Tag assemblée nationale

21 Nov

Commentaires fermés sur Le combat continue !

Le combat continue !

par

2016-10-22-visite-j2p-20

Retrouvez la lettre de candidature de Jean-Christophe Cambadélis adressée aux militants de la section Jean Jaurès de Paris dans le cadre de l’investiture socialiste pour les élections législatives dans la 16e circonscription de Paris:

 

Le combat continue !

 

Cher-e-s ami-e-s,

Je sollicite auprès de vous l’honneur de défendre les valeurs et les réalisations de la gauche dans la 16ème circonscription de Paris, avec François Dagnaud, Maire du XIXème arrondissement, arrondissement en mouvement dont nous sommes si fiers.

Depuis juin 2012, mon engagement fut à l’image de cette mandature, dense et intense. Je fus de tous les débats et de tous les combats. Certes, beaucoup reste à faire, mais beaucoup a été fait et le bilan me semble positif : retraite à 60 ans, création d’une banque publique d’investissement, Garantie jeunes, hausse du RSA de 10%, création de la Prime d’activité, instauration du Tiers Payant, Loi sur le vieillissement, Loi sur la fin de vie, Loi de transition énergétique, soutien à la compétitivité avec le pacte de responsabilité, réduction des impôts pour les ménages modestes, fin du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et créations de postes dans l’Éducation, la Justice et la Police, premier accord universel sur le climat avec la COP 21, création du contrat de génération ou encore création des emplois d’avenir…

« Création », le mot revient souvent dans ce bilan, tout autant en fait que le mot de « suppression » dans la bouche de nos opposants. Oui, nous avons créé beaucoup de dispositifs nouveaux pour faire reculer les précarités, pour renforcer les solidarités. La droite s’y est fortement opposée, s’appuyant parfois sur la rue, comme au moment de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, avec des relents nauséabonds. En fait, la droite n’a pas cessé de s’extrémiser depuis 2012, d’empêcher la modernisation de notre modèle social, voulant remettre en cause notre socle républicain et l’état de droit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Depuis 2012, j’ai défendu nos valeurs face aux droites, en redoublant d’efforts depuis que je suis devenu Premier secrétaire en avril 2014. Sur les deux grands sujets de controverse du quinquennat, j’ai porté des positions équilibrées : Je me suis opposé à la notion de « binationaux » dans la déchéance de nationalité et j’ai refusé la première version de la Loi Travail, car je la trouvais déséquilibrée. Et au final, si j’ai soutenu la nouvelle version de la Loi c’est parce qu’elle permettait la grande avancée du compte personnel d’activité et parce qu’elle avait été le fruit d’un compromis positif trouvé par le gouvernement de Manuel Valls et les syndicats réformistes.

J’ai défendu la politique menée car elle allait dans le sens de nos valeurs et dans celui des intérêts de notre arrondissement et de ses habitants. Depuis 2012, grâce à notre engagement, le XIXème arrondissement a continué sa mutation avec le nouveau quartier Rosa Parks, avec le développement des infrastructures d’accueil pour la petite enfance, à soutenir les associations culturelles et de jeunesse. Enfin, j’ai traité des centaines de dossiers individuels et interpellé à des dizaines de reprises le gouvernement pour défendre la solidarité en actes. Je me suis engagé pour l’accueil des réfugiés et, avec le Sénateur Roger Madec et la majorité municipale emmenée par François Dagnaud, nous avons mis en œuvre des solutions viables et solidaires.

Oui, notre action s’est faite dans un contexte politique national tendu mais aussi dans un contexte mondial plein d’inconnues, lourd de défis inédits et de potentialités dangereuses. Ainsi, à la Commission des Affaires Étrangères, j’ai défendu les interventions de la France au Mali, en Syrie et en Irak, défendu au fond le rôle de la France sur des questions qui impactent notre pays et interrogent ses fondements mêmes.

Aujourd’hui, je suis à nouveau candidat parce que le combat continue. Parce que la droite s’extrémise et que l’extrême droite se banalise. Parce que personne ne comprendrait que le Premier secrétaire, premier des militants, renonce dans le moment présent, avec le danger d’une droite qui revient pour tout défaire et le péril d’une extrême droite qui vient, pas à pas, aux portes du pouvoir.

On entend les pronostiques hors-sol, hors candidats et hors programmes. Les experts en commentaires nous disent ce qui va sortir des urnes en mai et en juin alors même que nos concitoyens ne sont pas encore entrés dans la campagne. Je vous le dis : Rien n’est joué !

L’élection présidentielle commencera véritablement en février, après nos primaires et au moment où nous serons rassemblés. Puis viendront les élections législatives qui dépendront largement de l’élection présidentielle. Je mènerai ces deux combats sans ménager mes efforts et mes attaques contre les droites, car la France et la République sont en jeu. Dans un monde qui déplace la démocratie vers les régimes autoritaires, dans une Europe qui doit rester notre avenir face à la montée des populismes.

C’est pourquoi mon mandat pour le prochain quinquennat sera placé sous le triple signe de l’Égalité réelle, de la lutte contre le précariat et du nouvel âge de la décentralisation, pour donner plus de pouvoirs à nos quartiers et à leurs habitants.

Pour mener ce combat, j’ai besoin de vous, de votre énergie, de vos idées et de votre engagement. Car je ne peux rien faire sans vous. Vous le savez, vous le sentez, vous êtes le cœur et l’âme de cette gauche qui transforme le pays pour le rendre plus juste, plus efficace, plus viable et plus écologiste. En somme, toujours plus fidèle à lui-même.

Cette France, je veux continuer à la représenter à l’Assemblée nationale. Je sais pouvoir compter sur chacun-e d’entre vous pour défendre cette France qui unit, qui protège et que nous aimons.

 

En toute amitié,

Jean-Christophe Cambadélis

 

Lettre candidature lég 2017 - 1Lettre candidature lég 2017 - 2Lettre candidature lég 2017 - 3

 

02 Mai

Commentaires fermés sur Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis et Bruno Le Roux – Lundi 2 mai 2016

Conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis et Bruno Le Roux – Lundi 2 mai 2016

par

2016-05-02 - Conférence de presse Jean-Christophe Cambadélis- Bruno Le Roux-20 2016-05-02 - Conférence de presse Jean-Christophe Cambadélis- Bruno Le Roux-4 2016-05-02 - Conférence de presse Jean-Christophe Cambadélis- Bruno Le Roux-11

 

Jean-Christophe Cambadélis et Bruno Le Roux, Président du groupe SRC à l’Assemblée nationale ont lancé ce lundi 2 mai leur grande campagne d’explication avec les Français sur le sens et la cohérence de la législature 2012-2017.

A cette occasion ils ont présenté la campagne « Du progrès en plus » #duprogresenplus ainsi que les « Fiches de la réussite« #1jour1réussite

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la conférence de presse:


Revivez l’intégralité de la conférence de… par PartiSocialiste

Crédit photos: Mathieu Delmestre

30 Mar

Commentaires fermés sur « L’union nationale contre le terrorisme est un devoir sacré », conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis – 30 mars 2016

« L’union nationale contre le terrorisme est un devoir sacré », conférence de presse de Jean-Christophe Cambadélis – 30 mars 2016

par

2016-03-30 - Conférence de presse Jean-Christophe Cambadélis-4

 

Jean-Christophe Cambadélis a tenu un point presse ce mercredi 30 mars 2016 au siège du Parti socialiste.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de son intervention ainsi que l’intégralité de sa déclaration:


« L’union nationale contre le terrorisme est un… par PartiSocialiste

 

 

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis

Point presse du 30 mars 2016

(seul le prononcé fait foi)

 

Mesdames, Messieurs,

Nous présentons nos excuses aux Français.

Nous n’avons pas convaincu la droite en général et la droite sénatoriale en particulier, de rentrer dans l’union nationale pour renforcer notre droit dans la lutte contre le terrorisme.

La réforme constitutionnelle visait à constitutionnaliser l’état d’urgence. Tout simplement pour rendre nos procédures exceptionnelles, inattaquables par les terroristes.

La droite avait fait de la déchéance de nationalité pour les binationaux une condition de son engagement pour ce texte.

Contre l’avis de nombreux socialistes, – hommes et femmes de gauche -, après avoir retiré la mention des binationaux à ma demande, nous avions maintenu une référence à cette déchéance de nationalité pour obtenir une majorité qualifiée avec la droite. Nous estimions que l’unité nationale contre le terrorisme était prioritaire à toute autre considération.

De fait l’Assemblée nationale a voté à la majorité des 3/5e. Une grande partie de la gauche et grande partie de la droite ont voté ensemble. La droite sénatoriale pouvait en rester là.

Elle a choisi un autre cheminement rendant impossible l’accord des deux assemblées.

Mieux, par la voie de deux responsables des Républicains, elle a refusé de voter simplement l’article 1, c’est-à-dire la constitutionnalisation de l’état d’urgence comme seul ordre du jour de la révision constitutionnelle.

Les Français ne peuvent qu’être consternés par ce triste spectacle d’une représentation parlementaire incapable de faire la paix, même pour combattre efficacement le terrorisme.

Cette dérobade ne met pas en cause la lutte contre le terrorisme et l’efficacité de l’Etat et de ses services. Mais elle ne renforce pas notre défense juridique contre les recours des terroristes. Ce qui est pour le moins critiquable.

Le Parti socialiste ne renonce pas pour autant à la concorde nationale dans le pays, et l’union nationale au Parlement contre le terrorisme. Nous serons toujours présents, multipliant les efforts, même quand cela nous coûte en termes de débat.

L’union nationale contre le terrorisme est un devoir sacré.

 

Crédit photos: Mathieu Delmestre

14 Oct

Commentaires fermés sur Le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte adopté en première lecture à l’Assemblée

Le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte adopté en première lecture à l’Assemblée

par

 

logops160

 

Engagement pris, engagement tenu. Le Parti socialiste se félicite de l’adoption en première lecture ce mardi par l’Assemblée Nationale, et par une large majorité (314 voix pour et 219 contre) du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.

Ce vote marque une étape fondamentale dans la mise en œuvre de l’engagement du Président de République, annoncé dès la campagne présidentielle, de faire de la souveraineté énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique des priorités du quinquennat.

Le Parti socialiste tient à souligner le travail de co-construction parlementaire mené par la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal : 85 heures de débat et d’auditions en commission spéciale (environ 500 amendements adoptés) et 46 heures de discussion en séance publique (379 amendements adoptés).

Ce projet de loi est important pour les socialistes car il s’attache notamment à une plus grande maîtrise de la consommation d’énergie et à développer la part des énergies renouvelables, contribuant ainsi à réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité, inscrite dans le texte.

Les socialistes se félicitent des dispositions prises pour poursuivre la lutte contre la précarité énergétique qui va permettre aux ménages des gains de pouvoir d’achat. Elles donnent également les moyens d’assurer, avec la rénovation thermique des logements, la création de dizaines de milliers d’emplois, mais aussi d’avancer significativement vers des transports propres grâce aux initiatives locales. Ce texte démontre au final la volonté de la gauche de faire entrer la France dans un nouveau modèle de développement

A un an de la conférence climat qui se tiendra à Paris (COP21), la France montre la voie à suivre avec ce texte qui la dote de l‘une des législations les plus ambitieuses d’Europe en la matière. Le Parti socialiste restera actif et veillera à ce que les moyens apportés et les mesures d’accompagnement à l’application de la loi soient à la hauteur de ses ambitions.

 

09 Jan

3 Comments

Retrait de l’amendement PMA: une sage décision

par

hemicycle102012

Le groupe socialiste a décidé de retirer l’amendement sur la PMA dans le cadre du texte sur le mariage pour tous. La décision est sage. Elle permet à la gauche d’être unie au moment où la hiérarchie catholique, soutenue par l’UMP et le Front National, se mobilise pour faire échec à ces nouveaux droits. Une décision sage que j’avais souhaitée voir prendre. Maintenant tous ensemble pour le mariage pour tous !

11 Déc

Commentaires fermés sur Retour de séance: Projet de loi de finances rectificative 2012

Retour de séance: Projet de loi de finances rectificative 2012

par

L’Assemblée nationale a achevé l’examen du dernier texte financier pour 2012, le collectif budgétaire. Un « collectif budgétaire » permet tout à la fois d’adapter la loi de finances initiale à la conjoncture et de mettre en oeuvre la nouvelle orientation de la politique économique.

Objectifs du texte

Ce PLFR s’inscrit pleinement dans les objectifs définis au mois de juillet 2012, lorsque fut présenté le premier collectif budgétaire de la législature. Grâce à une maîtrise de la dépense, et malgré la surestimation des recettes par l’ancienne majorité, le déficit est ramené à 4.5% comme nous nous y étions engagés.

Ce texte réponds également à l’évolution de certaines situations depuis le mois de septembre: santé financière des collectivités territoriales, situation de PSA, de DEXIA, augmentation de la Contribution foncière des entreprises…

Enfin, le PLFR met en oeuvre les principales mesures du pacte de compétitivité, présenté le 6 novembre dernier.

Les principales dispositions du texte

Mise en place du crédit d’impôt compétitivité-emploi (CICE) et modulation des taux de TVA. C’est la mise en oeuvre du pacte de compétitivité. Dès 2013, le crédit impôt – 4% l’année prochaine, puis 6% à partir de 2014, de la masse salariale brute des salaires en deça de 2.5 SMIC – va soulager la trésorerie des entreprises leur permettant d’investir dans la recherche et l’innovation. Ce sont 20 milliards d’euros qui sont ainsi dégagés pour restaurer la compétitivité des entreprises. Le crédit d’impôt est financé, à parité, par 10 milliards d’euros de recettes supplémentaires à travers la TVA et la fiscalité écologique. La modulation de la TVA, qui n’entrera en vigueur qu’en 2014, va permettre de rendre le dispositif plus lisible, avec trois taux: 5%, 10% et 20%. Le taux réduit, qui concerne surtout les produits de première nécessité, est abaissé de 5.5% à 5% tandis que le taux normal est ramené de 19.6% à 20%.

Soutien aux collectivités territoriales. Un fonds exceptionnel de soutien aux départements en difficulté, de 170 millions d’euros, est créé. Financé par un prélèvement sur les ressources de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, il s’adresse aux départements connaissant des dépenses sociales trop lourdes au regard de leurs recettes (article 17 duodecies). En outre, les collectivités territoriales qui connaissent des problèmes budgétaires à la suite de la contraction d’emprunts toxiques pourront être aidées par un fonds de soutien de 50 millions d’euros géré par l’Agence de services et de paiement (article 3 Bis).

Soutien à l’agriculture biologique. Le crédit d’impôt en faveur de l’agriculture biologique est prorogé de deux ans. C’est une mesure qui s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Conférence environnementale qui prévoit de doubler les surfaces agricoles cultivées en agriculture biologique. (article 14 sexies).

Rééquilibrage des taxes en matière de logement. En septembre, un prélèvement de 245 millions d’euros, voté par l’ancienne majorité, sur les organismes HLM a été supprimé. En compensation, dans un souci de maîtrise des comptes publics, l’assiette de taxe sur les plus values immobilières est élargies aux cessions à partir de 50 000 euros. Pour rappel, les résidences principales ne sont pas concernées par cette mesure.

Garanties de l’Etat. Afin d’assurer le besoin de financement de l’assurance chômage en 2013, l’Etat apporte sa garantie aux prêts contractés par l’UNEDIC (article 28). Des précisions sont apportées au régime de garanties apportées par la France à Dexia (article 29) tandis que l’Etat octroie à la banque de Peugeot SA sa garantie (article 31).

Le plus du débat en séance

Suivi du CICE. Le groupe SRC (Socialiste, Républicain et Citoyen) a précisé les modalités de contrôle de l’affectation du CICE, d’une part, en énonçant que ce crédit ne « peut financer une hausse de la part des bénéfices distribués ni augmenter les rémunérations des personnes exerçant des fonctions de direction dans l’entreprise », d’autre part en prévoyant la mise en place de comités de suivi régionaux et d’un comité national afin d’évaluer périodiquement l’efficacité du CICE. Une obligation de transparence dans l’utilisation du CICE, figurant dans les compte de l’entreprise, est instaurée.

Soutien au cinéma et aux métiers d’art. La localisation des tournages fait l’objet d’une concurrence internationale très forte. Afind e maintenir l’attractivité de la France en ce domaine, le crédit d’impôt cinéma est renforcé: son plafond est relevé de 1 à 4 millions d’euros pour les tournages nationaux notamment (article 16 quater). le crédit d’impôt en faveur des métiers d’art est lui aussi prorogé, jusqu’en 2016 (article 16 sexiès).

Adaptation de la Contribution foncière des entreprises. les fortes inquiétudes des entrepreneurs, notamment les plus petits, ont été entendues. les communes, ou établissements intercommunaux, pourront modifier le montant de la cotisation minimale – l’élément à l’origine de la hausse de la taxation -votée pour 2012 jusqu’au 21 janvier 2013-. Les communes ou EPCI qui le peuvent pourront prendre à leur charge tout ou partie de cette cotisation minimale. De plus, une tranche supplémentaire est créée, de 100 000 à 250 000 euros, permettant de fixer trois bases de cotisations minimales et ainsi moins peser sur les artisans et commerçants (article 17).

Le PLFR est voté en scrutin solennel aujourd’hui le 11 décembre:

L’Assemblée a adopté par scrutin public le projet de loi de finances rectificative pour 2012. 295 députés ont voté pour, 230 députés ont voté contre et 4 se sont abstenus.

La réforme du système bancaire sera le prochain texte financier à être examiné par l’Assemblée nationale, courant janvier. Il s’agira de mieux prévenir les dérives du système financier et ses conséquences sur l’économie réelle.

21 Nov

Commentaires fermés sur Retour de séance

Retour de séance

par

Abrogation du conseiller territorial

Voté en 2010, le conseiller territorial devait se substituer aux conseillers généraux et régionaux dès 2014. Véritable recul démocratique, ce nouvel élu avait suscité de fortes critiques, y compris au sein de l’ancienne majorité.

De fait, la création du conseiller territorial présentait bien des tares : c’était un cumul institutionnalisé entre les mandats de conseiller général et de conseiller régional ; la parité allait reculer avec la mise en place du scrutin majoritaire pour le mandat régional ; les assemblées régionales devenaient pléthoriques ; un même mandat valait pour deux institutions aux compétences différentes ; la fusion des départements et des régions étaient lancée sans être assumée… Bref l’abrogation s’imposait.

Les principales dispositions du texte :

C’est un texte simple qui supprime le conseiller territorial tel mis en place par la loi du 16 décembre 2010. En attendant une nouvelle réforme du scrutin, le vote de la proposition de loi entraîne le retour aux dispositions antérieures.

Le choix d’une procédure par étape – d’abord l’abrogation du conseiller territorial puis l’examen des nouvelles modalités de scrutin- est une marque de respect pour le travail parlementaire.

En effet, cette proposition de loi avait été votée par le Sénat en novembre 2011. Elle connait aujourd’hui un aboutissement positif à l’Assemblée Nationale.

Nathalie Appéré, rapporteure de la commission des lois, a présenté trois amendements en commission permettant d’améliorer la sécurité juridique du retour aux dispositions antérieures.

Le vote par scrutin public a donc eu lieu hier, le mardi 20 novembre 2012:

Nombre de votants : 507
Nombre de suffrages exprimés : 501
Majorité absolue : 251
Pour l’adoption : 332
Contre : 169

L’Assemblée nationale a adopté.

L’Assemblée nationale examinera ensuite –au premier trimestre 2013- le texte qui mettra en place le nouveau mode de scrutin. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, a présenté son projet au groupe socialiste, lors de la réunion du 14 novembre.

Plus largement, une grande réforme des collectivités territoriales, l’acte III de la décentralisation, viendra acter une nouvelle ambition pour la gouvernance de nos territoires. Elle sera proposée au parlement courant 2013.

10 Oct

5 Comments

Les emplois d’avenir : la jeunesse au coeur de l’action du gouvernement.

par

L’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi portant création des emplois d’avenir, dans le texte de la commission mixte paritaire.

Ce projet de loi constitue l’un des premiers actes forts du Gouvernement dans la campagne menée contre le chômage. Il est la réalisation de l’un des engagements du Président de la République et un signe politique fort pour la jeunesse.

Signe politique fort dans un contexte où, chaque année, 150 000 jeunes sortent du système scolaire sans qualification, et près d’un jeune sur quatre est sans emploi. Il était donc urgent pour le Gouvernement d’adresser un message clair et fort.

Ce projet de loi permet de disposer d’emplois stables, à temps plein qui seront accompagnés de manière significative par l’Etat. Ils s’inscrivent dans une démarche qualificative où l’obligation de formation professionnelle a été inscrite, l’acquisition de compétence et de qualification validée, un suivi personnel et professionnel proposé et un tutorat généralisé.

Ces emplois seront adaptés à des secteurs où les enjeux sont particulièrement forts, ZUS, zones de revalorisation rurales, départements et territoires d’outre-mer mais aussi sur tous les territoires où le besoin de cet engagement sera reconnu et adapté selon la situation particulière de chacun.

Ce projet de loi répond tout à la fois à un véritable contexte d’urgence de lutte contre le chômage par la mise en place d’emplois de qualité qui permettront enfin à des milliers de jeunes de rentrer sur le marché de l’emploi.

13 Sep

Commentaires fermés sur Création des emplois d’avenir : l’Assemblée adopte le texte

Création des emplois d’avenir : l’Assemblée adopte le texte

par

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi du gouvernement de François Hollande portant sur la création des emplois d’avenir.

Ce projet de loi prévoit la création de 100 000 emplois d’une durée de 3 ans en 2013 et 150 000 en 2014 en faveur des jeunes âgés de 16 à 25 ans avec ou sans diplôme ou encore en difficulté d’insertion, principalement dans le secteur non marchand et dans des activités ayant une utilité sociale avérée et des perspectives de recrutement durables notamment dans les collectivités locales, les associations et l’enseignement public ou privé ( filières numériques, secteur social, aide à la personne, animation et loisirs,….) .

Ces emplois d’avenir, largement financés par l’Etat à hauteur de 1.5 milliard d’euros par an, seront offerts aux jeunes résidant notamment dans des zones urbaines ou rurales marquées par un fort taux de chômage, ou en outremer, ainsi qu’aux personnes handicapées peu qualifiées de moins de 30 ans.

De même, sur un modèle assez comparable, des emplois d’avenir pour les professeur sont crées d’içi 2015, pour quelques 18 000 étudiants boursiers, d’un niveau compris entre la seconde année de licence et la première année de master, issues de zones géographique défavorisées en poste dans des établissements scolaires publics et privés.