Vous êtes dans: Défense

06 Août

Commentaires fermés sur DEFENSE : avec la résiliation satisfaisante du contrat sur les BPC Mistral, la France honore sa parole et sa réputation

DEFENSE : avec la résiliation satisfaisante du contrat sur les BPC Mistral, la France honore sa parole et sa réputation

par

Capture d’écran 2015-08-06 à 12.51.15La confirmation par les présidents français et russe qu’un accord a été conclu pour résilier le contrat de livraison des deux navires de type BPC Mistral est une bonne nouvelle, qui satisfait les deux parties. Le Parlement recevra bientôt le montant exact du remboursement, annoncé déjà comme étant inférieur au coût initial des deux bâtiments de guerre.

Le Parti socialiste estime que cet accord, qui clôt une longue négociation, sauvegarde à la fois la parole de la France mais aussi son engagement auprès de nos alliés, notamment dans le contexte du conflit en Ukraine.

Le Parti socialiste souligne d’abord que cette résiliation n’aura eu aucun impact sur l’emploi dans les chantiers de Saint-Nazaire. Ensuite, elle ne remet nullement en cause la fiabilité commerciale de la France, bien au contraire, plusieurs acquéreurs ont déjà signalé leur intérêt pour racheter ces navires.

07 Sep

Commentaires fermés sur Mort d’un soldat français en Afghanistan

Mort d’un soldat français en Afghanistan

par

Ce matin, un nouveau soldat français a été tué en Afghanistan et plusieurs autres ont été blessés dans un accrochage avec les insurgés au cours d’une mission de soutien à l’armée nationale afghane, dans la province du Kapisa.

Le Parti socialiste exprime sa profonde tristesse et adresse à la famille et aux proches de l’officier parachutiste ses condoléances les plus sincères. Il partage également les inquiétudes des proches des soldats blessés durant l’attaque. Il leur souhaite de se rétablir, ainsi qu’à notre compatriote journaliste de TF1.

L’officier tombé est le 75ème militaire français à avoir perdu la vie en Afghanistan depuis l’engagement de nos troupes en janvier 2002.

Le Parti socialiste réaffirme la nécessité de changer de stratégie en Afghanistan. La France et l’OTAN doivent travailler non pas à prolonger indéfiniment la présence militaire de la coalition mais à une solution politique et à la reconstruction du pays. Dans ce contexte, la présence de nos soldats n’est plus justifiée et leur retrait doit intervenir rapidement.

13 Juil

1 Comment

[Parti Socialiste] Afghanistan

par

Communiqué d’Harlem Désir, Premier secrétaire par intérim et Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’International et à l’Europe

Ce mercredi 13 juillet, cinq soldats français ont été tués dans la province de Kapisa.

Le Parti socialiste salue la mémoire des soldats tués et adresse à leurs familles et à leurs proches ses condoléances les plus sincères.

Ces soldats ont été victimes de l’attaque des insurgés, dans une province que les troupes françaises avaient, aux dires du gouvernement, sécurisé. Ce douloureux événement montre au contraire et malheureusement la dégradation continue de la situation sécuritaire en Afghanistan.

En privilégiant longtemps une intervention militaire au détriment de l’aide à la reconstruction politique et économique de l’Afghanistan et en ignorant la société civile afghane, l’OTAN et la France ont leur responsabilité dans le renforcement des talibans.

Le Parti socialiste a demandé, depuis plusieurs années, un véritable débat au Parlement sur la nature et les objectifs de la présence militaire française dans ce pays. Il a préconisé un changement stratégique pour venir en aide concrètement à la population afghane, sans être entendu. L’annonce par Nicolas Sarkozy du retrait de 1000 soldats français d’ici fin 2012, n’est fondée sur aucune vision stratégique cohérente. Le Président ne fait que suivre les Etats-Unis qui retirent massivement leurs soldats d’Afghanistan.

Le Parti socialiste réitère sa demande d’un changement stratégique en Afghanistan et souhaite le retrait rapide de nos soldats, et ce sans attendre la fin de l’année 2014.

28 Oct

Commentaires fermés sur A propos des annonces de M. Hervé Morin

A propos des annonces de M. Hervé Morin

par

Le ministre de la Défense Hervé Morin a annoncé, ce matin, les premiers retraits de soldats français d’Afghanistan dès le début de 2011.

Mais à quoi joue Monsieur Morin ? Etait-il judicieux de faire cette annonce dans ce moment où Ben Laden nous menace ? Nous ne voulons pas polémiquer, ce n’est pas le moment. Mais enfin on ne peut que s’interroger.

Le Parti socialiste qui a toujours affirmé que la France n’a pas vocation à rester en Afghanistan militairement s’interroge sur la finalité de cette décision. Quel dessein sert-elle ? Obtenir la libération de nos otages au Sahel et en Afghanistan ? Eviter que le territoire français soit la cible des attentats ? Avons-nous dialogué avec nos alliés ?

08 Juin

Commentaires fermés sur [Parti Socialiste] Afghanistan

[Parti Socialiste] Afghanistan

par

Un sous-officier français est mort lundi en Afghanistan victime d’un éclat de roquette anti-char tirée par des insurgés alors qu’il participait à une mission de reconnaissance déclenchée au sud de Tagab. Il était membre du 2e régiment parachutiste de Calvi.

Le Parti socialiste rend hommage au soldat tué et adresse ses condoléances à sa famille et à ses proches.

Ce lundi, dix soldats de la coalition internationale ont été tués dans la journée. Il s’agit des pertes les plus importantes depuis août 2008 ce qui montre que la situation ne cesse de se dégrader sur le plan militaire.

30 Nov

Commentaires fermés sur Afghanistan – OTAN

Afghanistan – OTAN

par

PRPS.jpgLe président des États-Unis doit annoncer le 1er décembre prochain le renforcement important des effectifs américains présents en Afghanistan.

La Secrétaire d’État Hillary CLINTON viendra à Bruxelles les 3 et 4 décembre pour participer à la réunion des ministres des affaires étrangères de l’OTAN. Immédiatement après, le 7 décembre, seront engagées les discussions qui doivent définir les apports respectifs des membres de l’Alliance.

Face à cette situation, le Parti socialiste réaffirme sa position telle qu’elle a été exprimée à maintes reprises par le Bureau national, par le Secrétariat International et lors du débat sur l’Afghanistan organisé au Sénat le 16 novembre.

La France ne doit pas envoyer de soldats supplémentaires. Le Parti socialiste demande, au contraire, la réunion d’une Conférence internationale sous l’égide de l’ONU, avec la participation de toutes les composantes de la société afghane ainsi que des pays voisins de l’Afghanistan, pour réfléchir à une solution politique. Cette guerre ne peut et ne doit pas durer indéfiniment au risque de déstabiliser l’ensemble de la région.

28 Oct

1 Comment

Pour la levée du Secret-Défense

par

PARIS, 28 oct 2009 (AFP) – Une pétition de parlementaires PS a été lancée mercredi pour la levée « immédiate » du secret-défense, alors que l’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua condamné dans l’Angolagate, trafic d’armes vers l’Angola, l’a souhaitée concernant ces ventes.

« Il est temps de changer d’époque et le président de la République Nicolas Sarkozy qui avait promis +la rupture+ doit répondre positivement à la levée du secret-défense », est-il écrit dans cette pétition, communiquée à l’AFP.

« L’ancien ministre de l’Intérieur de plusieurs gouvernements de droite condamné dans l’affaire dite de « l’Angolagate », Charles Pasqua, a demandé la +levée du secret-défense+ pour toutes ces ventes d’armes, indiquant que le président de la République de l’époque et le Premier ministre et des ministres connaissaient les tenants et les aboutissants de ces affaires », rappelle le texte.

Les premiers signataires –tous députés– demandent une « levée immédiate ».

Dans l’Angolagate, dont le jugement a été rendu mardi par le tribunal correctionnel de Paris, le sénateur et ex-ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, 82 ans – impliqué par ailleurs dans plusieurs autres affaires – a été pour la première fois condamné à une peine de prison ferme (un an). Il va faire appel de cette condamnation dont il a dénoncé « l’inanité ».

Les députés signataires:

Adam Patricia, Bacquet Jean-Paul, Bartolone Claude, Bascou Jacques, Bloche Patrick, Boisserie Daniel, Bouillon Christophe, Bourguignon Pierre, Brottes François, Cambadélis Jean-Christophe, Claeys Alain, Destot Michel, Dufau Jean-Pierre, Durand Yves, Faure Martine, Filippetti Aurélie, Fourneyron Valérie, Garot Guillaume,Gorce Gaetan, Guigou Elisabeth, Hoffmann Rispal Danièle, Jung Armand, Karamanli Marietta, Lambert Jérôme, Lamy François, Le Déaut Jean-Yves, Le Guen Jean Marie, Loncle François, Mallot Jean, Marsac Jean-René, Massat Frédérique, Mazetier Sandrine, Mesquida Kléber, Montebourg Arnaud, Pau-Langevin George, Pupponi François, Rogemont Marcel, Rouquet René, Urvoas Jean-Jacques, Vallini André, Valls Manuel, Vergnier Michel, Vidalies Alain.

23 Sep

1 Comment

A propos de l’abandon du bouclier antimissile par les Etats-Unis

par

Voici le texte de mon intervention au Bureau national d’hier sur l’abandon par les États-Unis du bouclier antimissile.

Vers une redéfinition de la politique internationale et militaire américaine

L’abandon du bouclier antimissile s’inscrit dans la volonté de Barack Obama de rompre avec la politique étrangère des Etats-Unis et ses options stratégiques telle qu’elles ont été définies par les néo-conservateurs et appliquées par Georges Bush. Avec cet abandon, l’on voit également une réorganisation de la politique de défense américaine.

Après avoir fixer un calendrier de retrait en Irak, une nouvelle approche des relations entre les Etats-Unis et l’Iran et même ses hésitations à répondre favorablement à l’envoi des troupes supplémentaires en Afghanistan demandé l’état-major de l’armée et le commandant en chef des forces américaines, la décision sur le bouclier antimissile était attendue.

Une nouvelle donne dans les relations entre les Etats-Unis et la Russie

Georges Bush justifiait l’installation des intercepteurs à long porté en Pologne et un système de radar en République tchèque pour contrer l’Iran qui développait un programme balistique et nucléaire. En réalité, ce programme  était destiné à contrer la Russie. La crise géorgienne, les relations privilégiées avec l’Iran, un nouvel activisme au Moyen-Orient ont rappelé que sous les décombres de l’Union soviétique, la Russie demeurait une grande puissance avec son potentiel énergétique, sa puissance nucléaire et une zone d’influence qui la place aux confins de plusieurs ensembles géostratégiques d’importance. La Chine, l’Europe, l’Inde, le Caucase et l’Iran. Georges Bush voulait contenir la Russie.

Obama souhaite « inventer » de nouvelles relations entre son pays et la Russie, il doit, à la suite d’un Reagan qui, avec Gorbatchev, avait dû tenir compte d’une nouvelle donne à Moscou, théoriser un rapport nouveau.

C’est une des raisons essentielles de l’abandon de ce bouclier car pour inventer de nouvelles relations entre une « nouvelle génération » de dirigeants, Washington ne peut considérer d’entrée de jeu Moscou comme un ennemi. Il s’agit en effet, de réduire les justifications d’une agressivité ou d’une « paranoïa » russe. Il s’agit, comme l’a dit le Président américain, d’enrôler en quelques sortes la Russie dans la lutte contre les menaces présentes dans la région, ce qui inclut bien sûr l’Iran.

Le programme balistique et nucléaire iranien apparaissent, de son côté, moins avancé qu’on a prétendu. En fait, Bush s’était servi de l’Iran comme d’un prétexte alors que Téhéran n’a pas la capacité réelle de déployer des missiles à longue portée. En tout cas, pas dans les dix années qui viennent. Ce qui enlève du coup la justification « officielle » du bouclier antimissile. Lire la suite…