Tag hortefeux

02 Mar

3 Comments

Sarkozy ne sera pas nécessairement candidat à l’élection présidentielle

par

Au plus bas dans les sondages, confronté aux colères des corps constitués, fâché avec les syndicats, lâché par sa majorité, épié par Jean-François Copé, bousculé, brocardé par les médias, limité par les déficits, conspué par l’opinion.

Tout concourt à l’empêchement du président candidat. Nicolas Sarkozy le sait. Il a cru utiliser l’épuisement de Michèle Alliot-Marie et l’échec de Brice Hortefeux pour prendre les devants. Car les élections cantonales s’annoncent catastrophiques. Nicolas Sarkozy a pris soin d’encadrer François Fillon qui attend benoîtement le renoncement de son ami Nicolas. Il a manifesté, avec la venue de Brice Hortefeux qu’il était candidat. Enfin, il a cru malin de remettre Alain Juppé dans le jeu. Mais voilà, malgré les dénégations, le premier de la classe va se voir investi par les parlementaires du rôle du « sauveur ». François Fillon l’a bien compris. Il manifeste son désaccord sur le débat sur l’Islam. Celui-ci immédiatement rebaptisé « débat sur la laïcité » de peur que François Fillon ne se saisisse de la controverse. La bataille commence à droite autour de la candidature Sarkozy.

28 Fév

1 Comment

L’interview d’Europe 1 Soir

par

« Nicolas Sarkozy s’est exprimé 5 semaines après les événements au Maghreb pour annoncer son remaniement. Il s’agit d’un discours prétexte pour expliquer le remaniement.

Il n’a pas su trouver les mots parce qu’il est obsédé par son dispositif de préparation à la prochaine présidentielle. (…) On était loin des discours historiques, comme ceux du Général de Gaulle ou de François Mitterrand, voire même de Jacques Chirac.

Il est passé à côté parce qu’en retard, parce que trop pressé par son remaniement.

(…) Alain Juppé va retrouver un Quai d’Orsay affaibli, ce n’est pas celui qu’il avait quitté.

Nicolas Sarkozy a placé des hommes sûrs sur des positions stratégiques.

Brice Hortefeux a été exfiltré, certes à l’Elysée, mais exfiltré parce qu’il a échoué.

(…) Il n’a pas échappé à François Fillon qu’il se trouvait sinon exclu mais borduré du dispositif mis en place par Nicolas Sarkozy, donc il veut faire entendre sa voix.

(…) Nicolas Sarkozy revient sur le débat sur l’identité française avec un débat sur l’Islam. Nous ne sommes pas au Parti socialiste dans la critique systématique, mais ce n’est pas le sujet essentiel et nous souhaitons revenir sur le sujet essentiel autour de la question de l’emploi, de la crise sociale, du logement qui sont les préoccupations des français.

Nous travaillons à une alternative en Europe et en France. D’ailleurs tous les partis progressistes vont se retrouver à Athènes le Week-end prochain pour travailler à une alternative en Europe au couple Sarkozy-Merkel. (…)

Je pense que DSK et Martine Aubry sont en capacité de battre Nicolas Sarkozy, ce serait une bonne chose pour la France et une bonne chose pour la gauche. (…)

Le problème du PS aujourd’hui est de construire une alternative politique et d’être au deuxième tour de l’élection présidentielle. Les primaires vont permettre de mettre fin à la querelle des chefs (…).

27 Fév

1 Comment

Remaniement et déclaration de Nicolas Sarkozy !

par

Nicolas Sarkozy avoue ses échecs et y répond par sa candidature ! Cinq semaines après le début des évènements dans le monde arabe musulman. Le Président a parlé. Il était temps ! Il s’agit d’une déclaration internationale, mais tout ce « remue-ménage » n’est que de la poudre aux yeux. L’arrivée d’Alain Juppé est la sanction de l’exercice solitaire de la politique étrangère. Mais, elle vise aussi à contenir François Fillon. La venue de Gérard Longuet tend à émietter un peu plus les centristes et d’en fidéliser une part. L’exfiltration de Brice Hortefeux à l’Elysée, comme conseiller spécial, sanctionne l’échec de la politique sécuritaire mais confirme que Nicolas Sarkozy prépare de l’Elysée sa candidature. La seule vraie nouvelle ce soir est que Nicolas Sarkozy avoue ses échecs et y réponds par sa candidature.

12 Oct

Commentaires fermés sur Explication de vote sur la loi immigration, intégration et nationalité

Explication de vote sur la loi immigration, intégration et nationalité

par

L’Assemblée Nationale vient de voter la loi « immigration, intégration et nationalité » présentée par Eric Besson et Brice Hortefeux.

Avant de parler proprement dit de cette loi, je souhaiterai tout d’abord poser un préalable sur la tenue même des débats.

Quelques jours après les houleux débats lors de l’examen de la réforme des retraites, c’est au tour de l’examen du projet de loi sur l’immigration de subir la censure du Président de l’Assemblée Nationale.

Les quelques seulement 30h00 proposées aux députés pour l’examen de plus de 107 articles ont été, encore une fois, interrompus par ce dernier empêchant par la même à la grande majorité des députés de pouvoir s’exprimer.

Plusieurs articles aussi fondamentaux que la durée de rétention, l’effacement du contrôle judiciaire sur les procédures de reconduite, la responsabilité des entreprises dans le travail clandestin, l’aide médicale aux étrangers en situation irrégulières n’ont pu être mis en débat, faute de temps imparti et ce, sans qu’aucun échange ne soit possible.

C’est dans cet esprit que le texte a été examiné.

Permettez-moi, maintenant, de revenir sur le contenu de cette proposition de loi et sur ce que je pense.

Tout d’abord l’historique :

Depuis 2002, c’est le huitième projet de loi proposé sur le thème.

Depuis 2002, le gouvernement de Nicolas Sarkozy n’a cessé de poser le débat sur l’immigration dans des procédés uniquement liés à la stigmatisation et au rejet de l’étranger.

Après l’immigration choisie, les propositions de test ADN, la dénonciation des mariages gris, le débat sur l’identité nationale, le gouvernement organise et veut imposer un projet de loi poussant toujours un peu plus les limites et les amalgames entre immigration et insécurité.

J’ai suivi et j’ai dénoncé les méthodes utilisées dans le cadre de la mise en place du débat sur l’identité nationale.

J’ai dénoncé et je continue de dénoncer les expulsions collectives des populations roms basée sur le désir d’une politique spectacle et stigmatisante.

Aujourd’hui, avec ce projet de loi, le Gouvernement, continue de stigmatiser encore et encore les immigrés en focalisant l’ensemble des articles qui ont été mis en discussion sur une gestion et un règlement des « problèmes » de l’immigration plutôt que sur l’organisation de principes d’intégration dans notre pays des populations qui y résident et qui contribuent de l’activité économique de notre pays.

Citons quelques-uns des articles de la proposition de loi :

La déchéance de la nationalité.

Lors de son discours de Grenoble le 30 juillet dernier, Nicolas Sarkozy avait déjà posé les jalons de ce que qui nous est proposé aujourd’hui. Ainsi donc, il proposait de retirer la nationalité française à « toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie » d’un policier, d’un gendarme « ou de toute autre personne dépositaire de l’autorité publique ». 
Le projet de loi immigration qui a été proposé à l’Assemblée Nationale reprend exactement ces dispositions mais l’élargit pour toute personne qui aurait acquis la nationalité française depuis moins de 10 ans.

C’est donc qu’il y a deux poids, deux mesures ?

Qu’il y aurait d’un côté, les français, dits « de souche », pour laquelle, la déchéance de la nationalité n’interviendrait pas dans ce cas là et les autres ?

Les autres, ceux qui, après un parcours du combattant souvent humiliant et fastidieux, obtiendrait la naturalisation à « condition que ». A condition que, pendant 10 ans, ils ne commettent pas de délit à l’encontre des personnels sus citées.

Permettez moi de trouver cet article discriminant et injuste.

Discriminant parce que tout personne qui obtiendrait la naturalisation ne serait finalement pendant 10 ans pas un vrai français mais toujours un individu marqué, désigné. Et injuste parce que la naturalisation, tel que l’article 1 de la Constitution le stipule, où est l’égalité de tous devant la loi sans aucune distinction ?

Sur l’instauration de la double peine.

Avec le vote de cette loi on assiste à une stigmatisation et à des expulsions organisées et légalisées des personnes qui vivent en France sans titre de séjour régulier en France.

Après l’OQTF ( Obligation de Quitter le Territoire Français), le gouvernement met en place une procédure parallèle : IRTF ( l’Interdiction de Retour sur le Territoire Français) pendant une période allant de 2 à 5 ans.

Cette nouvelle disposition est une véritable instauration de la double peine : Pas de titre, pas de droits.

Double peine qui aura des conséquences graves pour certains étrangers, conjoints de Français ou disposant d’attaches familiales en France (enfants nés en France, scolarisés en France par exemple), mais aussi pour des personnes potentiellement en danger dans leur pays de retour. Sans parler de la remise en cause du droit au séjour des personnes vivant en France et atteintes d’une maladie grave.

La stratégie du statut : étranger = bouc émissaire

Par ce projet de loi, le Gouvernement entérine la politique de bouc-émissaire des étrangers.

Une loi inefficace sur le fond et discriminatoire dans les faits.

Les modalités des expulsions mises en place depuis l’été des populations roms, la circulaire, retirée depuis, explicitant clairement la stigmatisation d’une population, d’une ethnie nous valant la une de la presse européenne et internationale, démontre bien la volonté du gouvernement de Nicolas Sarkozy de mettre en place dans le pays des droits de l’homme, une véritable stratégie divisions des populations, de négation du vivre ensemble et de stigmatisation des étrangers.

Pour toutes ces raisons, j’ai voté NON au projet de loi immigration, intégration et nationalité.

24 Avr

3 Comments

Hortefeux: Pas de quoi faire le malin !

par

Brice Hortefeux vient de demander à M. Besson de déchoir de la nationalité Française un islamiste radical, conjoint de 4 femmes « voilées, profitant des Allocations Familiales… » Si ces faits sont avérés, ils sont évidemment condamnables. Mais on peut se demander soit, pourquoi une amende donne lieue à une enquête de police sur son conjoint… Soit pire si c’est effectivement un dangereux islamiste, pourquoi on découvre si tard et par hasard qu’il est en infraction avec nos lois ? Dans les deux cas, pas de quoi faire le malin !

catégorie Actualité

Tag , , ,

12 Nov

1 Comment

L’identité nationale ce n’est pas la caporalisation des esprits !

par

Eric Raoult a attaqué Marie NDIAYE, récompensée par le prix Goncourt 2009 la semaine dernière. Marie NDIAYE avait évoqué il y a plusieurs mois dans une interview cette France d’Eric Besson et de Brice Hortefeux la qualifiant de « monstrueuse ». M. Raoult lui demande de se taire et d’exiger un « devoir de réserve » des écrivains… M. Raoult, l’identité nationale ce n’est pas la « caporalisation » des esprits !

30 Oct

Commentaires fermés sur A l’attention du Ministre de l’Intérieur

A l’attention du Ministre de l’Intérieur

par

A l’attention de Monsieur Brice HORTEFEUX
Ministre de l’Intérieur, de l’Outre mer et des Collectivités Locales

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Je souhaiterais attirer tout particulièrement votre attention sur la situation inacceptable que vivent les travailleurs sans papiers en grève sur le chantier du tramway T3 à la Porte des Lilas.

Ces ouvriers sont en grève depuis plusieurs jours pour protester contre le fait qu’en dépit qu’ils aient un contrat de travail ( contrats de mission avec une société ), qu’ils participent de l’activité économique de notre pays, de la production des richesses et de la la vie citoyenne, ils ne sont toujours pas, à ce jour, en possession d’un titre de séjour.

Cette situation est inacceptable.

Je vous renvoie au communiqué diffusé par Madame Frédérique Calandra, Maire du 20 ème arrondissement de Paris et Monsieur Roger Madec, Sénateur Maire du 19 ème arrondissement de Paris qui les ont visité ce matin et qui, tout autant que moi, trouvent cet état de fait inacceptable.

Je vous demande, Monsieur le Ministre l’Interieur, de l’Outre mer et des Collectivités Locales de traiter ce dossier avec la plus grande attention et de régulariser la situation administrative de ces travailleurs afin qu’ils puissent reprendre leur travail.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Jean-Christophe Cambadélis

11 Sep

3 Comments

Hortefeux n’est pas raciste

par

Arrêtons, notre Brice de Nice n’est pas raciste: Seulement Brice lagafe. Depuis qu’il a touche le poste dont il rêvait, il a la démarche gaffeuse multipliant faux pas, fausse note, faux fuyant. C’est le garçon qui a peur du principe de Peter et qui le réalise. Hortefeux est victime de l’anecdotisation de la politique inventé par son mentor et ami Nicolas Sarkozy.