Tag les Républicains

14 Mar

Commentaires fermés sur Mise en examen du candidat du parti Les Républicains

Mise en examen du candidat du parti Les Républicains

par

La mise en examen pour détournement de fonds publics du principal candidat de la droite à moins de 40 jours de l’élection présidentielle est sans précédent.
Elle met la droite dans la plus grande difficulté alors que son électorat pensait que sa victoire était assurée. Au-delà des questions judiciaires qu’il ne me revient pas de traiter, le coût politique pour notre démocratie est majeur.
Personne ne mesure aujourd’hui les conséquences d’un tel état de choses pour la suite de la présidentielle et pour le second tour de l’élection dans le cas où Marine Le Pen serait qualifiée.
Monsieur Fillon, par son acharnement à être candidat dans des conditions dont il n’ignorait rien, porte une grande responsabilité devant l’histoire de notre pays.

01 Mar

Commentaires fermés sur Réaction du Premier secrétaire du Parti socialiste Jean Christophe Cambadélis après la conférence de presse de François Fillon

Réaction du Premier secrétaire du Parti socialiste Jean Christophe Cambadélis après la conférence de presse de François Fillon

par

 
Avec la décision de François Fillon de s’en prendre à la justice, comme le fit hier Marine Le Pen, nous assistons à une situation grave.
Ces actes marquent, après bien d’autres, la décomposition de la droite. Ceci sur fond de ce qu’il faut bien appeler maintenant une crise politique. Elle ne profite paradoxalement qu’à Marine Le Pen. Chaque jour, la candidate du Front national s’avance un peu plus vers le pouvoir.
Chacun, à ce moment de notre histoire, est comptable de ses gestes et de ses paroles. Chacun aura à s’exprimer – le Président de la République aussi je suppose.
Chacun doit retrouver le chemin de l’État de droit et la sérénité des débats pour éviter que la crise politique débouche sur une crise de régime permettant à l’extrême-droite de s’emparer du pouvoir.
J’appelle à la responsabilité de tous et pour ce qui est de la gauche, à son rassemblement.

29 Jan

Commentaires fermés sur Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

Meeting de François Fillon à La Villette : un temps mort plutôt qu’un temps fort

par

 

logo ps twitter
Dans la campagne de François Fillon, le meeting d’aujourd’hui devait être un temps fort : ce fut un temps mort.
La droite rêvait de ce jour comme d’une démonstration de force : elle devait propulser son candidat, montrer qu’il était le seul légitime à gouverner la France.
Las : face à la tourmente, c’est à sa famille politique qu’il a dû prouver qu’il était encore capable de la représenter à l’élection présidentielle.
L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a donc repris tous les mantras de la droite : une fois encore, les plus vulnérables ont vu leur dignité bafouée au nom du combat contre « l’assistanat », celle des fonctionnaires au nom de la lutte contre la « bureaucratie », le travail de la communauté éducative et des enseignants réduit à des « activités périphériques », les immigrés à des profiteurs qu’on tolère sous conditions. Rien de nouveau sous le soleil, donc.
Pire encore : pour retrouver de l’espace à droite, François Fillon raconte désormais que tous ses adversaires sont à gauche, y compris le Front national. Le candidat « les Républicains » ne prend même plus la peine de distinguer ceux qui portent les valeurs de la République de ceux qui les rejettent et les bafouent. Etre de gauche, c’est croire en l’action de l’Etat mais c’est aussi partager une éthique et des principes. Le succès des primaires citoyennes démontre que le peuple de gauche est bel et bien vivant, prêt à les défendre, contre la droite et l’extrême-droite.

14 Jan

Commentaires fermés sur François Fillon, l’inconstant candidat

François Fillon, l’inconstant candidat

par

logo ps twitter
Dissensions et échanges peu cordiaux étaient au programme des Républicains réunis ce matin en Conseil National pour l’investiture de François Fillon. Un reflet de la campagne erratique menée par le candidat de la droite.
Cette semaine, François Fillon aura été tour à tour sarko-estrosiste sur les immigrés, vindicatif sur sa radicalité, penaud sur son programme de santé, amateur d’autoritarisme auprès des siens. Loin de la constance dont il se targuait d’être le maître.
Face à des troupes désorganisées que ses voeux guerriers n’ont pas su réunir, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy accumule les circonvolutions pour garder le cap de cette campagne incompréhensible.
Alternant reniements et inflexibilité au gré des vents, il sème en chemin confusion et défection : délaissé par les classes populaires, ce sont désormais les centristes qui menacent de faire de même.
Son équipe, perdue, promet tout et son contraire, aux fonctionnaires sur les 39h, aux Français sur l’ouverture avec le centre.
Il ne lui reste quant à lui, que l’auto-conviction pour s’assurer de la discipline de ses rangs et des vertus de l’obstination.
Des sommets atteints pendant la primaire, François Fillon redescend « à fond » et en zigzag. Sur cette route difficile qui mène à la présidentielle, le candidat de la droite procède par à-coups et freinages forcés, et inéluctablement… dérape.

24 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

L’invité de « Face aux chrétiens » sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame

par

jcc-faces-aux-chretiens-24112016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Face aux Chrétiens sur KTO en partenariat avec La Croix, RCF et Radio Notre Dame.

 

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

Primaire de la droite

François Fillon est un candidat très identifié et très identifiant.
François Fillon c’est « la révolution conservatrice » pour reprendre les propos de Patrick Buisson
C’est un candidat ultra: ultra conservateur, ultra libéral on ne peut pas dire que l’offre soit flou!
La position de François Fillon c’est le libéralisme à la hache.
L’intuition d’Emmanuel Macron de se placer entre les 2 blocs droite/gauche va se retrouver réduite.

François Fillon ne réduit pas le FN mais sa posture extrême droitière bloque son déploiement.
François Fillon est très à droite et bloque d’une certaine manière la dynamique du FN. Mais au 2e tour il rend compliqué le mouvement de la gauche vers la droite.

Primaire de la Belle Alliance Populaire
Sur une éventuelle candidature de François Hollande : le Président doit réfléchir à la possibilité de se représenter et de répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire » ?
Avant de dire « je suis candidat », il faut avoir quelque chose à dire au pays, un enjeu à présenter au pays.

On aura ce qu’il faut pour faire campagne.

Je voudrai lancer un appel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon pour qu’ils participent à la primaire. C’est nécessaire au regard des enjeux : la révolution conservatrice portée par Fillon et la montée du FN.
J’observe qu’Emmanuel Macron se veut un peu de gauche sans être tout à fait à droite. Par contre, tous ceux qui soutiennent Macron sont socialistes. Alors pourquoi refuser la primaire ?
Je dis la même chose à Jean-Luc Mélenchon : son seul objectif est de passer devant le PS. La belle affaire quand la révolution conservatrice est là.
Si nous continuons comme cela nous serons éliminés. Fixons le périmètre. Il n’est pas trop tard! Je lance donc un appel solennel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. C’est le destin de la France et de la République qui est en jeu. Participez à une compétition loyale!

Je suis très inquiet car avec un FN qui tutoie les 30%, même si sa dynamique peut être bloquée, s’il y avait un candidat de gauche qualifié je ne vois pas la droite appeler à voter pour. Et vu le programme de la droite, la gauche aurait du mal à soutenir le candidat de droite. La bonne solution c’est qu’il y ait un candidat de gauche et un candidat de droite qui s’affronte. C’est pour cela que j’appelle au rassemblement.
Le moteur du FN c’est la xénophobie.

Prochain quinquennat
Nous avons traité dans les cahiers de la présidentielle toutes les sujets pour répondre à la question « un nouveau quinquennat pourquoi faire ? » et pour ouvrir le chemin vers une France nouvelle.

Le bilan économique et social est meilleur qu’on ne le Dit. Mais cela n’est toujours pas perçu comme positif car il y a beaucoup d’inégalités. Beaucoup d’exclusions. Le prochain quinquennat devra répondre à la question « qu’est ce qui va mieux pour moi? »

Il n’est pas question pour nous de baisser ou de recomposer les minima sociaux contrairement à nos adversaires. C’est un choix de société. Société inclusive ou relégation ?

Sur la situation des migrants
Nous avons lancé des le départ un mouvement avec des maires socialistes pour décréter l’accueil.
On a fait notre part de travail pour accueillir les réfugiés et les migrants ce qui n’est pas le cas de tout le monde

Situation internationale

François Fillon est plutôt russophile dans son analyse géopolitique. Il partage avec M. Poutine une certaine analyse du monde.
La Russie est un grand pays et M. Poutine pense que la Russie est une civilisation. Et en fonction de cela il avance ses pièces.
L’Europe aujourd’hui est dans un état politique économique et diplomatique désastreux. Poutine dans cette situation avance ses pions.
Le monde est apolaire et dans ce monde la France a une place considérable mais n’a pas de rapport de force pour maintenir seule les équilibres. Nous avons besoin de l’Europe.
Le Front national nous placerait dans une situation de quitter l’Europe et donc de nous affaiblir. François Fillon nous placerait dans l’espace de Poutine.

Il faut être ni atlantiste, ni poutinien pour rassembler l’Europe. Alain Juppé considère que François Fillon est trop dans l’espace poutinien.

La France a un rôle à jouer. Elle ne peut pas être dans l’espace politique de Poutine ou de Trump. La seule manière de parler à tous, c’est d’être indépendant.

Ce qui se passe en Turquie est inadmissible. Ce régime s’éloigne de la démocratie. C’est un Régime autoritaire, qui s’en prend aux libertés et aux individus.

Chrétiens d’orient « La coalition internationale participe dans sa lutte contre l’EI a leur protection.
C’est une bataille majeure dont personne ne parle. On pourrait plus efficacement défendre les Chrétiens d’orient si on en finissait avec l’EI. »

Changement du nom du PS?
Lors du congrès de Poitiers j’ai défendu une motion dans laquelle il y avait la thèse du dépassement du PS. Ce que nous avons fait avec la Belle Alliance populaire.

 

 

29 Oct

Commentaires fermés sur « Cette présidentielle n’est pas jouée », interview à Sud Ouest

« Cette présidentielle n’est pas jouée », interview à Sud Ouest

par

logo sud ouest

 

Sud Ouest publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous:

 

Est-ce que les militants socialistes y croient encore pour l’an prochain ?

Ils veulent y croire, parce qu’ils ne veulent pas du projet de la droite et de l’extrême-droite. Ils constatent avec effarement que ce projet autoritaire et inégalitaire, défaisant ce que nous avons fait et refaisant ce qu’ils avaient fait entraineraient quelques méfaits.

Est-ce que vous comprenez ces électeurs de gauche qui veulent aller voter à la primaire de droite ?

Je n’y crois pas. D’abord parce qu’Alain Juppé serait d’après les sondages élu dans un fauteuil et les électeurs de gauche n’ont pas besoin de se parjurer en allant signer une déclaration d’adhésion aux valeurs de droite. D’autre part, le débat à droite n’a pas été si passionnant pour qu’il soulève les électeurs de gauche. Si ces électeurs allaient quand même voter en croyant participer au choix du prochain président (parce que la gauche serait éliminée du second tour), ils auraient tort parce que la droite va quand même choisir un candidat trop centriste (Juppé) par rapport au bloc identitaire de droite et trop libéral pour la gauche : il sera donc très friable pendant la campagne. Et si c’est Nicolas Sarkozy, qui a extrémisé la droite, il libérerait des électeurs centristes déçus. Donc cette présidentielle n’est pas jouée.

François Hollande peut-il encore se représenter ?

Il le peut toujours, puisque c’est à lui – et non aux sondages – de le décider. Et je suis à peu près persuadé que s’il est candidat, presque toute sa famille politique se retrouvera derrière lui et qu’il l’emporterait à la primaire. S’il décidait de ne pas se représenter, de nombreuses personnalités socialistes peuvent relever le gant et gagner la primaire car la gauche du parti socialiste n’est pas en état de gagner. Je crois à un candidat social-écologiste, c’est-à-dire réformiste, qui aura toutes les chances de participer à l’élection présidentielle, voire de l’emporter.

J’ai porté, contre vents et marées, l’idée d’une primaire, parce qu’elle permet de trancher et de rassembler. Le PS a sa feuille de route : les cahiers de la présidentielle pour proposer, la primaire pour trancher, la Belle-Alliance pour rassembler et la convention du 3 décembre (au lendemain de la primaire à droite) pour s’opposer.

On a récemment senti un mouvement de votre part vers Manuel Valls…

Manuel Valls est Premier ministre. Après on parle dans ce cas d’autres candidats. Nous verrons bien. Mais je veux que nous soyons rassemblés et capables d’unir notre camp.

Ne serait-ce pas au premier secrétaire du PS de prendre position ?

Je l’ai fait très tôt ! Dès le mois de mars, pour François Hollande. Je ne regrette pas de l’avoir fait, mais aujourd’hui je dois me consacrer au rassemblement de tous.

Et d’être lui-même candidat ?

Certains le susurrent, mais je les rassure : mon objectif n’est pas de compliquer une situation déjà difficile, mais de rassembler.

Et votre inquiétude porte sur les élections législatives…

En effet. La présidentielle, c’est très important : il faut tenter de la gagner, ou de la perdre dans des conditions qui permettent à la gauche de préparer la suite. Et la suite, ce sont les élections législatives. Or la gauche court le risque de se présenter émiettée, incapable de se rassembler et de finir quasiment marginalisée à l’Assemblée nationale : plus de parti communiste, ni d’écologistes, un PS faible à un moment où le Front national sera en dynamique. J’appelle donc l’ensemble de la gauche à la responsabilité et je propose pour les législatives à une alliance à la base : que dans chaque département, les responsables des différentes formations se réunissent et essaient de trouver la meilleure solution pour faire élire le maximum de députés de gauche. Puisque l’unité n’est plus possible au sommet, ce que je regrette, faisons-là à la base.

Qu’est-ce qui pourrait remobiliser la gauche d’ici six mois ?

Trois choses. D’abord la perception claire d’un bilan qui n’est pas mauvais et même excellent dans plusieurs domaines. Ensuite, le programme de la droite qui n’a jamais été aussi libéral et autant à droite. Enfin, il faut que la gauche balise l’avenir. Il faut, après un quinquennat de redressement, un quinquennat rose : reconstruction de l’Europe, une France pour tous, une croissance verte, une sécurité collective et la priorité à la lutte contre la fracture sociale. Autour de ces cinq questions, il y a un rassemblement majoritaire possible.

 

Propos recueillis par Bruno Dive

27 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Questions d’info sur LCP avec AFP, Le Monde et France Info

L’invité de Questions d’info sur LCP avec AFP, Le Monde et France Info

par

QDI 26102016

Jean-Christophe Cambadélis était ce mercredi 26 octobre l’invité de Questions d’info sur LCP en partenariat avec AFP, Le Monde et France Info.

 

Il répondait aux questions de Frédéric Haziza, Frédéric Dumoulin, Françoise Fressoz et Julien Langlet.

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

 

Sur les chiffres du chômage

Cette baisse est constante depuis plus de 6 mois avec des hauts et des bas. Oui c’est une bouffée d’air pour la France.

Il n’est jamais trop tard pour réduire le chômage.

Sur le livre « Un président ne devrait pas dire ça »

Nous sommes dans un paradoxe: Le Président vit un moment sondagier et médiatique le plus difficile de son quinquennat et il a les résultats les plus probants de son quinquennat!

Candidature de François Hollande ? « François Hollande doit apprécier la situation, la balle est dans son camp. »

Les Français verront-ils les propositions autoritaires et inégalitaires de la droite et les décisions gouvernementales positives ?

Centenaire de la naissance de François Mitterrand

« Là où il a une volonté il y a un chemin », cette formule résume bien François Mitterrand. Il n’a jamais plié.

Cette élection est plus ouverte qu’on ne le dit! Le FN n’a pas été capable de réunir sa convention sur l’économie faute d’accord. C’est donc une crise. A droite, il y a deux positions: celle de Sarkozy qui veut l’emmener très à droite et celle de Juppé qui la tire au centre. Cela provoquera des craquements. Le PCF est dans une situation difficile: trouver un candidat ou soutenir Jean-Luc Mélenchon? Et Jean-Luc Mélenchon oscille entre Beppe Grillo ou une position de substitution au PS.
Cette présidentielle commencera en février quand on connaîtra l’ensemble des candidats

Le problème d’incarnation sous la Ve République est le produit d’une situation, pas d’un caractère.

Il faut dialoguer avec les Français, en indiquant les résultats obtenus, en disant où l’on va.

S’il fallait fixer la politique de la France à l’aune des sondages et des humeurs des journalistes on ne ferait rien.

J’essaie d’incarner l’intérêt général de la gauche et du PS.

C’est au Président de décider d’y aller ou pas. S’il n’y va pas il y a d’autres personnalités dont le premier ministre. Mais il ne m’a pas échappé que l’on évoque d’autres noms : Ségolène Royal, Christiane Taubira… Moi je me déterminerai le cas échéant en fonction du rassemblement.

Il faut laisser au Président le choix des armes, ne pas s’émietter, se rassembler.

Je ne suis pas dans la sur réaction. Je pense qu’il faut construire une offre politique qui batte la droite et l’extrême droite.

NDDL / Ségolène Royal
Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement se retrouve confronté à un ministre qui dit qu’il n’est pas d’accord. (…) Il n’est pas anormal que Ségolène Royal à la veille de la COP22 réagisse ainsi.

Sur les primaires EELV

Cécile Duflot a payé une erreur d’analyse sur ce qu’est l’électorat écologiste. Par l’orientation qu’elle a déployée, elle a donné une connotation « extrême gauche » à sa campagne.

Les écologistes sont plus proches d’un François de Rugy, d’un Jean-Vincent Placé ou d’une Emmanuelle Cosse qui gouvernent avec nous.

Unité de la gauche

Si le PCF et les écologistes n’ont pas d’accord avec le PS ils ne seront pas présents à l’Assemblée en 2017. La question est veulent-ils être sur l’unité ou dans leur propre couloir ? Ça sert à quoi d’être devant les socialistes dans les sondages si on se retrouve avec une poignée de parlementaires ?

Moi je trouve  qu’il y a une très grande irresponsabilité partout dans la gauche. On ne veut pas voir ce qui vient, on fait comme si le national populisme n’existait pas en Europe, on fait comme si le Front national n’était pas en train de progresser, on fait comme s’ils n’étaient pas à 30 %. Alors évidemment, on se dit : « ils ne seront pas gagnants lors de l’élection présidentielle », mais dans les élections législatives, comment ça va se passer ? La radicalisation de la droite leur a ouvert un champ politique comme jamais à l’extrême droite. Et donc on est face à ce problème-là, et les historiens seront extrêmement sévères par rapport à tous les dirigeants de gauche qui aujourd’hui ne voient pas le danger qui s’ouvre.

Voilà pourquoi je me bats du matin jusqu’au soir en disant à l’ensemble de mes camarades : « nous avons une méthode, nous avons les primaires pour trancher, nous avons la belle alliance populaire pour rassembler, nous avons les cahiers de la présidentielle pour proposer, et nous avons le 3 décembre pour nous opposer », pourquoi je leur dis : « ne vous précipitez pas, laissez le président trancher et après rassemblez-vous » ? Parce que ce qui m’importe, c’est bien sûr de gagner la présidentielle, mais qu’à la fin des fins, ce ne soit pas le Front national qui tire les marrons du feu d’une droite trop à droite sur une ligne trop libérale et d’une gauche émiettée.

Aujourd’hui il ne s’agit pas de rassembler au 2e tour mais d’ y être. Il faut se rassembler dès le 1er tour. Si vous affaiblissez le rôle central du Parti socialiste, vous affaiblissez l’ensemble de la gauche. J’appelle à la responsabilité, au rassemblement.

Sur la primaire LR

Je n’y crois pas! Les électeurs de gauche n’iront pas voter à la primaire de la droite

Si François Hollande n’est pas capable, si c’est foutu pour la gauche pourquoi on s’acharne contre lui ?

Nicolas Sarkozy je l’ai attaqué dès le mois d’août: il a commis une faute en entraînant la droite vers l’extrême droite. Il a perdu sa présidentiabilité et sa position gaulliste.

Alain Juppé est trop centriste par rapport à une droite identitaire et trop libéral face à une gauche sociale. Donc il n’est pas en capacité de rassembler le pays. Alain Juppé, l’homme qui marche sur l’eau des sondages, est totalement friable

Il y a une aveuglément collectif : On ne juge pas les candidats sur ce qu’ils ont fait ou ce qu’ils ont dit mais sur ce qu’ils pourraient faire dans une élection.

Situation des policiers

Je comprends la grogne des policiers avec la masse de travail à faire, l’exaspération face à ceux qui veulent tuer des flics , les conditions de travail. Je suis solidaire. Je vois aussi qu’il y avait Rodolphe Schwartz (présent sur la liste du FN en 2014 à Paris) qui prenait la parole dès le premier soir au Trocadéro.

Sur le Front national

Les représentations politiques, sondagières et journalistique sont tétanisées par rapport au FN. Personne ne veut dire quelque chose. On baisse les bras…Et bien pas moi !

Je dis chaque week-end dans les universités de l’engagement que nous sommes entrés dans une décennie de montée du national-populisme dans le monde occidental

Démantèlement du camp de Calais

C’est une victoire de la France. C’est tout à son honneur d’être capable de démanteler le camp de Calais de manière humanitaire.

A titre personnel je pense qu’il serait bon de revisiter les accords du Touquet

Mouvement de grève à I Télé

Il faut que le CSA intervienne et règle la situation au mieux car l’entêtement de la direction abîme la chaîne.

On a décidé stratégiquement de faire venir certaines personnes pour donner une certaine tonalité à la chaîne qui ne passe pas.

Je suis surpris de la 5e UNE de l’Express sur Emmanuel Macron! Pourquoi cet engouement pour Macron à chaque fois qu’il chute dans les sondages, c’est étonnant !

14 Oct

Commentaires fermés sur L’invité de Benjamin Sportouch sur RTL

L’invité de Benjamin Sportouch sur RTL

par

Jean-Christophe Cambadélis était ce vendredi 14 octobre 2016 l’invité politique de la matinale de RTL. Il répondait aux questions de Benjamin Sportouch.

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

Primaire de la droite / débat
« Il n’y avait pas de gagnants hier soir: c’était très barbant sur la forme et sur le fond ils sont tous d’accord. Ils ont un programme commun, qui est une régression sociale sans précédent, un programme libéral qu’on n’a pas vu depuis 30 ans, et les propositions sont datées et à contre cycle économique. Franchement ça fait beaucoup pour des candidats à l’élection présidentielle.

Avec un condamné, un mis en examen et un délateur, la droite n’a pas de leçon à donner à François Hollande »

Sur la sortie du livre  Un président ne devrait pas dire ça

« On est excessif avec le président de la République, ça devient maladif mais il ne se protège pas de cet excès.

Il y a un devoir de silence mais aussi un devoir de transparence. Il aurait été plus juste d’écrire son propre livre.

Je suis étonné mais pas déboussolé par les confidences de François Hollande. Se confier à ce point, il y a de quoi s’étonner mais je pense que François Hollande voulait clarifier les choses.

Il y a une volonté de François Hollande de mettre au clair, de faire une mise au point de son quinquennat.
François Hollande a toujours la volonté d’être candidat mais il ne se facilite pas la tâche.

Aujourd’hui le président de la République est encore en situation de rassembler l’ensemble de son camp ce qui n’est pas le cas d’autres. »

Primaire de la la Belle alliance populaire

« Je suis un acteur engagé, je suis impartial mais pas neutre ».

23 Sep

Commentaires fermés sur Juppé/Sarkozy ça va mal finir !

Juppé/Sarkozy ça va mal finir !

par

 

Qui croire ? Il y a le Alain Juppé du Monde qui flatte son monde, et puis le Juppé de Valeurs actuelles qui flatte l’extrême droite. Côté cour, il s’agit de se présenter comme le rempart au Front national. Coté jardin il s’agit de montrer à la droite extrême ce qu’il avait dit avant Nicolas Sarkozy. Ce que Nicolas Sarkozy veut faire en deux temps, Alain Juppé veut le faire en même temps.

Il s’agit bien du problème stratégique de la droite : occuper le centre sans laisser d’espace à Marine Le Pen. Nicolas Sarkozy avec violence et constance a étiré la droite à droite. Il a piégé cette dernière et emporté avec, la nappe droitière et la vaisselle centriste. Le calcul pour probant qu’il fut – il remonte dans les sondages – affole Alain Juppé. Cette stratégie a des conséquences incalculables pour la France.

Si Nicolas Sarkozy échoue, il ouvre un espace sans précédent à la présidentielle pour Marine Le Pen. Cette dernière pariant sur l’échec de Nicolas Sarkozy se met en situation d’une OPA amical sur l’électorat sarkozyste. Elle rit sous cap des propos tenus dans les primaires des Républicains, il va être difficile à la droite de la diaboliser ! Elle va dans ces conditions atteindre dans les sondages des niveaux insensés.

Si Nicolas Sarkozy l’emporte, il sera prisonnier de ses déclarations et pourra difficilement se présenter comme le bouclier face au FN. Dans les deux cas si les candidats de droite remportaient la présidentielle, l’électorat de droite électrisé par la primaire, se réassurera aux législatives votant Front national pour être sûr que la droite classique applique son programme. C’est peu de dire que la droite classique, trop sûre de l’emporter, s’est piégée. Lorsqu’on voit Laurent Wauquiez manifester sur les mêmes thèmes que Steeve Briois à propos du démantèlement de la jungle de Calais, on imagine sans peine ce qui se prépare dans ce pays.

Voilà pour la tactique électorale. Mais pour le fond, l’ultra libéralisme thatchérien qui s’est emparé des Républicains sous l’impulsion de François Fillon et Bruno Le Maire, rend la droite incapable de combattre le Front national et surtout de rassembler le pays. D’autant que le phénomène n’est pas franco-français. Un tsunami national populiste plus ou moins xénophobe se prépare dans le monde occidental : de Trump au Brexit, des régionales en Allemagne à la présidentielle en Autriche. Partout la tendance est à un mélange de xénophobie autoritariste et au souverainisme nationaliste. Ce n’est pas le réveil des nations mais le nationalisme d’un occident éberlué de ne plus dominer la planète comme depuis le XIVème siècle. Il serait temps que la gauche sorte de son aigreur pour certains et de sa torpeur pour d’autres.

 

20 Sep

Commentaires fermés sur L’invité de l’Épreuve de vérité sur Public Sénat avec AFP, Radio Classique et Les Echos

L’invité de l’Épreuve de vérité sur Public Sénat avec AFP, Radio Classique et Les Echos

par

L'épreuve de vérité 20092016

Jean-Christophe Cambadélis a répondu aux questions de Michel Grossiord, Michaël Szamès, Lucile Malandain et Jean-Francis Pécresse dans L’Epreuve de vérité sur Public Sénat avec Radio Classique, AFP et Les Echos.

 

Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations ainsi que la vidéo de l’émission:

Sur les propos de Nicolas Sarkozy sur « Nos ancêtres les gaulois »

Ça fait un peu l’histoire pour les nuls. On a retrouvé le Nicolas Sarkozy d’avant, il nous fait une rechute !

Nicolas Sarkozy propose un pacte d’assimilation, sous-entendu il y aurait des Français qui ne seraient pas « de souche » et c’est exactement ce que prône le Front national. Et même ça, Jean-Marie Le Pen n’a jamais osé le dire, dans aucune de ses déclarations.

Nicolas Sarkozy construit un programme commun entre une droite extrême et l’extrême droite

Sarkozy est critiqué sur la formule sur les gaulois mais sur le reste, tout le monde s’aligne sur ce qu’il propose. Je n’entends aucune nuance. Sarkozy et Juppé, ce sont les frères siamois de la même politique.

La France marche au mélange et elle marche bien.

Présidentielle 2017

On n’est pas candidat, ou pas, à cause des sondages, on l’est pour un dessein pour la France. (…) Les discours de François Hollande infusent. Je pense que c’est plus ouvert qu’on ne le dit.

La fraternité laïque c’est la possibilité du vivre ensemble. (…) La société n’est pas apaisée car elle a été percutée par le terrorisme. Nous voulons une France fraternelle, nous voulons une France sans césure entre les Français.

Le bilan du quinquennat je veux le confronter au projet de la droite. On a pas réussi sur tout, mais on a réussit à redresser la France. Nous pouvons prétendre avoir réussi à avoir remis la France sur les rails.

Je serais impartial mais je crois que le Président peut se présenter et qu’il doit se présenter. Ceci est nécessaire pour la France.

Gauche irréconciliable? 

La gauche est irréconciliable depuis 1920 ce qui ne l’empêche pas de s’unir. L’histoire montre que quand la gauche est unie, elle travaille bien ensemble comme dans les collectivités locales.

Sur les primaires: « Je n’ai pas peur de la confrontation et je pense qu’elle peut être salutaire »

Dans la primaire de La Belle Alliance Populaire nous aurons toutes les positions de la gauche et nous trancherons sur qui sera le candidat.

La primaire est un moyen de rassembler.

Si Arnaud Montebourg n’y est pas, nous ne serons pas présent au 2e tour de l’élection présidentielle. Certains ont une stratégie punitive vis-à-vis du président de la République. Pour eux il ne s’agit pas d’avoir un candidat face à la droite mais de faire trébucher François Hollande.

Je propose que l’on concentre les bureaux de vote dans des endroits où il y a un fort taux de vote à gauche.

Emmanuel Macron

Il n’est ni de droite ni de gauche, il ne peut donc pas participer à une primaire de la gauche.

Front national/ Les Républicains

La droite revient et en plus elle prévient sur un programme violent pour le corps social et irréalisable.

Les Républicains ne sont pas raisonnables parce qu’ils sont dans une primaire. Avec eux c’est « plus à droite que moi tu meurs »

Les quatre Dalton de la droite – et je ne vous dirais pas qui est Joe –  sont dans la surenchère. Ils finissent par dépasser dans les mots Marine Le Pen.

Marine Le Pen dit que le Front national est « et droite et de gauche » moi je dis qu’il est d’extrême droite! Ce qui fonde le FN , ce qu’elle ne peut gommer, c’est le souverainisme xénophobe

Alain Juppé est friable en campagne: On le voit, il s’énerve vite, on l’a vu récemment à Strasbourg. (…) Il est très rapidement droit dans ses bottes. Il est aussi attaquable que Nicolas Sarkozy.

Il est possible que la gauche ne soit pas au second tour de l’élection présidentielle c’est pour cela qu’il faut tout faire pour la rassembler et apaiser les tensions.

Réfugiés 

Le gouvernement cherche à régler le problème. L’accueil s’impose à tout le monde. Ce n’est pas de l’autoritarisme mais de la solidarité nationale.