Tag foyers

17 Sep

Commentaires fermés sur Lutte contre l’exclusion, précarité énergétique sur le territoire: question à Monsieur le Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Lutte contre l’exclusion, précarité énergétique sur le territoire: question à Monsieur le Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

par

précarité énergétique

Question publiée au JO le : 17/09/2013 page : 9577

M. Jean-Christophe Cambadélis alerte M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur l’aggravation préoccupante de la précarité énergétique sur le territoire. Le dernier rapport du Médiateur de l’énergie recense plus de huit millions de personnes en situation de précarité énergétique en France aujourd’hui. Par ailleurs, selon ce même rapport, 11 % des foyers français interrogés reconnaissent éprouver des difficultés à payer certaines factures d’électricité ou de gaz et 42 % affirment avoir restreint leur chauffage au cours de l’hiver dernier afin d’éviter les factures trop élevées. L’énergie est un bien essentiel qui doit être payé à son juste prix par ceux qui le peuvent mais son accès doit être garanti aux plus vulnérables dans des conditions économiques acceptables. Devant l’absence de cadre normatif applicable à cette question et au-delà des mesures de trêves pratiquées en période hivernale, il l’interroge sur les dispositifs envisagés par le Gouvernement afin de freiner le phénomène en pleine expansion qu’est la précarité énergétique.

 

Réponse publiée au JO le : 08/04/2014 page : 3220

Le Gouvernement attache une importance particulière au maintien des prix de l’énergie abordables pour les consommateurs domestiques dans une période de tension sur l’approvisionnement mondial en énergie et de relance des investissements dans le secteur électrique en France et en Europe. Ainsi, la réforme des tarifs du gaz menée par le Gouvernement a permis de mettre en place un cadre plus transparent et plus favorable aux consommateurs et de profiter d’une tendance à la baisse depuis le début de l’année. S’agissant de l’électricité, l’insuffisance de couverture des coûts sous la précédente majorité a imposé une remise à niveau, que le Gouvernement a voulu progressive, avec une hausse moyenne de 5 % en août 2013, et à nouveau de 5 % en août 2014. Dans ce contexte, les tarifs sociaux de l’électricité (tarif de première nécessité – TPN) et du gaz (tarif spécial de solidarité – TSS), constituent un élément important du dispositif d’aide aux ménages modestes afin de préserver leur accès aux sources d’énergie, et le Gouvernement a souhaité en étendre les bénéfices à 4 millions de foyers. Ainsi, l’arrêté du 21 décembre 2012 a relevé le plafond des ressources ouvrant droit aux tarifs sociaux. Ces tarifs sont désormais ouverts aux personnes dont les ressources sont inférieures ou égales au niveau ouvrant droit à l’aide au paiement d’une assurance complémentaire de santé, dite ACS, soit à ce jour 11 600 € par an (967 € par mois) pour une personne seule, ce niveau étant augmenté selon le nombre de personnes vivant au foyer. Les personnes bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC), et les 550 000 foyers supplémentaires bénéficiaires de l’ACS n’ont en principe aucune démarche à effectuer. Il revient aux fournisseurs de leur adresser une attestation de droits pré-remplie et un courrier les informant que, sauf refus de leur part dans un délai de quinze jours, ils bénéficieront de cette tarification. Par ailleurs, la loi du 15 avril 2013 visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l’eau et sur les éoliennes, contient plusieurs dispositions ayant pour objet d’étendre le bénéfice des tarifs sociaux à 4 millions de foyers et de renforcer la protection des consommateurs, notamment les consommateurs vulnérables. Elle permet en outre à l’ensemble des fournisseurs de proposer le tarif de première nécessité de l’électricité, alors que jusque là seuls les fournisseurs historiques en avaient la possibilité. Le décret d’application, publié le 16 novembre 2013, introduit ainsi un critère d’éligibilité supplémentaire, fondé sur le revenu fiscal de référence, qui permettra aux tarifs sociaux de toucher plus efficacement leur cible. Les principaux fournisseurs se sont engagés à appliquer rétroactivement au 1er novembre les tarifs sociaux pour les nouveaux bénéficiaires. En outre, il convient de rappeler que la trêve hivernale du 1er novembre au 15 mars, prévue par l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles, a été étendue par la loi du 15 avril 2013 à l’ensemble des consommateurs. Cette disposition bénéficiera en particulier aux consommateurs les plus fragiles. Par ailleurs, les ménages peuvent d’ores et déjà bénéficier de dispositifs d’aides à l’amélioration de la performance énergétique des logements, dont certains sont dédiés aux ménages les plus modestes. Il s’agit, en particulier du programme national « Habiter mieux » piloté par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), qui a pour objet d’aider financièrement des ménages aux ressources modestes afin de réduire de manière substantielle les consommations d’énergie de leur logement. Doté d’un budget de 1,35 milliard d’euros, il vise à rénover 300 000 logements d’ici 2017. Le plan d’investissement pour le logement, présenté par le Président de la République le 21 mars 2013, a renforcé ce programme afin d’accélérer sa montée en puissance et, plus généralement, le régime des aides de l’Anah. Ce plan prévoit également la mise en place d’ambassadeurs de la rénovation énergétique dont la mission principale est de repérer les ménages précaires, de les sensibiliser aux économies d’énergies et de les orienter vers les dispositifs d’aides existants. Il est prévu que 1 000 ambassadeurs soient recrutés d’ici 2015 notamment par le biais des emplois d’avenir. Enfin, plusieurs incitations fiscales et d’autres aides financières peuvent être mobilisées aux mêmes fins d’économies d’énergie, tels que l’éco-prêt à taux zéro ou le crédit d’impôt développement durable.