Tag international

13 Juin

1 Comment

Nous nous souvenons de Pierre…

par

Il y a quinze ans, Pierre Guidoni nous quittait.  Depuis Budapest où nous participons au congrès du Parti socialiste européen, je veux lui rendre un hommage car Pierre fut pendant de nombreuses années, « l’Homme de l’International » pour le Parti socialiste.

Homme à plusieurs vies. L’amateur de bandes dessinées que l’on pouvait croiser dans le quartier latin avait fait ses premières armes à l’Unef. Figure du socialisme parisien, Pierre avait été un pilier du Ceres, le courant de Jean-Pierre Chevènement qui a tant marqué l’Histoire de notre formation dans les années 1970 et 1980.

Le Ceres avait tenté avec ses mots, et à sa manière,  de contribuer à l’Union de la gauche et il posait déjà, la question de la République.

Pierre resta dans la vieille maison qu’il avait contribué à refonder au Congrès d’Epinay après le départ de Jean-Pierre Chevènement.

C’était un militant solide. Ambassadeur de France en Espagne dans les premières années de Felipe Gonzalez, puis en Argentine quelques années plus tard, il fut un compagnon de route fidèle de la Transition espagnole.

L’homme à la voix de basse, orateur impressionnant, souvent souriant, a joué un rôle important dans le développement de l’Internationale socialiste sous les présidences de Willy Brandt et de Pierre Mauroy.

Pierre fut un intellectuel mais aussi un homme d’action. Parfois de gestes qu’on n’aurait pas attendu de lui. Comme par exemple lorsqu’il s’empara d’un marteau et de quelques clous pour « décorer » les murs du siège du PS d’affiches évoquant les combats anciens du PS. De sorte que personne n’oublie jamais en venant à « Solfé », de quel glorieux passé il était l’héritier.

Ancien président de l’Office universitaire de recherche socialiste et de l’Institut du monde arabe, Pierre Guidoni a porté haut la voix du socialisme international ce qui fait que tous ceux qui l’ont côtoyé dans ces années, parlent encore de lui.

Longtemps élu du 20e arrondissement puis du Languedoc Roussillon, Pierre Guidoni est parti trop tôt en 2000, mais nous continuons son engagement militant en continuant à nous battre pour la solidarité internationale, la justice et la République.