Tag collectivités locales

30 Mar

Commentaires fermés sur Pour une mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement

Pour une mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement

par

L’ Assemblée Nationale vient de rejeter par 307 voix CONTRE la proposition de résolution proposée par les députés du groupe SRC au titre de l’article 34-1 de la Constitution, sur le climat tendant à mettre en oeuvre les engagements du Grenelle et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Lire la suite…

17 Nov

Commentaires fermés sur Collectivités territoriales: le gouvernement recentralise !

Collectivités territoriales: le gouvernement recentralise !

par

L’Assemblée nationale vient d’adopter par 258 voix contre 219 la réforme des collectivités territoriales présentée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

C’est un désastre et une entrave grave faits aux principes de libre administration des collectivités et des élus établi il y a 30 ans.

La création de conseillers territoriaux est l’incarnation de la volonté de recentraliser autour de l’Etat les domaines de compétences et d’administration des collectivités territoriales et surtout pas la volonté de leur permettre de pallier aux transferts de charges par l’Etat sans moyens.

Un des fondements de la décentralisation a toujours été de « rapprocher les pouvoirs de décisions des citoyens » et cette réforme des collectivités territoriales est purement et simplement la négation de cet acte fondateur.

De même, au travers de la suppression de la clause générale de compétence pour les départements et les régions et la limitation drastique des co financements, cette réforme des collectivités territoriales risque fortement d’empêcher à l’avenir la mise en oeuvre des politiques communes et concertées au niveau local, ainsi que le soutien financier aux réalisations des petites et moyennes communes.

Avec mes collègues du groupe SRC, nous prônons la clarté des compétences pour permettre une lisibilité claire et plus efficiente.

Clarté de compétences de proximité et de terrain pour les communes, clarté de compétences de solidarité pour les départements et clarté de compétences en matière de formation et de recherche pour les régions.

Pour toutes ces raisons, avec mes collègues du groupe SRC, nous avons voté CONTRE la réforme des collectivités territoriales présentée ce jour à l’Assemblée Nationale.

26 Oct

2 Comments

Une loi de finances accablant les salariés et protégeant les riches

par

L’Assemblée Nationale vient de voter le projet de loi de finances pour 2011 et plus précisément, l’ensemble des articles de la première partie.

Signe évident d’austérité, le projet de loi de finances 2011 présenté par le gouvernement est une conséquence directe d’une politique irresponsable, catastrophique et totalement inégalitaire sur l’économie qui présage des conséquences dramatiques dans la vie des plus modestes.

Alors que l’on veut nous faire croire que la crise dont le pays se sort à peine est le leitmotiv de ce budget d’austérité, le projet de loi décrypté explique encore une fois la volonté du gouvernement de faire profiter les plus riches des avantages fiscaux pour mieux taxer les autres, c’est-à-dire les plus modestes.

Ce sont donc les classes populaires et moyennes qui vont être frappées par la compression de 7 milliards d’Euros des dépenses essentielles en matière de soutien économique, de service public et de protection sociale, et elles seront aussi et surtout touchées de plein de fouet par une hausse des impôts qui se monte à 10 milliard d’Euros.

Et ce n’est pas terminé :

Ce sont encore les classes populaires et moyennes qui vont subir toutes les conséquences des gels de salaires dans la fonction publique, des suppressions de postes et de moyens dans des secteurs comme l’Education Nationale, de l’augmentation de la TVA de 5,5% à 19,6% appliqué aux offres « triple play » organisant une hausse directe des tarifs annuels, des diminutions d’exonérations pour les HLM qui seront immédiatement répercutées par des augmentations de loyers, des suppressions des avantages fiscaux pour les nouveaux mariés et/ou pacsés, des taxes sur les contrats d’assurance maladie entraînant de ce fait la hausse des tarifs des complémentaires de santé, des diminutions des contrats aidés, aides à l’apprentissage et dispositifs d’insertion des chômeurs, abandon du Grenelle de l’environnement avec la réduction des avantages fiscaux pour le développement durable…

En parallèle, les plus fortunés, les rentiers, les héritiers seront bien évidemment épargnés de ces alourdissements fiscaux et avantagés par la défiscalisation des heures supplémentaires ou la TVA à 5,5% sur la restauration

De même, la proposition du gouvernement de supprimer dans le même temps le bouclier fiscal et l’ISF n’est qu’un leurre, une duperie pour permettre aux plus riches de bénéficier d’un cadeau supplémentaire.

Avec cette politique, la dette atteindra un record de 87,4 % du PIB en 2012 et deviendra dès lors, la première dépense de l’État, devant les crédits alloués à l’Education !

Avec mes collègues députés SRC, c’est une toute autre réforme que nous défendons, une réforme permettant la mise en place d’une nouvelle stratégie de croissance, basée sur le rétablissement de la compétitivité économique et la cohésion sociale du pays, en organisant une vraie politique de contribution des revenus du capital, en mettant en place des dispositifs de relance de la consommation des ménages, de l’emploi, et en encourageant l’investissement des entreprises et des collectivités locales.

Pour toutes ces raisons, avec mes collègues députés du groupe SRC, j’ai voté CONTRE le projet de loi de finances présenté ce jour, mardi 26 octobre 2010 à l’Assemblée Nationale.

24 Mar

3 Comments

Décryptage d’un discours présidentiel !

par

1/ Vous avez voté (le mot « gauche » n’est pas prononcé).

2/ « Je vous ai compris » mais vous vous êtes mépris.

3/ C’est la crise qui est responsable du malentendu.

4/ Entre nous il n’y a qu’un problème de communication.

5/ Je pars à la reconquête de l’électorat de droite.

Agriculture « for ever », j’irais jusqu’à la crise dans l’union Européenne. Les retraites je suis réformateur. La santé, il faut calmer les hopitaux. La sécurité, un classique, « remember 2009 ». La burqa, un zeste de hantise du métissage comme les frontistes.

6/Le mot « social » n’est jamais évoqué, la fiscalité verte « coups de pied à suivre » en Europe.

7/ On n’évoque pas les sujets qui fâchent, ni les juges d’instruction ni la réforme des collectivités locales.

8/ Résumons ! On ne change pas de cap, on reconquiert l’électorat de droite, bref c’est le coup de barre à droite, avant le coup de barre sur le social…

10 Mar

Commentaires fermés sur Interview dans le JDD.fr

Interview dans le JDD.fr

par

J’ai répondu aux questions du JDD.fr, je vous propose de retrouver l’interview ci-dessous ou sur le site du JDD.fr:

La fin de campagne est marquée par l’abondance des sondages. La plupart d’entre eux donne une nette avancée au PS. Pourtant, Jean-Christophe Cambadélis, membre du bureau national du parti, interrogé par leJDD.fr, reste prudent.

Les sondages vous donnent une belle avance. Avez-vous mis le champagne au frais?

Non. Nous fêtons les victoires que lorsqu’elles arrivent. Non pas quand elles sont annoncées par voie de sondage. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

A quoi attribuez-vous l’avance donnée par les sondages ? Au bilan des régions socialistes ou à l’anti-sarkozysme?

Les présidents socialistes de région et leur majorité de gauche ont un bon bilan, alors que le gouvernement Sarkozy et l’UMP ont un mauvais bilan. Ce qui conduit la gauche à se mobiliser derrière les socialistes et la droite à se démobiliser devant le spectacle de l’UMP.

Vous parlez de présidents socialistes et de majorité de gauche. Parviendrez-vous à vous unir après le premier tour, en deux jours? Lire la suite…

03 Mar

1 Comment

Violence à l’école: la responsabilité directe d’un gouvernement qui veut instaurer la peur

par

Il ne se passe plus une semaine sans que les médias ne titrent sur une violence qui a eu lieu dans une école, un collège, un lycée. Sans qu’un élève n’en ait agressé un autre.

C’en est assez ! Alors, reprenons donc les choses dans le bon ordre :

Lorsqu’un enfant va à l’école, il est confié à la République. Pas à quelqu’un de notre famille, pas à un ami ou une connaissance mais à la République. Celle qui doit permettre de lutter contre les inégalités pour permettre à chacun de trouver sa place dans la société. L’école doit être le moteur du système républicain.

Et parce que ce sont des enfants, parce que la société a le devoir de les protéger, ces violences sont inacceptables et scandaleuses. Évidemment, loin de moi l’idée de ne pas rappeler à l’ordre ceux qui commettent ces actes de violences, ces délits. Il faut bien sûr les remettre dans le droit chemin.

Mais comment expliquer l’absence de prévention ? Comment expliquer que les solutions qui sont proposées par le gouvernement soient de l’ordre du répressif ou du punitif exclusivement ou presque ?

A quoi cela sert-il d’intervenir après alors que plus rien n’est fait avant ? Car si ces violences ont lieu, ce n’est pas « la faute à pas de chance ».

Car si l’insécurité se fait sentir là où, normalement, tout devrait être encadré, sécurisé, c’est évidemment non pas, non plus une erreur, mais bien la faute d’une politique menée tambour battant depuis maintenant 8 ans à coups de suppressions de moyens pour l’éducation : 36000 postes adultes supprimés en 4 ans et plus de 16 000 encore annoncés pour l’année scolaire 2010/2011, suppression de la carte scolaire, situation sociale dégradée, etc…

Et tout comme on ne peut pas supprimer des postes de pompiers, allumer des feux et se plaindre des incendies, le gouvernement ne peut pas prétendre trouver la solution alors qu’il est le problème. Lire la suite…

06 Nov

1 Comment

Wouaaaah !!!!

par

Jean-Michel Normand discerne dans le moment présent « un répit pour le Parti Socialiste » Ecoute, écoute, écoute ! Mieux, il perçoit même « un sentiment d’optimisme diffu » Cache ton enthousiasme !

Le tour de France du PS qui est un succès à chaque étape, à Grenoble ou à Tourcoing. L’offensive contre la recentralisation menée dans les collectivités locales. Les croupières à l’Assemblée contre le budget et particulièrement celui de la sécurité sociale. L’offensive sur les sondages de l’Elysée. La réussite de la campagne sur la Poste dans l’unité de toute la gauche. Le calme dans les rangs du PS et le début d’échange au sein de la gauche et des écologiques… Non cela était trop et pourquoi pas un PS de retour pendant que tu y es !

Non pour Jean-Michel Normand nous devons notre salut relatif… à Raffarin qui nous a « rendu audibles » !

Ce n’est pas le PS qui a bousculé la droite sur la taxe professionnelle mais c’est la droite qui a rendu le PS audible, elle est pas belle la vie ?!

27 Oct

1 Comment

Le Secrétaire Général de l’UMP a changé de nom !

par

Depuis dimanche le patron de l’UMP a changé de nom. Xavier Bertrand déjà aphone s’est fait piquer son job dans le coeur de Sarkozy et dans les médias par Eric Besson. Nicolas Sarkozy qui a besoin de réactiver les 3 « i » Immigration, Insécurité, Identité, pour ne plus dévisser dans la crise qu’il travers, a choisi son nouveau porte parole ! Eric Besson qui, devenu Secrétaire adjoint de l’UMP, porteur de la vraie fausse polémique sur l’identité nationale, a supplanté Xavier Bertrand. Tout va mal à droite, les jacqueries des agriculteurs, les suicides dans le monde du travail, les colères contre la taxe carbone, la taxe professionnelle, la réforme des collectivités locales, les impôts, les bas salaires, la vie chère ! Et puis le retour du refoulé « Angolagate » et la condamnation à une peine de prison ferme pour Charles Pasqua, voire l’assassinat de Robert Boulin rappellent les années RPR de Chirac dont on dit qu’il pourrait aller en correctionnelle.

Il faut donc changer d’époque car c’est la « rupture » qui est en jeux. Et voilà pourquoi le traitre de mélodrame, sans états d’âme, Eric Besson est pour Nicolas Sarkozy l’homme de la situation. Et voilà pourquoi le patron de l’UMP a changé de nom.