Tag chronique

04 Mai

3 Comments

La Chronique Politique

par

bloc_note_copieV2.jpgUne campagne médiatique sur la présidentielle. En pleine élection Européenne, voilà qui est pour le moins suspect…

Nicolas Sarkozy doit se taper les mains sur les cuisses. Le tintamarre autour de François Bayrou doublé d’un sondage grotesque sur la présidentielle deux ans après… Voilà de quoi saturer l’espace public, ou plutôt médiatique et éviter que l’on débatte de son bilan européen ou tout simplement français.

François Bayrou, battu, concassé, pulvérisé lors des dernières élections municipales et cantonales, incapable de se faire élire dans son fief à Pau, redevient l’homme providentiel hypnotisant le miroir médiatique. Les mêmes, il y a moins de quinze jours, n’avaient d’yeux que pour Besancenot. Ils morigénaient le PS pour son suivisme gauchiste. Lefebvre tenait dans la presse à propos du prétendu suivisme de la LCR du Parti socialiste et partout on acquiesçait. Il suffit d’une baisse de forme de notre postier, de la sortie d’un livre et d’un sondage pour le moins surréaliste et la cargaison médiatique bascule de l’autre côté. Interpellant les socialistes à propos de leur dérive ou de leur refus centriste. Lire la suite…

10 Avr

1 Comment

La radicalisation du père de famille de quarante ans

par

CHRONIQUE POLITIQUE

Un phénomène n’est pas assez analysé dans la radicalisation actuelle. Si elle prend la forme de séquestration, elle n’est menée par aucune force d’extrême gauche. Tant sur le plan politique que syndicaliste, la radicalité est hors la radicalité organisée. C’est le père de famille, syndiqué ou pas, qui est exaspéré. Il ne voit pas d’autres possibilités pour obtenir la négociation que la séquestration. Cette forme de lutte, qui a comme équivalent dans les facultés l’occupation, en dit long sur la tension sociale rampante. Le fait que le 18 avril tous les personnels des hôpitaux, des patrons aux infirmières, descendent dans la rue à la veille du 1er mai en dit tout autant. C’est la montée des eaux ! Personne ne voit la colère grandir car tout le monde est hypnotisé par les gesticulations de Sarkozy.

Mais le mouvement d’en bas est irrésistible. Il monte par vague. Sur ce blog, nous indiquions, il y a trois mois, les éléments d’une radicalisation. Aujourd’hui, nous sommes entrés dans « la colère de masse ». Et elle ne touche pas une avant-garde politisée mais monsieur tout le monde et tous les secteurs de la société.

Elle est alimentée par l’inquiétude et la réalité des plans sociaux, par l’avalanche des révélations sur les salaires, stocks options, bonus des dirigeants, par l’impuissance gouvernementale et son discours satisfait. Lire la suite…