Tag élections présidentielles

30 Avr

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Haziza sur Radio J

L’invité de Frédéric Haziza sur Radio J

par

Jean-Christophe Cambadélis était dimanche 30 avril 2017 l’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations et pour réécouter l’émission cliquez ici.

 

Election présidentielle

Sur le Front national: Marine Le Pen a plus pensé le second tour que le premier. (…) Pour l’instant, elle n’a pas encore gagné. Elle a réussi à enrôler Mme Boutin, M. Dupont-Aignan quelques personnalités. Elle a cherché à montrer qu’il y avait une dynamique autour d’elle. Ça ne grandit pas monsieur Dupont-Aignan mais ça ne m’étonne pas !

Il n’y a pas de changement européen chez Marine Le Pen, il y a simplement l’idée d’essayer de rassurer une partie des Français qui pourraient se laisser abuser.

La vision du FN de la France du FN tourne le dos à ses fondamentaux, il n’y aurait plus l’égalité entre les Français mais entre les Français de souche et les Français de papier. Il y a à partir de là, la vision de l’Etat, de la Sécurité sociale des relations sociales avec une France qui rassemblerait les moyens plus sur les Français de souche et pas les Français de papier et ensuite, il y a la grande sortie de l’Europe, donc c’est la sortie de la République et la sortie de l’Europe.

Le FN est un parti politique dans la démocratie mais ce n’est pas un parti républicain puisqu’il met en cause l’élément fondamental de la République qui est l’égalité des citoyens.

L’élection présidentielle n’est pas « pliée ». Il y a la droite qui fait des déclarations publiques mais qui ne milite pas sur le terrain. Il y a les responsables de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon qui ne militent pas sur le terrain. A part le PS et le PCF voire quelques militants d’En Marche, personne …

L’idée de la droite, c’est : plus faible sera le score d’Emmanuel Macron plus il sera possible de faire la cohabitation, c’est-à-dire une majorité de droite au Parlement. C’est une erreur parce qu’on ne transige ou on ne calcule pas avec la démocratie, c’est l’inverse : il faut mettre Marine Le Pen en dessous des 40% parce que sinon, la dynamique peut se faire et avec une abstention forte, elle peut tutoyer la victoire.

Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas qu’il faut un vote républicain dans cette élection, que le problème n’est pas l’orientation de la France, celle-ci viendra lors des élections législatives, que c’est la nature de la France qui est en jeu, c’est-à-dire la République.

Sur le silence de Jean-Luc Mélenchon : Jean-Luc Mélenchon met un signe égal entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

dans sa dangerosité. Non, il y a d’abord un cadre à fixer. Ce cadre, c’est la République et puis

après il y a une majorité à construire dans les élections législatives. (…) Je crois qu’il faut respecter Jean-Luc Mélenchon et ses électeurs, c’est indispensable, ce n’est pas en les insultant qu’on les fera venir voter contre Marine Le Pen, il faut simplement dire que ça devrait être pour un homme pour une femme de gauche un réflexe inné. On ne crée pas les conditions d’un succès de l’extrême droite.

La France n’est que l’expression française d’une vague nationaliste qu’il y a dans toute l’Europe et on pourrait dire dans l’ensemble du monde dit occidental.

C’est une rhétorique populiste classique d’opposer le peuple aux élites ; c’est une stratégie de division de la France qui va nous conduire et qui nous conduirait au chaos, je n’ai jamais défendu cette thèse. (…) Je suis pour qu’il y ait des représentants du peuple français et non pas un bloc du peuple contre les élites.

Élections législatives

Pour l’instant, Emmanuel Macron est défavorable à toute coalition avec le Parti socialiste.

Pour l’instant, c’est le combat contre le Front national, il me semble essentiel. Tout le monde doit s’y mettre quel que soit son vote du premier tour. Après, il y a une élection législative et il faudra que les uns et les autres se définissent. A partir du moment où M. Macron ne veut pas de coalition avec le Parti socialiste, le PS doit affirmer son autonomie. Jean-Luc Mélenchon ne veut pas d’alliance à gauche, Emmanuel Macron ne veut pas d’alliance avec le PS, donc c’est au Parti socialiste de rassembler l’ensemble des hommes et les femmes de gauche et les progressistes pour avoir une majorité de gauche au Parlement, sinon ça sera une majorité de droite.

Premier secrétaire du Parti socialiste, je dis à tout le monde : affirmons notre autonomie, c’est ce qui nous permettra de faire en sorte qu’il y ait une majorité de gauche au Parlement. Le Parti socialiste doit être lui-même, il ne doit pas se comporter comme une formation politique adjacente à des personnalités qui ont fait des scores non négligeable aux élections présidentielles.

Le PS n’est pas en voie de disparition, le PS a perdu une élection, il ne faut pas confondre. Si nous avions dû disparaître, nous aurions disparu en 2002 alors que nous n’étions pas au deuxième tour de l’élection présidentielle.

Accord entre EELV et la France Insoumise ? « C’est proprement incompréhensible et inacceptable parce que les écologistes ont un accord avec nous, nous avons retiré des candidats pour qu’ils puissent avoir les leurs et une fois cet accord passé. (…); j’attends qu’il y ait une clarification chez les Verts ».

Il faut construire une majorité progressiste, vraiment progressiste à l’Assemblée nationale ; je suis un candidat pour cela.

04 Mai

Commentaires fermés sur L’invité de Michel Field sur LCI

L’invité de Michel Field sur LCI

par

07 Avr

Commentaires fermés sur Afghanistan : élections présidentielles. Le Parti socialiste rend hommage au peuple afghan

Afghanistan : élections présidentielles. Le Parti socialiste rend hommage au peuple afghan

par

logops160Bravant l’insécurité et la menace des talibans, les électeurs afghans ont été nombreux à se rendre aux urnes, samedi 5 avril, pour voter aux élections présidentielles. Malgré des irrégularités constatées dans certains endroits, le scrutin s’est déroulé dans l’enthousiasme et sans problème de sécurité.

Le Parti socialiste considère que ce vote constitue une victoire pour le peuple afghan sur la violence, l’extrémisme religieux et le terrorisme. Il s’en félicite et espère que tout est mis en place pour éviter des fraudes au moment des dépouillements des votes et l’annonce des résultats le 24 avril.

Le prochain président, démocratiquement élu, aura la légitimité indispensable pour engager le pays sur le chemin de la paix et le retour à des relations plus confiantes avec la communauté internationale indispensable pour la paix et le progrès du pays.

Le Parti socialiste rend hommage aux forces vives du pays, à la société civile et aux dizaines de milliers d’observateurs bénévoles qui ont contribué au succès du scrutin.