Tag japon

27 Jan

Commentaires fermés sur La conférence de Londres: La conférence des confusions

La conférence de Londres: La conférence des confusions

par

Madame Merkel nous dit « l’avenir de l’Afghanistan se joue à Londres ». Parions plutôt qu’il en sortira une certaine confusion. Où allons nous ?

Les USA renforcent leurs troupes, 35 000 hommes, l’Allemagne et l’Espagne en propose 500, mais le reste du monde: Le Japon se retire sur la pointe des pieds, le Canada n’en peut plus, la France fera dans le qualitatif. Mais la surprise vient de Monsieur Karzaï qui veut négocier avec les Talibans comme le susure Madame Clinton. Mais il propose pour ce faire non seulement de l’argent contre les armes, mais ce que l’on dit moins: le retrait des noms des principaux Talibans inscrits sur une liste noire de l’ONU. Alors acceptera t-on l’amnistie ? Impensable !

Mais que fait-on aussi du plan Hekmatyar qui ne propose pas le retrait des troupes de l’OTAN, mais qui propose une force de paix (sûrement les Turcs) et un gouvernement de transition ? A t-on entendu le refus de Monsieur Abdula de reconnaître Karzaï ? Il est donc peu probable que l’on avance réellement. Tout au plus on va tenter de briser les reins des Talibans Pachtouns pour les obliger à négocier, comme on l’a fait en Irak. Mais les tribus Sunnites n’ont rien à voir avec les Pachtouns qui se vivent comme un peuple et sont discrètement soutenus par les services Pakistanais, eux mêmes discrètement soutenus – selon les Indiens – par les Chinois. Bref, on nage dans la confusion car la solution militaire est une impasse…

23 Jan

Commentaires fermés sur Le Japon

Le Japon

par

À l’instar de l’amiral Perry, en 1854, nous avons jeté l’ancre en baie de Tokyo. À l’époque, l’ère Meiji prenait son envol par l’élimination du Shogun et la répression des révoltes féodales.

Aujourd’hui, rien de tel, si ce n’est l’effondrement du parti libéral démocrate (PLD) au pouvoir depuis 1955. le Parti démocrate de Yukio Hatoyama a gagné les élections dans une alliance avec divers partis de gauche dont le Parti social-démocrate, membre de l’Internationale socialiste. Si le Fujiyama était bien là, dominant Tokyo à l’architecture inventive – gratte-ciels multiples – plutôt réussie, mais n’étouffant pas un habitat fait de petites maisons.

Nous avons surtout enchaîné les rendez-vous. Particulièrement avec l’étoile montante du Parti démocrate le ministre des affaires étrangères, Tetsuro Fukuyama et le secrétaire du Parti du congrès, Tenzo Okumra qui pourrait être le prochain Premier ministre en cas de revers.

Aux élections sénatoriales, le Japon vit une profonde évolution. D’abord la fin des caciques du PLD, ensuite la fin de l’administration de la vie politique. Jusqu’à lors c’était les fonctionnaires qui répondaient aux questions à la diète sur le budget et les lois, sorte de continuité de l’administration militaire SU après guerre. Aujourd’hui ce sont les ministres. La politique économique aussi avec une relance par la consommation, l’avènement au ministère de la justice d’une abolitionniste de la peine de mort etc… Mais c’est dans le domaine géopolitique que les évolutions sont notables. Le Japon recherche une relative autonomie dans l’alliance avec les États-Unis, avec comme point dur la question de la base d’Okinawa. Et comme perspective « l’asiatisation » de sa politique avec la visite prévue à Nankin du premier ministre où il s’excuserait pour les massacres de la dernière guerre et la visite de Hu Jintao, le président chinois à Hiroshima qui s’engager à ne pas utiliser l’arme nucléaire contre un pays qui ne l’a pas.

Le Japon ne va pas changer d’alliance mais redoute le voisin chinois. Tant du point de vu militaire que économique. Il ne s’agit plus de contenir le dragon mais de le chevaucher. Nous touchons là l’évolution du monde multipolaire et dorénavant le relativisme de la puissance américaine. Demain, le congres du parti social-démocrate du Japon de madame Mizuho Fukushima que j’avais rencontré à paris où je devrais prendre la parole. Puis plonger dans le japon profond dont la volonté de précision, de patience de donner du temps au temps et d’ordre quasi obsessionnel est marquant.

05 Jan

Commentaires fermés sur JAPON

JAPON

par

J’ai reçu, le dimanche 3 janvier 2010, au siège du PS, une délégation du Parti social-démocrate du Japon, dirigé par Madame Mizuho Fukushima, présidente du PSD et ministre de la famille du nouveau gouvernement japonais.

Trois sujets ont été au centre des discussions : la situation politique en France, la situation internationale et la politique internationale du Japon. Mme Fukushima a indiqué que les priorités du gouvernement japonais en matière de politique étrangère sont fondées sur l’équilibre entre trois grandes orientations : maintenir des relations avec les États-Unis, accroître les relations entre les pays de la région et développer les relations avec l’Europe.

Mme Fukushima a manifesté son grand intérêt pour le modèle social français et européen. Elle a exprimé la volonté du Japon de renforcer ses relations avec l’Union européenne. Au-delà des enjeux politiques et économiques, l’Europe est un exemple pour le Japon (aspiration au progrès social, abolition de la peine de mort…).

Mme Fukushima et moi-même avons souligné leur identité de vue sur l’importance d’une approche multilatéraliste dans les relations internationales.