Tag Daech

29 Juil

Commentaires fermés sur L’invité de Renaud Pila sur LCI

L’invité de Renaud Pila sur LCI

par

 

JCC - Renaud Pila 29072016

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité politique de Renaud Pila sur LCI.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

 

La fébrilité de notre classe politique n’est pas à la hauteur de la situation. Il faut changer de culture. Le débat français est minable. La primaire de la droite fausse l’ensemble du débat national

Contre cette violence qui nous est faite, il faut un débat serein. On focalise beaucoup  plus sur les erreurs que sur les réussites.
Nicolas Sarkozy fait de la politique sur un sujet où l’on devrait se rassembler. Ce n’est pas à la hauteur. On ne gagne pas une présidentielle en instrumentalisant la peur des Français.
Le problème n’est pas de jeter en pâture des juges pour qu’ils s’expliquent de leurs erreurs. Ce qu’il ne faut pas faire c’est la stratégie du coupable. Il faut s’améliorer, il faut être efficace, se rassembler.
Ce gouvernement est un gouvernement de rupture par rapport à ce que faisait les autres gouvernements face au jihadisme
L’objectif c’est de mailler le plus fin possible en sachant qu’il y en aura toujours qui passent au travers
Il faut être extrêmement ferme, prendre  des mesures et garder notre raison. Il faut combattre le daechisme et son projet avec une grande fermeté et une grande une efficacité  tout en respectant notre droit
Il est paradoxal de combattre pour nos valeurs là-bas et vouloir les remettre en cause ici.
La rétention sans juge c’est  les lettres de cachet. On a fait une révolution contre cela. La remise en cause de la présomption d’innocence c’est la remise en cause de notre habeas corpus. Peut on faire confiance voire élire un homme qui dit que la constitution est une argutie?
Nicolas Sarkozy est omniprésent et Alain Juppé évanescent.
Anonymat des terroristes? Il s’agit moins de ne pas nommer que de ne pas héroïser.
Trump plus Poutine plus Erdogan plus le Brexit ça fait quand même une période terrifiante

25 Août

Commentaires fermés sur « Le contrôle au faciès, certainement pas ! », interview au Point

« Le contrôle au faciès, certainement pas ! », interview au Point

par

Logo Le Point

Le Point publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

Le Point : Les attentats, mêmes amateurs comme celui du Thalys, se multiplient depuis Charlie. Les Français ne cèdent pas à la panique. Peut-on en dire autant de la classe politique quand Alain Vidalies déclare préférer « la discrimination » au risque d’attentat ? Le Parti socialiste a du avoir les cheveux qui se sont dressés sur la tête, non ?

Jean-Christophe Cambadélis : Il ne m’en reste pas beaucoup de cheveux alors je ne vais pas les couper en quatre : Le contrôle aléatoire pourquoi pas, mais au faciès certainement pas.

Les souverainistes et le FN réclament de longue date la sortie de l’espace Schengen et le rétablissement des frontières. De manière pragmatique, ne serait-ce pas le meilleur moyen de contrôler les allées et venues des individus signalées d’une fiche S dans l’espace communautaire ?

Ce n’est pas Schengen qui produit le terrorisme ou la facilité, c’est la guerre civile. Ce n’est pas une nouvelle ligne Maginot qui nous protégera, mais la coopération et la coordination, la solidarité des Européens.

Peut-on réellement combattre Daech sans intervention au sol comme le réclame par exemple Nicolas Dupont-Aignan ?

A titre personnel, je crois ceci inéluctable, mais il ne suffit pas de sauter sur sa chaise comme un cabri en criant « intervention ». Il faut un mandat de l’ONU, un accord d’une coalition et accessoirement une stratégie démocratique pour l’après, comme nous l’avons fait au Mali.

François Hollande fait du départ de Bachar El Assad l’un des points durs de sa stratégie à l’internationale. Mais peut-on durablement tenir cette position qui nous éloigne des Russes ? Peut-on durablement vivre dans cette bouderie avec Vladimir Poutine et ces embargos néfastes à nos économies ?

Vladimir Poutine ne nous boude pas, il veut que l’on respecte ce qu’il appelle la voie Russe, gardienne authentique des valeurs chrétiennes. Tant que l’on n’aura pas garanti les minorités, il ne bougera pas. Mais l’Iran semble travailler à une solution. Je ne suis pas sûre que Bachar El Assad fasse partie de leur « solution ». Enfin personne ne peut passer sous silence l’annexion de la Crimée. Que Vladimir Poutine s’engage à respecter et faire respecter les accords de Minsk et les problèmes seront résolus.

Le Chef de l’Etat avait, à l’issue de la crise grecque, relancer l’idée d’un gouvernement économique de la zone euro. Vu la lourdeur du processus, celui-ci peut-il réellement voir le jour dans les deux ans qui nous sépare de la présidentielle ?

C’est une très bonne idée du Président de la République, la France va jouer un rôle majeur, car la situation n’est pas viable sans un gouvernement économique de la zone euro. Le PS va prêter son concours à cette initiative au sein du PSE.

Alexis Tsipras remet son mandat en jeu en Grèce. Le Parti socialiste français soutient-il sa candidature et la majorité qu’il espère retrouver au Parlement ?

Le Pasok ne s’est ni allié à un parti de droite extrême ni a été parjure à ses engagements devant les électeurs grecs. M. Papandréou proposait au plus fort de la crise un référendum sur l’euro qui lui a été refusé par le « Merkozy » de l’époque. Avec deux conséquences : un fort sentiment de frustration nationale et l’idée que le Pasok n’était que la courroie de transmission de l’austérité franco-allemande, puis de la Troïka. Battu aux élections, le Pasok a participé à un gouvernement de coalition avec la droite, comme le SPD aujourd’hui. Ceci a achevé de la faire apparaître comme une non-alternative conduisant à des scissions pendant que Syriza rompait au congrès de Thessalonique avec le refus de l’euro, occupant ainsi l’espace de la gauche.
Le Pasok, qui est un parti socialiste surgi dans la suite de la dictature, est un parti particulier au regard du SPD ou du PSOE, du parti travailliste ou PS, mais il fait partie de la famille.

Arnaud Montebourg s’est affiché avec Yanis Varoufakis à Frangy. Considérez-vous que Montebourg soit aujourd’hui irrécupérable pour le PS ?

J’ai trouvé le discours d’Arnaud Montebourg à Frangy très recentré et celui de Yanis Varoufakis moins excessif qu’on le dit. Pour le reste chacun à sa destinée politique entre ses mains.

Propos recueillis par Emmanuel Berretta

17 Nov

Commentaires fermés sur L’invité des « 4 vérités » sur France 2

L’invité des « 4 vérités » sur France 2

par

JCC télématin les4vérités 17112014

Jean-Christophe Cambadélis a répondu ce matin aux questions de Roland Sicard dans l’émission télématin sur  France 2.

Vous pouvez retrouver la vidéo de l’interview ci-dessous:


Jean-Christophe Cambadélis par telematin