Parti socialiste portugais en 1973, dont il deviendra un an plus tard le secrétaire général.
Mario Soares était un militant de l’Europe. A la suite de la « Révolution des Œillets », il mettra ses convictions au service de son pays. Tout d’abord comme Ministre des Affaires étrangères où il engagera le processus d’indépendance des colonies portugaises. Puis, à la présidence du gouvernement de 1976 à 1978 et de 1983 à 1985 où il négociera avec énergie l’entrée de son pays dans le cercle européen et mènera avec succès les réformes nécessaires pour y arriver.
En 1986, il sera élu président de la République au moment même où le Portugal entre officiellement dans la Communauté Economique Européenne. Il effectuera deux mandats de Chef d’Etat.
Par la suite, Mario Soares multipliera les initiatives pour défendre son « pari européen » en prenant la présidence du Mouvement européen International ou encore en siégeant au Parlement européen en 1999.
Tout au long de sa vie, Mario Soares fut un avocat incontournable des libertés, un compagnon majeur du Parti socialiste, une personnalité essentielle de l’histoire de la construction européenne. Il fut un ami intime de François Mitterrand, avec qui il incarna ce lien fraternel entre socialistes portugais et français dans le combat pour la démocratie comme dans l’exercice du pouvoir.
Le Parti socialiste adresse ses sincères condoléances à l’ensemble du mouvement socialiste européen aujourd’hui en deuil. Il exprime, dans ce triste moment, toute son amitié aux camarades socialistes portugais ainsi qu’à la famille et aux proches de Mario Soares.