Tag appel

30 Sep

Commentaires fermés sur Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis, Bruno Le Roux et Didier Guillaume – mercredi 30 septembre 2015

Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis, Bruno Le Roux et Didier Guillaume – mercredi 30 septembre 2015

par

JCC conf de presse DG BLR 30092015

 

Jean-Christophe Cambadélis premier secrétaire du Parti socialiste , Bruno Le Roux, président du groupe SRC à l’Assemblée nationale et Didier Guillaume président du groupe socialiste au Sénat ont tenu une conférence de presse commune au siège du PS afin de répondre aux propos tenus par Nicolas Sarkozy dans une interview publiée ce mercredi 30 septembre dans Les Echos.

 

Retrouvez la vidéo de cette conférence de presse ci-dessous:

 

15 Juil

Commentaires fermés sur Solidarité avec la Tunisie : Appel du Premier secrétaire du Parti socialiste

Solidarité avec la Tunisie : Appel du Premier secrétaire du Parti socialiste

par

 logops160
Comme la France cette année, la Tunisie a été touchée par de dramatiques attentats terroristes, visant à semer le chaos et à propager la peur dans cette jeune démocratie.
Par cette stratégie de terreur, l’économie tunisienne tourne au ralenti, faute de saison touristique. Et c’est l’État tunisien lui-même, qui se trouve fragilisé par ce ralentissement.
La Tunisie ne pourra faire face à cette situation, sans un soutien actif de l’Europe. Le combat commun contre le terrorisme qui lie les deux rives de la Méditerranée, nous oblige à la solidarité.
Voilà pourquoi, je lance un appel à aider la Tunisie. Il en va de la stabilité du Maghreb, comme du devenir de l’Europe.

08 Jan

Commentaires fermés sur L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

L’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce jeudi 8 janvier l’invité de Ruth Elkrief sur BFM TV.

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous:


Attentat contre Charlie Hebdo: « Vient qui veut… par BFMTV

04 Nov

3 Comments

91 responsables fédéraux répondent à l’appel à l’unité des socialistes

par

La quasi-totalité des premiers fédéraux, responsables départementaux du Parti socialiste, ont souhaité s’associer à mon appel à l’unité, prononcé lors d’une intervention solennelle au siège du Parti socialiste.

Dans ce texte, j’avais appelé à « balayer les querelles subalternes et les combats secondaires de personnes », pour faire triompher l’unité des socialistes.

Cet appel a été relayé par de nombreux responsables et militants du Parti socialiste. Outre les 91 premiers fédéraux, 250 parlementaires socialistes ont déjà aussi souhaité en être signataires.

17 Juin

Commentaires fermés sur Jean-Christophe Cambadélis reçoit le soutien des premiers secrétaires fédéraux du Parti socialiste

Jean-Christophe Cambadélis reçoit le soutien des premiers secrétaires fédéraux du Parti socialiste

par

Vous pouvez retrouver ci-dessous l’appel des 77 premiers secrétaires fédéraux du Parti socialiste adressé à Jean-Christophe Cambadélis:

APPEL DES PREMIERS SECRETAIRES FEDERAUX DU PARTI SOCIALISTE

Cher Jean-Christophe CAMBADELIS,

Nous t’avons entendu dans l’expression de la confiance et de l’exigence que tu fixes comme devoir au Parti vis à vis du gouvernement.
Au lendemain des élections municipales, la feuille de route que tu as tracée, en redonnant la parole aux militants, répond à une absolue nécessité. Nous faisons notre cette envie de reformuler notre socialisme, rénover notre organisation et rassembler la gauche.
Ces principes sont essentiels pour l’avenir de notre Parti, pour nos militants, nos adhérents et pour retrouver le lien avec les français.

Les étapes pour réussir dans cette démarche sont claires :
Discuter sur notre orientation politique lors d’une conférence militante annuelle, en lieu et place du parlement de notre Parti, le Conseil national. Elle pourrait être l’occasion d’un échange avec le Premier ministre, pour que le Parti soit utile au succès du gouvernement, dans une confiance exigeante.
Des Etats généraux, pour refonder la carte d’identité du Parti Socialiste. Nous devons nous montrer à l’écoute de ce que nous a dit le peuple de gauche, par une démarche de dialogue et de réflexion dans notre Parti, afin de reformuler concrètement notre socialisme.
Une réflexion sur les thématiques essentielles de :
L’égalité des territoires, notamment pour préparer les élections départementales et régionales de 2015 ;
l’entreprise, comme rouage pour notre économie et pour l’emploi.
la question de la culture, selon l’exception culturelle française, en termes de création, de transmission et de diffusion des savoirs.
La mise en place d’une Université Permanente sur la transition écologique.

Nous nous reconnaissons aussi dans une réflexion sur de nouveaux modes de gouvernance de notre Parti, par la Rénovation de notre organisation.
En ce sens, le nouveau Secrétariat national de 30 membres, adopté par le Conseil national du 15 avril est une première étape. Il répond à un besoin d’efficacité et de lisibilité de notre action. La décision que chaque membre du SN soit chargé du suivi d’une fédération montre une volonté de tourner la direction nationale vers la vie de nos fédérations. C’est une excellente chose.
Enfin, nous appelons de nos vœux le renouveau du Rassemblement de la gauche et des écologistes ! Il répond à l’intérêt général de la gauche et de nos concitoyens. Il est indispensable à la conduite du changement, dont nous souhaitons la réussite.
Tu l’auras compris nous sommes prêts à faire le pari de la relance de notre parti. Nous le faisons avec le même état d’esprit que celui que tu proposes vis à vis du gouvernement, une loyauté exigeante.

Ibrahim ABOUBACAR (976) ; Patrick ALLEMAND (06) ; Eric ANDRIEU (11) ; Arnaud BATTEFORT (02) ; Frédéric BEAUMONT (975) ; Frédéric BERET (972) ; Guy BERTHELOT (90) ; Gregory BLANC (49) ; Florence BLATRIX (01) ; Nicolas BODIN (25) ; Pascale BOISTARD (80) ; Jean-Christophe BONREPEAUX (09) ; Christophe BOUILLON (76) ; Hussein BOURGI (34) ; Christophe BOUVIER (38) ; Sylviane BULTEAU (85) ; Mathieu CAHN (67) ; Luc CARVOUNAS (94) ; Samuel CEBE (81) ; André CHAPAVEIRE (43) ; Jean-Jacques CHATEL (28) ; Raphaël CHAUVOIS (14) ; Jean-Marc CIABRINI (20A) ; Jean-David CIOT (13) ; Christophe COUNIL (72) ; Jacques CRESTA (66) ; Carlos DA SILVA (91) ; Emmanuelle DE GENTILI (20B) ; Philippe DUBOURG (15) ; Jérôme DURAIN (71) ; Laurent FABRE (46) ; Boris FAURE (999) ; Rémi FERAUD (75) ; Annie FLORES (08) ; Philippe FOURNIE (18) ; Béatrice FRECENON (26) ; Ludovic FREYGEFOND (33) ; Olivier FREZOT (45) ; Robert GARDETTE (73) ; Philippe GUGLIEMI (93) ; Marc-Antoine JAMET (76) ; Jean-Baptiste EDOUARD (973) ;; David KIMELFELD (69) ; Eddy LACROIX (39) ; Jean-Marie LALANDRE (88) ; Philippe LE CONSTANT (974) ; Jean-Pierre LE SCORNET (53) ; Béatrice LEJEUNE (60) ; Vincent LEMEAUX (22) ; Dominique LEYNAUD (48) ; Jean-Pierre LIOUVILLE (57) ; Jean-François LOVISOLO (84) ; Karim MAATOUG (19) ; Jean-François MACAIRE (86) ; Jean MALLOT (03) ; Bertrand MASSON (54) ; Guillaume MATHELIER (74) ; Max MATHIASIN (971) ; Michel NEUGNOT (21) ; Loïc NIEPCERON (70) ; Gilles PARGNEAUX (59) ; Mireille PEIRANO (83) ; Alain PIASER (65) ; Pierre POULIQUEN (56) ; Alexandre POURCHON (63) ; Valérie RABAULT (82) ; Dominique ROULLET (36) ; Fabrice ROUSSEL (44) ; Philippe SAINSARD (77) ; Philippe SARRE (92) ; Nicolas SORET (89) ; Rachid TEMAL (95) ; Stéphane TORTAJADA (30) ; Pascal USSEGLIO (41) ; Paola VALENTI (04) ; Georges VOIRNESSON (52) ; Denis WIESSER (68).

10 Mai

Commentaires fermés sur Appel aux forces de la gauche et de l’écologie

Appel aux forces de la gauche et de l’écologie

par

Jean-Christophe Cambadélis a signé un appel, publié aujourd’hui dans Libération, pour « un accord de rassemblement de la gauche » en vue des élections présidentielles de 2012:

A l’occasion du 30ème anniversaire de l’élection du premier, et à ce jour seul, président de gauche sous la Vème République, la nostalgie n’est pas de mise. La gauche, parce que c’est sa vocation historique, a le devoir de se projeter dans l’avenir, donc de remporter l’élection de 2012. Une société de plus en plus injuste, à qui l’on prétend faire croire que c’est une fatalité, une jeunesse en panne d’avenir, des classes moyennes et populaires désemparées, la précarité qui s’accroît, la laïcité républicaine menacée, une France controversée. Aujourd’hui comme il y a trente ans, la France a besoin d’espérance, et de profonds changements.

Pour l’emporter, la gauche doit compter sur la vigueur de ses propositions et fédérer toutes celles et tous ceux qui veulent changer de politique pour changer la société. En ce 10 mai 2011, nous invitons donc toutes les forces de la gauche et de l’écologie à souscrire publiquement un «accord de rassemblement de la gauche» en vue de la prochaine élection présidentielle. Cet accord doit concerner le principe du rassemblement, la méthode de travail et la définition d’un «socle commun». Au-delà, il reviendra aux formations et aux partis politiques envisageant d’exercer ensemble le pouvoir de discuter d’un programme et d’un accord législatif.

Sans préjuger le choix des différents partis de présenter ou non une candidature, nous insistons pour que la campagne présidentielle se déroule à gauche dans cette perspective et avec cet esprit de rassemblement. Nous sommes convaincus que c’est la condition de la victoire en 2012, mais aussi celle d’un véritable changement en faveur du développement durable, de la justice sociale et de l’émancipation humaine. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel aux responsables de la gauche et de l’écologie pour qu’ils s’engagent, dès à présent, sur le principe puis l’élaboration et la mise en œuvre de cet accord de rassemblement de toute la gauche qui, à partir d’un socle commun, doit déboucher sur un accord de gouvernement. Pour notre part, nous nous engageons à porter ce message partout où nos responsabilités et nos activités le permettront.

«Je crois pour demain comme hier à la victoire de la gauche, à la condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la gauche. Hors du rassemblement des forces populaires, il n’y a pas de salut.» (François Mitterrand, 18 novembre 1994).»

Les signataires de l’Appel du 10 mai :

Laure Adler, écrivaine et éditrice, Jean-Jacques Augier, éditeur, Jean Auroux, ancien ministre, Jean-Paul Bacgy, président de la région Champagne-Ardenne, Guillaume Balas, président du groupe socialiste au Conseil régional d’Ile-de-France, Gérard Bapt, député, Maurice Benassayag, conseiller d’Etat, Pierre Bergé, président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent, Etienne Butzbach, maire de Belfort, Jean-Christophe Cambadélis, député, Gilles Candar, historien, Michel Cantal-Dupart, architecte, Patrick Champagne, sociologue, Michel Champredon, maire d’Evreux, Gérard Charasse, député, Michekl Charzat, ancien député, Noëlle Châtelet, écrivaine, Maxime Dumont, dirigeant syndical CFDT, Najwa el-Haite, conseillère municipale du Havre, Anne Ferreira, vice-présidente de la région Picardie, Jacques Fleury, ancien député, Aurélie Filippetti, députée, Daniel Fontaine, maire d’Aubagne, Gérard Gaumé, ancien dirigeant syndical CGT, Louis Gautier, président d’Orion, Guy Georges, ancien responsable syndical, Daniel Goldberg, député, Benoît Hamon, conseiller régional d’Ile-de-France, Stéphane Hessel, ancien ambassadeur de France, Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil et vice-président du Conseil régional de Haute-Normandie, Pierre Juquin, ancien député, David Kessler, directeur des Inrockuptibles, Bariza Khiari, sénatrice de Paris, André Laignel; secrétaire général de l’AMF, Christian Larose, militant CGT, ancien président de la section du travail au CESE, Rémi Lefèbvre, universitaire, Marie-Noëlle Lienemann, ancienne ministre, Alain Lipietz, ancien député européen Europe Ecologie-Les Verts, Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées, Philippe Marlière, professeur de Science politique, université de Londres, Emmanuel Maurel, vice-président de la région Ile-de-France, Jean Michel, député, Jean-Pierre Mignard, avocat, Jean Musitelli, ancien porte-parole de François Mitterrand, Monique Nemer, éditrice, Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis, Thomas Piketty, professeur à l’Ecole d’économie de Paris, Jean-Baptiste Prévost, membre du CESE, ancien président de l’UNEF, Franck Pupunat, mouvement Utopia, Paul Quilès, ancien ministre, Georges Saunier, historien, maître de conférences, Michel Wieviorka, sociologue, Emile Zuccarelli, ancien ministre.

06 Mai

Commentaires fermés sur Appel à l’initiative de France terre d’asile

Appel à l’initiative de France terre d’asile

par

La France doit apporter une réponse digne et responsable à la question tunisienne.

Depuis janvier 2011, plus de 20 000 Tunisiens sont arrivés sur les côtes italiennes et quelques milliers, qui se sont vus délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire, se sont dirigés vers la France. Certains errent aujourd’hui dans les rues et les squares des grandes villes, Marseille, Nantes et surtout Paris. Ils bénéficient du soutien d’urgence que leur apportent les associations, certaines municipalités et d’une importante entraide communautaire et citoyenne. Cela ne suffit évidemment pas.

Face à cette situation chaque jour plus dramatique, le gouvernement français, guidé par des considérations de politiques internes, a déployé une série de réponses totalement inadaptées : multiplication d’interventions policières, placement en garde à vue, en centre de rétention, blocage de la frontière franco-italienne et réadmission de Tunisiens vers l’Italie. La France manque à sa réputation de patrie des droits de l’Homme et déroge aux principes qu’elle a toujours défendus. Nous sommes en droit d’attendre de notre pays une autre réponse, digne et responsable, qui porte nos valeurs.

Les personnalités et organisations signataires refusent l’instrumentalisation idéologique et politique de cette situation et en appellent au gouvernement français pour qu’il adopte des solutions à la hauteur des enjeux.

Nous demandons pour cela que le gouvernement :

Cesse les interventions policières sur les lieux de rassemblement des Tunisiens : ces interventions sont discriminatoires, agressives et inutiles.

Propose un dispositif d’accueil temporaire.

Mette en place un dispositif spécifique d’aide au retour volontaire pour les Tunisiens qui souhaitent retourner dans leur pays : cette mesure permettrait d’organiser des retours de manière digne et humaine à un coût qui ne serait pas plus élevé que le coût de la politique actuelle.

Considère la situation des Tunisiens qui pourraient entrer dans des dispositifs d’accès au séjour ou de formation professionnelle, notamment dans le cadre des accords migratoires franco-tunisiens.

Contribue, y compris dans le cadre européen, à une aide significative au développement économique et social de la nouvelle démocratie tunisienne.

Encourage la solidarité européenne en matière d’accueil des migrants.

Prendre ces mesures simples et humaines c’est bien peu quand on sait que la Tunisie a accueilli 300 000 déplacés de la crise libyenne en faisant preuve d’un élan de solidarité exceptionnel. En entendant notre appel, la France s’honorerait de renouer avec des principes qui ont inspiré les différents mouvements de ce printemps arabe tant salué et de la révolution du Jasmin en particulier.

Le lien vers le site de France terre d’asile.

Avec le soutien des organisations et associations suivantes :

Bertrand Delanoë, maire de Paris ; Patricia Adam, députée du Finistère ; Pouria Amirshahi, secrétaire national du Parti socialiste ; Guy Arcizet, grand maître, président du Conseil de l’ordre du Grand Orient de France ; Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste ; Jean-Pierre Bayoumeu, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Frédérik Bernard, maire de Poissy ; Francine Blanche, membre de la direction confédérale de la CGT ; Jean Blocquaux, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Pascale Boistard, adjointe au maire de Paris ; Stéphane Bonifassi, avocat ; Patrick Braouezec, député de Seine-Saint-Denis ; Jean-Bernard Bros, délégué général du Parti radical de gauche ; Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement de Paris ; Jean Christophe Cambadélis, député du 19e arrondissement de Paris ; Jean-Baptiste Cessac, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; François Chérèque, secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) ; Victor Colombani, président de l’Union nationale lycéenne ; Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CNRS ; Sylvain Cuzent, directeur général du CASP ; Georges Dagher, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Alain Deleu, président honoraire de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) ; Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des jeunes socialistes ; Emilie Dequenne, comédienne ; Harlem Désir, député européen et secrétaire national du Parti socialiste ; François-Xavier Desjardins, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Olivier Favier, journaliste ; Rémi Féraud, maire du 10e arrondissement de Paris ; Olivier Ferrand, président de Terra Nova ; Patrice Finel, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Pierre Fournel, directeur général de la LICRA ; Bernadette Groison, secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU) ; Razzy Hammadi, secrétaire national du Parti socialiste ; Benoît Hamon, porte parole du Parti socialiste ; Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile ; Stéphane Hessel ; Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris ; Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France ; Alain Jakubowicz, président de la LICRA ; Christian Laruelle, directeur de l’ASSFAM ; Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français ; Alain Le Cleac’h, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, député européen ; Patrick Lozès, président du Cran ; Luc Mainguy, président de l’association Solidarité Bretagne Cambodge ; Jacky Mamou, président du collectif Urgence Darfour ; Nicole Maestracci, présidente de la FNARS ; Jean-Louis Malys, secrétaire national de la CFDT ; Samia Maktouf, avocat ; Sandrine Mazetier, députée de Paris, secrétaire nationale du Parti socialiste ; Didier Paillard, maire de Saint-Denis ; Michelle Pauco, présidente de l’association Accueil travail emploi (ATE) ; Etienne Pinte, député des Yvelines ; Eric Pliez, directeur général de l’association Aurore ; Jean-François Ploquin, directeur général de Forum réfugiés ; Serge Portelli, magistrat ; Marc Prévot, président de l’association Emmaüs ; Nicole Questiaux, membre du conseil d’administration de France terre d’asile ; Jacques Ribs, président de France terre d’asile ; Gilbert Roger, maire de Bondy ; Christophe Robert, directeur Fondation Abbé Pierre ; Jacques Salvator, maire d’Aubervilliers ; Bernard Schalscha, secrétaire général du collectif Urgence Darfour ; Françoise Seligmann, présidente d’honneur de la Ligue des droits de l’homme ; Dominique Sopo, président de SOS Racisme ; Gisèle Stievenard, adjointe au maire de Paris ; Christiane Taubira, députée de Guyane ; Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT ; Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris ; Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement de Paris ; Dominique Versini, ancienne défenseure des enfants ; Philippe Waquet, magistrat honoraire ; Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CNRS ; Richard Yung, sénateur représentant les Français établis hors de France ; Iradj Ziai, membre du bureau de France terre d’asile ; Emmanuel Zemmour, président de l’UNEF ; Mohsen Zemni, président de l’Association des tunisiens de France (ATDF) ; Roger Madec, maire du 19e arrondissement de Paris

 

 

28 Avr

Commentaires fermés sur Urgence pour la solidarité

Urgence pour la solidarité

par

J’ai signé l’appel « Urgence pour la solidarité » rédigé par les associations, organisations et mouvements dénonçant le traitement infligé aux migrants tunisiens.

Urgence pour la solidarité

Nous dénonçons le traitement indigne infligé aux centaines de tunisiens arrivés en France via l’Italie et laissés en errance dans les rues de Paris, de Marseille et d’autres villes. La plupart ont des permis de séjour temporaire délivrés par l’Italie, leur assurant des droits.

Nous demandons l’arrêt immédiat des rafles policières, la libération des personnes arrêtées et l’ouverture de négociations pour trouver des solutions adaptées.

Il y a urgence à trouver des solutions d’accueil (centres d’hébergement, structures d’accueil,…) et à nourrir les personnes concernées.

Nous demandons également au Gouvernement français :

Pour ceux qui souhaitent bénéficier d’une formation professionnelle pour contribuer à leur retour au développement de la Tunisie, de leur en donner les moyens et une carte de séjour temporaire.

Pour ceux qui souhaitent travailler et vivre en France, temporairement au moins, de leur donner une carte de séjour vie privée et familiale à titre exceptionnel en égard à la révolution démocratique tunisienne comme cela a pu être fait à d’autres époques.

Pour ceux qui souhaitent retourner en Tunisie, que l’OFI leur fournisse un billet d’avion et une aide au retour significative.

Nos associations appellent les associations, syndicats, collectifs, organisations politiques et collectivités locales à la mobilisation générale pour permettre accueil et solidarité respectant la dignité des migrants tunisiens.

Nous soutenons les processus démocratiques en cours. Ils ne peuvent être séparés de la fondation de rapports internationaux plus justes et plus équilibrés, basés sur une égalité des droits des individus et des peuples à la liberté, à une vie digne et indépendante ainsi qu’à des droits égaux à la liberté de circulation.

08 Avr

4 Comments

Ce matin sur Europe 1: « Appel à une grève des commentaires »

par

Jean-Christophe Cambadélis a réagi ce matin à l’actualité politique sur l’antenne d’Europe 1:

J’appelle à la grève des commentaires des propos de Monsieur Guéant tout simplement parce qu’il souhaite faire de l’immigration ce que Chirac fit de l’insécurité en 2002. Peu leur importe que la France soit défigurée pourvu que Sarkozy soit réélu. Sarkozy a échoué sur le plan économique, social ou sociétal. Il n’a plus de projet mais un mauvais bilan. Donc il tente de créer un nouveau clivage qui lui soit plus favorable. Il n’y a aucune raison de tomber dans ce piège (…) traitons de l’immigration mais à sa place qui n’est pas la première. Les français veulent que l’on règle leur problème concret. Logement, salaire, emplois ou vie cher. »

02 Juil

Commentaires fermés sur A propos de "Profession politique"

A propos de "Profession politique"

par

La feuille de choux dévolue hier à Jean-Pierre Soisson et à la majorité aujourd’hui me fait l’honneur d’un ragot. Un socialiste et ancien Trotskyste trouve que demandant la démission du gouvernement, je « rajeunis ». Et la petite feuille confidentielle de rappeler ma jeunesse trotskyste.

Au passage, nos « Routetabille » des ragots invérifiables m’affublent du pseudonyme de « Costa ». Ils confondent avec les croisières… Puisque c’était « Kostas » à cause d’Axelos le philosophe marxiste.

Quant au fond je persiste à penser que ce gouvernement doit partir. Je ne suis pas le seul puisque Sarkozy lui-même a annoncé depuis un remaniement d’ampleur…Comme quoi la politique reste un art, pas une profession…