Tag Béziers

05 Mai

Commentaires fermés sur Monsieur Ménard ce n’est plus Reporters sans frontières, c’est raciste sans limite !

Monsieur Ménard ce n’est plus Reporters sans frontières, c’est raciste sans limite !

par

logops160

Monsieur Robert Ménard a donc décidé de ficher les enfants musulmans de sa ville. Cette pratique totalement illégale s’apparente à une discrimination raciale.

J’appelle le Gouvernement à réagir vivement et sans délai à cette décision soutenue par le Front national.

Le concours Lépine de la phrase ou de l’action la plus stigmatisante contre nos compatriotes musulmans ou issus de l’immigration devient insupportable dans la République française.

Ce climat de guerre civile verbale doit cesser car il mine notre cohésion nationale et porte atteinte au message d’égalité de la France.

09 Mar

Commentaires fermés sur Carnet de route – 6e étape du 5 au 7 mars 2015

Carnet de route – 6e étape du 5 au 7 mars 2015

par

Limoges 21
C’est en Haute-Vienne, dans l’Hérault et en Seine Maritime que Jean-Christophe Cambadélis a poursuivi les 5, 6 et 7 mars son tour des départements.

Le jeudi 5 mars, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier Ministre Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen, Ministre des relations avec le Parlement ont visité l’entreprise du dernier costumier de France : France Confection (fabriquant de la marque Smuggler), en zone industrielle de Magré à Limoges, en compagnie des parlementaires Catherine Beaubatie, Alain Rodet, Daniel Boisserie et Marie-Françoise Pérol-Dumont.

C’est sur la commune de Daniel Boisserie, Saint-Yrieix la Perche qu’ils ont ensuite passé un long moment à l’imprimerie Fabrègue. Cette journée en Haute-Vienne s’est poursuivie à la rencontre des 42 candidats socialistes aux élections départementales pour se conclure par un meeting à Boisseuil à 20h. Près de 1000 personnes avaient répondu présent à ce grand moment de mobilisation dans la campagne.

C’est à l’invitation d’Hussein Bourgi, Premier secrétaire Fédéral du Parti socialiste de l’Hérault que Jean-Christophe Cambadélis a répondu ce Vendredi 6 mars.

Dès 11h30, au cœur de Béziers se tenait une première conférence de presse, en présence d’André Vézinhet, Président du Conseil Général de l’Hérault, avec les candidats du département audois et d’Hussein Bourgi. S’en suivaient deux heures d’échange avec des candidats et des élus de l’Hérault.

En début d’après midi, Damien Alary, Président du conseil régional de Languedoc-Roussillon accueillait Jean-Christophe Cambadélis à Montpellier. Ensemble, ils sont allés à une rencontre autour de l’égalité et des valeurs de la République à l’École Régionale de la 2ème chance, établissement géré par la Ligue de l’enseignement. Damien Alary et Jean-Christophe Cambadélis ont dévoilé la devise républicaine sur la façade et parcouru l’exposition sur l’égalité femmes-hommes.
Accueillis par Michel Miaille, Professeur émérite, ils ont assisté à la restitution des travaux des élèves de l’établissement.

Jean-Christophe Cambadélis et Hussein Bourgi enchainaient avec André Vézinhet pour une seconde conférence de presse à la Fédération du PS Hérault en présence des candidats pour se rendre ensuite à la Maison des LGBT en plein centre de Montpellier à l’invitation de Vincent Autin, son Président, pour échanger avec le Conseil d’Administration et des bénévoles.
Puis il est allé au Domaine d’Ô, Domaine départemental d’art et de culture pour tenir meeting avec l’ensemble des candidats aux élections départementales, Damien Alary, André Vézinhet. La salle du domaine départemental d’art et de culture était elle aussi pleine à craquer.

La journée à aussi rythmée par des rencontres avec les parlementaires socialistes Anne-Yvonne Le Dain, Christian Assaf, Sébastien Denaja, Fanny Dombre-Coste, Henri Cabanel et Kléber Mesquida.
C’est très tôt que Jean-Christophe Cambadélis quittait samedi 7 mars Montpellier pour poursuivre son tour de rencontres avec les candidats socialistes aux élections départementales. Le cap était mis sur la Seine Maritime.

Au Havre tout d’abord, Jean-Christophe Cambadélis a retrouvé les candidats de trois cantons, au terminus du tramway – arrêt Pré Fleury.
Rendez-vous lui avait été donné par les candidats aux élections départementales,
Jérôme Dubost (PS – élu d’opposition à Montivilliers), Nacéra Vieublé (PS, élue municipale à Harfleur)
Wasil Echchenna (PS – animateur fédéral du MJS 76) et Isabelle Leveque (DVG)
Matthieu Brasse (PS – secrétaire de la section PS du Havre) et Florence Martin-Péréon (PS – Vice-Présidente du Département de Seine-Maritime). Il retrouvait aussi Estelle Grelier, députée, Présidente de la Communauté de communes de Fécamp, et Claude Roiron, secrétaire nationale du Parti Socialiste chargée des droits des femmes et de la parité.

En tramway sur la ligne B,
Les cantons Le Havre 4, Le Havre 2, Le Havre 1, Le Havre 3, Le Havre 5 étaient traversés et Jean-Christophe Cambadélis faisait campagne avec les candidats. Les usagers n’ont pas manqués de venir discuter avec lui tout au long du parcours.
Arrivée Boulevard Albert au Havre, pour ensuite longer le bord de mer jusqu’au boulodrome du Perrey pour un concours de pétanque organisé par les candidats du canton Le Havre 6 (Philippe Capelle et Laura Fiat, titulaires ; Olivier Rabaey et Danielle Pelletier, remplaçants) sur la Place de la Commune.

A 19h30, Jean-Christophe Cambadélis arrivait au banquet républicain du canton de Canteleu, à Maromme. Banquet républicain traditionnel depuis 5 ans sur la commune de Maromme, en présence de Guillaume Bachelay, député,
Christophe Bouillon, député-premier secrétaire fédéral
Nelly Tocqueville, sénatrice-maire de St-Pierre-de-Manneville
Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie
Nicolas Rouly, Président du Département de Seine-Maritime
Frédéric Sanchez, Président de la Métropole Rouen Normandie
Et des candidats du canton :
David Lamiray, conseiller général-maire de Maromme (titulaire)
Brigitte Manzanares, adjointe au maire de St-Pierre-de-Manneville (titulaire)
Thierry Jouenne, maire de Sahurs (remplaçant)
Mélanie Boulanger, maire de Canteleu (remplaçante)

Prochaines étape, Nice et Cannes, le 13 mars

 

Limoges 1

Limoges 2

Limoges 3

Limoges 4

Limoges 5

 

 

 

 

Limoges 6

Limoges 7

Limoges 8

Limoges 9

Limoges 10

Limoges 11

Limoges 12

Limoges 13

Limoges 14

Limoges 15

Limoges 16

Limoges 17

Limoges 18

Limoges 19

Limoges 20

Limoges 21

M1

M2

M3

M4

M5

M6

M7

M8

M9

M10

M11

M12

M13

M14

M15

M16

M17

H1

H2

H3

H4

H5

H6

H7

H8

H9

H10

H11

H12

H13

H14

H15

H16

H17

H18

H19

H20

H21

H22

H23

PN080220105

25 Mar

Commentaires fermés sur Perte de repères

Perte de repères

par

boussoleUne poignée de militants préfère le déshonneur de faire passer le faux nez du Front national à Béziers au prétexte qu’il n’aurait pas accès aux délibérations municipales. Et si on a bien compris parce-que l’UMP du coin ne s’était pas désisté aux élections cantonales face au Front national. Et puis Robert Ménard est un vieux pote ! Alors il vaut mieux un labélisé FN qu’un UMP.

L’invraisemblable c’est que le PS qui applique le barrage frontiste est critiqué parce qu’un déserteur se rebiffe. Et l’UMP qui refuse de faire barrage est loué pour sa fermeté dans le « ni-ni ». Et pourtant, dans plusieurs villes dont Villeneuve-Saint-Georges la fusion FN/UMP est là.

La perte de repère est totale. Le Front national arrachera un maigre butin municipal au regard des milliers de municipalités gagnées par le PS et l’UMP. Il n’empêche qu’il fut haut au premier tour. Et le sera au second. Il y a en France comme un renoncement. Une étrange lassitude qui le dispute au vertige jubilatoire de cette progression.

Pour les historiens qui s’étonnent de la passivité française pour Pétain, il suffit d’ausculter ces journées faites de querelles subalternes, de calculs politiciens et d’analyses à courtes vues. L’UMP croit trouver son salut stratégique en mettant un signe égal entre un parti légal certes, mais antirépublicain, et le Parti socialiste ! A force d’induire le pareil au même et d’insulter les électeurs de gauche, il y aura un jour un « Béziers national ».

En attendant, laissant jour après jour le FN s’implanter pour qu’en retour l’électorat frontiste vote pour lui, il y a un jour où aux élections régionales par exemple il le regrettera.

Quant à ceux qui pour toutes les raisons du monde ne veulent pas voir la montée du national-populisme, ils se réveilleront un peu tard comme nos amis aux Pays-Bas où un Geert Wilders dont le parti, le PVV est devenu seconde force du pays, s’écrira « vous trouvez qu’il y a trop de Marocains dans votre ville ? On va s’en occuper ! »