Tag disparition

10 Mar

Commentaires fermés sur Décès de Claude Estier : la disparition d’une figure de l’histoire du Parti socialiste

Décès de Claude Estier : la disparition d’une figure de l’histoire du Parti socialiste

par

Claude Estier

Claude Estier s’est éteint ce jour, à l’âge de 90 ans. Par cette disparition, le Parti socialiste perd l’une des figures marquantes de son histoire.

Résistant, journaliste engagé à Libération et au Monde notamment, militant anticolonialiste, écrivain et historien du socialisme : Claude Estier a, sa vie durant, participé aux combats de notre formation politique en embrassant les grandes causes de la gauche.

Nous n’oublions pas qu’il fut le fondateur de L’Unité, l’hebdomadaire du Parti socialiste, au lendemain du Congrès d’Epinay. Tout au long de sa vie politique, il marqua nos débats par son engagement, sa loyauté et sa plume.

Député et conseiller de Paris, il était devenu un visage de la « bande du 18ème » qui accompagna François Mitterrand au pouvoir et pesa dans la conquête socialiste de la capitale.

Elu sénateur en 1986, il avait animé la présidence du groupe socialiste de la Haute assemblée de 1988 à 2004.

Le Parti socialiste adresse ses profondes condoléances à sa famille et à ses proches. Il exprime son amitié à toutes celles et ceux, militants et élus, qui l’ont connu et partagent aujourd’hui la même tristesse.

04 Juil

2 Comments

Hommage à Benoît Duquesne

par

Benoit Duquesne

C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Benoît Duquesne, grande figure du journalisme.

Par son sens aigu de l’information, son professionnalisme et sa rigueur, il a su s’imposer à tous comme une référence journalistique.

Avec sa disparition, le service public perd l’un de ses meilleurs serviteurs.

J’adresse mes condoléances à sa famille, à ses proches et à l’ensemble du personnel de France Télévisions.

 

07 Juin

Commentaires fermés sur Hommage à Pierre Mauroy

Hommage à Pierre Mauroy

par

HOUPLIN-ANCOISNE : Martine Aubry inaugure l'esplanade Pierre Mauroy

Voici un an que Pierre Mauroy nous quittait. Le 7 juin 2013. Commémorer cette douloureuse disparition est pour tous les socialistes l’occasion de saluer le parcours exceptionnel d’un homme.

Pierre Mauroy était un homme du peuple, auquel il resta fidèle dans tous ses combats et dans chacune de ses actions. Issu de la méritocratie républicaine, il sera le premier chef de gouvernement socialiste de la Vème République. Ayant pu avoir accès à l’histoire, il sut la façonner avec des réformes fondamentales pour la transformation de notre pays et essentielles pour le peuple de Gauche.

Homme de conviction, Pierre Mauroy incarna, au fond, le socialisme en action. Comme le 18 septembre 1981, jour où l’Assemblée nationale vota l’abolition de la peine de mort. Comme le 16 janvier 1982, quand son gouvernement offre par ordonnance une cinquième semaine de congés payés ainsi que la réduction de la semaine de travail à 39 heures. Ou encore le 25 mars 1982, quand il abaisse l’âge de la retraite à 60 ans. Et comment ne pas citer les grandes lois de décentralisationque Pierre Mauroy a portées pour, disait-il, libérer une « France asphyxiée par le centralisme ». Sans oublier bien entendu, le 18 mai 1993 lorsque le TVG fait son entrée dans la gare de Lille, projetant encore un peu plus sa métropole dans la modernité.

On retient beaucoup de Pierre Mauroy l’action du chef de gouvernement, mais cet enfant du Nord avait choisi très tôt la famille socialiste et il y était resté même à des heures où celle-ci était décriée, divisée, lorsque d’autres courants de gauche la condamnaient à la disparition.
Pierre Mauroy, Maire de la ville de Lille qui su la moderniser. Il fut aussi l’homme qui dans le sillage de Willy Brandt avait ouvert l’Internationale socialiste à la gauche nouvelle qui se levait dans le monde.

Je ne peux oublier que Premier secrétaire puis président fondateur de la fondation Jean Jaurès, il apporta des pierres décisives au socialisme.

Toutes ces réalisations, toutes ces avancées, tous ces acquis sont autant de raisons de garder la date du 7 juin 2013 dans nos mémoires, reconnaissantes et fières.