Tag éthiopie

06 Août

Commentaires fermés sur Et l’Éthiopie fut à nouveau frappée par la famine

Et l’Éthiopie fut à nouveau frappée par la famine

par

Quand on parle de la famine en Afrique, trois régions viennent immédiatement à l’esprit car ce furent les famines les plus « médiatisées ». Le Biafra, cette contrée du Nigeria qui a connu une guerre civile et une famine qui fit près de deux millions victimes en 1968. La Somalie pour la famine qui y a sévi au début des années 90 et bien sûr, l’Ethiopie où la catastrophe frappa tant les esprits au milieu des années 80 que ce fut l’occasion de nouvelles formes de mobilisations dans les pays occidentaux. Les causes humanitaires prirent le pas sur les causes plus politiques. Dans les années 60 on s’était mobilisé contre la guerre en Algérie ou au Vietnam, dans les années 70, ce fut contre la dictature en Amérique latine ou en Europe du sud, dans les années 80, beaucoup de jeunes se sont engagés contre la faim.

Des concerts de masse ou les tubes engagés enregistrés par de nombreux artistes réunis pour la cause – comme avec Bob Geldof, bien avant Bono ont rencontré un franc succès et permirent de lever d’importantes sommes. On se souvient de la campagne USA for Africa avec la chanson « We are the world » furent un des temps forts de ces nouvelles formes de lutte. On se souvient de l’initiative similaire en France des chanteurs Renaud et Michel Berger…

Tout cela semble assez loin aujourd’hui.

Dans les structures profondes, malgré cette prise de conscience déjà ancienne, on n’est pas parvenu à éradiquer la famine ni à mettre en place des dispositifs durables de prévention.

Pire, si on en croit l’ONG Survival, l’Ethiopie aurait vendu alors que la famine avait déjà commencé des terres agricoles parmi les plus productives du pays à des compagnies étrangères, basées en Malaisie, en Corée mais aussi… en Italie ! Pour mémoire, la Somalie, comme l’actuelle Libye furent des colonies italiennes et l’Ethiopie, que l’Italie n’était jamais parvenu à coloniser au 19e siècle, fut occupée par Mussolini dans les années 30. Ces terres seront destinées à une agriculture intensive d’exportation. La région concernée est la vallée de l’Omo, au sud-ouest de l’Ethiopie. Cela prive directement 90 000 personnes de ressources issues directement de ces terres de plus de 245 000 hectares car le gouvernement éthiopien envisage de son côté de consacrer la parcelle qu’il s’est procuré à la culture de la canne à sucre.

En outre, le projet du gouvernement éthiopien comprend la construction de plusieurs barrages sur l’Omo dont celui de Gibe III qui pourrait devenir le plus grand du continent.

Les populations locales n’ont jamais été consultées. Toute contestation ou communication avec la presse étrangère est sévèrement réprimée et les exactions de l’armée éthiopienne seraient nombreuses contre ces populations.

Comme le dit justement Rony Brauman, on le voit, cette famine ne pourra pas être vaincue uniquement par des pluies de dollars, mais par une action internationale qui intègre dans sa stratégie, une pression sur les gouvernements de ces pays pour qu’ils cessent d’aggraver la situation déjà précaire de leurs propres populations.

03 Août

Commentaires fermés sur Appel à une initiative d’urgence pour sauver des centaines de milliers d’Africains de la famine

Appel à une initiative d’urgence pour sauver des centaines de milliers d’Africains de la famine

par

Une fois de plus, la famine frappe l’Afrique à la « corne ». Elle touche la Somalie, mais aussi le Kenya et l’Ouganda.

C’est une famine qui en cache d’autres, mais celle-là frappe par l’étendue des pays qu’elle touche.

Dans la période la plus chaude et la plus aride, un drame humain est en train de se jouer sous nos yeux.

Depuis plusieurs semaines, le Parti socialiste a interpellé les autorités françaises. Les premières mesures qui ont été prises sont les bonnes, mais elles sont insuffisantes comparées aux besoins.

Une première aide d’un demi milliard a été débloquée alors qu’il en faut, selon la FAO, trois fois plus. 1,2 milliards pour sauver 12 millions de personnes.

Il ne s’agit pas cette fois de sauver des banques ou des économies nationales, mais simplement des vies humaines. Il y a un besoin urgent d’eau, de nourriture, de médicaments. Il faut au-delà de l’aide humanitaire d’urgence un plan de développement solidaire durable qui permette d’assurer la sécurité alimentaire dans les pays les plus pauvres de la planète.

Il faut que toute l’Europe s’unisse dans ce mouvement de solidarité internationale.

La France s’honorerait à réclamer un G20 pour augmenter et coordonner l’action contre la famine.

Ce n’est pas parce que le monde occidental est préoccupé à juste titre par la crise qu’il doit se désintéresser des peuples touchés par la famine.