Tag droite

14 Jan

Commentaires fermés sur François Fillon, l’inconstant candidat

François Fillon, l’inconstant candidat

par

logo ps twitter
Dissensions et échanges peu cordiaux étaient au programme des Républicains réunis ce matin en Conseil National pour l’investiture de François Fillon. Un reflet de la campagne erratique menée par le candidat de la droite.
Cette semaine, François Fillon aura été tour à tour sarko-estrosiste sur les immigrés, vindicatif sur sa radicalité, penaud sur son programme de santé, amateur d’autoritarisme auprès des siens. Loin de la constance dont il se targuait d’être le maître.
Face à des troupes désorganisées que ses voeux guerriers n’ont pas su réunir, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy accumule les circonvolutions pour garder le cap de cette campagne incompréhensible.
Alternant reniements et inflexibilité au gré des vents, il sème en chemin confusion et défection : délaissé par les classes populaires, ce sont désormais les centristes qui menacent de faire de même.
Son équipe, perdue, promet tout et son contraire, aux fonctionnaires sur les 39h, aux Français sur l’ouverture avec le centre.
Il ne lui reste quant à lui, que l’auto-conviction pour s’assurer de la discipline de ses rangs et des vertus de l’obstination.
Des sommets atteints pendant la primaire, François Fillon redescend « à fond » et en zigzag. Sur cette route difficile qui mène à la présidentielle, le candidat de la droite procède par à-coups et freinages forcés, et inéluctablement… dérape.

31 Déc

1 Comment

Voeux 2017 de Jean-Christophe Cambadélis

par

Cette année 2017 sera une année historique, une année importante pour notre bien commun c’est-à-dire la République sociale et bien commun c’est-à-dire la République tout court. Bonne année à vous !

 


« 2017 doit être pour la gauche, l’année de son… par PartiSocialiste

28 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Caroline Roux dans « Les 4 Vérités » sur France 2

L’invité de Caroline Roux dans « Les 4 Vérités » sur France 2

par

les 4 verites 28112016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité ce lundi 28 novembre de Caroline Roux dans l’émission « Les 4 Vérités » sur France 2.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

 

Primaire de la droite

François Fillon est le candidat de la droite des gens aisés. Son projet est ultra-libéral.
Tout le monde va comprendre ce qu’est vraiment cette Droite. On a le ‘qui’, maintenant on va voir le ‘quoi’.
Le libéralisme ne passera pas en France

Je crois que la primaire de droite rebat les cartes: la droite très à droite bloque l’extrême droite. Mais rend nécessaire la présence de la Gauche. (…) Je ne rassure pas mais je combats. Il ne faut absolument pas laisser passer le projet de la droite.

Question de Caroline Roux: « Vous voulez faire naître l’antifillonisme, après l’antisarkozysme? »: « Oui ».

Primaire de la Belle alliance populaire

Je suis pour la primaire de toute la gauche, mais pas nécessairement de tout l’exécutif.
Il faut que l’ensemble des forces de gauche arrête de se diviser. Ça suffit la rage de fragmentation !

Il n’est pas anormal que les socialistes, le président de la République comme le Premier ministre, s’interrogent sur la meilleure équation pour pouvoir gagner la présidentielle. Mais ça ne peut pas être au prix d’une crise dans l’exécutif. Discussion oui, crise non.

Je vous fais le pari que nous finirons avec un seul candidat de la gauche.

Manuel Valls dans son interview au JDD a indiqué 2 choses: la première le respect de l’Etat. La seconde: que la gauche de gouvernement soit en capacité de concourir à la présidentielle.

Il n’y aura pas de crise de l’exécutif. Je rappelle que nous sommes en état de guerre

Candidature de François Hollande ? C’est au Président de se prononcer. Et c’est à partir du moment où il se sera prononcé que l’on pourra s’organiser, soit avec lui, soit avec un ou une autre candidate.

Je n’ai pas vu dans la majorité du Parti socialiste, ni entre le Président et le Premier Ministre de désaccord politique.

Mon choix à moi c’est l’unité. Il faut d’abord rassembler l’ensemble de la majorité puis la gauche écologiste et sociale puis toute la gauche.

Le seul moyen pour la gauche de s’en sortir c’est la primaire. C’est un appel à l’électorat de gauche: « Vous seuls pouvez qualifier la gauche au 2e tour de la Présidentielle »

J’avais rêvé que la primaire soit plus unitaire que cela. Je constate une rage de la fragmentation. Il faut donc une primaire massive pour surmonter cet état !

24 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

par

jcc-faces-aux-chretiens-24112016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Face aux Chrétiens sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame.

 

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

Primaire de la droite

François Fillon est un candidat très identifié et très identifiant.
François Fillon c’est « la révolution conservatrice » pour reprendre les propos de Patrick Buisson
C’est un candidat ultra: ultra conservateur, ultra libéral on ne peut pas dire que l’offre soit flou!
La position de François Fillon c’est le libéralisme à la hache.
L’intuition d’Emmanuel Macron de se placer entre les 2 blocs droite/gauche va se retrouver réduite.

François Fillon ne réduit pas le FN mais sa posture extrême droitière bloque son déploiement.
François Fillon est très à droite et bloque d’une certaine manière la dynamique du FN. Mais au 2e tour il rend compliqué le mouvement de la gauche vers la droite.

Primaire de la Belle Alliance Populaire
Sur une éventuelle candidature de François Hollande : le Président doit réfléchir à la possibilité de se représenter et de répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire » ?
Avant de dire « je suis candidat », il faut avoir quelque chose à dire au pays, un enjeu à présenter au pays.

On aura ce qu’il faut pour faire campagne.

Je voudrai lancer un appel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon pour qu’ils participent à la primaire. C’est nécessaire au regard des enjeux : la révolution conservatrice portée par Fillon et la montée du FN.
J’observe qu’Emmanuel Macron se veut un peu de gauche sans être tout à fait à droite. Par contre, tous ceux qui soutiennent Macron sont socialistes. Alors pourquoi refuser la primaire ?
Je dis la même chose à Jean-Luc Mélenchon : son seul objectif est de passer devant le PS. La belle affaire quand la révolution conservatrice est là.
Si nous continuons comme cela nous serons éliminés. Fixons le périmètre. Il n’est pas trop tard! Je lance donc un appel solennel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. C’est le destin de la France et de la République qui est en jeu. Participez à une compétition loyale!

Je suis très inquiet car avec un FN qui tutoie les 30%, même si sa dynamique peut être bloquée, s’il y avait un candidat de gauche qualifié je ne vois pas la droite appeler à voter pour. Et vu le programme de la droite, la gauche aurait du mal à soutenir le candidat de droite. La bonne solution c’est qu’il y ait un candidat de gauche et un candidat de droite qui s’affronte. C’est pour cela que j’appelle au rassemblement.
Le moteur du FN c’est la xénophobie.

Prochain quinquennat
Nous avons traité dans les cahiers de la présidentielle toutes les sujets pour répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire ? » et pour ouvrir le chemin vers une France nouvelle.

Le bilan économique et social est meilleur qu’on ne le Dit. Mais cela n’est toujours pas perçu comme positif car il y a beaucoup d’inégalités. Beaucoup d’exclusions. Le prochain quinquennat devra répondre à la question « qu’est ce qui va mieux pour moi? »

Il n’est pas question pour nous de baisser ou de recomposer les minima sociaux contrairement à nos adversaires. C’est un choix de société. Société inclusive ou relégation ?

Sur la situation des migrants
Nous avons lancé des le départ un mouvement avec des maires socialistes pour décréter l’accueil.
On a fait notre part de travail pour accueillir les réfugiés et les migrants ce qui n’est pas le cas de tout le monde

Situation internationale

François Fillon est plutôt russophile dans son analyse géopolitique. Il partage avec M. Poutine une certaine analyse du monde.
La Russie est un grand pays et M. Poutine pense que la Russie est une civilisation. Et en fonction de cela il avance ses pièces.
L’Europe aujourd’hui est dans un état politique économique et diplomatique désastreux. Poutine dans cette situation avance ses pions.
Le monde est apolaire et dans ce monde la France a une place considérable mais n’a pas de rapport de force pour maintenir seule les équilibres. Nous avons besoin de l’Europe.
Le Front national nous placerait dans une situation de quitter l’Europe et donc de nous affaiblir. François Fillon nous placerait dans l’espace de Poutine.

Il faut être ni atlantiste, ni poutinien pour rassembler l’Europe. Alain Juppé considère que François Fillon est trop dans l’espace poutinien.

La France a un rôle à jouer. Elle ne peut pas être dans l’espace politique de Poutine ou de Trump. La seule manière de parler à tous, c’est d’être indépendant.

Ce qui se passe en Turquie est inadmissible. Ce régime s’éloigne de la démocratie. C’est un Régime autoritaire, qui s’en prend aux libertés et aux individus.

Chrétiens d’orient « La coalition internationale participe dans sa lutte contre l’EI a leur protection.
C’est une bataille majeure dont personne ne parle. On pourrait plus efficacement défendre les Chrétiens d’orient si on en finissait avec l’EI. »

Changement du nom du PS?
Lors du congrès de Poitiers j’ai défendu une motion dans laquelle il y avait la thèse du dépassement du PS. Ce que nous avons fait avec la Belle Alliance populaire.

 

 

18 Nov

Commentaires fermés sur L’invité d’Arlette Chabot dans « Politiquement Show » sur LCI

L’invité d’Arlette Chabot dans « Politiquement Show » sur LCI

par

capture-decran-2016-11-19-a-09-56-56

Jean-Christophe Cambadélis était hier l’invité de Politiquement Show sur LCI.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’émission:

Primaire de la droite
La primaire de la droite m’étonne dans la forme mais pas sur le fond.

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux qui veulent chercher les voix de l’extrême droite.

Alain Juppé fait course en tête et au fur et à mesure où l’on approche du vote, c’est le retour en force du premier Ministre de Nicolas Sarkozy: Francois Fillon.

Cela tient beaucoup à la manière dont ils se sont comportés les uns et les autres. L’un était sur l’énergie, la droite de la droite, l’autre plus balladurien, se comportant comme s’il était déjà président de la Republique et le troisième comme outsider

J’ai toujours pensé qu’Alain Juppé était friable. Je pense que je ne me suis pas trompé.

J’attends les conséquences de cette primaire. Elle ne va pas clore le débat à droite.

Vote des électeurs de gauche à la primaire de la droite ?
Je ne pense pas que l’électorat de gauche fera un mouvement vers Alain Juppé qui a un programme économique extrêmement libéral.

La stratégie de Nicolas Sarkozy est de faire en sorte qu’Alain Juppé ne soit pas en tête au 1er tour.

Chaque candidat à ses forces et ses faiblesses: Alain Juppé est friable, Nicolas Sarkozy a fait une campagne très clivante et très à droite. François Fillon est très conservateur.

Sarkozy revient avec son premier Ministre !

Candidature d’Emmanuel Macron

Sa candidature disqualifie la gauche sans la qualifier. Car avec Jean-LucMélenchon d’un côté et Emmanuel Macron de l’autre, la gauche n’a aucune chance de l’emporter. S’il va jusqu’au bout, il fera une campagne du type de celle de Jean-Pierre Chevènement contre Lionel Jospin.

Cette élection est beaucoup plus ouverte qu’elle en a l’air car nous passerons du casting au projet.

Emmanuel Macron est un banquier: il fait de l’investissement. Il regarde l’échiquier politique en se disant qu’il est possible que Alain Juppé ne soit pas candidat et ainsi récupérer l’électorat centre droit ou que Francois Hollande ne soit pas candidat et récupérer l’électorat de gauche.

Emmanuel Macron attend tout en bonifiant sa candidature.

Election présidentielle de 2017

Marine Le Pen a quelques atouts à faire valoir dans la situation politique pour elle l’emporter. Ce qui m’inquiète aujourd’hui dans la situation politique française c’est que je ne vois pas comment la droite, si la gauche arrivait en tête au premier tour, pourrait appeler à voter à gauche face à Marine Le Pen quand on voit ce qui est dit et ce qui est fait et comment on créerait une dynamique pour le candidat de la droite face à Marine Le Pen lorsqu’on voit le programme ultra libéral que sont en train de sélectionner les candidats de la droite.
Je dis attention, on est figés sur les candidatures mais on ne voit pas la dynamique et le paysage se mettre en place qui est redoutable parce que la remise en cause des représentations politiques, à laquelle participe Macron avec une certaine efficacité, affaisse, décompose le paysage politique. Et à la fin qui est ce qui en profite ? C’est celui qui a le plus gros capital et c’est Marine Le Pen. Et moi je pense qu’aujourd’hui la porte est ouverte.

Candidature de François Hollande a la primaire ? J’essaie de ne pas faire parler les gens. Je lui conseille de réfléchir à la situation. La question qui lui est posée c’est un nouveau quinquennat pour quoi faire ?

Je pensais qu’Emmanuel Macron pouvait élargir l’espace politique à gauche. Cet espace aurait été compétitif, hors cet espace désormais se fragmente.

06 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

par

Forum Radio 6 06112016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J.

Retrouvez ses principales déclarations ci-dessous.

Pour réécouter l’émission cliquez ici.

 

Élections américaines

J’attends que M. Trump soit battu sinon nous rentrerons dans une zone de turbulences. Une victoire de Trump est synonyme de tensions internationales, de tensions avec la France et de tension dans son propre pays car l’application de son programme populiste, renfermerait le pays sur lui-même. (…) Sa victoire est possible. Nous avons vu des mouvements de ce type dans l’Europe occidentale avec le Brexit et la montée du national populisme.

Marine Le Pen se nourrit de tout. Elle est en tenue de camouflage, elle ne dit pas grand chose et profite de la décomposition de la vie politique française.

Primaire de la droite et du centre

Il n’y a pas un sujet qui soit traité en terme de droite gaullienne. Tout est traité en terme de droite extrême. C’est un concours Lépine de l’homme le plus à droite dans cette primaire.

Vote des militants de gauche à la primaire LR? « On a tort de faire des scénarios à partir de ce que disent les sondages »

Alain Juppé est une illusion, un mirage: il a une tête de présidentiable mais un programme qui ne lui permettra pas d’être élu. Son programme est libéral avec un gouvernement autoritaire et cela ne passera pas. Cela sera repoussé soit dans les élections, soit par la rue.

On fait un calcul politique sur « Qui peut battre Nicolas Sarkozy ou Marine le Pen? » mais ça ne fait pas un destin et un dessein pour la France

Nicolas Sarkozy est allé sur le terrain du Front National et une partie de la droite a pris peur et s’est réfugiée derrière Alain Juppé

Point de vue programme, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé c’est bonnet blanc et blanc bonnet

Marine Le Pen se tait car son objectif c’est que Nicolas Sarkozy soit battu pour récupérer ses voix.

Le rempart au FN c’est la gauche.

Gauche

La gauche est fragmentée et personne ne fait l’unanimité. Il faut donc une démarche pour une candidature de rassemblement: les primaires.

Les bavardages ça suffit, rendez-vous dans les primaires !

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sont 2 candidats auto-proclamés et qui ne peuvent rassembler. Ils sont les champions du petit bain car il n’y a pas encore le candidat de la gauche de désigné !

Jean-Luc Mélenchon veut réveiller le peuple. Moi, je veux le faire gagner. Et pour cela il faut se rassembler.

Cette présidentielle  n’est jouable que si nous avons un candidat central

Conférence nationale du PCF : « Je ne commente pas les prises de positions internes du PCF.

Pierre Laurent avait une stratégie: ni Mélenchon, ni Hollande. Aujourd’hui il se retrouve au milieu du gué. »

Jean-Luc Mélenchon veut faire battre le PS aux législatives. Ce n’est pas le bon chemin pour l’ensemble de la gauche.

Accord avec le PCF aux législatives? : »J’aurai la main tendue jusqu’au bout »

Élection présidentielle 

Début décembre nous saurons qui sera candidat. Je n’ai pas entendu une parole du président disant qu’il ne sera pas candidat

Manuel Valls a parlé durement du livre « Un Président ne devrait pas dire ça », pas de l’action du président.

Le président de la République doit se déterminer par rapport à la situation de la France et rien d’autre.

Ni le candidat de la droite, ni de la gauche,  ni le candidat écologiste, ni le candidat communiste… on ne connaît rien des programmes et on nous dit déjà le résultat.

L’élection présidentielle commencera début février. Avant on ne sait rien.

François Hollande dès le premier jour de son arrivée a été matraqué, attaqué, vilipendé. A droite on voulait se débarrasser de Sarkozy et on ne voulait ni de du programme, ni des propositions, ni de l’action de la gauche.

L’objectif d’Emmanuel Macron est que le Président ne se représente pas. Il n’a pas construit tout cela pour à la fin ne rien faire.

Face aux enjeux du pays, nous avons la gauche la plus irresponsable du monde: elle est dans les chamailleries, elle ne veut pas voir les problèmes. Elle veut juste être devant le petit voisin.

Aucun candidat de gauche n’est en capacité de l’emporter. C’est pour cela qu’il faut échanger et rassembler. Il faut battre une droite qui s’est extrémisée et une extrême droite qui s’est camouflée

Nous sommes en pleine illusion: le programme de la droite ne passera pas.

Manifestation des policiers

Les revendications des policiers sont légitimes. Le Président et le Ministre de l’intérieur ont donné des réponses.

J’observe que la police ne manifeste pas contre le gouvernement. Mais ils ont l’impression qu’ils attrapent des « racailles » et que le lendemain ces derniers les narguent. Je comprends cette revendication principale. Il faudrait peut être revoir nos procédures. C’est un grand débat de société.

Salafisme 

On ne combat pas le salafisme si on n’est pas intraitable sur l’antisémitisme et l’arabophobie.

Laïcité

La laïcité est une question essentielle. Nous devons la défendre et combattre pour l’émancipation car cela permet le vivre-ensemble.

Résolution de l’UNESCO sur Jérusalem

Il n’est pas normal qu’une institution regroupant les diplomates du monde s’érigent en donneur de leçons d’histoire.

 

14 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Benjamin Sportouch sur RTL

L’invité de Benjamin Sportouch sur RTL

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce vendredi 14 octobre 2016 l’invité politique de la matinale de RTL. Il répondait aux questions de Benjamin Sportouch.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Primaire de la droite / débat
« Il n’y avait pas de gagnants hier soir: c’était très barbant sur la forme et sur le fond ils sont tous d’accord. Ils ont un programme commun, qui est une régression sociale sans précédent, un programme libéral qu’on n’a pas vu depuis 30 ans, et les propositions sont datées et à contre cycle économique. Franchement ça fait beaucoup pour des candidats à l’élection présidentielle.

Avec un condamné, un mis en examen et un délateur, la droite n’a pas de leçon à donner à François Hollande »

Sur la sortie du livre  Un président ne devrait pas dire ça

« On est excessif avec le président de la République, ça devient maladif mais il ne se protège pas de cet excès.

Il y a un devoir de silence mais aussi un devoir de transparence. Il aurait été plus juste d’écrire son propre livre.

Je suis étonné mais pas déboussolé par les confidences de François Hollande. Se confier à ce point, il y a de quoi s’étonner mais je pense que François Hollande voulait clarifier les choses.

Il y a une volonté de François Hollande de mettre au clair, de faire une mise au point de son quinquennat.
François Hollande a toujours la volonté d’être candidat mais il ne se facilite pas la tâche.

Aujourd’hui le président de la République est encore en situation de rassembler l’ensemble de son camp ce qui n’est pas le cas d’autres. »

Primaire de la la Belle alliance populaire

« Je suis un acteur engagé, je suis impartial mais pas neutre ».

03 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique et Paris première

L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique et Paris première

par

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.37.13

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce matin aux questions de Guillaume Durand sur Radio Classique et Paris Première.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’interview:

 


« Les offres politiques à droite sont… par radioclassique

 

Election présidentielle et éventuelle candidature de François Hollande

Quand on a mis le pays en guerre contre le terrorisme, on ne l’abandonne pas au moment où les Français doivent voter.

L’objet de la prochaine présidentielle ce n’est pas l’actuel quinquennat mais celui à venir.

On ne part pas en campagne sans y réfléchir avant.

Le président regarde le paysage politique se mettre en place.  Il a vu les sorties de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé. Ces deux offres politiques l’une autour de la question de l’identité, l’autre autour de la remise en cause de notre modèle social sont dangereuses pour notre pays.

Il faut fonder la présidentielle par rapport à un objectif. Il faut se déterminer par rapport à la France et aux Français.

 

Il y a à gauche une recherche d’équilibre budgétaire. (…) Faire reculer le chômage c’est une bataille de tous les jours

Primaire de la Belle alliance populaire / élection présidentielle de 2017

Je pense qu’Emmanuel Macron ne se présentera pas à la primaire de la Belle alliance populaire puisqu’il se dit « ni de gauche ni de droite ».  (…) Il fait sa vie comme il l’entend, ce n’est pas mon sujet.

La stratégie de Macron? Si François Hollande ne se présente pas: centre gauche, si Alain Juppé est battu : centre droit.

Si la gauche est sèchement battue à la présidentielle et si nous n’avons pas un groupe parlementaire massif à l’Assemblée, nous serons condamnés à soutenir les Républicains dans leur confrontation avec le Front national et donc à disparaitre. (…) Les autres offres politiques de la gauche ne seront pas pour autant une alternative et donc il y aura pour des années et des années de marginalisation de la gauche dans ce pays.

Arnaud Montebourg a fait un pas très important hier en déclarant qu’il était contre la fragmentation et qu’il soutiendrait le gagnant de la primaire.

Dans mon combat pour le remembrement de l’ensemble a gauche, hier est une pierre blanche.

La primaire de la Belle alliance populaire sera la primaire de toute la gauche par procuration. C’est à dire que toutes les idées de la gauche seront représentées dans la primaire même si tous les acteurs de la gauche ne seront pas présents.

 

24 Sep

Commentaires fermés sur Cambadélis à Macron : veut-il « faire perdre le Président » ? , interview à Ouest France

Cambadélis à Macron : veut-il « faire perdre le Président » ? , interview à Ouest France

par

Ouest France logo

Ouest France publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

Est-on sûr à 100 % que la primaire aura lieu ?

Tout à fait. Elle a été votée à l’unanimité du Conseil national, le 18 juin dernier. Elle s’organise : nous sommes plus près de 8 000 bureaux de vote que des 7 000 annoncés en juin. Les dispositions sont en place. Les règles sont quasiment les mêmes que la dernière fois. Le 2 octobre, nous les adopterons définitivement.

Confirmez-vous que François Hollande, s’il se présente, le fera dans ce cadre de cette primaire ?

Il ne m’a pas signé un papier, mais je le pense ! Car s’il souhaitait que le Parti socialiste le soutienne, il faudrait quand même qu’il passe par la primaire !

Avec son score dans les sondages, avez-vous la certitude qu’il peut se présenter ?

Ce ne sont pas les sondages qui décident d’une candidature. C’est l’idée que l’on se fait de la France et des solutions que l’on veut apporter aux Français. Je ne suis pas certain que dans les grandes décisions historiques nos hommes ou nos femmes politiques aient attendu les sondages pour pouvoir les déployer.

Pourquoi seraient-ils différents demain ?

Le bilan sur chacune des mesures, prises séparément, les Français sont pour. Mais, globalement, il y a un sentiment diffus ou réel de mécontentement. C’est une des conséquences du tripartisme. À partir du moment où vous avez 30 % des gens qui se reconnaissent peu ou prou dans le Front national, que vous avez 30 à 35 % de gens qui se reconnaissent dans la droite classique, et que vous avez 10 ou 12 % de gens qui se reconnaissent dans l’extrême gauche ou la gauche radicale, ceux qui peuvent soutenir le gouvernement ne sont que 25 à 30 %. C’est un effet mécanique. Et le prochain président, passé les deux ou trois premiers mois, se trouvera confronté à cette arithmétique.

Vous êtes en train de dire que le prochain président sera minoritaire ? Ce n’est pas bon signe !

C’est parce que nous vivons sous la Vème République. Une fois le président élu, il faudra absolument qu’il y ait une majorité parlementaire qui se dégage. Et elle ne va pas être simple. Dans le paysage au lendemain de la présidentielle, il n’y aurait pas de groupe communiste, pas de groupe écologiste, et un Front national avec un groupe.

Vous défendez l’idée d’une coalition des réformistes ?

Moi, j’appelle ça le front des progressistes. La droite, pour des raisons électoralistes, de primaires, dérive. Elle a un programme à la limite du « programme commun » avec l’extrême droite. Elle remet en cause l’état de droit, inégalitaire sur le plan économique et social, promettant la fin de la décentralisation.

Arnaud Montebourg sera-t-il candidat dans le cadre de la primaire ?

Je crois qu’il a choisi. Et j’en suis très satisfait.

Emmanuel Macron candidat, n’est-ce pas le scénario le plus noir pour les socialistes et François Hollande ?

Ce serait l’élimination de la gauche à tous les coups. Mais je ne crois pas que ce soit la logique d’Emmanuel Macron. Il ne semble pas être dans une stratégie pour faire battre la gauche. Lui souhaite surtout empêcher le Président. Il serait ainsi délié de la relation avec celui qui l’a fait. Il se présenterait et espèrerait ramener à lui une partie du Parti socialiste.

Mais comme le président se présentera…

Le problème sera posé à Emmanuel Macron : faire perdre le Président et la gauche ou élargir la majorité du Président. Nous serons fixés le 1er février, au lendemain de la primaire. Avant, c’est spéculations, sondages, espérances, tentatives. Après, on sera dans le choix : qui on veut et, surtout, qui on ne veut pas. Aujourd’hui, on est dans un jugement du quinquennat à partir d’une appartenance partisane ; quand on sera dans l’élection réelle, on sera devant un choix et l’élimination.

La radicalisation, de droite et de gauche, vous sert-elle ?

Elle ne sert pas la France. La radicalisation à droite laissera des traces. Quel que soit le candidat de la droite, il y a fort à parier que les électeurs de droite, chauffés par des primaires radicalisées, éliraient – en cas de victoire de la droite à la présidentielle – des députés Front national pour s’assurer que la droite respectera ses engagements.

Sur les grandes questions – chômage, sécurité, immigration… – est-ce qu’il n’y a pas plus de proximités entre réformistes de tous bords qu’entre socialistes ?

Les Français, à 49 %, se disent de gauche. Il y a des clivages : le libéralisme imprègne la droite, la solidarité la gauche ; l’égalité imprègne la gauche, la droite appelle cela de l’égalitarisme ; sur la sécurité, l’Europe, la politique étrangère, il y a des divergences. Paradoxalement, on n’a jamais autant parlé du supposé consensus de la classe politique, alors que l’on n’a jamais eu autant de dissensus.

Propos recueillis par Michel Urvoy.

20 Sep

Commentaires fermés sur L’invité de l’Épreuve de vérité sur Public Sénat avec AFP, Radio Classique et Les Echos

L’invité de l’Épreuve de vérité sur Public Sénat avec AFP, Radio Classique et Les Echos

par

L'épreuve de vérité 20092016

Jean-Christophe Cambadélis a répondu aux questions de Michel Grossiord, Michaël Szamès, Lucile Malandain et Jean-Francis Pécresse dans L’Epreuve de vérité sur Public Sénat avec Radio Classique, AFP et Les Echos.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

Sur les propos de Nicolas Sarkozy sur « Nos ancêtres les gaulois »

Ça fait un peu l’histoire pour les nuls. On a retrouvé le Nicolas Sarkozy d’avant, il nous fait une rechute !

Nicolas Sarkozy propose un pacte d’assimilation, sous-entendu il y aurait des Français qui ne seraient pas « de souche » et c’est exactement ce que prône le Front national. Et même ça, Jean-Marie Le Pen n’a jamais osé le dire, dans aucune de ses déclarations.

Nicolas Sarkozy construit un programme commun entre une droite extrême et l’extrême droite

Sarkozy est critiqué sur la formule sur les gaulois mais sur le reste, tout le monde s’aligne sur ce qu’il propose. Je n’entends aucune nuance. Sarkozy et Juppé, ce sont les frères siamois de la même politique.

La France marche au mélange et elle marche bien.

Présidentielle 2017

On n’est pas candidat, ou pas, à cause des sondages, on l’est pour un dessein pour la France. (…) Les discours de François Hollande infusent. Je pense que c’est plus ouvert qu’on ne le dit.

La fraternité laïque c’est la possibilité du vivre ensemble. (…) La société n’est pas apaisée car elle a été percutée par le terrorisme. Nous voulons une France fraternelle, nous voulons une France sans césure entre les Français.

Le bilan du quinquennat je veux le confronter au projet de la droite. On a pas réussi sur tout, mais on a réussit à redresser la France. Nous pouvons prétendre avoir réussi à avoir remis la France sur les rails.

Je serais impartial mais je crois que le Président peut se présenter et qu’il doit se présenter. Ceci est nécessaire pour la France.

Gauche irréconciliable? 

La gauche est irréconciliable depuis 1920 ce qui ne l’empêche pas de s’unir. L’histoire montre que quand la gauche est unie, elle travaille bien ensemble comme dans les collectivités locales.

Sur les primaires: « Je n’ai pas peur de la confrontation et je pense qu’elle peut être salutaire »

Dans la primaire de La Belle Alliance Populaire nous aurons toutes les positions de la gauche et nous trancherons sur qui sera le candidat.

La primaire est un moyen de rassembler.

Si Arnaud Montebourg n’y est pas, nous ne serons pas présent au 2e tour de l’élection présidentielle. Certains ont une stratégie punitive vis-à-vis du président de la République. Pour eux il ne s’agit pas d’avoir un candidat face à la droite mais de faire trébucher François Hollande.

Je propose que l’on concentre les bureaux de vote dans des endroits où il y a un fort taux de vote à gauche.

Emmanuel Macron

Il n’est ni de droite ni de gauche, il ne peut donc pas participer à une primaire de la gauche.

Front national/ Les Républicains

La droite revient et en plus elle prévient sur un programme violent pour le corps social et irréalisable.

Les Républicains ne sont pas raisonnables parce qu’ils sont dans une primaire. Avec eux c’est « plus à droite que moi tu meurs »

Les quatre Dalton de la droite – et je ne vous dirais pas qui est Joe –  sont dans la surenchère. Ils finissent par dépasser dans les mots Marine Le Pen.

Marine Le Pen dit que le Front national est « et droite et de gauche » moi je dis qu’il est d’extrême droite! Ce qui fonde le FN , ce qu’elle ne peut gommer, c’est le souverainisme xénophobe

Alain Juppé est friable en campagne: On le voit, il s’énerve vite, on l’a vu récemment à Strasbourg. (…) Il est très rapidement droit dans ses bottes. Il est aussi attaquable que Nicolas Sarkozy.

Il est possible que la gauche ne soit pas au second tour de l’élection présidentielle c’est pour cela qu’il faut tout faire pour la rassembler et apaiser les tensions.

Réfugiés 

Le gouvernement cherche à régler le problème. L’accueil s’impose à tout le monde. Ce n’est pas de l’autoritarisme mais de la solidarité nationale.