Tag Afghanistan

03 Mai

Commentaires fermés sur Appel à la solidarité avec le peuple afghan

Appel à la solidarité avec le peuple afghan

par

logops160

Le Parti Socialiste exprime sa solidarité envers le peuple afghan, durement touché par une terrible catastrophe naturelle. Après plusieurs centaines de victimes d’inondation la semaine dernière, un glissement de terrain dans le nord-est du pays a fait plusieurs milliers de victimes.

Il demande la mobilisation sans délai de l’aide internationale pour venir au secours des familles qui ont tout perdu dans ce drame et pour reconstruire les villages dévastés.

07 Avr

Commentaires fermés sur Afghanistan : élections présidentielles. Le Parti socialiste rend hommage au peuple afghan

Afghanistan : élections présidentielles. Le Parti socialiste rend hommage au peuple afghan

par

logops160Bravant l’insécurité et la menace des talibans, les électeurs afghans ont été nombreux à se rendre aux urnes, samedi 5 avril, pour voter aux élections présidentielles. Malgré des irrégularités constatées dans certains endroits, le scrutin s’est déroulé dans l’enthousiasme et sans problème de sécurité.

Le Parti socialiste considère que ce vote constitue une victoire pour le peuple afghan sur la violence, l’extrémisme religieux et le terrorisme. Il s’en félicite et espère que tout est mis en place pour éviter des fraudes au moment des dépouillements des votes et l’annonce des résultats le 24 avril.

Le prochain président, démocratiquement élu, aura la légitimité indispensable pour engager le pays sur le chemin de la paix et le retour à des relations plus confiantes avec la communauté internationale indispensable pour la paix et le progrès du pays.

Le Parti socialiste rend hommage aux forces vives du pays, à la société civile et aux dizaines de milliers d’observateurs bénévoles qui ont contribué au succès du scrutin.

 

27 Nov

Commentaires fermés sur Afghanistan : le Parti socialiste condamne l’assassinat d’employés humanitaires

Afghanistan : le Parti socialiste condamne l’assassinat d’employés humanitaires

par

logops160Sept employés afghans de l’ONG française, l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement, ACTED, ont été assassinés aujourd’hui dans la province de Faryab, au nord de l’Afghanistan, par des insurgés talibans.

Le Parti socialiste condamne vivement ces meurtres, et exprime ses condoléances les plus sincères auprès des familles des victimes. Il exprime sa solidarité dans cette épreuve douloureuse avec tout le personnel d’ACTED, dédié à des activités humanitaires en Afghanistan depuis des années.

Le Parti socialiste saisit l’occasion de cette tragédie pour faire part de son inquiétude sur les développements politiques et sécuritaires en Afghanistan à un an du retrait de l’OTAN et à cinq mois d’une importante élection présidentielle. Il observe aussi avec une grande appréhension les tentatives pour rétablir des lois et des pratiques révolues à la chute du régime taliban, à l’instar des lapidations des jeunes qui quittent la maison familiale avant le mariage. Cette semaine, une jeune fille et un jeune garçon ont été sauvagement exécutés par un conseil tribal.

18 Sep

1 Comment

Fin de partie en Afghanistan

par

L’attaque surprise de grande ampleur contre la base militaire de la province du Helmand en Afghanistan contredit la thèse du Chef d’état major de l’Isaf, le Général Olivier de Bavinchove. En effet par son ampleur, le professionnalisme et le coup porté à l’OTAN, on ne peut pas dire que les Talibans soient en perte de vitesse voire isolés. Le recrutement des forces de l’ordre afghanes a été interrompu à cause des infiltrations de Talibans. Des régions du centre du pays ont été coupées de Kaboul par les Talibans. L’OTAN est sur le départ. Le but de sa mission a été atteint depuis longtemps. Les forces de libération sont vécues comme des forces d’occupation. Faire croire que les Talibans sont battus rappelle étrangement les propos de l’état major français à a fin de la guerre d’Algérie ou les péroraisons américaines sur le Vietcong. La partie est finie. Maintenant l’enjeu est de savoir si l’OTAN se retirera la tête haute, ce qui est à souhaiter. Mais pour cela il faut être lucide.

22 Mai

Commentaires fermés sur France, Otan, ONU… Quelles nouvelles relations ?

France, Otan, ONU… Quelles nouvelles relations ?

par

Face-à-face entre Jacques Fath, responsable des relations internationales du PCF, et Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l’Europe et aux relations internationales.

Le retour de la France dans 
le commandement intégré 
de l’Otan a entériné la rupture atlantiste voulue par Nicolas Sarkozy. Faut-il, aujourd’hui, en sortir ?

Jacques Fath. Oui. C’est un engagement du Front de gauche et une exigence de longue date pour notre parti. On voit bien à quoi sert l’Otan aujourd’hui, quand on se souvient que cette « normalisation atlantiste » choisie par
 Nicolas Sarkozy s’est accompagnée d’une insertion de la France dans les zones de guerre américaines : renforcement des troupes françaises en Afghanistan en 2008, installation d’une base militaire dans le Golfe arabo-persique, en face de l’Iran, guerre en Libye… Le nouveau concept stratégique de l’Alliance atlantique, c’est la logique de guerre sous domination américaine, érigée en pratique systématique de la politique internationale. Sortir de l’Otan et de son organisation militaire intégrée est d’autant plus nécessaire que toutes les guerres, conduites ou non dans ce cadre, sans rien régler des problèmes posés, ont eu pour conséquences des tensions nouvelles et de graves déstabilisations.

Jean-Christophe Cambadélis. L’urgence, c’est la sortie de l’Afghanistan, pas de l’Otan. Aujourd’hui, notre mission est terminée, il faut l’indiquer à Barack Obama. Cette autonomie de retour démontrerait une autre pratique au sein même de l’Otan. Il n’en reste pas moins que notre présence au sein de l’Alliance atlantique doit être mise sous surveillance. Nous avions contesté le retour dans le commandement intégré de l’Otan, jusqu’au dépôt d’une motion de censure défendue par Laurent Fabius. Nous plaidions alors pour un inventaire de notre place au sein de l’Otan. En 2009, Nicolas Sarkozy avait assorti ce retour dans le commandement intégré de promesses d’avancées sur « le pilier européen » de l’Otan. Il faudra voir comment les choses avancent sur ce sujet, comment les Américains conçoivent l’Otan. Il faudra aussi évaluer la capacité de cette structure à se réformer, car elle a aujourd’hui tendance à s’occuper de tout. Pour nous, le pilier des relations internationales reste l’ONU. Bien sûr, le Conseil de sécurité doit être réformé, les blocages relatifs à la Syrie le confirment. Mais l’Otan ne peut pas être cette structure occidentale venant se substituer aux Nations unies.

Le retrait des troupes françaises d’Afghanistan peut-il être effectif d’ici à la fin de l’année, comme 
l’a promis François Hollande, 
malgré les pressions américaines et
 les difficultés logistiques posées par 
le rapatriement du matériel militaire ?

Jacques Fath. Attention à ne pas jouer avec le calendrier. Les exigences
 logistiques ne doivent pas entamer la volonté d’un retrait rapide affichée par François Hollande. D’ailleurs, tout le monde est favorable à ce 
retrait. Le débat porte sur son rythme, pas sur sa nécessité, ce qui confirme l’échec patent de l’Otan dans ce pays. La guerre de l’Otan en Afghanistan n’est pas la solution. Elle est devenue le problème. Ce qui compte, c’est que la décision politique soit tenue, que la France refuse le maintien de troupes non combattantes à long terme. Elle doit faire des propositions pour que l’avenir de l’Afghanistan, sa reconstruction, y compris sur les plans institutionnel et politique, passent par un engagement multilatéral sous l’égide de l’ONU. Par exemple, dans le cadre d’une conférence internationale, avec une implication des pays de la région pour contribuer aux conditions de la sécurité et de la paix civile.

Jean-Christophe Cambadélis. Les troupes françaises seront retirées d’Afghanistan, même si des conditions logistiques particulières doivent être réunies pour ramener l’ensemble du matériel. La décision politique doit être prise. Les forces armées devront trouver la configuration adéquate. S’il faut quinze jours ou trois semaines de plus, ce ne sera pas un obstacle. Quant aux Américains, ils ont leurs arguments, nous avons les nôtres. Nous avons toujours dit que nous nous retirerions en bonne intelligence avec nos amis américains. Mais il ne leur a pas échappé que ce retrait figurait dans le programme de François Hollande. Celui-ci a été élu par les Français. Donc, ses propositions seront appliquées.

Un quart de siècle après la chute 
du mur de Berlin, l’Otan, organisation héritée de la guerre froide, 
a-t-elle encore un sens ?

Jean-Christophe Cambadélis. Nous sommes liés aux Américains et à l’ensemble du monde occidental dans le cadre de la charte atlantique. Souvent, l’Otan est perçue, à tort ou à raison, comme une structure à domination américaine. Au regard des problèmes qui se posent
 aujourd’hui au monde, il faudra vraisemblablement réformer cette organisation. Mais prenons les problèmes un par un. Dans l’immédiat, ce qui compte, c’est notre capacité à rapatrier nos troupes d’Afghanistan.

Jacques Fath. L’Otan, c’est la structure politico-militaire collective des politiques de puissance et de domination. Même George Bush qui, au début, voulait relativiser son rôle, a finalement admis tout l’intérêt stratégique d’une organisation qui offre un cadre de contraintes, d’organisations opérationnelles et de consensus politiques et financiers sans pareils au service des principales puissances occidentales et de leurs intérêts. Mais la puissance n’est pas synonyme de sécurité. La guerre ne se conclut jamais par la paix. Ce qui est en cause, ce sont les problèmes inhérents à un capitalisme globalisé, en crise profonde. Les problèmes du monde n’ont pas de solutions dans la guerre et dans les politiques de force. De ce point de vue, la conception néoimpérialiste qui fonde l’Otan n’a effectivement plus de sens.

Entretiens réalisés par Rosa Moussaoui

22 Mai

Commentaires fermés sur Afghanistan – On s’en va !

Afghanistan – On s’en va !

par

L’engagement de François Hollande devant les Français est réalisé. Mais ce qui fut signifié lors de la conférence de presse est pour le moins signifiant. La France effectuera un audit de sa place dans l’OTAN. Ce dernier sera placé sous l’égide du pilier européen de l’OTAN. Le Président estimait hier soir avoir eu des indications encourageantes en ce sens. Au passage il indiquait avoir obtenu sur le bouclier anti-missiles des garanties sur le coût, le contrôle et la périmètre – capable de rassurer les russes – de cette opération en cour. La voix de la France a été entendu. Les faits devront être suivis d’effet. Voilà qui est de bonne augure pour le respect de la singularité française (en matière de politique étrangère et de défense).

20 Jan

Commentaires fermés sur Afghanistan / OTAN

Afghanistan / OTAN

par

L’alignement de Nicolas Sarkozy sur les Etats-Unis aura coûté cher à la France. Quatre soldats tués. Cela porte à quatre vingt huit le nombre de soldats disparus en Afghanistan. Le bilan est lourd, il est dû a la politique pro-Bushiste de Nicolas Sarkozy. Il s’est précipité en Afghanistan. Alors que Jacques Chirac et Lionel Jospin avait pris soin de s’en retirer. Il le fit après avoir dit au cours de la présidentielle de 2007 que la France n’avait rien à faire là-bas. Cela se fit pour réintégrer le commandement intégré de l’OTAN. Trois anciens Premiers ministres s’en étaient émus: Lionel Jospin, Laurent Fabius et Alain Juppé. Les socialistes avaient déposé une motion de censure sur l’Afghanistan, estimant qu’on ne règlerait rien mais qu’on perdrait tout. Nicolas Sarkozy n’en eu cure. Aujourd’hui il s’interroge. Il est bien tard Monsieur le Président sortant.

07 Sep

Commentaires fermés sur Mort d’un soldat français en Afghanistan

Mort d’un soldat français en Afghanistan

par

Ce matin, un nouveau soldat français a été tué en Afghanistan et plusieurs autres ont été blessés dans un accrochage avec les insurgés au cours d’une mission de soutien à l’armée nationale afghane, dans la province du Kapisa.

Le Parti socialiste exprime sa profonde tristesse et adresse à la famille et aux proches de l’officier parachutiste ses condoléances les plus sincères. Il partage également les inquiétudes des proches des soldats blessés durant l’attaque. Il leur souhaite de se rétablir, ainsi qu’à notre compatriote journaliste de TF1.

L’officier tombé est le 75ème militaire français à avoir perdu la vie en Afghanistan depuis l’engagement de nos troupes en janvier 2002.

Le Parti socialiste réaffirme la nécessité de changer de stratégie en Afghanistan. La France et l’OTAN doivent travailler non pas à prolonger indéfiniment la présence militaire de la coalition mais à une solution politique et à la reconstruction du pays. Dans ce contexte, la présence de nos soldats n’est plus justifiée et leur retrait doit intervenir rapidement.

14 Juil

Commentaires fermés sur Sur Europe 1 à propos du 14 juillet

Sur Europe 1 à propos du 14 juillet

par

Ce 14 juillet, nous avons une pensée pour les soldats tués et leurs familles (…) Nous étions contre cette intervention décidée par le Président qui lors de la campagne présidentielle avait dit que la France n’avait rien à faire en Afghanistan. En réaction nous avions déposé une motion de censure (…) En Libye, nous sommes pour l’intervention pour protéger les population d’un dictateur. En Afghanistan les buts de guerre ont été atteint Al Quaida est hors du pays, Ben Laden est éliminé. Nous sommes face à des insurgés pachtoune qui ont l’impression que l’on occupe le pays.