Tag 2010

11 Déc

Commentaires fermés sur L’UMP n’a pas de projet pour 2010

L’UMP n’a pas de projet pour 2010

par

Jean-François Copé concluant le conseil de l’UMP, évoque le Pont d’Arcole et ce jeune commandant saisissant le drapeau et traversant le pont en flamme. Prenant quelques libertés avec la réalité historique le secrétaire de l’UMP se met évidemment en scène. Mais point de drapeau car point de programme à présenter. Tout le problème de l’UMP est là. Nicolas Sarkozy, dépendant de l’UMP, est rivé à l’action gouvernemental avec comme seul discours la vérité et le courage. Un peu court pour construire le deuxième souffle de Nicolas Sarkozy. Et François Fillon intervenant en clôture des travaux, fustige les démagogies, implorant les contraintes de la gestion gouvernementale.

Le résultat est là, les droites sont trop occupées à défendre un présent calamiteux pour penser l’avenir. Et ils le feraient qu’on se demanderait pourquoi ne le faites vous pas maintenant ?! Là réside l’impossible mutation de l’UMP en parti préparant un projet.

20 Juin

Commentaires fermés sur Coupe du monde de football 2010

Coupe du monde de football 2010

par

Au secours ils sont devenus fous !! Le Président d’abord ! Sarkozy qui en marge d’une signature pour deux tours chez son fils, à La Défense, annonce dans un demi sourire entendu que « Anelka c’est inadmissible ». Ce dernier qui, désinvolte, marchat lors des matchs, insulte son entraineur. Evra, capitaine de l’équipe de France ne stigmatise pas les propos d’Anelka, mais le fait qu’ils aient été répétés. On croit rêver ! Sus au traître brisant l’omerta ! On se croirait dans « une bande » de Tremblay-en-France…

Le Président Escalette pathétique, moqué par Evra lui-même. Lors d’une folle conférence de presse, le journal L’équipe qui la veille, traite les joueurs de « petits cons » ou… presque et publie à la Une les propos d’Anelka, sûr d’obliger la fédération de sanctionner. Lire la suite…

31 Déc

1 Comment

Bonne année 2010 !

par

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

D’abord, tous mes vœux, à vous et vos proches, mes vœux de santé et de bonheur.

Je sais notre époque charnière est bien incertaine. Elle est source de nombreuses inquiétudes dans les domaines économiques, sociaux, mais aussi de la santé. Ce qui nous préoccupe.

Je forme donc le vœu que nous puissions faire mieux dans l’année à venir pour vous et l’ensemble des français.

Je sais que vous êtes satisfaits de voir nos quartiers changer. Moins vite que vous l’espériez peut être, mais dans le sens que nous souhaitions : nouvelles crèches, nombreux équipements publics, nouvel urbanisme, dépollution etc. Paris bouge dans le bon sens !

Au Parlement, nous nous opposons avec discernement mais nous proposons maintenant, plus fermement.

Il faut dire que Nicolas Sarkozy, après avoir beaucoup dérégulé, « trituré », handicapé la France, est en panne face à la crise. Et le chômage galope, l’insécurité s’installe, la santé est sans moyens, l’école publique à la peine et les déficits publics colossaux.

Sans évoquer la parole de la France à l’international qui n’est plus respectée tant on a fait la leçon aux uns et manqué aux autres.

Avec le PS, je travaille dur pour que vous puissiez être à nouveau fiers d’une gauche inventive, efficace, soucieuse de la qualité de la vie, mais surtout solidaire.

Reconstruire l’espoir est indispensable à la France pour qu’elle protège les siens et renoue avec son message.

Nous aurons l’occasion de le dire avec force lors des prochaines échéances électorales où se joueront les conditions de notre vie quotidienne. Tant l’Etat se décharge sur les collectivités locales et réduit financièrement leurs capacités d’entreprendre démontrant s’il en était besoin que le débat entre la centralisation sarkozyste et la décentralisation citoyenne est un enjeu décisif pour tous.

Mais les élections régionales seront aussi un fait politique qui décidera en partie de la marche à l’alternative à la droite. Plus le message sera clair, plus l’indication sera nette, plus la gauche sera forte, plus le pouvoir différera sur les retraites, l’école, la fonction publique, etc…

En attendant, soyez certains que mon équipe et moi même, nous serons comme toujours, disponibles. Et nous vous réitérons par la présente, nos meilleurs vœux pour l’année 2010.

Jean-Christophe Cambadélis

04 Déc

1 Comment

Régionales: où en sommes nous ?

par

Les résultats sont là : les militants socialistes ont voté… la participation est appréciable… la majorité confortable… et les sondages agréables.

Le PS fait sa révolution tranquille après que les militants ont mis leur formation sur les rails en répondant au questionnaire de Martine Aubry. Cette dernière impose sa légitimité par petites touches. Et la séquence allant du congrès du MJS à Grenoble en passant par « À vous de juger », le BN extraordinaire sur Copenhague, la tribune qui a suivi, le discours de Rennes sur l’identité républicaine, avant ceux de Prague ou de Tours et au-delà, le tour de France du projet, fut perçue comme solide, identifiée et consistante.

Le PS est prévenu. Tout ce qui brouille l’alternative est immédiatement sanctionné par l’opinion. Le salut, c’est l’union. Le PS est indexé sur la quiétude de ses débats.

Le PS est LA colonne vertébrale de l’arc démocratique anti-Sarkozy. Personne ne peut jouer son rôle de compromis de rassemblement et d’équilibre. Pas le Modem, pour des raisons évidentes : pas assez à gauche pour les uns, trop subordonné aux ambitions présidentielles de Bayrou pour les autres. Pas les verts : il ne faut pas avoir peur des verts. Ce sont des partenaires. Mais peuvent-ils aller au-delà et occuper la place du PS ? Tant qu’ils n’auront pas tranché le débat entre réalistes et fondamentalistes, ils ne pourront inventer une culture de gestion propre à rassembler. Lire la suite…

21 Oct

Commentaires fermés sur Qu’est-ce-que je dis avec les socialistes sur le budget 2010 ?

Qu’est-ce-que je dis avec les socialistes sur le budget 2010 ?

par

loggrpsrc.gifIl paraît que la France fait mieux que ses partenaires.

> 0,75% de croissance.

> Record historique de déficits: 150 mds (120 pour l’Etat, 30 pour la sécurité socialiste).

> Record historique d’endettement (84% du PIB).

> Chômage de masse (10% de la population active).

Il paraît que le gouvernement baisse les impôts.

> Les 39 milliards d’allègements d’impôts (bouclier fiscal, niches fiscales, ISF, droits sur les successions) bénéficient à 1% des Français les plus riches.

> Tous les autres Français payent 20 milliards de taxes supplémentaires.

Il paraît que l’investissement repart.

> Les collectivités locales, qui assurent les ¾ de l’investissement public, voient leurs recettes ponctionnées par la réforme de la taxe professionnelle et par le transfert de compétences de l’Etat non compensées financièrement.

> Malgré un record d’allègement de charges fiscales et sociales pour les entreprises, l’investissement privé stagne. L’Etat ne demande aucune contrepartie à ses aides. Lire la suite…