Tag coalition

23 Oct

Commentaires fermés sur Portugal : la droite doit respecter la démocratie

Portugal : la droite doit respecter la démocratie

par

logops160

Malgré une majorité claire de députés de gauche, le président conservateur a décidé de nommer le Premier ministre de droite sortant. Il y avait pourtant une coalition de gauche prête à gouverner, conduite par Antònio Costa.

En prenant cette décision, la droite portugaise prend le risque de l’instabilité car le gouvernement n’a pas de majorité. Les arguments invoqués – être crédible devant les marchés et les institutions financières – indiquent un vrai mépris pour la volonté populaire.

Le Parti socialiste soutient l’alternative incarnée par les socialistes et la coalition de gauche.

18 Déc

1 Comment

MERKEL 3 : Une chancelière sous influence

par

merkelUn grain de sable a enrayé la machine Merkel. Il s’appelle le FDP.

Le parti libéral syphoné par Angela Merkel super star, a raté son entrée au Parlement allemand  privant par la même cette dernière d’une majorité de droite. Et voilà le climat européen changé.

Ce que ni les grecs, ni les portugais, espagnols voir néerlandais ou autres bulgares ou roumains n’ont obtenu, à savoir qu’elle ouvre son porte monnaie, et bien les sociaux-démocrates allemands l’ont fait. Il fallait cela pour que la base du SPD très rétive à une grande coalition accepte cet accord. Alors smic, petites retraites et dépenses pharaoniques pour l’infrastructure allemande, Angela Merkel a dépensé sans compter pour charmer la base du SPD.

Non seulement Angela Merkel relance la demande interne en Allemagne, au grand dam de la droite allemande qui hurle à la dérive social-démocrate, mais elle indique qu’elle veut prendre des initiatives pour relancer la zone Euro. Angela Merkel pragmatique a constaté l’essoufflement du moteur allemand en partie étouffé par la récession qu’elle a provoqué en Europe. La grande coalition lui donne un prétexte pour infléchir sa politique aux yeux d’un peuple rétif aux largesses vis-à-vis des Etats qui ne font pas d’effort.

Le Président Sigmard Gabriel avec le SPD a réussi son pari d’infléchir la chancelière.  Il espère conclure l’essai en plaçant un social-démocrate à la tête de la commission tenant ainsi Angela Merkel en tenaille. La chancelière a bataillé jusqu’au bout pour éviter que l’élection européenne ne conduise à une élection continentale parlementaire entre le PPE conservateur et le PSE socialiste.  Mais c’est dans l’accord. Elle devra non seulement défendre un conservateur à la tête du Parlement européen, mais accepter celui qui arrivera le premier.

Merkel 3 c’est une chancelière sous contrainte social-démocrate en Allemagne et peut-être demain en Europe.