Tag Bachar Al Assad

27 Fév

Commentaires fermés sur Un rencontre aura lieu avec Gérard Bapt à Solférino

Un rencontre aura lieu avec Gérard Bapt à Solférino

par

logops160

 

Une rencontre aura lieu avec Gérard Bapt à Solférino mardi à 16h. En attendant personne n’a été avisé au Parti socialiste, au groupe SRC pas plus qu’à l’Assemblée nationale de son voyage. Donc aucun feu vert n’a été donné à ce voyage libano-syrien.

Nul parlementaire ne peut, de son propre chef, rétablir des relations diplomatiques avec un dictateur qui a gazé son peuple. Ceci, alors que la France a rompu les relations diplomatiques et fermé son ambassade à Damas. Il y va de la crédibilité de la parole de la France.

Quant au fond, chacun sait que Bachar al-Assad a libéré les « al-qaïdistes » qui furent à l’origine de Daesh pour briser son opposition, qu’il tente d’obtenir un sauf-conduit et son jugement en jouant sur la crédulité des opinions occidentales.

Que propose-t-on ? De s’asseoir sur la barbarie en espérant un coup de main contre la barbarie ? La France perdrait l’honneur sans gagner sur l’horreur.

La solution en Syrie n’est pas à Damas mais à Téhéran et à Moscou et nul n’ignore le prix à payer.

La solution face à Daesh n’est pas à Damas mais dans l’aide aux Kurdes, aux combattants sur place. Et elle passe par Riad, Doha et Ankara.

Ni sur la forme, ni sur le fond, cette initiative n’est légitime.

16 Fév

Commentaires fermés sur Syrie : négociations dans l’impasse, la faute à Bachar al Assad

Syrie : négociations dans l’impasse, la faute à Bachar al Assad

par

guerre syrie 15022014Le second cycle de discussions entre l’opposition et le gouvernement syriens – qui aurait dû déboucher sur une solution politique impliquant la mise en place d’un gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs – s’est achevé hier avec un constat d’impasse, de l’aveu même du médiateur de l’ONU, Lakhdar Brahimi.

Le Parti socialiste dénonce vigoureusement l’attitude délétère de la délégation du gouvernement syrien venue à Genève pour n’y appliquer que la politique de pourrissement voulue par Bachar al Assad. Même la Russie se rend compte de l’impasse vers laquelle son allié mène la Syrie et la communauté internationale.

Le Parti socialiste ne se satisfait pas de la légère percée humanitaire réalisée à l’occasion de l’évacuation de civils de Homs. Elle ne fait pas illusion, et l’autorisation accordée à cette opération par les autorités syriennes restent largement disproportionnée par rapport aux besoins et aux drames quotidiens du peuple syrien.