Tag gabon

06 Juil

Commentaires fermés sur Gabon : une relation qui change

Gabon : une relation qui change

par

Le 5 juillet 2012, le Parti socialiste a reçu une délégation représentant la société civile gabonaise. Elle a exposé ses inquiétudes sur le climat politique tendu, et les risques qu’une mauvaise gouvernance et une situation socio-économique fragile font peser à l’avenir du Gabon.

Le Parti socialiste exprime de nouveau son regret que ni les élections présidentielles de 2009 ni le scrutin législatif de 2011 n’aient permis l’établissement d’un dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Le Président François Hollande a souligné hier clairement, à l’occasion de la visite en France de son homologue du Gabon, Ali Bongo Ondimba, les principes qui doivent désormais guider les relations entre la France et le Gabon. Le Parti socialiste salue cette volonté de rompre avec les pratiques du passé, marquées par les dérives de la « Françafrique ». Et il attend du Gabon l’instauration d’un réel pluralisme et d’élections libres et transparentes.

27 Jan

Commentaires fermés sur [Parti Socialiste] Gabon: approfondissement de la crise politique

[Parti Socialiste] Gabon: approfondissement de la crise politique

par

Lors de la dernière élection présidentielle au Gabon, le Parti socialiste s’était inquiété d’un résultat qui désignait comme Chef de l’État un candidat choisi par moins de la moitié de la population. Plus récemment, la modification de la Constitution laissait craindre un possible report des élections législatives prévues en 2011 au Gabon. Depuis deux jours, la formation d’un gouvernement alternatif autour d’André Mba Obame puis la dissolution de l’Union nationale et la montée en tension qui traverse le pays traduisent la dégradation rapide du climat politique. Dans ce contexte, seules des élections nationales incontestables seraient susceptibles de donner une légitimité au gouvernement du pays. Le PS rappelle qu’il ne saurait y avoir de démocratie réelle sans une opposition autorisée et respectée, mais aussi un système électoral qui donne à chaque homme et à chaque femme une voix de valeur équivalente. Le mode de scrutin présidentiel et le découpage très inégal des circonscriptions au Gabon ne permettent pas, aujourd’hui, que ces principes démocratiques soient pleinement respectés.

Le PS sera donc, dans les mois qui viennent, aux côtés de ceux qui se battent pour des élections législatives ouvertes, équitables et transparentes, ce qui suppose non seulement un système électoral rénové mais aussi que toutes les forces politiques du pays soient autorisées à participer au scrutin.

01 Déc

Commentaires fermés sur Gabon: un projet de modification constitutionnelle qui inquiète

Gabon: un projet de modification constitutionnelle qui inquiète

par

Le PS s’inquiète de certains aspects du projet de loi de réforme constitutionnelle présenté au Gabon. Ce projet prévoit en effet explicitement, à l’article 4 du titre premier, que l’organisation des opérations électorales pourrait être reportée afin « d’assurer la continuité du service public » dans différentes situations dont la définition semble insuffisamment précise. Cette modification et le contexte politique dans lequel elle intervient envoient un signal préoccupant. Alors que des élections législatives sont prévues l’année prochaine et que ces élections s’annoncent très ouvertes, introduire l’idée d’un report possible des élections ne contribue pas à établir un débat serein.

Le PS s’interroge aussi sur l’opportunité d’introduire des critères de nationalité beaucoup plus stricts pour les candidats à l’élection présidentielle, compte tenu des tensions nées, dans d’autres pays, du durcissement de tels critères.

03 Sep

Commentaires fermés sur Gabon: un scrutin précipité et contesté aux conséquences inquiétantes

Gabon: un scrutin précipité et contesté aux conséquences inquiétantes

par

Le Parti socialiste regrette que l’élection présidentielle gabonaise n’ait pas permis de désigner le nouveau Président du Gabon selon une procédure irréprochable sur le plan démocratique.

Ce scrutin, organisé dans une certaine précipitation, n’a malheureusement pas permis d’obtenir un résultat clair et incontestable. De nombreux observateurs, notamment l’Union africaine, qui considère que ce scrutin est entaché « d’irrégularités », ont exprimé des réserves sur la base de constatations précises : la brièveté de la campagne ; l’incertitude entourant la constitution des listes électorales et les nombreux doublons ; l’inégalité des moyens financiers dont disposaient les candidats ; le climat d’inquiétude entourant le scrutin, en particulier avec l’arrêt de la distribution des SMS ou la suspension de certains médias, y compris français ; le vif débat sur l’authenticité des procès verbaux des bureaux de vote.

Dès lors, le Parti socialiste s’étonne des déclarations du Secrétaire d’Etat français à la coopération, Alain JOYANDET, qui affirmait que ces élections s’étaient déroulées dans un climat « qui n’appelait pas de contestation particulière » avant même la proclamation des résultats et malgré le constat d’absence de consensus au sein de la commission électorale nationale autonome et permanente.

Le Parti socialiste condamne également avec la plus grande fermeté tous les actes d’intimidation commis à l’encontre des ressortissants français au Gabon ainsi que les destructions inacceptables et arbitraires de leurs biens. Rien ne saurait justifier ces actes de vandalisme.

Le Parti socialiste appelle tous les soutiens déçus des autres candidats à ne pas céder aux amalgames faciles et à la violence. Seuls des recours légaux et des actions de nature politique et démocratique pourront permettre de sortir le Gabon de la situation ambiguë dans laquelle il se trouve plongé. Le Parti socialiste appelle au calme et rappelle qu’il ne peut y avoir aucun progrès démocratique sans paix civile.