Tag deces

02 Jan

Commentaires fermés sur Décès de François Chérèque : le mouvement progressiste est en deuil

Décès de François Chérèque : le mouvement progressiste est en deuil

par

logo ps twitter

C’est avec une profonde tristesse que le Parti socialiste a appris le décès de l’ancien secrétaire général de la CFDT François Chérèque.

Cet éducateur spécialisé de formation exerça tous les échelons de responsabilités au sein de la CFDT avant d’en devenir le secrétaire général en 2002.

Homme de convictions mais aussi de dialogue, François Chérèque porta la voix pendant une décennie de la centrale syndicale. Il marqua de son empreinte de nombreuses réformes notamment celle de la représentativité syndicale dans notre pays.

Militant réformiste et moderne, il prolongea son engagement en s’impliquant dans le suivi du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté puis à la tête de l’agence du service civique dont il fut président de 2013 à juin 2016.

Constamment animé d’une curiosité intellectuelle et de l’amour du débat d’idées, il présida le Conseil d’administration de la fondation Terra Nova, en lien avec Thierry Pech.

C’est donc l’ensemble du mouvement progressiste qui est en deuil aujourd’hui. Le Parti socialiste adresse ses sincères condoléances à ses proches et à sa famille, ainsi qu’aux militants de la CFDT et à leur secrétaire général Laurent Berger.

10 Nov

Commentaires fermés sur Décès de Helmut Schmidt

Décès de Helmut Schmidt

par

logops160

La mort de l’ancien chancelier et ancien président du groupe SPD au Bundestag, notre camarade Helmut Schmidt nous plonge dans une profonde tristesse.

C’est une très grande perte pour la social-démocratie et pour l’Europe. Il était un grand ami de la France. Nous lui devons beaucoup.

Successeur de Willy Brandt, il a gardé jusqu’au bout un esprit vif et une pensée toujours acérée. Il avait eu lui aussi à affronter le terrorisme et les tensions de la guerre froide, mais il avait aussi renforcé la crédibilité du SPD à gouverner.

Son discours au congrès du SPD en 2011 avait très fortement marqué les esprits car il incitait à construire non pas une Europe allemande, mais une Allemagne européenne.

Le Parti socialiste adresse ses sincères condoléances au peuple allemand qui perd un de ses plus grands chanceliers.

07 Avr

Commentaires fermés sur Décès de Jean Germain

Décès de Jean Germain

par

logops160

 

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition brutale de Jean Germain, sénateur socialiste d’Indre-et-Loire et ancien maire de Tours pendant près de 20 ans.

Universitaire de profession, cet humaniste engagé a toujours eu pour seul objectif de servir son territoire. Je souhaite en ce triste jour saluer la mémoire d’un homme, d’un militant, qui s’est consacré des années durant avec tant de passion à sa ville de Tours et à ses habitants.

Jean Germain était des nôtres et rien ne permettra de salir la mémoire de celui qui a souffert ces dernières années d’un dénigrement sans relâche.

J’adresse au nom de tous les socialistes mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches ainsi qu’à tout ceux qui l’ont aimés.

15 Juil

Commentaires fermés sur Réaction du PS suite au décès d’un soldat français au Mali

Réaction du PS suite au décès d’un soldat français au Mali

par

logops160

 

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès d’un neuvième soldat français au Mali, victime d’une attaque suicide qui a aussi fait deux blessés.

Nous voulons adresser nos sincères condoléances à sa famille et à ses compagnons, alors que l’opération Serval touche à sa fin et que les troupes françaises seront redéployées.

Ce sous-officier du 1er régiment étranger du Génie ne faisait pas partie d’une unité combattante. L’attentat dont il a été victime justifie pleinement le lancement déjà prévu d’une opération de contre-terrorisme pour sécuriser la zone Sahel et protéger les populations civiles alors que des Etats comme le Mali travaillent à la reconstruction de leurs pays.

Le Parti socialiste renouvelle son soutien aux soldats français engagés dans une mission de démantèlement de foyers terroristes qui agissent contre les intérêts des populations locales qui n’aspirent qu’à la paix et au développement.

 

06 Mar

Commentaires fermés sur Vénézuela : Mort du président Chávez

Vénézuela : Mort du président Chávez

par

 

chavez

Hugo Chávez aura été l’homme fort du Venezuela pendant un peu moins de quinze ans, de 1999 à 2013. Militaire de carrière, putschiste puis dirigeant réélu régulièrement à la tête de son pays, Hugo Chávez incarne à l’inverse de Lula, une gauche radicale qui a séduit en France ceux qui ne pouvaient plus être ouvertement castriste et qui avaient été déçus par le réformisme de Lula.

Mais Chávez c’est à la fois un homme et un style qui ne correspondent pas forcément, comme toujours aux icônes ou aux caricatures.

Cet enfant d’enseignants, Hugo Chávez était le descendant d’un rebelle. Militaire de carrière, c’est durant les années 70 – ces années de plomb – que se forme sa pensée politique. Nourrie des idées de Castro et d’Allende bien sûr, mais surtout de Bolívar et aussi du théoricien marxiste vénézuélien Federico Brito Figueroa (1921-2000).

Chávez se fit connaître du grand public par les coups d’Etat manqués de 1992 contre le président Carlos Andrés Pérez. La deuxième moitié des années 1990 fut consacrée à la construction d’un appareil politique, le Mouvement Cinquième république. Il devient le héros des classes populaires qui sont frappées de plein fouet par la crise qui frappe le Vénézuéla. Ces classes qui le portent au pouvoir en 1998 qu’il ne quittera que mort.

Il a changé la constitution, instaurant une sorte de régime d’exception dans lequel, le rôle du Parlement fut minoré.

La crise économique qui frappe le pays en 2001-2002 et qui est une des conséquences des attentats du 11 septembre dans ce pays qui est le cinquième producteur de pétrole est utilisée par Chávez pour nationaliser des pans entiers de l’industrie pétrolière. Le coup d’Etat de Carmona qui ne fut l’homme fort du régime que pendant 47 heures. Les médias privés, du fait de leur soutien à la junte, virent leur autorisation d’émettre suspendue, même s’ils continuent à émettre sur le câble.

Après 2004, et l’instauration du référendum révocatoire, Chávez à la tête de son Parti socialiste unifié du Vénézuéla (PSUV) triomphateur d’un coup d’Etat a aussi connu des revers. Sa réforme constitutionnelle de 2007 a été rejetée. Le recul de la pauvreté ne cache pas un développement entravé dans ce pays tropical où l’eau coûte plus cher que le pétrole.

Chávez qui a montré beaucoup des traits de l’autocrate, aidé par une opposition de gauche qui ne s’est jamais rassemblée ni suffisamment différenciée de la droite, a su percevoir la baisse de sa popularité qui correspondait aussi au déclanchement de sa maladie en organisant sa succession.

Les théories politiques de Chávez, basées sur les fondamentaux de la gauche latino-américaine. Un nationalisme nourri d’anticolonialisme et de volonté d’émancipation à l’égard des grandes puissances et notamment des Etats-Unis ont grandi sur ce terreau des peuples d’Amérique centrale et d’Amérique du sud marqués par le souvenir de la conquête espagnole ou portugais, l’extermination des peuples indigènes, les luttes pour l’indépendance et la contestation de la mainmise nord-américaine sur leur économie ou leurs institutions.

Le bolivarisme, issue de la pensée de Simón Bolívar, – ce mélange d’idées des Lumières, de justice sociale et de volonté de construire un destin commun continental, par-delà les frontières nationales est un apport théorique intéressant que la pratique chaviste a malheureusement malmené.

Il a incarné ce socialisme révolutionnaire latino-américain qui survit à Cuba mais qui a disparu partout ailleurs. Pour autant, la solidarité continentale entre des modèles progressistes contemporains mais pas comparables – Correa, Morales, Lula, Kirchner – a toujours surplombé la critique du chavisme par ses pairs.

Ce «Nasser » des tropiques a également poussé loin sa contestation des Etats-Unis en s’affichant avec les ennemis des Américains qu’étaient Kadhafi et Ahmadinejad.

Pour une gauche en panne d’inspiration romantique il a représenté une icône, pour une droite libéral, il fut une caricature.

Pour nous, il aura marqué son époque et son pays car il aura, à sa manière, contribué au combat contre la pauvreté à la tête d’un pays important en Amérique latine. Sans partager tous ses combats ou ses prises de position, le Parti socialiste a toujours en commun avec les amis du président défunt la défense de la justice.

Formons le vœu que le Vénézuéla s’affirme comme un État moderne, pluraliste où le Parlement exprime la diversité des opinions comme c’est le cas dans toutes les grandes nations démocratiques.

 

11 Août

Commentaires fermés sur Hommage à Mouloud Aounit

Hommage à Mouloud Aounit

par

C’est avec une grande émotion que j’ai appris le décès de Mouloud Aounit. Pour toute une génération, son nom aura été étroitement lié au MRAP et à tous les combats antiracistes des années 80 à aujourd’hui. Mes pensées vont à sa famille, ses amis, ses camarades du MRAP et du PCF dont il fut un élu au Conseil régional Ile-de-France.

On ne compte plus les combats unitaires que nous avons menés ensemble contre le racisme et le front national, les discussions sur les formes d’action à conduire, les moyens de mobiliser toujours plus la jeunesse et les intellectuels…

Même si tout cela paraît loin, l’idée de rassembler la gauche dans la vigilance et l’invention d’une alternative au racisme et à toutes les formes d’extrémisme, garde toute sa pertinence.

Mouloud luttait aussi pour la mémoire des oubliés comme le victimes du 17 octobre 1961 et le meilleur hommage que la gauche puisse lui rendre est de continuer avec détermination, son combat.

 

catégorie Ecrits, Expressions

Tag , ,

30 Juin

Commentaires fermés sur Au revoir Olivier

Au revoir Olivier

par

La nouvelle de la mort d’Olivier Ferrand est un choc. Mes condoléances vont à sa famille, Carole et leur fille. C’est un destin brisé, une vie de talent et d’énergie déployées pour la passion des idées.

Ensemble, avec d’autres camarades, nous avions voulu ancrer la réflexion politique à gauche en Europe pour le renouveau de la social-démocratie et construire une alternative progressiste au conservatisme.

Ce travail est reconnu par tous et désormais il est versé au « patrimoine intellectuel » d’une gauche qui, après avoir renouvelé ses idées, a remporté de grandes victoires. Pour autant l’œuvre n’était pas finie. Nous aurions travaillé ensemble au Parlement pour faire de grandes réformes économiques et sociales pour le pays…

Il ne verra pas l’aboutissement de ses idées, lui qui avait grandement contribué à la réussite de nos primaires, mais le meilleur hommage que les socialistes puissent rendre à ce jeune député, c’est de garder toute leur places aux intellectuels, à ces hommes et ces femmes qui interprètent le monde que, nous hommes et femmes de gauche devons transformer.

22 Nov

Commentaires fermés sur Une grande dame s’est éteinte

Une grande dame s’est éteinte

par

Résistante pendant la 2ème guerre mondiale, résistante dans la vie, résistante à l’air du temps, résistante à toutes les dominations. Cette femme digne, humaniste, indépendante, incapable de médiocrité, était aussi un repère pour beaucoup de femmes.

Elle était indissociable de l’image de François Mitterrand en 1981. Et c’est la raison de la nostalgie qui envahit les socialistes au delà de la peine provoquée par ce décès.