Tag dignité

22 Juin

1 Comment

36, rue Botzaris

par

En janvier dernier, de jeunes et moins jeunes tunisiens arrivaient sur les côtes italiennes. Ils se voyaient délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire. Beaucoup ont rejoint la France depuis. Aujourd’hui encore, beaucoup d’entre eux errent dans les rues du nord-est parisien et passent à travers les dispositifs mis en place par l’hôtel de ville, la mairie du 19ème arrondissement, en lien avec les collectifs d’associations nationales et locales mobilisées telles France Terre d’Asile, Emmaüs…

Il y a quelques temps, l’évacuation par les forces de l’ordre du 51 avenue Simon Bolivar avait déjà beaucoup ému chacun d’entre nous: associations, élus, habitants du 19ème.

Il y a quelques jours, à la demande de l’Ambassade de Tunisie, la Préfecture de Police a évacué les personnes qui, faute de prise en charge et en pleine errance, s’étaient réfugiées dans les locaux situés au sis 36, rue Botzaris dans le 19ème arrondissement (ancien centre culturel tunisien, propriété de l’état tunisien).

Ces interventions policières sur les différents lieux d’errance de ces populations sont insupportables et inutiles.

Insupportables pour les populations et les riverains qui vivent et les accompagnent parce que agressives vis à vis de personnes qui méritent dignité et respect.

Inutiles enfin, parce qu’elle ne font que déplacer les tunisiens et ne proposent pas de solutions de règlement de leur situation administrative au regard du droit de séjour en France.

La situation des Tunisiens doit être réglée, non pas à coup d’interventions des forces de l’ordre, mais bien par les autorités françaises compétentes.

Il est grand temps que le gouvernement organise au delà de la répression, un dispositif spécifique d’aide et de régularisation même temporaire de la situation de ces tunisiens: aide au retour volontaire pour ceux qui le souhaiteraient, mise en place de procédures de délivrance d’accès de séjour ou d’accès aux formations professionnelles pour les tunisiens qui le demanderaient dans le respect des accords migratoires entre la France et la Tunisie.

17 Mai

31 Comments

Les amis de DSK sont profondément attristés

par

Les amis de DSK sont profondément attristés par les images et les attitudes des autorités qui lui refusent toute dignité. Nous ne sous estimons pas la gravité des faits présumés, mais il est des images et des humiliations qui n’étaient pas nécessaires à la manifestation de la vérité. Nous souhaitons qu’il puisse enfin se défendre et rétablir les faits comme l’ont ébauché ses avocats à New York. Il faudra pour cela attendre vendredi. Mais devant l’avalanche de contre vérités ou d’éléments seulement à charge c’est très long, trop ?

04 Mai

Commentaires fermés sur Evacuation du 51 av. Simon Bolivar

Evacuation du 51 av. Simon Bolivar

par

J’apprends à l’instant l’évacuation de l’immeuble situé au 51 avenue Simon Bolivar dans le 19ème arrondissement.

Occupé depuis le 1er mai par de jeunes migrants pour la plupart tunisiens mais aussi par différents collectifs, le bâtiment occupé, frappé d’alignement, parce que considéré comme dangereux est inapproprié pour y résider correctement et sans danger.

Cette situation intervient à un moment où la mairie de Paris, les associations sensibilisées et les élus d’arrondissement ont organisé depuis des jours le relogement des migrants dans des lieux provisoires certes, mais plus adaptés à la dignité.

J’engage chacun et chacune à orienter et accompagner ces jeunes migrants en grande souffrance depuis de nombreux jours à se rapprocher des organisations et associations mobilisées telles « Aurore », Emmaüs et/ou France Terre d’Asile pour accéder aux accueils proposés dans le respect de leurs droits et de la dignité.

29 Avr

1 Comment

Aux rencontres du PSE et des leaders des révolutions arabes

par

Discours de Jean-Christophe Cambadélis

Je vous propose de nous rassembler pour faire de Mohamed Bouazizi le prochain prix Nobel de la paix.

Chers amis,

On ne peut pas dire que l’Europe et les partis progressistes doivent accompagner les révolutions arabo- musulmanes sans crever un abcès. L’Europe, après le 11 septembre 2001, a privilégié la stabilité sur la démocratie. Funeste erreur, ce sont les dictatures qui créent la radicalité, l’intégrisme, les mouvements migratoires (…). Nous vous devons de reconnaître que le camp progressiste a trop tardé à rompre totalement avec des partis au pouvoir qui ne partageaient pas nos valeurs (…). Dans ce mouvement qui ressemble comme un frère à la révolution de 1848 en Europe et qui a commencé en Iran contre Mahmoud Ahmadinejad volant l’élection au peuple iranien. Dans ce formidable mouvement, une figure se détache, résumant la liberté, le respect, la démocratie. C’est celle de Mohamed Bouazizi.

Je voudrais vous proposer que nous défendions ensemble sa candidature piour le prix Nobel de la paix, saluant ainsi à travers lui, la jeunesse qui a gagné la démocratie (…). Je crois nécessaire que l’Europe comprenne que son intérêt, au delà de ses valeurs, passe par la défense de la démocratie et que celle-ci ne peut s’épanouir dans la précarité, la pauvreté, le chômage. Voilà, il faut un plan du type Marchal avec comme but une monnaie commune, un marché commun, la libre circulation des hommes et des marchandises. On ne peut pas plaider pour l’Europe au nord et dire vouloir rester dans vos états nations dans la mondialisation (…). Il ne faudrait oublier aussi que l’argent des dictateurs retourne au peuple (…) Nous devons aussi tordre le cou à la nouvelle peur européenne : l’invasion du Magreb.(…) Surfant sur l’islamophobie. (…)

Allons, pour l’instant, le fantasme est au nord, la réalité est ici. C’est en Tunisie et en Egypte que sont les flux. Ils sont des centaines de milliers. Alors battons nous au nord pour accueillir transitoirement, avec dignité, et aidons ceux qui le font déjà (…). Il faut ensemble protester contre l’assassinat du peuple syrien (…). Il faut mobiliser nos parlementaires pour agir en direction des ambassades (…). Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures. On ne peut pas bombarder tout le monde. Mais on peut isoler les dictateurs pour les faire plier. (…) Nous devons être attentifs à ce que les acteurs de la révolution n’en soient pas les exclus. (…) Toutes les révolutions ont leur Thermidor. Le premier moyen pour l’éviter, c’est de donner les moyens à celles-ci de se développer. (…)

Encore un mot. Notre ami, Nabil Shâath, négociateur pour le peuple palestinien nous disait : « On ne vous reproche pas votre soutien à Israël. Mais le fait qu’au nom de cela vous ne défendiez pas vos valeurs. (…) Reconnaissez nous aussi. (…)

Nous leur répondons : « Faites votre union ». C’est aujourd’hui chose faite.

28 Avr

Commentaires fermés sur Urgence pour la solidarité

Urgence pour la solidarité

par

J’ai signé l’appel « Urgence pour la solidarité » rédigé par les associations, organisations et mouvements dénonçant le traitement infligé aux migrants tunisiens.

Urgence pour la solidarité

Nous dénonçons le traitement indigne infligé aux centaines de tunisiens arrivés en France via l’Italie et laissés en errance dans les rues de Paris, de Marseille et d’autres villes. La plupart ont des permis de séjour temporaire délivrés par l’Italie, leur assurant des droits.

Nous demandons l’arrêt immédiat des rafles policières, la libération des personnes arrêtées et l’ouverture de négociations pour trouver des solutions adaptées.

Il y a urgence à trouver des solutions d’accueil (centres d’hébergement, structures d’accueil,…) et à nourrir les personnes concernées.

Nous demandons également au Gouvernement français :

Pour ceux qui souhaitent bénéficier d’une formation professionnelle pour contribuer à leur retour au développement de la Tunisie, de leur en donner les moyens et une carte de séjour temporaire.

Pour ceux qui souhaitent travailler et vivre en France, temporairement au moins, de leur donner une carte de séjour vie privée et familiale à titre exceptionnel en égard à la révolution démocratique tunisienne comme cela a pu être fait à d’autres époques.

Pour ceux qui souhaitent retourner en Tunisie, que l’OFI leur fournisse un billet d’avion et une aide au retour significative.

Nos associations appellent les associations, syndicats, collectifs, organisations politiques et collectivités locales à la mobilisation générale pour permettre accueil et solidarité respectant la dignité des migrants tunisiens.

Nous soutenons les processus démocratiques en cours. Ils ne peuvent être séparés de la fondation de rapports internationaux plus justes et plus équilibrés, basés sur une égalité des droits des individus et des peuples à la liberté, à une vie digne et indépendante ainsi qu’à des droits égaux à la liberté de circulation.

01 Nov

Commentaires fermés sur Trêve hivernale

Trêve hivernale

par

Le 1er novembre débute la trêve hivernale. Selon les dispositions légales, et jusqu’au 15 mars 2011, aucune expulsion locative ne pourra être possible à moins que le « relogement soit assuré dans des conditions dites suffisantes et respectueuses ».

Sursis terrible pour celles et ceux pour lesquels, le 16 mars au matin aucune solution n’aura été trouvée.

Espoirs perdus aussi pour toutes celles et ceux que je rencontre face à l’échec de la loi DALO depuis sa mise en place et les promesses gouvernementales de donner « un logement décent et indépendant ».

Le logement est l’un des premiers poste de dépenses des ménages et la garantie de pouvoir, quoi qu’il arrive, garder une dignité.

Une dignité y compris quand le gouvernement frappe de plein fouet systématiquement les familles et salariés les plus modestes notamment sur des questions liées à l’emploi, l’accès à la santé, les dépenses d’électricité, les prestations sociales (APL, Paje)….

08 Avr

Commentaires fermés sur Supprimer le délit de solidarité

Supprimer le délit de solidarité

par

Le Groupe SRC à l’Assemblée nationale a déposé le 17 mars une proposition de loi intitulée « supprimer le délit de solidarité ». Cette proposition de loi sera examinée en commission des Lois le 8 avril.

Le Parti socialiste participe et appelle ses militants à participer, aujourd’hui, aux rassemblements organisés devant les Palais de Justice par un collectif d’associations, de syndicats et de formations politiques, et à signer l’Appel de ce même collectif pour la suppression du délit de solidarité.

En effet, selon l’article L622-1 du Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile : « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 euros ».

De multiples bénévoles ou collaborateurs d’associations de lutte contre l’exclusion ou d’aide aux migrants ont ainsi été récemment placés en garde-à-vue sur ce seul motif. C’est la conséquence de la confusion qui existe dans le CESEDA, mais qui est surtout sciemment entretenue par le ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, entre des filières mafieuses d’immigration clandestine et des personnes qui viennent en aide sans contrepartie à des étrangers en situation irrégulière. Dans son budget 2009, le ministère fixe ainsi, sans distinction, un objectif d’interpellations de 5.500 « aidants ».

Pour le Parti socialiste, la solidarité, la défense de l’intégrité physique et de la dignité de toute personne, quel que soit son statut, loin d’être un délit, constitue un devoir.