Tag Calais

24 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Patrick Cohen sur France Inter

L’invité de Patrick Cohen sur France Inter

par

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce lundi 24 octobre aux questions de Patrick Cohen et des auditeurs sur France Inter.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Jean-Christophe Cambadélis : « Citez-moi un… par franceinter


Jean-Christophe Cambadélis : « J’entends toutes… par franceinter

 

Élection présidentielle de 2017
Candidature Hollande ? Je crois que le président de la République réfléchit à cette question, pour l’instant il n’est pas candidat et je crois qu’il faut s’en tenir là. Moi, j’appelle les socialistes au calme. Dans le moment présent nous n’avons pas de candidat à gauche, Parti socialiste compris, qui soit au second tour. Donc il faut prendre en compte cette situation. Pourtant,  le programme de la droite ne passe pas, il est rejeté par une majorité de Français ; et personne ne veut que Marine Le Pen soit présidente. Donc il y a une contradiction dans la situation qu’il faut gérer avec un peu de temps, puisque nous avons des primaires pour le faire.

Quand on sera dans la présidentielle, les Français se détermineront par rapport au programme.

Il y a un risque que nous soyons très bas à la présidentielle de 2017 si nous ne nous rassemblons pas.(…) On peut avoir en 2017 une Assemblée nationale toute particulière, avec un groupe frontiste et sans communistes ni Verts.
Il y a beaucoup de personnalités, pas énormément, mais il y a quatre ou cinq personnalités qui peuvent se présenter à la place de François Hollande. La principale vous le savez bien, c’est Manuel Valls mais on n’en est pas là. Pour l’instant on ne sait pas si le président de la République se représentera
Manuel Valls est Premier ministre et c’est l’un de nos présidentiables. C’est celui sûrement qui a aujourd’hui le plus de possibilités. Mais il y a d’autres candidats possibles. (…) Manuel Valls est controversé, mais comme tout socialiste dans la période actuelle.
Je suis pour respecter le temps que nous nous sommes donné. La balle est dans le camp du président. La décision lui appartient. Tout le monde sait, au fond, que c’est le président de la République qui décidera s’il se présente ou s’il ne se présente pas.

Nous avons un moyen de nous rassembler: à travers la Belle Alliance populaire et les primaires. (…) Les primaires permettront de trancher et de rassembler.

Sur le livre « Un président ne devrait pas dire ça »
Il y a avait des préventions avant. Ce livre les a cristallisé. Ce livre est un catalyseur des interrogations que se posent les français

Manifestation des policiers
J’ai dit qu’il y avait la patte du Front national dans la récupération du malaise policier .

Situation en Espagne
La question qui se pose en Espagne c’est quelle stratégie pour les sociaux démocrates ? En Espagne, il faut affirmer la social démocratie et non pas se subordonner au libéralisme ou à l’extrême gauche.

Démantèlement du camp de Calais
La question des réfugiés et des migrations va nous occuper de nombreuses années.

Le démantèlement de la « jungle « de Calais est une décision humanitaire et salutaire.

Au Parti socialiste nous réclamons depuis plusieurs mois une conférence internationale sur les réfugiés et les migrants.

Primaires citoyennes
Je ne sanctionne pas a priori. Donc si Gérard Collomb soutenait un autre candidat que celui issu de la primaire , il faudrait se séparer.

Si Emmanuel Macron veut se situer dans le cadre de la Gauche, il peut se présenter aux primaires. (…) Un rassemblement de Hamon à Macron, ce serait intéressant dans la perspective l’élection présidentielle.

Parti socialiste
Le gouvernement a posé des conditions sur le CETA et le Bureau national du Parti socialiste continue d’être interrogatif sur le compromis qui est passé.

Nous travaillons d’arrache-pied: cahiers de la présidentielle, universités de l’engagement… Ce travail paiera le moment venu.

Changer le nom du PS ? « Aujourd’hui le Parti socialiste est une marque et il faut la garder ».

Aux électeurs de gauche tentés de voter à la primaire des Républicains je dis « Regardez le programme au lieu de regarder les têtes ! »

16 Sep

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info

L’invité de Jean-Michel Aphatie sur France Info

par

Capture d’écran 2016-09-16 à 10.35.36

Jean-Christophe Cambadélis à répondu aux questions de Jean-Michel Aphatie, Fabienne Sintes, Guy Birenbaum et Gilles Bornstein sur France Info.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:


Cambadélis sur Hinkley Point : « Je suis depuis… par franceinfo

Retour sur la prestation de Nicolas Sarkozy dans L’Emission politique

Sur la rétention des fichés S : « Ce qui est discutable, c’est la formule sur les fichés S. Nicolas Sarkozy la redéploie à chaque émission alors qu’il sait que le Conseil d’Etat nous a indiqué qu’il n’était pas possible sur la base d’un simple renseignement d’interner les personnes inscrites sur ces fichiers »
Sur le terrorisme, nous voulons maintenir l’Etat de droit. Nicolas Sarkozy veut s’émanciper de l’Etat de droit

Alain Juppé est sur tous les thèmes le frère siamois de Nicolas Sarkozy. Il ne se distingue de Nicolas Sarkozy que sur l’identité, qu’il souhaite « heureuse ». Pour le reste, le regroupement familial, les fichiers S, toute une série de choses, il avait pensé et dit avant Nicolas Sarkozy ce que ce dernier dit. C’est une question de posture, pas de fond

Présidentielle 2017
On est dans une phase particulière avec un pays en colère. Dans les sondages on choisit, dans les élections on élimine.
Je trouve que François Hollande au pouvoir s’est bonifié: il a toujours son sang-froid mais il a une gravité qu’il n’avait pas auparavant.

Alstom

Il y a à la fois une attention et une action du gouvernement pour trouver des marchés pour l’entreprise. Il faut trouver une solution viable. Je ne crois pas que la nationalisation soit une réponse.

Evacuation de la ZAD de Notre-Dame des Landes

La situation à Nantes est explosive. M. Retailleau pousse au crime si je puis dire. De toute façon il faudra appliquer ce qui a été voulu par nos concitoyens. On évacue dans les conditions où cela peut se faire.

Situation des migrants
Je note que Marion Marechal Le Pen emploie les mêmes termes que M.Wauquiez sur ce sujet.

Les associations sur place le disent : la situation n’est pas viable. On traite le problème.

Démission d’Emmanuel Macron
Une partie de la droite se porte sur Emmanuel Macron car elle n’est pas satisfaite de l’offre politique à droite. C’est Emmanuel Macron qui a décidé de partir. Il y avait un désaccord politique ? Non. Il est parti car il y avait un espace politique à occuper. Mais ça il ne l’a pas dit. C’est lui qui s’est coupé de nous pour servir une ambition personnelle. La politique gouvernementale, y compris ses aspects les plus contestables, il en est co-auteur.

Primaire citoyenne
Dans la primaire de la Belle Alliance Populaire il y aura toutes les couleurs de la gauche. Tout le monde pourra juger et à la fin tout le monde se rassemblera derrière le gagnant.

05 Sep

Commentaires fermés sur L’invité du Talk du Figaro

L’invité du Talk du Figaro

par

Le Talk 05092016

Jean-Christophe Cambadélis était ce midi l’invité d’Yves Thréard dans Le Talk du Figaro.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:


Cambadélis : «Le moment présent est un moment… par lefigaro

Renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bygmalion

Il faut que justice se passe et se passe sereinement. Je n’imagine pas que Nicolas Sarkozy soit empêché de se présenter à la primaire. (…) Nicolas Sarkozy est le candidat le plus clair dans la droitisation.

C’est Nicolas Sarkozy qui donne le rythme de cette campagne de droitisation avec des incursions d’Alain Juppé et François Fillon.

Francois Fillon attaque assez violemment et Alain Juppé propose un code de bonne conduite. A gauche, on n’attaque pas les personnes.

Bilan du quinquennat

Dans le moment présent de décomposition et de déstructuration politique, le président doit parler clair et dire ce qu’est le cap de la France.

Le bilan est contrasté mais positif. Une nouvelle période s’ouvre: on va être dans la comparaison avec la droite.

Primaires citoyennes

La primaire sera transparente et représentative de l’électorat de gauche. (…)

Je suis persuadé que Arnaud Montebourg sera à la primaire. Emmanuel Macron, c’est plus compliqué.

Situation des migrants à Calais

La politique de Bernard Cazeneuve est une bonne politique. (…) Il agit sans peur, sans violence et avec patience en étant présent tous les mois à Calais.

Belle alliance populaire

La Belle Alliance populaire est en marche. Nous allons avoir une tournée dans toute la France des universités de l’engagement.

Election présidentielle de 2017

Je ne suis pas sûr que Marine Le Pen soit au second tour de la présidentielle.

Rien, à cet étape, n’est joué. L’opinion est à l’interpellation, pass encore à la conclusion.

Démission d’Emmanuel Macron

Visiblement Emmanuel Macron n’aime pas le compromis. C’est pour cela qu’il dit que le gouvernement fait tout à moitié. Ça doit être un problème d’âge, que de croire qu’il suffit de parler pour que ce soit appliqué.

22 Fév

Commentaires fermés sur L’invité de Territoires d’infos sur Public Sénat et Sud Radio

L’invité de Territoires d’infos sur Public Sénat et Sud Radio

par

TErritoires d'infos 22022016

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité de l’émission « Territoires d’infos » sur Public Sénat et Sud Radio.

Il a répondu aux questions de Cyril Viguier, Mickaël Szamès et Louis Morin.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:


Invité : Jean-Christophe Cambadélis… par publicsenat

 

Agriculteurs chez Stéphane Le Foll

« Je condamne totalement cette méthode, on ne peut pas tenter de prendre en otage des responsables »


Loi El Khomri:

« Pas dénaturer dit le Président mais faire évoluer. La philosophie est claire: souplesse d’un côté et sécurité de l’autre.
Il y a des choses qu’il faut garder et des évolutions à faire.

Il y a un article, soyons clairs, qui est au cœur de la polémique, c’est l’article 30 bis sur le licenciement économique.
On ne peut pas conditionner le licenciement à quelque chose de flou.
Faisons évoluer le texte et nous trouverons une majorité. »

Primaires à gauche
« Le haussement de ton sur la primaire de Monsieur Pierre Laurent n’est pas vis-à-vis du Parti socialiste mais de Jean-Luc Mélenchon.
On arrivera à un compromis, on doit pouvoir se mettre d’accord.

Les socialistes ne vont pas être spectateurs d’une primaire qui leur tape dessus. Il ne faut pas de préalables, ni de préjugés.
Je suis pour un candidat unique de la gauche. Je travaille à cela. Le rassemblement des le 1er tour.
Le Président doit pouvoir se présenter s’il le souhaite. Il ne va pas se déclarer dès le mois de septembre. »

Emmanuel Macron candidat en 2017 ?

« Ce sont des spéculations je ne crois pas qu’il souhaite gêner le gouvernement. »

Migrants à Calais

« Il y aura une partie de démantèlement, pas par la force si possible. (…)
Je suis ni Jude  Law, ni Bernard Cazeneuve. Je suis Yann Capet, le député socialiste de Calais qui se bat. »

Notre Dame des Landes

« Il vaudrait mieux qu’il y ait le même avis, la Loire Atlantique semble la plus concernée ».

 

28 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

L’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

par

Europe 1 28102015

 

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 28 octobre 2015 l’invité de Jean-Pierre Elkabbach dans la matinale d’Europe 1.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Cambadélis : « La question essentielle est de… par Europe1fr

« C’est Pierre de Saintignon le ch’ti du Nord, celui qui est ancré dans son territoire qui a remporté hier le débat face aux deux nationaux de passage que sont Xavier Bertrand et Marine Le Pen. C’était visible.

Xavier Bertrand tourne le dos à la tradition de la droite démocrate-chrétienne dans le nord. Il veut siphonner les voix du Front national au premier tour.

L’armée en soutien des policiers à Calais, comme le propose Xavier Bertrand n’est pas une solution. Ne laissons pas dire que les forces ne peuvent pas faire face à Calais

Il est hors de question de laisser une région à la droite et encore moins à l’extrême droite. En attendant, nous menons campagne pour le premier tour et nous appelons à l’unité.

Le total gauche sera supérieur au total des Républicains qui ne font pas une bonne campagne car ils sont divisés. Regardez hier le compte twitter des Républicains n’a même pas re-tweeté Xavier Bertrand son candidat car ils sont divisés !

La droite veut défaire ce que l’ensemble de la gauche a fait dans les régions et l’extrême veut défaire la République. On ne met pas sur le même plan mais c’est notre combat. Nous avons notre « et-et » à nous face au « ni-ni » de Nicolas Sarkozy.

La bataille essentielle aujourd’hui est de faire barrage à la droite et à l’extrême droite.

Les seuls qui n’ont pas choisi, ce sont les Républicains. A chaque fois qu’il y a eu un socialiste face à un front national, ils ont fait « ni-ni ». Nous les socialistes n’avons jamais eu aucune ambiguïté!

Le « ni-ni » de Monsieur Sarkozy a fait long feu. Il se rend compte que cette stratégie ne fonctionne pas

Nous sommes dans une phase de débanalisation du Front national.

Partout en Europe émerge le souverainisme xénophobe et ceci peut percuter la France et la mettre dans les plus grandes difficultés.

La campagne des régionale doit porter sur les transports, les livres scolaires, la formation des jeunes…Sur ce qui intéresse les Français.

Je n’entends plus Alain Juppé, ni Messieurs Bayrou ou Fillon alors que nous sommes en pleine campagne électorale aux enjeux forts! On ne les voit même pas unis sur la scène. »