Tag bruxelles

25 Mar

Commentaires fermés sur L’invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP

L’invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP

par

Parlement Hebdo 25032016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP.

Il a répondu aux questions de Mickaël Szames et Kathia Gilder.

 

Retrouvez ci-dessous des extraits vidéos de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Attentats :

« Il s’agit par des actions aveugles de créer les conditions de terreur en France et de séparation entre les Français.

Contre le terrorisme dans notre pays, il faut la concorde nationale qui est là, et l’union sacrée au Parlement qui n’est pas encore là.
François Hollande fait ce que doit faire un chef d’Etat et reconnaissons qu’il le fait bien.

La France est la seule à faire un effort de défense pour l’ensemble de l’Europe. Quand la France dit qu’il faut se préoccuper de la situation libyenne, l’Europe détourne les yeux.

Il y a une nécessité pour les Européens de se ressaisir pour faire face au terrorisme : politique diplomatique et politique de défense commune.

Nous sommes dans une guerre asymétrique avec un front qui n’est pas fixe.

Ces fauteurs de guerre ont une stratégie: la grande séparation. C’est ce que nous devons combattre. »

Propos tenus sur Molenbeek : « Il ne faut pas avoir de formules globalisantes et blessantes. «

Sur les propos tenus par Michel Sapin et Bruno Le Roux : « Les hommes politiques dans le moment présent doivent être économes de leurs mots. Ils se sont tous les deux excusés et ils ont eu raison.

Il y a des personnes qui agissent dans les foyers de pauvreté ou autour des frères musulmans. Nous devons les combattre. Ce n’est pas en stigmatisant ces quartiers que nous aurons de l’efficacité.

En guerre on fait attention à ses mots, ses phrases et ses propositions. J’appelle tout le monde à la prudence y compris dans mon parti. »

Opération de police à Argenteuil: « Cela nous inquiète et nous rassure à la fois : Il y a des cellules dormantes qui veulent passer à l’acte mais le système mis en place, les mesures prises démontrent une efficacité.

Bernard Cazeneuve est un exemple: il est économe de ses mots, il agit et a des résultats. »

Etat d’urgence : « Le débat dans la classe politique ne doit pas être celui qui vise à stigmatiser le laxisme de l’adversaire mais à débattre sur des propositions. »

Euro 2016 : « Il faut maintenir la fête et s’habituer à cette menace. Nous sommes en guerre et l’ennemi est lâche, il frappe à l’aveugle. Il faut prendre toutes les mesures de sécurité. »
Passenger Name Record (PNR) : « Manuel Valls a raison de dire qu’il faudra ajouter cet outil. Mais il en faut d’autres.

Un sommet européen spécialement dédié au terrorisme serait utile. Il faudra plus de coordination de nos services, la création d’une agence européenne de sécurité ou d’un état major européen.

Si nous disons que l’Europe est en guerre il faut une coordination européenne pour lutter. »

Révision constitutionnelle :

« Le Sénat, la droite sénatoriale, a commis une faute politique. Ils ont déployé un arsenal pour organiser le blocage de la révision constitutionnelle.

Nous avions fait un compromis quasiment historique à l’Assemblée nationale entre la droite et la gauche. Ça avait couté très cher à la gauche de le faire, très cher, en termes de débat sur les valeurs. Mais nous estimions, globalement aux deux tiers de l’Assemblée nationale, que cela était nécessaire pour avoir la réforme constitutionnelle

Ce débat ne procède pas de ce qui serait nécessaire pour ce pays mais de la volonté de se distancier du vote émis à l’Assemblée qui avait le soutien de Nicolas Sarkozy. Je ne trouve pas ça raisonnable. Je trouve que le Sénat, et je le dis au président du Sénat, à la Chambre haute, qu’ils ont commis une erreur politique par ce blocage.

Le compromis que Monsieur Jacob a accepté et voté est remis en cause par la droite sénatoriale, on marche sur la tête. Comment voulez-vous que les Français puissent comprendre ?
Je crois qu’il est nécessaire que la droite sénatoriale éclaire le tapis: sont-ils pour aller au Congrès?

Si Gérard Larcher est pour aller au Congrès alors il doit peser de tout son poids et mettre son mandat en jeu pour que ses troupes votent le texte. On ne peut pas biaiser sur ces questions, on ne peut pas jouer, faire de la politique politicienne. Il faut être à la hauteur de l’événement

Il faut arrêter de jouer et dire s’ils veulent aller au Congrès ou non, s’ils ne veulent pas, l’affaire va se terminer. Le texte de l’Assemblée est déjà un compromis. »

Perpétuité Réelle :

« Ce qui est bizarre c’est que nous avons déjà voté cette mesure le 8 mars à l’Assemblée et elle est l’objet d’une polémique.

Encore une fois soyons économes de nos mots. Nos propositions ne doivent pas avoir pour but de démasquer le prétendu laxisme de l’adversaire mais de chercher l’efficacité dans la lutte contre le terrorisme. »

Loi travail:

« La contestation a eu lieu avant le dépôt du texte au Conseil des ministres et le Gouvernement l’a pris en compte. Chacun a pu s’exprimer, négocier, le texte est maintenant déposé et à l’Assemblée il y aura un débat.

La pétition #loitravailnonmerci était une manifestation sur le net. Le Gouvernement a eu raison de prendre le taureau par les cornes et de présenter un nouveau départ pour ce texte.

Ce texte a profondément été rééquilibré et il y a des avancées très positives. On pourrait au moins reconnaitre cela. »

Affaire des écoutes / Nicolas Sarkozy
:

« Ces écoutes ne se sont pas faites au hasard : Il y a un pseudo… tout cela pose problème.

La procédure qui suit son cours ne facilite pas sa candidature.

Nicolas Sarkozy sait très bien que ceci va faire buzz et provoquer dans l’électorat de droite la question de sa candidature. »


Primaires à gauche :

« Le Parti socialiste a déjà dit lors de son dernier Conseil national qu’il était pour la primaire. Une commission a été constituée à cet effet.

La primaire n’est pas le seul moyen pour obtenir l’unité des forces de gauche.

Le 14 avril  nous lancerons l’alliance populaire. Nous installerons dans tous les départements des collectifs de l’alliance populaire qui convergeront le 3 décembre dans une grande convention.

L’alliance populaire c’est un regroupement qui vise à dépasser le Parti socialiste avec la volonté de se tourner vers les citoyens, les associations citoyennes, les syndicalistes

Le problème n’est pas de s’unir au second tour mais d’être au second tour.

Le PS aura à décider de sa forme de participation. »

29 Juin

Commentaires fermés sur François Hollande: un maximum d’effet dans un minimum d’espace

François Hollande: un maximum d’effet dans un minimum d’espace

par

Le sommet européen débouche sur des avancées non négligeables. Renouant avec la théorie chère à Monnet dite de « l’engrenage », François Hollande a délaissé l’ultimatum Sarkozien pour l’avancée, fut-elle à pas de tortue. Le Président français a parfaitement utilisé la conjoncture américaine de demande de croissance européenne. Barack Obama, en campagne s’est fait pressant auprès d’Angela Merkel. Il a su jouer de la pression des Pays-bas, de l’Espagne, de l’Italie pour faire avancer la chancelière allemande sans que celle-ci ne perde la face puisque la France a publié ses lettres de cadrage budgétaire avant la fin du sommet. Résultat: il y a une inversion de perspective. Avec celle de Nicolas Sarkozy c’était d’abord l’austérité pour pouvoir mieux emprunter. Avec François Hollande c’est d’abord la croissance pour mieux soulager l’austérité.
On connait maintenant les données du pacte:
1/ augmentation du capital de la Banque européenne d’investissement, 10 milliards d’euros pour générer 60 milliards d’euros de prêt
2/ ré allocation de subventions européennes 55 milliards d’euros
3/ lancement d’un projet de pilotage d’emprunt. Et surtout la taxe sur les transactions financières d’ici la fin de l’année, ce qui était la revendication phare du Parti socialiste et du SPD. Cela ne produit pas la croissance mais modifie l’impression rétinienne du traité et donne la base pour un nouveau cour.
François Hollande n’avait pas beaucoup d’espace pour obtenir une évolution de la chancelière qui avait coproduit le traité d’austérité. Cela n’était pas donné. Il a réussi avec cette dernière à le faire sans rompre. Évidemment cela ne change pas notre donne budgétaire contrainte. Mais ouvre la perspective de ne pas être condamné à l’austérité à perpétuité. Un maximum d’effet dans un minimum d’espace tel sera le bilan de ce premier round européen pour François Hollande.

21 Juil

Commentaires fermés sur L’Europe piétine face aux spéculateurs

L’Europe piétine face aux spéculateurs

par

Tous les trimestres Merkel, Sarkozy, Barroso se réunissent d’urgence pour un nouveau plan de sauvetage de l’Euro. Le ballet de Bruxelles est à l’Europe ce que furent la montée des marchés sous la 4ème République. Une succession de réunions qui ne règlent rien sur le fond. Le triumvirat qui préside aux destinées de l’Europe est prisonnier de l’orthodoxie libérale qui est elle, l’idéologie des agences de notation.

Voilà pourquoi la 1ère mesure de rupture devrait être une agence de notation indépendante. Puis un plan concerté comme le réclame Martine Aubry et douze dirigeants socialistes européens (gouvernement, taxation des transactions, émission d’eurobonds, etc… ). Un vrai plan de relance pour l’Europe qui tourne le dos aux recettes qui ont conduit l’Europe à la crise.

28 Sep

Commentaires fermés sur Soutien à l’euro-manifestation du 29 septembre

Soutien à l’euro-manifestation du 29 septembre

par

Le Parti socialiste participera à l’euro-manifestation du mercredi 29 septembre à l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats

Une délégation conduite par Harlem DÉSIR, et composée notamment de Catherine Trautmann, Kader Arif, Françoise Castex, Liêm Hoang Ngoc, Gilles Pargneaux, Henri Weber, Pascal Buchet, participera à l’euro-manifestation qui démarrera à partir de 13h à Bruxelles (Gare du Midi).

Le Parti socialiste soutient les initiatives organisées dans le cadre de la journée d’action européenne « Non à l’austérité. Priorité à l’emploi et à la croissance ! », à l’initiative de la Confédération Européenne des Syndicats le mercredi 29 septembre, et appelle ses militants et sympathisants à y participer.

Le Parti socialiste se joint aux syndicats de la CES pour demander une véritable relance économique européenne, à travers des plans favorables aux emplois de qualité et à la croissance.

Le Parti Socialiste Européen participera aussi activement à cette journée de mobilisation, et sera représenté à l’euro-manifestation par son président Poul Nyrup Rasmussen.

14 Sep

Commentaires fermés sur [Parti Socialiste] Rencontre avec les partis socialistes belges

[Parti Socialiste] Rencontre avec les partis socialistes belges

par

Ce lundi 13 septembre 2010, une délégation conduite par Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national à l’Europe et à l’International et François Loncle, député et membre de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale ont rencontré à Bruxelles les deux partis socialistes belges, SP.a et PS, pour mesurer sur place les enjeux et les risques de la crise institutionnelle qui touche la Belgique depuis plusieurs mois.

Le SP.a était représenté par Bruno Tobback, Président du groupe sp.a à la Chambre des députés, Saïd El Khadraoui, député européen et secrétaire à l’International ainsi que Jan Cornillie, directeur des études du SP.a. Lire la suite…

15 Mai

1 Comment

A Bruxelles avec la CES

par

photo2Je me suis rendu aujourd’hui à Bruxelles pour Manifester aux côtés des  syndicalistes de la Confédération Européenne des Syndicats (CES).

Les revendications des syndicats européens rejoignent celles des socialistes français et européens : un vrai plan de relance au niveau européen, la régulation des marchés financiers, la défense des services publics, des droits sociaux et des protections des salariés, l’augmentation des salaires, l’investissement pour la croissance verte.

Le Parti socialiste appelle tous les citoyens à se mobiliser pour construire cette nouvelle majorité pour une Europe de l’emploi, de la croissance et de la solidarité.