Tag Crimée

20 Mar

1 Comment

Les leçons d’un monde apolaire

par

Vladimir PoutineAvec l’annexion de la Crimée par Vladimir Poutine nous vivons un anti Yalta.

Un monde apolaire où la puissance est relative, et l’enjeu est l’Asie et non plus le vieux monde de l’Atlantique à l’Oural, de la Norvège à la péninsule arabique.

Poutine instruit par les hésitations et le renoncement du monde occidental en Syrie, a décidé sans crainte d’annexer la Crimée.

Voilà le nouveau monde, les Etats-Unis ne seront plus les mercenaires du monde occidental. L’Europe va devoir agir sous son drapeau. La Russie est de retour en Europe mais aussi au Moyen-Orient. Région du désengagement américain après une paix armée avec l’Iran.

Ce soir Madame Ashton annonce l’évolution dans le dossier du nucléaire iranien. Dans le même temps les négociations entre Israéliens et Palestiniens avancent, même à pas de tortue. L’Arabie Saoudite est au plus mal avec les monarchies du golf, et la Syrie voit la Russie de retour, pendant que le régime Bachar-Al-Assad se stabilise militairement par le Hezbollah pro iranien.

Bref, les Etats-Unis tournant le dos aux années Bush, ne souhaitent pas être en première ligne. Mieux, le retour de la Russie n’est pas un revers pour les USA, mais un élément stratégique non négligeable de substitution.

Les russes sont eux-mêmes confrontés d’un coté à un islamisme terroriste, et de l’autre (puissance asiatique) à la concurrence de la Chine. Pour l’instant cette dernière ménage la Russie qui lui rend bien. Mais demain ? Les USA ne souhaitent pas un front entre ces deux-là. D’où une colère contenue face à Vladimir Poutine.

Pendant ce temps l’Europe se transforme petit à petit en grande Suisse. Seuls les clapotis d’un débat dépassé entre américanophobes et russophiles viennent perturber. C’est d’un « ni-ni » dont nous avons besoin, jouant clairement la carte de l’euro-méditerranée. Indiquant à la Russie qu’un pas de plus en Ukraine et nous bloquons le passage de la Mer noire à la Méditerranée. Mais pour cela il faudrait arrêter de tergiverser en Turquie, s’entendre en Syrie, faire la paix avec l’Iran, pousser la paix au Moyen-Orient et définir plus clairement son partenariat oriental.

Dans le monde apolaire, le monde appartient aux idées claires et à la volonté sans faille. Ne serait-ce pas la leçon de l’épisode Poutinien ?

 

16 Mar

Commentaires fermés sur Poutine fort du précédent syrien

Poutine fort du précédent syrien

par

Vladimir PoutineVladimir Poutine qui a été joué en Libye, joue aujourd’hui en Ukraine.

Les puissances occidentales en particulier Obama-Cameron-Sarkozy avaient obtenu le soutien de la Russie et de la Chine lors de l’offensive de Kadhafi sur Bengazi. De là, la France et l’Angleterre ont débouché sur la chute du régime et l’assassinat du tyran, son arsenal fut pillé par les al-qaida que l’on retrouvera au Mali, ainsi que dans tout le Sahel.

Lors du Printemps syrien fort de ce précédent, les russes prirent fait et cause pour le dictateur Bachar-al-Assad. Les hésitations du monde occidental, et surtout la décision stratégique des Etats-Unis de se tourner vers l’Asie, se pensant moins dépendant du pétrole du Moyen-Orient, ainsi que les négociations secrètes avec l’Iran ont conduit au refus de bombarder le régime syrien. Vladimir Poutine a reçu le message cinq sur cinq.

A part la France qui veut jouer un rôle en méditerranée, ni l’Allemagne dépendante de la Russie en matière de gaz, ni l’Angleterre pour des raisons boursières, ni les pays d’Europe centrale pour les deux raisons, ni donc les Etats-Unis pour ce que nous venons d’écrire n’iront au-delà de sanctions symboliques. La route est donc ouverte pour Vladimir Poutine.

D’abord la main mise sur la Crimée, ensuite l’agitation dans l’est de l’Ukraine pour enfin peser sur l’élection présidentielle ukrainienne. Poutine prend acte du changement stratégique américain et de la division européenne. Il veut reconstituer une confédération autour de la Russie, faire du rouble une des monnaies équivalente du Dollar, de l’Euro, et du Yuan.

Dans la partie qui s’ouvre avec la Chine, pas sûr que les États-Unis soient contre. Quant à l’Europe, si Madame Merkel a souvent Poutine au téléphone, elle n’en obtient rien. Poutine fort du précédent syrien, sait qu’il ne risque rien. Encore que l’humiliation et la séquestration des populations tatars musulmans est lourde de menaces. Il ne peut se permettre une guerre civile à ses portes. Il ne ruinera pas son retour de puissance. Il va maintenant négocier en position de force.

L’Europe devra être claire sur les objectifs. Ce qui passe par une vision stratégique du nouveau monde et de l’urgence, l’Ukraine ou la Syrie et demain le Liban. Ceci au moment où la guerre chaude fait rage entre l’Arabie Saoudite, le Qatar et les chiites.

 

11 Mar

Commentaires fermés sur Ukraine : le Parti socialiste dénonce la déclaration d’indépendance proclamée par le parlement de Crimée

Ukraine : le Parti socialiste dénonce la déclaration d’indépendance proclamée par le parlement de Crimée

par

logops160Le parlement autonome de Crimée a déclaré aujourd’hui indépendante la péninsule de Crimée. C’est un nouveau pas vers l’escalade des tensions entre Kiev, l’Union européenne et les Etats-Unis vis-à-vis de la Russie. Cette décision est illégale au regard de la Constitution ukrainienne comme à celui du droit international.

Le Parti socialiste considère tout aussi illégale la tenue éventuelle d’un referendum visant le rattachement de la Crimée à la Russie et annoncé pour le 16 mars.

Le Parti socialiste considère comme totalement fallacieux le rapprochement fait avec le cas du Kosovo, dont l’indépendance est une des conséquences de la désagrégation de la République fédérale de la Yougoslavie. Le cas de la Crimée s’apparente davantage au vol de territoires opéré en 2008 par la Russie au détriment de la Géorgie qu’à l’indépendance d’un territoire revendiquée par une large majorité de la population concernée. La prise de la Crimée par Moscou semble donc constituer un plan vers la partition de l’Ukraine, qui met gravement en danger la stabilité de l’Europe.