Tag françois bayrou

26 Fév

Commentaires fermés sur L’invité de Francis Letellier dans Dimanche en politique sur France 3

L’invité de Francis Letellier dans Dimanche en politique sur France 3

par

Jean-Christophe Cambadélis répondait ce dimanche 26 février 2017, aux questions de Francis Letellier dans « Dimanche en politique » sur France 3.

 

Pour visionner le replay de l’émission:


Jean-Christophe Cambadélis : « Emmanuel Macron pense que Fillon a perdu »

18 Jan

1 Comment

François Bayrou le gagnant du tournant

par

bayrouJean-François Copé constatant que l’accélération de François Hollande que l’on surnomme « le tournant » avait conduit à son isolement, cherche à réagir.

Son mentor, Nicolas Sarkozy, ne veut pas laisser à François Hollande le monopole du centre favorable au pacte de responsabilité. Alors, la mort dans l’âme, les Umpistes ont avalé leur chapeau d’autant que sur le terrain cette concurrence UMP/ UDI-Modem tournait à l’avantage de l’ancien ministre de Jacques Chirac.

A l’évidence l’ancien Président a pris la mesure de l’impact sur le champ politique de la conférence de presse de François Hollande. Il ne souhaite pas laisser cet espace et se laisser pousser à droite. Il a donc décidé avec Jean-François Copé de soutenir François Bayrou.

Le président de l’ UMP cherche aussi quelques gains électoraux aux municipales car la moisson s’annonce moins fructueuse que prévue. Mais la candidature du socialiste David Habib qui est celle d’une nouvelle donne à gauche est bien partie.

Il n’en reste pas moins que François Bayrou est le gagnant improbable d’un discours délimitant une nouvelle frontière dans le redressement du pays.

13 Déc

5 Comments

Élection présidentielle: le trop plein !

par

La décantation n’a pas encore fait son œuvre et nous sommes dans le trop plein. Jugez un peu: Corine Lepage, Christine Boutin, Nicolas Dupont-Aignan, François Bayrou, Marine Le Pen, Hervé Morin, Dominique de Villepin, Frédéric Nihous et Nicolas Sarkozy à droite. A gauche, Jean-Pierre Chevènement, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud: 15 candidats ! Combien seront-ils après la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy en février ? Pour l’instant tout le monde est « reine d’un jour ». Mais il faut plus qu’un TF1 pour aller de l’annonce à la confirmation officielle. Mais pour l’instant, cet état des choses rend la campagne confuse. D’autant que l’anecdotisation des événements est de mise. Comme Nicolas Sarkozy ne se déclare pas mais joue de son surplomb présidentiel, cela pourrait l’avantager en décourageant voire en éparpillant l’anti Sarkozysme. Voilà pourquoi la clarté de l’alternative à Sarkozy doit être posée avec netteté. Tout ce qui perturbe, obscurcit, détourne du combat Sarkozy / Hollande est néfaste à la campagne. En période de crise les français ont besoin de choix clairs.

03 Oct

2 Comments

Le retour à la case Bayrou

par

Alain Juppé dans son émission sur France 2 suggérait que le seul centriste était François Bayrou. André Vallini commentant le retrait de Jean-Louis Borloo sur LCI indiquait hier que François Bayrou était le seul centriste. Je ne sais pas si les deux assertions sont habiles, mais elles illustrent que la politique ayant horreur du vide, le jet de l’éponge de Jean-Louis Borloo profite à l’homme du 18… %. Il s’est « rabiboché » avec Nicolas Sarkozy tout en continuant à caresser la gauche raisonnablement raisonnante. Dans un espace orphelin de Borloo et DSK, il ne faudra pas trop le pousser pour exister. La multiplication des affaires font les siennes. Il n’est pas certain que cela fasse seulement le jeu du Front National. Comme les français ne voient malheureusement pas en quoi la gauche peut faire mieux que la droite, le pareil au même nous pend au nez. Et si la dite gauche n’offre que le cercle de la raison, là où un DSK dominait un espace bleu/rose/vert, nous risquons d’être dominés. D’autant que la presse va chercher avec entrain son 3ème homme. Il suffit de voir comment dans les primaires ce fut d’abord Ségolène Royal puis aujourd’hui Arnaud Montebourg. Cette élection présidentielle est bien incertaine quant à ses acteurs et à son issue. Une fois de plus, il faut un candidat ou une candidate qui assure au premier tour et rassure au second. C’est la dernière ligne droite pour le faire avec Martine Aubry.

05 Jan

2 Comments

Embouteillage au centre !

par

Jean-Marie Cavada vient de nous apprendre que Hervé Morin, de retour de vacances, est candidat à l’élection présidentielle. Si la forme de la candidature – par personne interposée – nous laisse perplexe, elle devrait être démentie, elle illustre l’embouteillage au centre de l’échiquier politique qui le libère pour l’élection présidentielle.

Hervé Morin, donc François Bayrou, Jean-Louis Borloo, Dominique de Villepin, sans oublier un possible Nicolas Hulot, ou un Eva Joly qui ont décidé de situer là l’ancrage écologiste.

Il n’est pas certain que cette situation gêne l’UMP ou le PS, voire le FN qui voit la troisième place à portée de la main.

L’extrême gauche n’ayant pas décider d’une candidature unique entre Front de Gauche, le NPA ou Lutte Ouvrière. L’alternative crédible à Nicolas Sarkozy, si tout reste en l’état, reviendra donc au PS. Mieux l’émiettement au centre, à l’extrême gauche et l’idée du FN en dynamique ouvrent la porte au vote utile dès le 1er tour. Raison de plus au PS pour prendre notre temps, travailler à une alternative solide, et ne pas être irresponsables. Vaste débat !

17 Sep

Commentaires fermés sur Ma mise au point à propos de l’encart de l’Express

Ma mise au point à propos de l’encart de l’Express

par

Messieurs Ludovic Vigogne et Eric Mandonnet,

Je lis avec étonnement dans votre dernier numéro les propos que vous me prêtez qui n’ont pour but que de créer de la tension entre Martine Aubry et moi. S’il est vrai que François Bayrou s’est joint à un déjeuner de socialistes à la cafétéria de l’Assemblée, vos assertions ne sont pas exactes.

Nous n’avons pas évoqué les candidatures socialistes mais la dérive de Nicolas Sarkozy, et la seule phrase que j’ai prononcé à ce propos fut « quel que soit le candidat socialiste, au deuxième tour de la présidentielle … l’heure de vérité des centristes viendra : voulez-vous d’un deuxième quinquennat Sarkozy ?»

Si vous aviez vérifié auprès des convives qui n’étaient guère que trois, on vous l’aurait confirmé.

Quand au reste de la phrase que vous me prêtez, je n’ai pu l’évoquer devant François Bayrou puisque j’ignorais tout des faits que vous rapportez.

En espérant que vous pourrez informer vos lecteurs de l’exactitude de mes propos, je vous prie d’agréer, Messieurs, l’expression de mes sentiments distingués.

18 Nov

2 Comments

Peillon, Royal: Obscur objet du désir

par

La querelle Peillon/Royal était obscur. Ségolène Royal s’invitait à une réunion de travail co-animée par des personnalités mais dont Peillon revendiquait la paternité.

Ce dernier refusait sa venue au prétexte que cette dernière était « présidentiable ». Tout en invitant Manuel Valls qui, nous semble-t-il, se vit comme tel. Ségolène se proposant de recadrer la dite réunion y vint au 1er rang, sans s’exprimer, tout en indiquant à la presse que des propos offensants avaient été prononcés à son égard. Vincent Peillon termine le colloque, créant un comité de liaison écolo-démocrate-socialiste-communiste, annonçant en janvier la présence de François Bayrou et Ségolène Royal. Cette dernière déclare que l’art du politique est de savoir rassembler. Peillon estime que Royal n’est plus présidentiable puis s’étonne qu’elle se fâche. Cette dernière « rassemble » en virant Vincent, qui déclare lui que Royal relève de la psychiatrie lourde. Ségolène annonce une troïka. Ce que refuse Peillon.

En cette date anniversaire du congrès de Reims, nos deux amis jouent un remake dans un seul courant. Car on a enfin compris qu’il s’agissait de la maîtrise des partisans de Désirs d’avenir et d’Espoir à gauche. On croyait que Ségolène Royal ne s’occupait pas de cela et que Peillon méritait mieux que cela. Cette embrouillaminie fait suite à une rencontre Bayrou/Royal. C’est à se demander ce qu’ils se sont dit…

08 Sep

Commentaires fermés sur Le normand c’est dur

Le normand c’est dur

par

Décidément, j’ai du mal avec Jean-Michel Normand du Monde.

Ce dernier n’est pas tout à fait un ami des socialistes et il a une sélection de mes propos qui me laisse souvent pantois.

A propos de Bayrou, il me dépeint ce jour en affreux anti-Bayrou. Alors que je parle de mirage parce que, plus le PS avance, plus François Bayrou se dérobe.

Je constate dans mon billet que Bayrou veut être l’anti-Sarkozy de l’autre rive. Qu’il s’oppose à Sarkozy,ce qui est bien, mais veut rester à droite, ce qui l’est moins. J’ajoute que Bayrou aurait pu faire un geste fou. Proposer une rencontre à Martine Aubry etc… Les échos de la presse régionale ou 20 minutes reprennent, mais, pas Le Monde.

Décidément parler le Normand n’est pas simple.

07 Sep

2 Comments

François Bayrou ou le mirage à gauche

par

bloc_note_copieV2.jpgJ’ai beau avoir lu et relu le discours de François Bayrou, je n’ai rien vu si ce n’est cette horrible formule d’offre publique de débat qui sous-entend, je suppose, d’achat. Non, en l’écoutant ou plutôt le regardant car maintenant entre la poire et le fromage, nous sommes en direct live partout. Donc, j’ai constaté que François Bayrou avait mis sa cravate. Là, je me suis dit : il s’est préparé. Mais sa proposition de débat me fait irrémédiablement penser « au dialogue idéologique » proposé par Guy Mollet au PCF à la fin des années 60 quand ce dernier voulait refuser le programme commun.

À part cela, François Bayrou veut combattre Sarkozy, ce qui est bien, tout en restant à droite, ce qui l’est moins. On aurait pu imaginer un geste fou : une demande de rencontre avec Martine Aubry. Nenni. François Bayrou veut rester l’antisarko de l’autre rive. Subordonnant sa tactique à l’objectif stratégique, rappelé par M. de Sarnez il y a quelques jours : François Bayrou doit être au 2e tour de la présidentielle. Lire la suite…