Tag libye

01 Juil

Commentaires fermés sur Entretien de Nicolas Sarkozy au Monde: L’amnésie politique sans limites, ni frontières

Entretien de Nicolas Sarkozy au Monde: L’amnésie politique sans limites, ni frontières

par

logops160

Dans un entretien accordé aujourd’hui au journal Le Monde, le président du Parti républicain conservateur, Nicolas Sarkozy, chevauche les grands sujets internationaux, pour tenter d’effacer les traces de ses propres erreurs.

Europe, Grèce, Syrie, Libye, Machrek… L’amnésie de M. Sarkozy sur sa propre action – ou inaction – ne connaît ni limites ni frontières.

Son attentisme sur la crise grecque et son refus de construire une réponse européenne et pérenne à cette situation ? Oublié ! Son manque de perception des conséquences de l’intervention en Libye ? Effacé ! Son insuffisance à renforcer l’Union européenne dans toutes ses dimensions ? Occultée.

Le Parti socialiste déplore que, sur des sujets aussi importants, Nicolas Sarkozy s’échine à donner des leçons plutôt qu’à en tirer.

Les crises qui traversent actuellement le monde appellent de chacun de la hauteur de vue, un sens de la mémoire, de la constance dans les choix et de la maitrise dans l’expression. Comme s’y emploie, lui, le président de la République François Hollande.

23 Oct

2 Comments

L’invité de « 30 minutes pour convaincre »

par

Jean-Christophe Cambadélis était le 23 octobre l’invité de Judaïque FM dans l’émission politique « 30 minutes pour convaincre ». Vous pouvez écouter l’émission ci-dessous.

21 Oct

1 Comment

Libye année zéro

par

Certains dictateurs meurent comme ils ont fait mourir des milliers de leurs « sujets », dans une violence nue, sauvage et vengeresse. On se souvient de l’exhibition des cadavres de Benito Mussolini et sa compagne Clara Petacci par les partisans italiens ou des dépouilles du couple Ceaucescu… Plus récemment Ben Laden et maintenant Kadhafi.

Les démocrates ont été frustré d’un procès mais le despote n’est pas mort dans son lit comme Pinochet. Il aura été déjà condamné au tribunal de l’Histoire.

C’est maintenant que les difficultés commencent pour la Libye démocratique, une nation qui reste encore à inventer.

L’ardeur avec laquelle on a aidé ces populations à se protéger des frappes de Kadhafi et de ses fidèles ne devra pas être moins grande que celle qui devra nourrir les immenses efforts nécessaires à la pacification du pays, à l’apprentissage de la régulation démocratique et à l’avènement d’une société juste où l’égalité est réelle.

catégorie Ecrits, Expressions

Tag ,

20 Oct

2 Comments

Kadhafi est mort

par

Selon les informations publiées par le Conseil National de Transition, l’ex-dictateur libyen, Mouammar Kadhafi a succombé à ses blessures, au cours des combats à Syrte, le dernier bastion de l’ex-régime. La mort de Kadhafi marque incontestablement la fin de plus de 42 ans d’un régime dictatorial. Espérons que cet événement va contribuer à la fin des hostilités. Il faut se réjouir que les Libyens puissent désormais consacrer leurs efforts à la reconstruction du pays, à la réconciliation et à l’organisation de la vie politique autour d’élections libres et démocratiques.

01 Sep

Commentaires fermés sur Printemps arabe: la double faute de Sarkozy

Printemps arabe: la double faute de Sarkozy

par

Alors que le sommet de Paris pour l’invention de la Libye libre se réunit aujourd’hui à Paris, ile ne faudrait pas que l’amnésie vaille amnistie et qu’on oublie qu’avant de lâcher Kadhafi, il lui avait déroulé le tapis rouge en France lors de la visite officielle du dictateur libyen.

Idem pour Ben Ali, Hosni Moubarak et Bachar El Assad. Après les avoir chouchoutés, après avoir copiné avec eux, il les a abandonnés.

En décembre 2007, Mouammar Kadhafi avait été reçu en grande pompe à Paris. Il avait planté sa tente dans un hôtel parisien et à l’époque, Sarkozy avait joué le jeu de la normalisation avec la Libye sans contreparties.

Tout cela, au nom des intérêts économiques du pays avec la promesse, jamais tenue finalement de rapporter près d’une dizaine de milliards d’euros de contrats aux entreprises françaises.

Il y avait même à la clé, la vente d’une quinzaine de Rafales. Le contrat n’a jamais été signé. A posteriori, on peut s’en satisfaire. Si, comme en Irak il y a 20 ans, il avait fallu faire face à des armes de fabrication française, vendu hier par le même gouvernement qui prétend aujourd’hui contribuer à « l’après Kadhafi »…

Pareil pour Ben Ali et Moubarak que Sarkozy avait choisi comme parrains de son Union pour la Méditerranée, un « machin » construit uniquement pour empêcher l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne et pour se servir du Maghreb comme Grande muraille contre l’immigration.

Outre les largesses de ces régimes aux proches et aux ministres de Sarkozy, il faut rappeler lors de la visite officielle de Sarkozy à Tunis en 2008, une première pour un chef d’Etat français sous Ben Ali, le président avait estimé ne pas avoir de leçons de démocratie et de droits de l’homme à donner au despote tunisien, déclarant même préférer les « actuels régimes politique au Maghreb aux Taliban ».

Quand à Bachar El Assad, le dirigeant syrien qui réprime actuellement la révolution dans son pays depuis des mois, il a bénéficié d’un rapprochement avec Sarkozy sans que la Syrie n’ait à apporter la moindre garantie. Comme Hosni Moubarak, le leader de Damas avait été l’invité d’honneur, avec d’autres chefs d’État méditerranéens du défilé du 14 juillet 2008 – la Fête nationale qui est sensée saluer la victoire du peuple français sur l’arbitraire et la tyrannie…

Mais tout cela semble bien loin aujourd’hui, les peuples se sont levés, les dictateurs s’en sont allés pour certains, ils sont traqués pour les autres. Tous sont mis au ban de la communauté internationale et pendant que Sarkozy cherche à se donner le beau rôle, nul ne doit oublier son passif.

22 Août

Commentaires fermés sur La chute de Kadhafi: un espoir pour la démocratie

La chute de Kadhafi: un espoir pour la démocratie

par

Le diable, comme on le dit en Libye, est sur le point de perdre le pouvoir. Le dictateur ubuesque va être renversé et c’est une bonne nouvelle pour les Libyens et la région Tunisie-Egypte. Cela indique que le printemps arabe ne sera pas bloqué entre Toubrouk et Tripoli.

Evidémment rien n’est écrit, les révolutions sont faites de flux et de reflux. Ce qu’il faut voir c’est la tendance. Les Nations Unies ont été utiles, même si la réaction fut tardive. Ce qui donna au dictateur un répit meurtrier.

Les socialistes qui eux, n’ont pas invité Kadhafi à Paris, sont ravis de cette issue !

11 Juil

2 Comments

Libye: il faut continuer

par

La France a trop tardé, empêtrée qu’elle était dans les soucis de son ministre des Affaires Etrangères, Madame Alliot-Marie. Mi-février, le Parti socialiste avait demandé publiquement une zone d’exclusion dans l’ouest de la Libye. Kadhafi était acculé, Chavez faisait des offres de service pour négocier, Moscou et Pékin imaginaient une fin rapide.

Mais la France était incapable d’agir. Il aura fallu attendre Alain Juppé et la résolution des Nations Unies pour tenir compte du nouveau rapport de force. Aujourd’hui, ce retard pèse.

Pour autant, il ne faut pas baisser la garde. Cesser l’action, c’est permettre la réaction. C’est conduire à de nouveaux malheurs, de nouvelles tueries et des flux migratoires. C’est fragiliser la révolution tunisienne. C’est, enfin, renforcer la dictature syrienne dans l’assassinat de son peuple.

Il faut continuer pour obtenir un vrai cessez-le-feu et une négociation pour une transition démocratique.

25 Mar

Commentaires fermés sur Libye: après avoir tardé Sarkozy veut s’enkyster

Libye: après avoir tardé Sarkozy veut s’enkyster

par

Trois semaine trop tard, Nicolas Sarkozy a obtenu un mandat limité des Nations-Unies: zone d’exclusion aérienne et protection des populations civiles. Interprétant le texte, nous sommes passés à la mise hors d’état de nuire de l’armée kadhafiste. Nul ne s’en plaint et l’objectif semble atteint.

Pour autant le Président de la République ne décélère pas mais persiste. Le refus que l’OTAN exerce une veille est amusant chez celui qui nous a réinstallé dedans. La volonté de garder la maîtrise offensive recouvre un objectif qui n’a rien a voir avec le colonel mais tout avec la situation intérieur française. Le rôle de chef de guerre est le complément nécessaire au rétablissement du chef de l’état via une certaine droitisation. La France prend des risques vis à vis de la ligue arabe, de la Tunisie et l’Egypte tout en mécontentant encore plus fortement la Turquie rattrapé par les cheveux par les USA. Cette attitude à vocation intérieure a des conséquences en terme de sécurité et de rayonnement de la France. Mais surtout en terme stratégique: allons nous intervenir en Côte d’Ivoire, au Yémen, voir en Syrie ? Mais là pas touche ! La France est muette. Le régime est l’ami de Sarkozy et surtout du Ministre de l’intérieur Claude Guéant.