Tag marianne

19 Mai

Commentaires fermés sur Tribune dans Marianne: Vive le (vrai) clivage gauche-droite !

Tribune dans Marianne: Vive le (vrai) clivage gauche-droite !

par

Jean-François-Kahn

Jean-Christophe Cambadélis publie dans Marianne un texte sur le dernier livre de Jean-François Kahn:

Vive le (vrai) clivage gauche-droite !
Par Jean-Christophe Cambadélis (*)

Il dévoile, il dessille, il déconstruit, il agace, il déglace, il déroute voire déçoit, mais le dernier opus de Jean-François Kahn ne laisse pas indifférent. Tendance « Barbudos » un peu léniniste, style « la catastrophe imminente et les moyens de la conjurer » ; un peu François Léotard et son « ça va mal finir ». Ce catéchisme du salut public est un cri, un jet, que dis-je, un pavé dans la mare aux idées convenues.

Bien sûr le style pamphlétaire de Jean-François Kahn n’est plus à démontrer et l’homme de l’extrême centre s’en donne à cœur joie.

Il y a de très bonnes choses, par exemple la critique de la Ve République qui commence et referme l’ouvrage. Encore que dire que le Parlement n’est plus que l’expression d’un seul corps, celui de « parlementaire », n’est pas de la meilleure veine. Mais qu’importe ! La Ve République a imposé un parlement croupion. Et nos institutions, solides parce que bonapartistes, ne sont plus adaptées aux Français d’aujourd’hui dans la France d’aujourd’hui, pour paraphraser le général de Gaulle.

Bienvenue ensuite la critique du binarisme développée, certes, en trois chapitres. Cela fait un peu beaucoup pour appeler à une pensée dialectique. Le binarisme qui fige le débat politique est le produit tout à la fois de la Ve République et la réduction campiste du débat médiatique.

Mais passée la joie de la déconstruction, cela se gâte un peu. Le thème central du livre se trouve page 115 dans un paragraphe dont l’auteur avouera qu’il laisse perplexe : « La société qu’il s’agit de construire est celle dont l’activité, et la complémentarité des parties de l’ensemble des parties, concourent à l’équilibre du tout ». Typiquement kahnien certes ! Mais, si le but de la société, c’est l’intérêt général, franchement, Kahn ne va pas fâcher grand monde. Comme cette idée de « centraliser l’humain »… Quelle politique a décidé de le mettre à la marge ?

Pour le reste, la critique du Front de gauche, qui qualifie de scandaleusement coupable toute volonté de réduire la dette, ou celle des hauts salaires, un urbanisme qui induit la centralité de l’humain, l’argent à sa place, ou une croissance qui imagine et développe les tiers secteurs… Tout cela ne va pas ébouriffer les programmes politiques ou renouveler la science politique. Plus sérieuse et consistante, la charge pour la fin du bicampisme, le dépassement du clivage gauche-droite.

Pour Jean-François Kahn, on ne peut plus continuer comme cela : « Avec une UMP aux mains de ce qui humainement se fait de pire et un PS qui devrait décemment se dessouder […]. Il y a urgence sans quoi la France grièvement blessée par le fou, achevée à petit feu par le mou, entraînera dans son naufrage non seulement la droite civilisée mais au-delà l’idée même que les républicains se font de la démocratie. » Met ça sur ton pain, comme disait ma grand-mère. Kahn cite bien la sienne…

Je partage l’idée d’une rénovation-révolution de la gauche, puisque j’ai plaidé pour la troisième gauche. Et il est évident que la droite doit se reformuler après s’être vautrée dans le libéralisme et avoir flirté avec le national-populisme. Mais, si la gauche et la droite ont besoin d’être repensées dans ce siècle, en quoi et pourquoi faudrait-il faire disparaître le clivage gauche-droite et quelle serait la nature de ce gouvernement de salut public ? Là, Kahn est muet, ce qui est fort rare.

Pulvériser le clivage gauche-droite dans la destruction des partis existants – même au nom d’un gouvernement par et pour le peuple -, c’est faire du Front national la seule alternative. C’est, en plus, mettre la charrue avant les bœufs car, sans une nouvelle République et de nouvelles institutions, cela relève du vœu pieux pour un dîner au coin du feu.

C’est aussi réduire la crise française à une technique gouvernementale alors qu’elle est globale, cette crise ! Economique, sociale et morale, donc politique. C’est enfin croire, ou faire mine de croire, que la solution est hexagonale. Car la critique la plus radicale à faire à cet ouvrage, c’est son impensé sur l’Europe. Pas un chapitre, pas une phrase, pas un paragraphe. Soit on récuse l’Europe, alors il faut le dire. Soit on estime que la renaissance européenne est l’avenir de la France, et il faut l’expliquer. Ce trou noir ne permet pas de nous en sortir, car il oublie l’essentiel : la crise européenne est à la Ve République ce que fut la crise algérienne à la IVe. Voilà pourquoi la gauche doit se penser autrement et non s’autodissoudre dans un magma.

Jean-François Kahn a raté l’occasion d’un puissant appel à la rénovation des formations politiques et à la refondation d’un clivage droite-gauche autrement stimulant. Dommage.

(*) Député PS de Paris

25 Mar

Commentaires fermés sur Interview dans Marianne: Cambadélis réplique à Buisson

Interview dans Marianne: Cambadélis réplique à Buisson

par

Marianne: Le conseiller spécial Patrick Buisson, qui inspire la campagne de Nicolas Sarkozy, a donné une longue interview au Monde où il explique, notamment, que les estimations de second tour sont « fondées sur du sable »…

Jean-Christophe Cambadélis: Parce qu’elles le dérangent et révèlent la faiblesse de sa stratégie. Au second tour, Sarkozy subit un double rejet interclassiste, celui qui frappe sa personne et celui qui réfute sa ligne politique de premier tour. Cette dernière lui permet d’éviter la chute, mais l’empêche de rassembler. Le général de Gaulle parlait aux Français, Nicolas Sarkozy ne parle qu’à la droite ! On ne peut pas tout concentrer contre l’immigration, les chômeurs délinquants, l’Europe de Schengen, et espérer ensuite être applaudi par les centristes !

Marianne: Mais pour Buisson, Hollande n’aurait qu’un seul moteur, l’antisarkozysme, qui commence même à avoir des ratés…

JCC: Hollande est le seul à pouvoir battre le sortant, et il est l’homme du changement tranquille. Il vit du rejet de Sarkozy, d’un côté, et de son projet, de l’autre. Mais ce que ne peut comprendre Buisson, c’est que la France n’est pas à droite, comme il la fantasme: il mythifie le peuple, qui serait celui des années 50, contre des élites cosmopolites. Mais ce peuple a changé, il est devenu métissé et non pas chauvin, voire xénophobe. Il prétend encore qu’en 2007 Nicolas Sarkozy avait gagné sur cette martingale. C’est un non-sens: sa victoire s’était construite sur le « travailler plus pour gagner plus », une promesse de croissance et de redistribution, ainsi qu’un engagement de rupture avec Chirac. Il avait dérobé à la gauche la rupture et le social. Cette fois, le feu sacré, c’est la gauche qui l’a !

Propos recueillis par Nicolas Domenach

16 Juil

3 Comments

La presse s’ennuie

par

Marianne s’interroge à juste raison. Y a t-il une presse d’opposition en France ? Y a t-il une presse tout court ? Lorsque l’on regarde le traitement médiatique du 14 juillet 2009, on peut en douter. La complaisance affichée pour les faits et gestes du couple présidentiel, le publi-reportage sur la vision diplomatico-stratégique du Président, le prime time à la gloire du Président et de son armée, l’interview confondante de banalité et d’obligeance à la fin du défilé du 14 juillet, tout ceci est affligeant.

Voilà un pays, où le Président de la République est à nouveau à la baisse après sa vraie – fausse victoire électorale, où le chômage explose autant que les déficits, où l’on décrète un grand emprunt puis, on interroge le pays pour savoir à quoi il pourrait bien servir, où la tension sociale est à ce point exacerbée que des ouvriers veulent faire sauter leur usine, où l’on brule 365 véhicules en une nuit, où l’on admoneste deux jeunes journalistes, tue un adolescent et en blesse d’autres. Où 600 000 jeunes vont se retrouver à la rentrée sans emploi, où la majorité de la jeunesse de banlieue ne partira pas en vacances, etc, etc,… .

Il ne se trouve pas un organe de presse pour souligner l’affaissement visible du régime sarkozien…

A force de dénier la réalité cela va mal finir ! Mais tel Viansson-Ponté dans le monde à la veille de mai – juin 68 qui estimait « la France s’ennuie »; la paresse radie et éblouie commente à l’envie les très riches heures de Nicolas Sarkozy, décidément c’est la presse qui s’ennuie.