Tag delanoe

30 Août

Commentaires fermés sur La justice ne sert pas à régler des comptes politiques

La justice ne sert pas à régler des comptes politiques

par

Bertrand Delanoë a bâti sa carrière politique sur la probité affichée et la rupture avec le « fric frac » des années Chirac. Aujourd’hui le Maire de Paris veut pratiquer la justice pas la vengeance. Ce sentiment l’honore.

En effet utiliser la justice pour régler des comptes politiques n’est pas une attitude de gauche ! Bien ! Pour le reste y’a pas de quoi en faire un plat…

La faute ? elle est donc reconnue.

Le procès ? Il aura lieu.

La spoliation des parisiens ? Réparée.

L’UMP ? Mis à l’amende.

Le retrait de partie civile ? Un pratique banale.

Il faut toujours que la justice passe. Régler des comptes par son intermédiaire ? J’ai toujours pensé que cela ne grandissait jamais ses auteurs. Loin d’une grandeur d’âme, elle souligne une méchante lâcheté, derrière la paravent confortable de la bien pensance…

12 Déc

Commentaires fermés sur Dans le 19ème

Dans le 19ème

par

arrdt_19.gifHier soir, s’est tenu au Gymnase Jean Jaurès, le compte rendu de mandat de Bertrand Delanoé, Maire de Paris et de Roger Madec, Sénateur-Maire du 19ème arrondissement et des élus de l’arrondissement devant une assemblée de quelques 300 personnes.

Plusieurs interpellations des habitants ont été faites auxquelles je me propose de vous donner, à mon tour, quelques réponses:

La sécurité dans notre arrondissement :
Les évènements récents dans notre arrondissement et le traitement fait par les médias interrogent manifestement plusieurs d’entre vous sur les moyens mis en oeuvre par la ville quant au rétablissement de la sécurité dans notre arrondissement.

Je tiens ici à m’associer totalement aux démarches entreprises par la municipalité et en premier lieu Roger Madec lors des évènements récents.

La municipalité a fait preuve de réactivité, et de fermeté. Tout ce qui a été mis en oeuvre a été efficace et totalement transparent en informant l’ensemble des habitants des quartiers (conseils de quartiers extraordinaires etc. ).

Cependant, je tiens à rappeler aussi que les dispositions en terme de mise en place de moyens supplémentaires sont de la responsabilité du Préfet de Police qui dépend lui-même de Madame le Ministre de l’Intérieur.

J’ai, moi-même, sollicité Monsieur le Préfet sur la nécessité de renforcer les dispositifs de Police dans notre arrondissement et je reste très vigilant. Lire la suite…

11 Sep

2 Comments

La popularité de Delanoë ne fait pas une majorité au PS

par

Bonjour,

L’AFP a repris mes propos de ce matin sur Itélé, voici la dépêche:

communique_image.jpgParis, 11 sept 2008 (AFP) – Le député strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis s’est dit jeudi « très content que Bertrand Delanoë soit populaire » mais, pour lui, « ce n’est pas cela qui va faire la majorité ou le premier secrétaire » du Parti socialiste.

« Je suis très content que Bertrand Delanoë soit populaire mais ce n’est pas cela qui va faire la majorité ou le premier secrétaire », a déclaré sur i-Télé M. Cambadélis, partisan d’une candidature de Martine Aubry à la tête du PS.

« Sinon, il fallait voter pour Ségolène Royal en interne au PS parce qu’elle était la plus populaire et qu’elle était censée battre Nicolas Sarkozy », a ajouté le député de Paris.

« Ce n’est pas comme ça qu’on se détermine, on se détermine par rapport à une orientation : est-ce qu’on est dans la continuité, ce qui me semble être le cas de Bertrand Delanoë dans son alliance avec François Hollande, de ce qui a été fait depuis 11 ans, ou est-on dans un renouveau? Moi je travaille pour le renouveau », a-t-il dit.

26 Mai

Commentaires fermés sur Bloc-notes N°49

Bloc-notes N°49

par

bloc_note_copieV2.jpgLaissons une chance à la réforme des institutions !

Depuis 1958, le fait présidentiel s’est imposé à travers deux évolutions constitutionnelles majeures : la première, en 1962, avec l’élection du Président de la République au suffrage universel, jamais remis en cause et à laquelle les Français sont massivement attachés ; la deuxième, avec la réduction du mandat présidentiel à cinq ans et l’inversion du calendrier électoral qui fait précéder les élections législatives par l’élection présidentielle.

Les deux réformes, l’une imposée par la droite et l’autre, voulue par la gauche, ont présidentialisé une constitution qui, à l’origine, se voulait parlementaire.

D’un parlementarisme rationalisé, on est passé au Parlement abaissé et au joug gaullien combattu par la gauche a succédé l’imperium mitterrandien dénoncé par la droite.

L’initiative prise par Nicolas Sarkozy n’est d’ailleurs pas sans rappeler étrangement celle prise le 30 novembre 1992 par François Mitterrand qui soumettait à l’examen d’un comité consultatif présidé alors par Georges Vedel des propositions visant à « assurer un meilleur équilibre des pouvoirs, à améliorer les garanties de l’indépendance des magistrats et à renforcer les droits des citoyens ». Lire la suite…

25 Mai

Commentaires fermés sur Il faut construire une alternative crédible

Il faut construire une alternative crédible

par

Invité sur I>TELE, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré ce matin à propos de l’échange entre Ségolène Royal et Bertrand Delanoë que l’enjeu du Parti socialiste n’est pas de s’engager dans une querelle « d’étiquette », mais de construire une alternative crédible à Nicolas Sarkozy, et d’être à gauche « autrement ».

22 Mai

Commentaires fermés sur « Je préfère un bon militant à un bon manager »

« Je préfère un bon militant à un bon manager »

par

J’ai donné une inteview à LCI.fr, la voici.

Le député strauss-kahnien réagit au livre de Bertrand Delanoë. « Le débat sur le libéralisme a déjà été tranché », affirme-t-il, en réponse au maire de Paris. Le PS « n’a pas envie de choisir maintenant le candidat à la prochaine présidentielle », assure-t-il. Propos recueillis par Renaud PILA

LCI.fr : Dans son livre, Bertrand Delanoë appelle les socialistes à se réapproprier le libéralisme. Saluez-vous l’audace ou ce débat est-il daté ?

Jean-Christophe Cambadélis, député socialiste (strauss-kahnien) : Manuel Valls avait proposé de changer le nom du parti socialiste. Bertrand Delanoë semble lui en avoir trouvé un nouveau : le parti libéral… (rires) Je plaisante mais la conversion au libéralisme, c’est volontairement provocateur mais totalement ambivalent. De quoi parle-t-on ? Du courant philosophique des Lumières, du courant économique thatchérien ? Le débat n’est pas nouveau. Il a déjà été tranché. Cela s’appelle le socialisme des libertés. Cela a un autre nom, un joli nom, c’est l’émancipation. Il n’y a pas de quoi créer une polémique majeure. Il faut moins reconnaître le libéralisme que bâtir un nouveau modèle dans la mondialisation.

Ce que j’ai lu, seulement des extraits, manque un peu de précisions sur la nouvelle question sociale. Comment répond-on à la fragmentation des couches populaires ? Mais cela devrait pouvoir venir. Lire la suite…

12 Mai

Commentaires fermés sur Bloc-notes n°48

Bloc-notes n°48

par

bloc_note_copieV2.jpgSarkozy : l’arroseur médiatique arrosé

Incorrigible ce Nicolas Sarkozy ! Il avait bâti une nouvelle Com. autour du président régalien et voila qu’en deux temps trois mouvements, sur un coup de colère, il met tout parterre. D’abord, en accélérant le rythme des sorties et des déclarations. Ça, on s’y attendait, il ne sait pas se tenir. Mais surtout en s’attaquant à nos « vaches sacrées », les médias…

Ce n’est ni le style, ni l’absence de croissance, ni le paquet fiscal, ni le pouvoir d’achat, ni les franchises médicales qui sont la raison du désamour français. Mais tout réside dans le retournement des médias. Qui n’ont rien à voir avec l’état de l’opinion, comme chacun le sait.

Dans le collimateur du courroux présidentiel, Marianne évidemment, le Nouvel Obs. et Le Monde, mais aussi l’AFP et TF1, ce qui, là, est franchement drôle. Ces méchants sont trop complaisants pour Ségolène Royal et trop méprisants pour son œuvre.

Et voilà l’homme qui s’est propulsé sur les hauteurs grâce au tremplin médiatique s’étonnant que l’on puisse le critiquer. Lire la suite…